Archives mensuelles : avril 2012

L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi

Le dernier Net.doc du Céreq présente un article de Philippe Lemistre  sur l’insertion des diplômés de licence.

Couverture

Cet article propose un état des lieux de l’insertion des diplômés de licence, et de ses déterminants. Parmi ces derniers, le parcours d’études joue un rôle important : le fait d’être titulaire d’un DUT ou d’un BTS par exemple procure un net avantage. Les domaines et spécialités de formation influent aussi fortement sur les salaires et l’accès à la qualification. Avoir suivi la filière apprentissage et détenir une licence professionnelle améliorent enfin les critères d’insertion. L’explication tient en grande partie à la sélectivité de la filière professionnelle. Les chiffres sont issus de l’enquête 2007 du Céreq auprès de la génération 2004.

Philippe Lemistre, L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi, Céreq, 2012. – 25 p.- (Net.Doc; n° 90) .

 

La certification professionnelle : dossier documentaire

Le service Documentation du Centre Inffo publie un dossier documentaire sur la certification professionnelle.

Ce dossier propose une sélection d’articles du Quotidien de la formation en lien avec la certification professionnelle (RNCP, CNCP, référentiels de certification) ainsi qu’une bibliographie en quatre parties…

Lire la suite sur le site des ressources de la formation du Centre Inffo

Le taux de chômage selon le diplôme

L’Observatoire des inégalités publie un article sur le taux de chômage selon le diplôme. Reprenant les données 2010 de l’Insee, il montre que « le taux de chômage des non diplômés est près de trois fois supérieur à celui des diplômés d’études supérieures. Le diplôme est plus que jamais un atout pour accéder à l’emploi… »

Lire l’article : Le taux de chômage selon le diplôme, Observatoire des inégalités

Réflexions sur la réussite de l’insertion professionnelle : contribution à l’étude des attentes des jeunes sans qualification….

Sous la direction de Jean-Yves Duyck, Khaled Saboune vient de soutenir sa thèse sur l’insertion professionnelle des jeunes sans qualification, à l’université de Poitiers.

Cette thèse en sciences de gestion a pour objectif d’étudier et tenter de comprendre les raisons de l’échec des politiques d’insertion par la formation auprès des jeunes sans qualification (JSQ). Elle constitue le fruit d’une volonté politique de la Région Poitou-Charentes dans sa lutte contre l’exclusion du marché du travail. De fait, il apparaît que, si, comme au niveau national, les difficultés d’insertion des JSQ dans l’emploi durable et de qualité s’avèrent nettement plus importantes que celles des jeunes qualifiés, par contre, leur taux de chômage reste légèrement plus élevé. Cette situation fonde l’action de la Région qui tente d’améliorer l’employabilité des JSQ. Partant du principe que la qualification constitue le premier levier pour l’emploi, elle développe, dans le cadre de sa politique de formation, certaines actions dites « pré-qualifiantes ». Ces dernières suivent deux étapes : à court terme, elles ont pour vocation de favoriser l’accès à la qualification et, à long terme, de faciliter l’insertion professionnelle. Ces formations et ce public constituent le corps de la présente recherche.

Khaled Saboune, Réflexions sur la réussite de l’insertion professionnelle : contribution à l’étude des attentes des jeunes sans qualification : Le cas de formations de la Région Poitou-Charentes, Université de Poitiers, 2012, 317 p.

Sécuriser les parcours professionnels par la création d’un compte social universel

François DAVY, président du groupe immobilier Foncia, a rendu public son rapport sur la sécurisation des parcours professionnels, commandé par Xavier Bertrand.

L’auteur formule 13 propositions opérationnelles visant à sécuriser les parcours professionnels, notamment par la création d’un compte universel de droits sociaux consultable sur un portail internet, le développement du congé individuel de formation, l’élargissement de la GPEC à un niveau régional, voire national et la création d’un droit à la formation différée. Il propose également que chaque jeune sorti sans diplôme ou sans qualification suive une formation ou un apprentissage dans son bassin d’emploi et que les entreprises soient incitées  à devenir des centres de formation d’apprentis.

Remise du rapport Davy : « Sécuriser les parcours professionnels par la création d’un compte social universel ».

