Tous les articles par Doc du Céreq

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf.., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral,  – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue) .

Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement

Le métier d’enseignant est-il en crise ou définitivement en voie de mutation ? En ce début de XXIe siècle se sont dessinés des changements profonds qui ont bousculé les repères traditionnels de la profession. C’est ce que montre cet ouvrage consacré à l’analyse des expériences et des épreuves vécues par les professeurs débutants dans les collèges et lycées. Il questionne, sur la base d’une enquête de deux années, plusieurs aspects autrefois déterminants, mais qui ont perdu leur caractère d’évidence : la vocation, l’autorité, le rapport cultivé au savoir, l’identification à une institution reconnue. L’immersion dans le quotidien de classes et d’établissements contrastés, dans l’éducation prioritaire et ailleurs, dévoile un régime pédagogique marqué par l’incertitude. Les enseignants ont alors en charge de construire et de négocier un ordre scolaire qui n’est ni donné ni acquis. L’enjeu de transmission des savoirs ne s’efface pas, mais implique davantage la gestion des relations avec les élèves. Face à cet héritage professionnel qui se dérobe, les professeurs débutants inventent individuellement, en pointillé, ce que sera leur nouveau métier.

Périer, Pierre, Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement,   Paris : Presses universitaires de France, 2014. – 188 p. – (Education et société) .

Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie

De tout temps, les infirmières ont porté le système de santé à bout de bras. Contraintes aujourd’hui à une charge de travail démesurée ainsi qu’à des horaires impossibles, elles s’usent prématurément et finissent par quitter la profession, et ce malgré leur profond sentiment d’appartenance. Que penser d’un milieu de travail qui pousse ses salariées à le fuir, tout en déplorant du même souffle une pénurie de main-d’œuvre ? N’y aurait-il pas des ressources et des mesures à mettre en place pour corriger le tir ? Diane-Gabrielle Tremblay plonge au cœur de la problématique et analyse l’organisation du travail des infirmières, ainsi que la question du vieillissement de la main-d’œuvre. Cet ouvrage tente de faire le point sur ce métier féminin par excellence à travers sa tumultueuse histoire, mais surtout à partir de l’expérience concrète et contemporaine d’une trentaine de femmes. Leur parcours professionnel est ici scruté à la loupe, avec ses défis, ses écueils, ses réussites, de l’appel de la vocation jusqu’au départ à la retraite, en passant par la professionnalisation et les enjeux de la conciliation travail-famille.

Tremblay, Diane-Gabrielle, Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie : vocation, engagement et parcours de vie  – Montréal : les éditions du remue-ménage, 2014. – 154 p.

« Evaluation Formation Emploi » un chantier pluridisciplinaire

En s’interrogeant sur les liens entre l’évaluation, la formation et l’emploi, et de manière pluridisciplinaire, cet ouvrage installe le débat sur l’évaluation au cœur même de valeurs et d’enjeux contradictoires. L’évaluation est un processus complexe, dans l’entrelacs de la formation et de l’emploi, de l’institution et du sujet, au croisement des cinq disciplines qui ont contribué à l’ouvrage (économie, sciences de l’éducation, psychologie, sociologie, sciences politiques).
Cette manière de poser le problème fait émerger de nouveaux questionnements qui constituent une des plus-values de l’ouvrage : Comment passer de l’analyse des relations entre formation et emploi à celle de l’évaluation des formations par l’emploi ? Introduire l’évaluation dans le jeu de la relation formation-emploi renforce-t-il l’obligation de résultats et «l’économicisation» du débat, au détriment de ses aspects éthiques, sociaux et éducatifs ? Quels enjeux sous-tendent l’évaluation et quelles valeurs promeut-elle lorsqu’elle est considérée dans son rapport à la formation, au travail et à l’emploi ? Comment améliorer, par l’évaluation, la relation formation emploi ?

Béduwé, Catherine, dir. ; Bedin, Véronique, dir. ; Croity-Belz, Sandrine, dir. ,« Évaluation formation emploi » : Un chantier pluridisciplinaire  – Paris : L’Harmattan, 2014. – 283 p. – (Evaluer)

L’émancipation scolaire : pour un lycée professionnel de la réussite

Comment caractériser le lycée professionnel aujourd’hui et quelle place occupe-t-il au sein du système scolaire ? Comment les élèves s’y engagent-ils et y construisent-ils un sens à leurs études et quelles stratégies les enseignants mettent-ils en place afin de favoriser la réussite d’un public provenant majoritairement de milieu populaire ? S’appuyant sur des enquêtes de terrain menées depuis plusieurs années, cet ouvrage traite de ces différentes questions. Il aborde les effets de la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans, l’émergence des projets de poursuite d’études dans l’enseignement supérieur court, et s’interroge sur le devenir du CAP qui accueille le plus souvent le public scolaire le plus fragile. Prenant le contre-pied des rares recherches sociologiques qui ne pensent l’enseignement professionnel que sous l’angle de la reproduction sociale des rapports de domination, le propos pointe les défis à relever pour une institution qui doit assurer à son public une émancipation scolaire alliant compréhension, accompagnement et exigence intellectuelle.

