Archives mensuelles : juin 2012

Une socio-histoire des relations formation-emploi

Souvent présentée comme un bien universel, la formation est systématiquement arrimée à la résolution des problèmes économiques et sociaux. Elle permettrait d’améliorer l’accès des jeunes à l’emploi, d’adapter les adultes aux changements et de moderniser les entreprises. Elle serait propice au dialogue social, symbole d’une société apaisée et orientée vers la recherche de compromis. Cet ouvrage se propose de déconstruire cette vision normative de la formation et des relations qu’elle établirait avec l’emploi, présentées comme logiques et nécessaires. Adoptant une perspective socio-historique, il procède à l’examen de plusieurs maillons caractéristiques de la chaîne des relations formation emploi pour interroger leur signification. Ce retour vers le passé atteste combien ce domaine d’activités est le résultat d’une succession d’interactions multiples. Situées dans des contextes définis, elles sont l’expression des opinions et des pratiques distinctes des acteurs individuels et institutionnels.

 

 

Lire la suite : sur le site de l’éditeur

 

Emmanuel Quenson, Une socio-histoire des relations formation-emploi, L’Harmattan, Logiques sociales, 2012, 275 p.

La relation de clientèle (Appel à contribution)

Le GRESCO (Université de Limoges) organise un colloque interdisciplinaire sur « La relation de clientèle » les 15 et 16 novembre 2012. Ce colloque se propose de faire le point sur la « relation de clientèle », entendue ici à la fois comme outil de management (fondé sur la fixation d’objectifs « commerciaux »), dispositif d’organisation du travail et ensemble d’interactions entre professionnels et clients. Cette thématique permettra de croiser les regards disciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie, histoire, gestion…)…

Les propositions de communications doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 juillet 2012.

Pour en savoir plus : Calenda – La relation de clientèle.

 

 

Travailler : richesse concrète du travail …

Cette richesse concrète du travail, c’est ce qu’entreprend d’explorer ce numéro de Communications  qui interroge le travail du point de vue de ceux qui le vivent au quotidien. A travers des exemples portant sur des activités très diverses et rarement étudiées jusqu’à présent, les auteurs, sociologues pour la plupart, donnent de l’expérience du travail une image qui, loin d’être univoque, en fait une activité complexe et riche, dont la part de créativité n’est jamais absente.

 

Sommaire et résumés en ligne sur Cairn

 

 

 

 

Travailler,  Thierry Pillon (dir.) ,  Communications n° 89, 2011, 206 p.

 

 

 

Les conditions d’activité des femmes japonaises évoluent….

couvertureCette étude d’Arnaud Dupray et Hiroatsu Nohara paru dans la collection Net.doc du Céreq  s’interroge sur les conditions d’activités des Femme au Japon et en France de 1992 à 2007. La société, les politiques publiques favorisent-elles le travail des femmes même après le mariage ?
Sous l’effet de réformes en matière de politique familiale, les conditions d’activité des femmes japonaises se rapprochent peu à peu de celles des femmes des pays occidentaux.Elles restent néanmoins plus dépendantes de la situation du conjoint que celles des femmes françaises.
Consulter le document sur le site du Céreq :
Dupray, Arnaud; Nohara, Hiroatsu, L’évolution des conditions d’activité des femmes : une comparaison France-Japon  – Marseille : Céreq, 2012, 33 p, (Net.Doc; 93) .

Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot

Alors que la propreté est une valeur absolue des sociétés riches, le travail de celles et ceux qui éliminent la saleté est socialement et économiquement dévalorisé. En Suisse, le nettoyage comme activité professionnelle est majoritairement accompli par des femmes et des personnes d’origine étrangère. Ce travail représente une de leurs seules possibilités d’insertion sur le marché de l’emploi. Comment ces personnes font-elles pour tenir le coup dans un « sale boulot » ? Le présent ouvrage répond à cette question en analysant les pratiques et le discours des nettoyeuses et nettoyeurs qui entretiennent quotidiennement nos espaces. Étudiant les relations entre le personnel de nettoyage et les bénéficiaires du service rendu, il met en évidence les rapports de domination qui structurent le métier. De plus, à travers l’analyse d’un « petit métier », cette recherche révèle les mécanismes de différenciation et de hiérarchisation en cours dans le monde du travail : la division sociale, sexuelle et raciale du travail et leur articulation ; la construction de la qualification masculine et de la déqualification féminine ; la fabrication de l’ordinaire féminin et de l’extraordinaire masculin.

Natalie Benelli et sa directrice de thèse étaient invitées de l’émission « Devine qui vient dîner’, le 8 juin 2012, sur  la Radio Télévision Suisse RTS : un entretien de 55 minutes Télécharger l’entretien

 

Natalie Benelli, Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot, Seismo, 217 p. Coll. Questions de genre

La mobilité professionnelle

La collection Repères, des éditions La Découverte nous propose une synthèse des différents champs d’étude de La mobilité professionnelle, un ouvrage signé par Duhautois Richard, Petit Héloïse et Remillon  Delphine

Nombreux sont les travaux sur la mobilité professionnelle, dont cet ouvrage fait le point en évoquant les différents champs d’étude, leurs hypothèses et leurs résultats. La perspective adoptée différencie le poids des caractéristiques des salariés et celui des caractéristiques des entreprises : les plus mobiles sont-ils les plus jeunes ? Les moins qualifiés ? Les femmes sont-elles plus mobiles que les hommes ? Est-on plus mobile dans les petites entreprises ? Dans le secteur tertiaire ? Quel est l’impact de la politique salariale sur les changements d’entreprise ?

Lire la suite sur le site de l’éditeur

 

La mobilité professionnelle, Duhautois, Richard ; Petit, Héloïse ; Remillon, Delphine . – Paris : La Découverte, 2012. – 127 p. – (Repères. Economie; 599) .

Plus de références sur la mobilité professionnelle

Les groupes professionnels en tension

Les éditions Octarès publient un ouvrage sur les  métiers Les groupes professionnels en tension : les frontières, les tournants et les régulations, sous la direction de Régine Bercot, Sophie Divay et Charles Gadéa

 

pagecouvLes métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes…  Lire la suite sur le site de l’éditeur

 

Bercot Régine,  Divay Sophie,  Gadéa, Charles, Les groupes professionnels en tension : frontières, tournants, régulations, Octarès, 2012. – 282 p.. – (Le Travail en débats. Colloques & Congrès) .

Sur le même sujet :

Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis / Demazière, Didier, éd.; Gadéa, Charles, éd. – Paris : La Découverte, 2009. – 463 p. – (Recherches) .