Informer et orienter «vert» et certifier les compétences «vertes» …

Ce rapport est le résultat des missions confiées à Jean-Robert Pitte (DIO) et George Asseraf (président du CNCP) par Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des transports et du Logement . Il propose des axes afin d’informer le public, les organismes et les entreprises sur le secteur de l’économie verte, notamment la mise en place d’une cartographie dynamique des certifications vertes pour les 11 filières professionnelles.

L’intégralité du rapport est disponible sur le site de la CNCP.

Georges Asseraf et Jean-Robert Pitte, Informer et orienter «vert» et Certifier les compétences «vertes» : Pour une approche commune de l’information verte, CNCP, 2012, 35 p.

Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes

pagecouvFabienne Maillard  dirige aux PUR, l’ouvrage qui invite à une réflexion sur ce qu’engage l’appel à la performance productive imposé aux diplômes : « Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes ».

C’est au nom de l’amélioration des modes d’accès à l’emploi et de la résorption du chômage que le diplôme a pris une place majeure dans notre organisation sociale, au fil des trente dernières années. Obligatoirement « professionnel », le diplôme doit désormais préparer à l’emploi, garantir la possession de compétences professionnelles spécifiques, assurer l’insertion professionnelle. Et en faire la preuve. De nouvelles règles s’imposent donc aux diplômes et à ceux qui les élaborent, pour se conformer à ce modèle professionnaliste. Pour autant, de nombreuses questions restent ouvertes : sur le sens des termes en usage, leur traduction pratique dans les politiques publiques ou par les branches professionnelles, ou sur les effets des réformes mises en oeuvre pour généraliser la professionnalisation des formations et des diplômes. À partir de ces questions, cet ouvrage invite à une réflexion sur ce qu’engage l’appel à la performance productive imposé aux diplômes : à ceux qui les élaborent, qui y forment comme à ceux qui les détiennent.

En savoir plus sur le site de l’éditeur

Fabienne Maillard, Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 252 p.

Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur

Les éditions de Boeck lancent l’ouvrage  « Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur » sous la direction de Marc Romainville et Christophe Michaut.

Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l’enseignement supérieur est confronté à des taux d’échec et d’abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. De surcroît, il lui est demandé d’élever le niveau de formation des jeunes tout en faisant preuve d’une plus grande justice sociale. Face à ces impératifs, les établissements sont incités à lutter contre l’échec et les étudiants contraints à réussir leurs études. Mais que signifie « réussir des études » ? Accéder à la formation et à l’établissement désirés, atteindre un certain niveau d’études, acquérir des compétences utiles sur le marché du travail ou seulement obtenir le diplôme ? …

Lire la suite sur le site de l’éditeur.

 

Marc Romainville, Christophe Michaut, Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur, De Boeck, 2012. – 295 p.

La réussite à l’université : du tutorat au plan licence

Les éditions de Boeck proposent cet ouvrage sur la démocratisation à l’université pour l’accès aux études supérieures comme pour la formation des étudiants, intitulé « La réussite à l’université : du tutorat au plan licence » d’Emmanuelle Annoot.

La réussite des étudiants à l’université ou, plus précisément, la lutte contre l’échec en premier cycle est un axe majeur des politiques de l’enseignement supérieur français lors de cette dernière décennie. De plus, cette période a été marquée par de profonds bouleversements avec la participation des établissements au processus de Bologne et la proclamation de la loi du 10 août sur les libertés et responsabilités des universités. Aujourd’hui, les enseignants du supérieur vivent ces changements dans leurs pratiques quotidiennes. Que signifie faire réussir les étudiants dans l’université du XXIe siècle ? Quelles politiques et pratiques pédagogiques ont été mises en œuvre ? …

Lire la suite sur  le site de l’éditeur.

Annoot, Emmanuelle, La réussite à l’université : du tutorat au plan licence, De Boeck, 2012. – 168 p.

 

La formation professionnelle : Clé pour l’emploi et la compétitivité

Gérard Larcher vient de remettre son rapport au Président de la République sur la formation professionnelle.

Après une analyse des dysfonctionnements du système de formation professionnelle, le rapport préconise notamment d’orienter la formation professionnelle sur les demandeurs d’emploi, de favoriser l’apprentissage pour les jeunes et d’offrir à ceux qui sortent du système éducatif sans qualification une solution en termes de formation…

Pour consulter le rapport sur le site de la Documentation française

Gérard Larcher, La formation professionnelle : Clé pour l’emploi et la compétitivité. – Paris : Présidence de la République, 2012. – 65 p.

