Archives mensuelles : octobre 2012

L’artiste en action : vers une sociologie de la pratique artistique

Comment travaillent les artistes ? Comment produisent-ils des oeuvres ? Ce livre donne à voir une enquête à caractère ethnographique menée auprès d’artistes plasticiens contemporains. On découvre huit univers artistiques intimes pendant la création des oeuvres. L’ouvrage présente des photographies et de longs entretiens avec des créateurs. L’auteur observe des artistes « en action » : Philippe Domergue, Michel Fourquet, Serge Fauchier, Claude Massé, Gilbert Desclaux, Georges Ayats, Patrick Loste et Claude Muchir. L’enquête suit au plus près les séquences de créations, dans leur rythme, leur protocole et leurs processus. La pratique artistique est une pensée en actes et parfois une esquive de la trop grande maîtrise technique et culturelle. Le « faire » corps de l’artiste, sa sensibilité, modifient apparemment toujours le projet. L’activité de production est un travail rationnel dans un champ qui ne l’est plus (il n’y a plus d’Académie qui édicte des règles de l’art). Dans l’art aujourd’hui, les artistes s’orientent sans boussole. Cette grande liberté implique un doute permanent. On poursuivra dans cette enquête le projet d’une « science du faire », cette poïetique, inventée par Paul Valéry. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux des sociologues Bourdieu, Becker, Esquenazi et Péquignot et des philosophes Chateau, Davidson, Neuberg et R. Passeron. La motivation de ce livre a sa source dans l’ennui que l’on peut ressentir face aux oeuvres des musées et des galeries. La pratique correspond à ce que Mallarmé nomme le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui : fugace, instable, multiple, privée, routinière et cachée. Elle reste le plus souvent hors de portée du chercheur en sciences sociales. Quelles sont les interactions possibles dans l’isolement de la fabrication ? Comment se mêlent les déterminismes et les libertés dans l’art ? On observe dans la pratique, parfois, une autonomisation du faire grâce à un événement conjoncturel, un enchaînement de faits poïetiques imprévus. Le champ artistique est un premier cercle d’autonomisation, la pratique artistique devient parfois un second cercle d’autonomie. C’est ce que l’auteur appelle la contingence de la pratique. Ce livre essaye de rendre compte de cette imprévisibilité.

Eric Villagordo,  L’artiste en question : vers une sociologie de la pratique artistique,   – Paris : L’Harmattan, 2012. – (Logiques sociales. Série sociologie des arts) .

Travail et automatisation des services: la fin des caissières ?


Que ce soit dans les banques, la restauration rapide, les cinémas, les transports en commun, les services postaux ou bien encore la grande distribution, nous assistons ces dernières années à un déploiement sans précédent du libre-service, se traduisant notamment par une multiplication des dispositifs automatiques.
Cet ouvrage se propose d’étudier ce phénomène sous l’angle du travail. Il repose sur une immersion d’une dizaine d’années dans le secteur de la grande distribution, s’appuyant sur le cas emblématique des caisses automatiques. Allant à l’encontre de l’idée selon laquelle les clients accompliraient dorénavant le travail à la place des salariés, il montre que l’automatisation induit une nouvelle répartition des tâches. Le travail ne disparaît pas, il se trouve profondément transformé, intervenant « en coulisses » et « à l’insu » des clients. Et quand travailler consiste pour nombre de salariés à être « au service d’autrui », quand les clients constituent la principale source de reconnaissance, alors le sens même du travail qui se trouve requestionné.
A l’intersection de la sociologie du travail industriel et de la sociologie des services, Sophie Bernard livre ainsi un travail d’investigation et d’analyse qui invite à repenser le travail dans les services.

En savoir plus

 Sophie Bernard, Gilbert de Terssac, préf..Travail et automatisation des services : La fin des caissières – Toulouse : Octarès, 2012. – 192 p. – (Travail et activité humaine) .

Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management

 La reconnaissance des cadres au travail est un thème récurrent au sein de nombreux écrits professionnels. Sans nier que ce sujet porte une dimension sociétale beaucoup plus vaste que celle du monde hospitalier, les auteurs de cet ouvrage s’interrogent sur cette question répétitive de la « gratitude sociale » et misent sur un pari : cette redondance est signifiante. Elle doit donc nous éclairer sur le quotidien de ces acteurs fondamentaux des institutions sanitaires et médico- sociales que sont les cadres.
Mais de quelle reconnaissance parlons-nous ? Est-ce celle des patients ? Des médecins ? De l’institution hospitalière ? Des personnels ? Autant d’acteurs, autant d’attentes ! Cette problématique complexe détient le mérite de porter la réflexion sur le coeur du travail hospitalier. Les cadres de santé sont-ils les victimes d’une division excessive du travail, d’une hiérarchisation exagérée des tâches et des soins ? Ont-ils la possibilité de développer un véritable corps professionnel, source de propositions ? Témoignent-ils d’un sentiment d’appartenance à un métier, à une profession, à une institution ? En explorant ces différents questionnements, cet ouvrage esquisse des stratégies autour d’une certitude : la reconnaissance ne se donne pas, elle ne peut être que conquise ! Les cadres de santé ne peuvent l’obtenir que par une démarche collective mettant l’accent sur leurs apports spécifiques au sein des institutions.
Or, au regard de l’évolution médicoéconomique de l’hôpital, l’une des stratégies possibles ne réside-t-elle pas en un management « par et pour » l’éthique ? Que peut-on attendre d’un soignant si ce n’est de poser une limite argumentée à la stricte approche financière ? Sans nier l’inévitable inscription de l’institution hospitalière dans une politique d’efficience, ta situation actuelle de l’hôpital exige un certain rééquilibre.

 

Bourgeon, Dominique, dir. , Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management  . – Rueil-Malmaison : Editions Lamarre, 2012. – 344 p. – (Fonction de cadre de santé série : Gestion des ressources humaines) .

En savoir plus :

Les inégalités en France

Alternatives économiques propose un dossier sur les inégalités en France :

– Toutes les données clés : revenus, emploi, éducation, santé, logement, nouvelles technologies…

-Les analyses des spécialistes

-Des pistes pour agir.

 

 

 

Les inégalités en France, Alternatives économiques, Hors-série poche n° 56, septembre 2012, 160 p.

En savoir plus :

 

Les réseaux professionnels féminins : quand l’entreprise se met au service d’une réussite pluriELLE

Egalité professionnelle, plafond de verre, quotas de femmes dans les conseils d’administration sont des sujets d’actualité, autant sur les plans social, économique que politique. Dans ce contexte, les réseaux professionnels féminins internes à l’entreprise se sont fortement développés ces dernières années, et les entreprises du CAC 40 semblent vouloir s’interroger concrètement : Quelles sont les problématiques de carrière des femmes cadres ? Quels en sont les enjeux ? Qu’apportent les réseaux professionnels féminins à la carrière des femmes cadres et à l’entreprise ? Etayée de témoignages d’experts et de professionnels, cette enquête met en lumière les actions concrètes sur le sujet, préconise de bonnes pratiques en matière d’égalité professionnelle et donne des pistes méthodologiques pour la mise en place d’un réseau.

 

Claire Laugier, Les réseaux professionnels féminins : Quand l’entreprise se met au service d’une réussite pluriELLE,  – Paris : L’Harmattan, 2012. – 196 p. – (Réseaux sociaux) .

Les dynamiques des parcours sociaux : temps, territoires, professions

Les parcours sociaux se trouvent aujourd’hui bouleversés. Ils ont été transformés en profondeur par un ensemble de dynamiques sociales puissantes : allongement de l’existence, désinstitutionnalisation du cours de vie, globalisation, processus de singularisation, accélération des changements sociaux. Aussi sont-ils désormais plus complexes, moins linéaires, moins standardisés, plus réversibles qu’ils ne l’étaient il y a quelques décennies.
Fort de ce constat, cet ouvrage se propose de contribuer aux réflexions actuelles sur le concept de parcours social en donnant à voir comment les parcours sociaux contemporains se construisent à la croisée des contraintes sociétales et des choix individuels. Réunissant de riches études de cas, il approfondit l’analyse de trois dimensions clés des parcours sociaux – leurs dynamiques temporelle, résidentielle et professionnelle – tout en s’interrogeant sur les interactions entre ces différentes dimensions.