 

Jellab, Aziz, L’émancipation scolaire : pour un lycée professionnel de la réussite . – Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2014. – 332 p. – (Socio-logiques) .

Mission insertion : un défi pour les universités

Depuis la loi LRU de 2007, les universités ont en charge une nouvelle mission d’aide à l’insertion professionnelle des étudiants qui vient s’ajouter à celles de formation et de recherche. Ceci répond à une attente des étudiants et constitue un enjeu majeur pour les universités comme pour la société. La question est en effet de savoir comment répondre à cela tout en conservant les missions traditionnelles de l’université. L’objet de ce livre, écrit par un chercheur directement impliqué dans ce processus, est de fournir des arguments pour s’engager dans cette mission mais aussi de doter chacun des ressources permettant de la mettre en œuvre. Le livre précise d’abord le sens de cette mission et récapitule les connaissances disponibles sur les conditions d’accès à l’emploi des étudiants. Il présente ensuite les diverses ressources susceptibles d’aider ceux-ci à préparer leur transition professionnelle : connaissances universitaires, compétences acquises en situation de travail, maîtrise des méthodes de recherche d’emploi. Il met enfin en évidence les grandes questions posées par cette mission : transformation des cursus de formation et des modalités d’orientation, poursuite du processus de professionnalisation, modalités de pilotage. Tout ceci vise à faciliter le travail de ceux qui sont ou seront engagés dans ce mouvement, qu’ils soient professionnels de l’insertion et de l’orientation, enseignants-chercheurs, partenaires de l’université ou étudiants.

Rose, José, Mission insertion   – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 237 p.- (Des Sociétés) .

La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?

En quelques décennies, la formation professionnelle continue a connu des transformations considérables. Le premier objectif de cet ouvrage collectif est d’en saisir le sens et la portée, trop souvent cachés par un discours faussement consensuel. Cette unanimité de façade masque en effet l’essentiel : la formation professionnelle continue n’est pas seulement inégalitaire et complexe d’accès. Elle est subordonnée à l’économie du capitalisme néolibéral et à la reconfiguration du marché du travail. Les nouvelles règles – comportementales aussi bien que financières et juridiques – étendent le règne de la concurrence généralisée. Chaque salarié et chaque demandeur d’emploi est incité à considérer prioritairement la formation comme un moyen d’entretenir ses compétences pour rester compétitif et employable, à devenir entrepreneur de sa vie professionnelle Les finalités et les modalités de la formation professionnelle continue sont par là réduites et ordonnées à la fabrique de l’employabilité… et fermées à tout autre usage. C’est à la genèse politique, institutionnelle et sociale de ce grand détournement que ce livre est consacré. Comment la formation a-t-elle été progressivement retournée au point de rompre pratiquement tous les liens avec les inspirations progressistes et humanistes à se cultiver et à acquérir de nouveaux savoirs ? Comment des aspirations individuelles et sociales à améliorer sa qualification professionnelle, à actualiser et élargir ses connaissances et à les faire reconnaître se sont-elles trouvées prises dans les filets de la normalisation néolibérale ? S’ouvre alors la nécessaire question des alternatives. Les enseignements de l’histoire sociale, de l’éducation populaire, de l’éducation permanente et de l’éducation ouvrière par les syndicats contribuent à ébaucher une autre perspective : celle de l’institution et de l’invention démocratique du « commun » de la formation. Cette approche à partir d’une question spécifique contribue par ailleurs à approfondir la connaissance des mécanismes profonds du néolibéralisme.

Barnier, Louis-Marie; Canu, Jean-Marie; Vergne, Francis; Maillard, Fabienne, préf..La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?  – Paris : Syllepse ; Les Lilas : Institut de recherches de la FSU, 2014. – 164 p.. – (Comprendre et agir) .

Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies

Un monde en mouvement permanent, porteur de transformations importantes dans les entreprises : telle est l’image la plus répandue du monde du conseil. A en croire les magazines économiques, ainsi que les dirigeants des sociétés de conseil ou les diplômés des grandes écoles, le conseil serait « un métier de rêve » ou encore « la nouvelle profession mondiale ». Abreuvée de discours d’excellence et de performance, cette profession en forte expansion qui laisse une large place aux jeunes serait ouverte à tous les « talents ». Prête à reconnaître les capacités de chacun, se pensant résolument à l’avant-garde, elle serait un vecteur à la fois de démocratisation et de consécration sociale. Car elle s’adapterait aux transformations économiques qui laisseraient place à de nouveaux profils. En bref, le conseil serait l’archétype de la forme à venir des métiers de demain : ouvert, innovant, équitable. Pourtant ces clichés ne résistent pas à l’analyse : non seulement la morphologie sociale des consultants est en tout point comparable à celle de nos élites, mais les logiques qui sous-tendent leurs modes d’actions et leurs pratiques s’accommodent des principes de hiérarchisation du monde économique, s’y ajustent et les renforcent.
Ce livre, nourri d’enquêtes de terrain et étayé de données statistiques nouvelles, couvre une période charnière de l’histoire du conseil de 1990 à 2010, de l’émergence à la banalisation de « la nouvelle économie de l’information » et s’emploie à décrire l’évolution de la structure des activités de conseil notamment par l’analyse de l’utilisation d’un outil spécifique de gestion des flux d’information de l’ensemble des activités des grandes entreprises.
Thine, Sylvain, Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies,  Thine, Sylvain. – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 201 p. – (Des Sociétés) .

Ce que former des adultes veut dire

En matière de formation des adultes, il importe de restituer en même temps comment s’opèrent les apprentissages et comment les cadres organisateurs de la formation assoient la légitimité de l’entreprise formative. Il s’agit d’ouvrir la « boîte noire » de la formation afin de repérer, en acte(s), ce que former des adultes veut dire. Qu’en est-il, quarante à cinquante ans plus tard, de cet objectif d’ouvrir largement la voie de la formation aux adultes? Qu’en est-il des effets connus, en particulier du point de vue de la mobilité professionnelle, du passage en formation? Que sait-on de la transition entre formation et emploi? Ouvrage de synthèse, « Ce que former des adultes veut dire » propose un bilan d’étape des principaux questionnements qui ont cours en matière de formation des adultes. Mêlant réflexion et enquêtes statistiques, cette étude rend ainsi compte du contexte idéologico-juridique, des politiques et des dispositifs de formation mis en œuvre, des modalités d’accès à la formation et des effets du passage en formation.

Frétigné, Cédric,  Ce que former des adultes veut dire,   – Paris : Publibook, 2013. – 94 p. – (Sciences Sociales. Recherches) .

Débats sur la professionnalisation des enseignants

Les recherches en formation d’adultes permettent d’observer, depuis les années 2000, l’émergence de recherches en éducation visant à comprendre les conditions de réalisation et de réussite de l’apprentissage professionnel. Le rapprochement qui est fait dans cet ouvrage entre le champ de recherche de la formation d’adultes et la formation à l’enseignement s’imposait pour penser celle-ci au service de l’amélioration des compétences professionnelles des enseignants. En s’attardant à l’éducation comparée, en confrontant des recherches nord-américaines et européennes et en étudiant des travaux sur les interactions entre l’enseignant en formation et les différentes ressources formatives impliquées dans sa formation, ce livre ouvre des pistes de réflexion novatrices. Cet ouvrage est issu du premier symposium international organisé par l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives, qui a eu lieu à Sherbrooke en octobre 2009. Ce symposium a servi d’acte fondateur pour la constitution d’un réseau-observatoire international sur la professionnalisation dans les métiers relationnels et de l’interaction humaine.

Maubant, Philippe, dir. ; Clénet, Jean, dir. ; Poisson, Daniel, dir., Débats sur la professionnalisation des enseignants : les apports de la formation des adultes, Québec  : Presses de l’Université du Québec, 2011. – 357 p.

 

Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel

coverLa sociologie des professions et du travail des architectes pointe généralement la faiblesse de la cohésion professionnelle de ce groupe et ses difficultés à faire valoir une « compétence » spécifique lui permettant de maintenir et d’imposer clairement sa position dans la division sociale de l’acte de construire. Pourtant les architectes maintiennent leur place dans ce champ. Ils auraient même plutôt tendance à y développer une « multipositionnalité ». Ce livre propose donc d’abandonner la volonté de caractériser la « compétence » ou « l’identité professionnelle » des architectes, pour comprendre comment ils parviennent à maintenir leur présence dans l’univers de la construction. Comment le titre d’architecte et les conceptions qui lui sont associées fonctionnent comme un capital mobilisable par ces derniers pour poursuivre leur existence et se maintenir comme « professionnels ». L’hypothèse centrale de l’ouvrage est que, loin d’une « déprofessionnalisation » ou d’une  » mutation d’identité « , les architectes font montre d’une grande faculté d’adaptation liée au capital symbolique attaché à leur titre. Cette mobilisation du groupe professionnel pour maintenir et faire valoir sa place est décrite sous le terme de « travail professionnel » entendu comme un regard sur les pratiques renvoyant à deux dimensions : à la fois travail de production du bâti architectural et travail de production d’une identité professionnelle, celle d’architecte.

