Archives pour la catégorie Revues

L’adaptation des compétences, un défi à relever pour les entreprises du numérique

Dans le secteur du numérique, l’innovation est au cœur de la croissance. Pour la favoriser, les entreprises doivent, plus qu’ailleurs, recruter du personnel qualifié et veiller au maintien et au renouvellement des compétences de leurs salariés. La formation initiale, la formation continue sous ses différentes formes et l’alternance sont largement mobilisées, dans un continuum qui pourrait préfigurer une tendance plus générale.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Jean-Marie Dubois, Patrick Rousset, L’adaptation des compétences, un défi à relever pour les entreprises du numérique in Bref n° 358 (2017). – 4 p.

La formation en entreprise face aux aspirations des salariés

Alors que les salariés occupant les emplois les moins qualifiés expriment, aussi souvent que les autres, le souhait de se former, ils formulent nettement moins de demandes de formation. Comment expliquer ce décalage ? Si le souhait de se former va de pair avec les perspectives professionnelles perçues par les salariés, en lien avec leurs aspirations, l’expression de demandes de formation relève plutôt des pratiques d’entreprises.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Jean-Marie Dubois, Ekaterina Melnik-Olive, La formation en entreprise face aux aspirations des salariés in Bref n° 357 (2017). – 4 p.

Formation emploi, n° 138, avril-juin 2017 : La professionnalisation dans l’enseignement supérieur : formes et

Avec les directives européennes et les récentes lois ministérielles, la professionnalisation est affirmée comme une mission importante de l’enseignement supérieur.
Derrière une apparente évidence, la professionnalisation recèle de multiples formes.

Présentation et sommaire sur le site du Céreq

Formation emploi, n° 138, avril-juin 2017 : La professionnalisation dans l’enseignement supérieur : formes et effets variés

Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 – Pas d’amélioration de l’insertion professionnelle pour les non-diplômés

Dans un contexte de faible reprise économique, l’accès à l’emploi des jeunes de la Génération 2013 est légèrement plus favorable que pour la génération précédente.

En 2016, soit trois ans après avoir quitté le système éducatif, un jeune actif sur cinq recherche un emploi et c’est le cas pour un jeune actif non diplômé sur deux. Ces niveaux restent bien supérieurs à ceux connus avant la crise.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Emilie Gaubert, Valentine Henrard, Alexie Robert, Pascale Rouaud, Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Pas d’amélioration de l’insertion professionnelle pour les non-diplômés in Bref n° 356 (2017). – 4 p.

PhDs’ early career trajectories strongly differentiated

For those who obtained their PhDs in 2010, research remains the main opening. If they embark on careers in public-sector research, their trajectories during the first five years of their working lives are synonymous with periods of temporary employment of varying lengths. These trajectories contrast sharply with those of PhDs who seek employment in the private sector at a very early stage in their careers.

Lire le Training and employment sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber, PhDs’ early career trajectories strongly differentiated in Training and employment n° 127 (January February 2017). – 4 p.

Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche »

Les transformations du travail en cours dans les industries chimiques depuis trente ans ont reconfiguré les métiers de la fabrication et de la maintenance. Plus diplômés, davantage polyvalents, les profils de ces ouvriers, techniciens et agents de maîtrise se sont diversifiés. Dans un secteur où le travail s’est fortement, quoiqu’inégalement, densifié et modernisé, la transmission des savoirs, l’apprentissage sur le tas et la mobilité interne restent prépondérants.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Agnès Legay, Fred Séchaud, Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche » in Bref n° 355 (2017). – 4 p.

Work at the heart of firm-based learning

For most employers, employees acquire competences less by taking part in organised training programmes than by carrying out their work tasks. The training and employee trajectory surveys (dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés/Defis) show that employees whose work dynamics offer the best opportunities for informal learning are also the ones who enjoy the highest levels of access to organised training. This is particularly true for employees in the least skilled jobs.

Lire le document sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux , Work at the heart of firm-based learning in Training and employment n° 126 (décembre 2016). – 4 p.

Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles

Pour les docteurs diplômés en 2010, le débouché principal reste la recherche. Dans la recherche publique, leurs trajectoires professionnelles durant les cinq premières années de vie active sont synonymes de passages plus ou moins longs par l’emploi à durée déterminée.

Ces parcours tranchent avec ceux des docteurs qui s’orientent très tôt vers les emplois du privé.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber , Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles in Bref n° 354 (2017). – 4 p.

Le travail au cœur des apprentissages en entreprise

Pour une majorité d’employeurs, les compétences des salariés s’acquièrent moins par des formations organisées que par l’exercice du travail.