 

Caradec, Vincent, dir. ; Ertul, Servet, dir. ; Melchior, Jean-Philippe, dir. Les dynamiques des parcours sociaux : temps, territoires, professions ;  – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 272 p. – (Le sens social) .

 

en savoir plus

Un salariat au-delà du salariat ?

Le salariat connaît une phase critique de son histoire, suscitant un débat sur la signification de ses métamorphoses et les horizons possibles de son devenir. S’agit-il de renforcer les institutions du salariat ? De créer de nouveaux droits attachés à la personne, non à l’emploi ? De rechercher l’émancipation du travail au-delà du salariat, en concevant aussi de nouvelles formes d’association et de coopération ?

Cet ouvrage s’insère au sein de ce débat en partant de deux figures professionnelles, l’intermittent du spectacle et le journaliste pigiste. Figures d’exception du point de vue du droit du travail, elles sont exemplaires des mutations du salariat pour trois raisons : il s’agit de figures hybrides qui se situent entre le travail salarié et le travail indépendant, de travailleurs précaires et qui intègrent des organisations du travail par projet.

Tout au long de l’ouvrage, les deux coordinatrices mettent en dialogue intermittents du spectacle, directeurs de compagnie, journalistes pigistes et chercheurs en sciences sociales et cherchent à en tirer des conclusions plus générales pour l’invention d’un salariat au-delà du salariat.
Marie-Christine Bureau (dir.), Antonella Corsani (dir.) , Un salariat au-delà du salariat ?  – Nancy : Presses universitaires de Nancy ;  Presses universitaires de Lorraine, 2012. – (Salariat et transformations sociales) .

 

En savoir plus

Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux

En dépit d’une faible reconnaissance scientifique et de rétributions économiques moyennes, le travail social, aujourd’hui accusé de favoriser l’assistanat, continue d’attirer de nouvelles recrues. Venir en aide, insérer socialement, diminuer les souffrances, agir sur leurs causes, sinon changer le monde, restent des objectifs mobilisateurs. Les engagements des travailleurs sociaux sont cependant mis à mal par la restriction des moyens dont ils disposent.
Comment expliquer la pérennité des vocations et la persistance des investissements ? Comment font-ils pour tenir ? Tel est l’objet de ce livre, fruit d’une enquête ethnographique de longue durée. Prenant au sérieux les pratiques, même les plus triviales, elle a mis en évidence les différents modes de présentation qu’adoptent les travailleurs sociaux et les registres qu’ils mobilisent pour rendre compte de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font. Elle a conduit à dégager trois pôles : les travailleurs sociaux cliniques trouvent leur énergie dans l’atténuation de la souffrance des usagers, les travailleurs sociaux militants dans le travail politique qu’ils entreprennent et les travailleurs sociaux normatifs dans la sensibilisation au respect des règles, perçu comme facteur d’intégration.
Parce que le sens attribué à l’engagement est sans cesse questionné et parce que le désenchantement les guette, le livre montre les ajustements et réajustements qui ponctuent leur carrière et influent sur leurs « raisons d’être ».
Jean-François Gaspar, Tenir ! : Les raisons d’être des travailleurs sociaux- Paris : La Découverte, 2012. – 297 p.. – (Enquêtes de terrain) .