Chadoin Olivier, Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel  – 2e éd.. – Limoges : Presses universitaires de Limoges (PULIM), 2013. – 383 p..- (Sociologie et sciences sociales) .

La féminisation des métiers de la justice

Pourquoi la féminisation des métiers de la justice est-elle source de controverses ? N’est-elle pas le signe d’un progrès traduisant un recul des inégalités ? Existe-t-il, au contraire, une «boîte noire» qui dissimule des discriminations ? Dans ce contexte, le droit peut-il constituer un outil capable de faire céder ces bastions de résistance ? Face à ces interrogations, cet ouvrage entend apporter quelques éclairages en portant sur ce phénomène un regard à la fois rétrospectif et prospectif.
Le regard rétrospectif révèle l’existence de trois constantes : le phénomène du «plafond de verre» traduisant une place encore discrète des femmes aux postes à responsabilité ; un discours dévalorisant des métiers de la justice qui se féminisent ; des femmes toujours plus nombreuses à tenter de concilier vie professionnelle et vie familiale. Devant ce constat, le regard prospectif amène à se demander si le droit peut remédier à ces inégalités persistantes. Dans l’affirmative, quelle posture, quelle structure et quelle texture aurait ce droit ? Par ce double regard, ce livre contribue à un débat de société et intègre la problématique plus large du genre.

 

 

 

 

Mekki Mustapha, dir., La féminisation des métiers de la justice . – Paris : Economica, 2011. – 153 p. – (Etudes juridiques; 39) .

Accompagner les demandeurs d’emploi

Depuis trente ans, le chômage n’a jamais reflué durablement sous la barre des 8%. Sans doute est-ce là le signe qu’il est nécessaire de réformer nos politiques de l’emploi. Les mesures d’accompagnement sont essentielles pour réduire le chômage. Pourtant, la France est à la traîne. Ses politiques sont enserrées dans un millefeuille administratif dans lequel l’État, les régions, les départements et les communes interviennent, mobilisant acteurs privés comme publics, selon une palette de dispositifs mal coordonnés et encore trop rarement évalués. Or, les vertus et les limites de ces dispositifs sont aujourd’hui bien appréhendées. Il existe une très vaste littérature scientifique sur le sujet. Elle permet de dresser les contours des politiques qui fonctionnent et d’identifier les publics pour lesquels il est souhaitable de les mobiliser. Ce sont ces résultats que cet ouvrage souhaite faire découvrir.

 

 

Fontaine François; Malherbet, Franck, Accompagner les demandeurs d’emploi : En finir avec le retard français  . – Paris : Presses de Sciences Po, 2013. – 124 p. – (Sécuriser l’emploi; 1) .

La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif

L’incapacité des pouvoirs publics à réduire le chômage ne signifie pas pour autant que les politiques d’insertion sont inutiles. Si les « travailleurs sociaux » – qui se confrontent aux difficultés de ceux qui accèdent, désarmés, au marché du travail – ne sauraient résoudre le problème du chômage, ils répondent, dans l’intimité des bureaux des missions locales et des salles surchargées des organismes de formation, à de multiples autres attentes. Leurs pratiques, au jour le jour, consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.) pour valider les prétentions professionnelles légitimes, indiquer les opportunités ouvertes ou fermées sur le marché du travail, certifier ou renforcer la valeur professionnelle accordée aux candidats, sanctionner et réformer les conduites disqualifiantes dans les entreprises. Ce travail d’insertion participe à l’« étayage » du rapport au travail de ces publics et ne peut, en ce sens, connaître l’échec. Il s’avère même une modalité à part entière de la gestion publique du chômage des jeunes dans la mesure où ses effets contribuent à la construction du rapport au monde de ceux qui en bénéficient.

Zunigo, Xavier, La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif – Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant, 2013. – 248 p. – (Champ social) .

Le métier de coach

Le coaching est à la mode, mais le coach demeure un inconnu. Au-delà des qualités communément admises en relation d’aide, quels sont les savoir-faire nécessaires à l’exercice de cette profession ? En utilisant la forme originale d’une correspondance pédagogique, l’auteur propose et décrit un ensemble de sept compétences fondamentales déployées dans tout coaching. Il distingue également quatre types de coaching portant respectivement sur les personnes, les relations, les groupes et les organisations. Toutes les questions importantes qui concernent le métier de coach sont abordées : les techniques d’entretien, la déontologie, la supervision, le business de coaching, etc. Le livre retrace également l’essor du coaching et donne un sens aux raisons de l’engouement actuel pour cette forme d’accompagnement personnalisé. Il clarifie les éléments de connaissance de soi, de vigilance et de qualité d’être que doit développer un coach pour bien exercer son métier.

Delivré, François, Le métier de coach : Spécifités, rôles, compétences Delivré, François. – 3e édition. – Paris : Eyrolles, 2013. – 461 p.