Le dispositif Defis permet de montrer que les salariés inscrits dans les dynamiques de travail les plus porteuses d’apprentissages informels sont également ceux qui accèdent le plus à la formation organisée. Ce constat est particulièrement marqué pour les salariés occupant les emplois les moins qualifiés.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le travail au cœur des apprentissages en entreprise in Bref n° 353 (2017). – 4 p.

La formation professionnelle diplômante, un pari gagnant pour l’emploi ? Le cas de la région Paca

La formation professionnelle est-elle réellement un outil de lutte contre le chômage des jeunes et des adultes ? Une évaluation de l’impact de formations diplômantes financées par la région Paca aboutit à des résultats allant dans ce sens. Deux ans après avoir suivi une formation diplômante, les stagiaires affichent un taux d’emploi nettement supérieur à celui des jeunes et adultes de mêmes caractéristiques n’ayant pas suivi ce type de formation. Pour autant, au terme de ces deux années, les conditions d’emploi des stagiaires ne sont pas meilleures que celles des autres.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Fanny Brémond, Séverine Landrier, Pascale Rouaud, Aline Valette-Wursthen, La formation professionnelle diplômante, un pari gagnant pour l’emploi ? Le cas de la région Paca in Bref n° 352 (février 2017). – 4 p.

Post-hire training: a means of integrating and retaining new recruits ?

training125New recruits receive less training than employees with longer job tenure. Training on entry into post is provided less frequently for formerly unemployed individuals than for people already in employment prior to recruitment. Nevertheless, the fact of having received post-hire training seems to improve employee retention, particularly among the previously unemployed. Such training would appear to be a means of improving worker-job matching or employee engagement with the work environment.

Lire le Training and employment en ligne

Guillemette de LARQUIER, Géraldine RIEUCAU, Carole TUCHSZIRER, Post-hire training: a means of integrating and retaining new recruits ? in Training and employment n° 125 (septembre-octobre 2016). – 4 p.

 

 

Recruter et former : un enjeu pour adapter et stabiliser les salariés dans l’entreprise ?

b351Les nouvelles recrues sont moins formées que les salariés plus anciens dans l’entreprise. La formation à l’entrée s’adresse moins souvent aux anciens chômeurs qu’aux personnes déjà en emploi avant d’être recrutées. Pour autant, avoir bénéficié d’une formation après l’embauche serait plutôt le gage d’une plus grande stabilité dans l’entreprise, surtout pour les anciens chômeurs. Cette formation permettrait ainsi d’améliorer la qualité des appariements ou la relation du salarié à son environnement de travail.

Lire le Bref en ligne

Complément du Bref sur le site du Céreq

Guillemette de Larquier, Géraldine Rieucau, Carole Tuchszirer, Recruter et former : un enjeu pour adapter et stabiliser les salariés dans l’entreprise ? in Bref n° 351 (décembre 2016). – 4 p.

Les formations obligatoires en entreprise : des formations comme les autres ?

b350Les formations obligatoires et réglementaires constituent le premier poste de dépense des entreprises en matière de formation. Les entreprises des secteurs traditionnellement les moins formateurs ainsi que les salariés les moins qualifiés sont les plus concernés. Mais les entreprises dans lesquelles les formations obligatoires représentent la quasi-totalité des dépenses ont les mêmes caractéristiques que les moins formatrices. En filigrane, se pose la question du rôle des formations obligatoires dans la réduction des inégalités d’accès.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Béraud Delphine, Les formations obligatoires en entreprise : des formations comme les autres ? in Bref n° 350 (2016). – 4 p.

A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ?

b349Plus des deux tiers des diplômés de licence et master sortis de formation en 2010 ont bénéficié des aides à l’insertion proposées par les universités et globalement plus de 80% d’entre eux les ont trouvées utiles. A l’issue d’une licence générale ou d’un master, les étudiants ayant bénéficié d’un tel dispositif présentent une meilleure insertion que les autres. Les jeunes dont les deux parents ne sont pas diplômés du supérieur accèdent ou recourent moins aux aides et débouchent sur de plus faibles niveaux d’emploi.

Lire le Bref en ligne

Philippe Lemistre, Boris Ménard,  A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ? in Bref n° 349 (décembre 2016). – 4 p.

Studying or working abroad: does it ease the education-to-work transition for young people in France?

empl124A period of living and studying or working abroad is generally regarded as an advantage for young people when they enter the labour market. And young people who go abroad during their final course of study do indeed enter the labour market on more favourable terms. However, this apparent advantage is in fact linked to the establishments they attended and the social milieus in which they grew up.

Lire le document en ligne

Julien Calmand, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Studying or working abroad : does it ease the education-to-work transition for young people in France? in Training and employment n° 124 (July-August 2016). – 4 p.