 

Les tisseurs de quotidien

Les éditions Erès proposent un ouvrage sur l’éthique et l’accompagnement des personnes vulnérables intitulé : « Les tisseurs de quotidien », d’Arlette Durual et de Patrick Perrard

Dans le secteur des personnes âgées, ou des enfants et des adultes lourdement handicapés, le partage et l’accompagnement du quotidien semblent maintenant réservés à quelques professionnels, dont le travail tend à être dévalorisé. Pourtant, lorsque les AMP ou les moniteurs-éducateurs font le récit des « petits riens », s’appliquent à donner le sens du geste, ils révèlent la richesse de ce qui chaque jour s’accomplit. Les auteurs témoignent, à travers de nombreux exemples, de la nécessité d’inscrire l’action de ces professionnels du côté de l’humanité et de l’éthique de l’accompagnement plutôt que du côté de l’opérationnalité et de la technicité.

En savoir plus sur le site de l’éditeur.

Durual Arlette, Perrard Patrick, Les tisseurs de quotidien : pour une éthique de l’accompagnement de personnes vulnérables , Toulouse : Erès, 2012. – 147 p.

La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012

Les éditions EMS publient un ouvrage qui retrace les évolutions de la formation continue depuis sa création en 1970 jusqu’à nos jours,  intitulé « La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012 », de Raymond Vatier

L’auteur, placé au coeur de ce projet dans les années soixante- dix et observateur attentif ensuite, a réuni documentation et nombreux témoignages d’acteurs de la formation continue. Nous découvrons ainsi que, malgré une mise en place difficile, freinée par la discontinuité ministérielle, la lourdeur et les procédures de l’administration, les dispositions alors arrêtées ont apporté, sur tout le territoire, des services appréciés. Le système mis en place a survécu. Il a permis de multiplier les types de prestations et d’innover selon les besoins. Partant de ce constat, l’actualité économique et l’urgence des problèmes de l’emploi imposent aujourd’hui de mettre en évidence les conditions dans lesquelles cet ensemble pourrait rendre beaucoup plus de services. Car si la formation continue fonctionne sous de nombreuses formes, des progrès sont nécessaires pour renforcer son efficacité et agir sur la qualification, puis sur l’emploi...

Lire la suite sur le site de l’éditeur

Raymond Vatier, La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012, Éd. EMS, Management & société, 2011. – 246 p.

Accompagner : un agir professionnel

Les éditions de Boeck proposent un ouvrage sur les différentes pratiques de  l’accompagnement sous la direction d’Evelyne Charlier et de Sandrine Biémar, intitulé « Accompagner : un agir professionnel »

Accompagner, se tenir à côté, faire voir, rendre compte des possibles, écouter, être présent, aider à formaliser, faire émerger, initier, cadrer, baliser, assurer, maintenir, négocier…, les termes associés à l’accompagnement sont multiples et utilisés de manière différente dans des contextes variés. La multiplicité et la complexité du rôle d’accompagnateur, tant par les fonctions auxquelles il réfère que par les contextes où il s’exerce, nécessitent une clarification. C’est dans cette voie que les auteurs se sont engagés avec une équipe de chercheurs du Département Éducation et Technologie des Facultés de Namur. Ils ont ainsi tenté de mieux comprendre la pratique d’accompagnement à la lumière de leurs expériences de chercheurs-formateurs-accompagnateurs et sont entrés, pour ce faire, dans une démarche de description, d’analyse et de formalisation de leurs pratiques. Ce travail de plusieurs années leur a permis de dégager l’essence de la professionnalité des accompagnateurs et du processus d’accompagnement. Cet ouvrage propose donc des récits de pratiques d’accompagnement d’étudiants, d’enseignants, de formateurs, de conseillers pédagogiques, de directions d’établissements scolaires. Il analyse et formalise l’agir professionnel de différents accompagnateurs, œuvrant dans des contextes divers, mettant en œuvre des dispositifs d’accompagnement tantôt individuel, tantôt d’équipe.

En savoir plus sur le site de l’éditeur.

Evelyne Charlier  et Sandrine Biemar, Accompagner : un agir professionnel, Bruxelles : De Boeck, 2012. – 192 p.