 

En savoir plus

Les catégories sociales et leurs frontières

Y a-t-il une délimitation claire entre études et travail ? Les professionnels se démarquent-ils vraiment des amateurs ? Y a-t-il une séparation nette entre marché du travail et famille ou entre les diverses étapes de la carrière professionnelle ? Peut-on tracer une frontière entre santé et maladie ? Il faut rentrer, comme dans ce livre, dans la complexité des cas concrets pour saisir les variations, les transformations et les évolutions des catégorisations à l’œuvre dans le monde social.
Ce livre rassemble des contributions de chercheurs canadiens et français. Au fil de la lecture apparaissent des interstices et des passages, des transitions et des allers-retours, des barrières invisibles ainsi que des facteurs de risque ou des antécédents. Cet ouvrage explore ainsi les brouillages des catégorisations sociales « en train de se faire » qui parfois, par le simple fait de leur efficacité, viennent transformer les représentations collectives et s’imposer comme des faits sociaux nouveaux.

Alain Degenne (dir.) ; Catherine Marry (dir.) ; Stéphane Moulin (dir.), Les catégories sociales et leurs frontières,   – Québec : Presses de l’Université de Laval, 2011. – 410 p.

En savoir plus sur liens-socio.org

Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail

Quels seront les métiers porteurs dans dix ans ? Le développement durable peut-il vraiment créer des emplois ? La concurrence chinoise a-t-elle un impact sur le chômage en France ? Est-il vrai que, désormais, nous devrons changer cinq fois de travail dans notre vie ? Sommes-nous tous condamnés à la précarité ? Autant de questions, parmi bien d’autres sur l’emploi et les métiers, auxquelles répond de façon claire et concrète un journaliste économique, en se fondant sur les travaux des meilleurs spécialistes.
Il décortique les idées reçues (l’emploi industriel serait condamné par la mondialisation, les Français ne seraient pas entrepreneurs…) et pointe les vraies évolutions (l’écologie transformera les emplois déjà existants plus qu’elle n’en créera) comme les incertitudes (les services aux personnes vont se professionnaliser, mais avec quelle qualité d’emploi ?). Insertion, métiers, emploi : un tour d’horizon sans angélisme ni catastrophisme pour mieux comprendre le monde du travail d’aujourd’hui et se préparer à celui de demain.

 

 

Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail   –  Alternatives économiques ; Paris : Les petits matins, 2012. – 153 p.

Gouverner les fins de carrière à distance : outplacement et vieillissement actif en emploi

Ce livre revient sur la mise en œuvre d’une politique de « vieillissement actif » en Belgique, à travers le prisme de l’out-placement généralisé aux 45 ans et plus.
Situant les origines internationales du « vieillissement actif », l’auteur rappelle d’abord que cette idée se réduit, une fois encore, à vouloir prolonger les carrières. Surtout, en s’appuyant sur l’observation de vingt candidats et d’une trentaine de consultants en out-placement, il explique comment ce dispositif organise une nouvelle manière de gérer les fins de carrière, de plus en plus « à distance » de l’État via l’intervention de ces consultants et via un report de la responsabilité de la quête d’emploi à charge de l’individu. L’inspiration foucaldienne lui permet de relier cette action publique (la conduite des conduites) et le travail sur soi (la conduite de soi) dans un seul et même mouvement au cœur des pratiques des professionnels de l’out-placement. Si l’individu y est appelé à devenir auto-suffisant, l’analyse montre que tous n’y parviennent pas et même que des formes de résistance se dessinent.

 

 

Thibauld Moulaert, Gourverner les fins de carrière : outplacement et vieillissement actif, Bruxelles : PIE – Peter Lang, 2012. – 287 p. – (Action publique; 9) .

 

Institutionnalisation, désinstitutionnalisation de l’intervention sociale

L’intervention sociale a été depuis ses origines engagée dans une dynamique institutionnelle puisqu’elle n’a eu de cesse de se professionnaliser et de s’inscrire au sein des politiques sociales.
Cette professionnalisation a revêtu des formes diverses. Elle s’est appuyée sur la constitution et la transmission d’un savoir spécifique rompant plus ou moins avec le savoir profane, donc sur la constitution d’un appareil de formation, et l’organisation d’institutions de représentation (syndicats, associations professionnelles et, dans certains cas, ordre professionnel) promouvant la profession et en garantissant l’expertise et la déontologie. Pour parler vite, on pourrait dire que l’intervention sociale s’est institutionnalisée sous la dénomination de travail social.
Cette volonté de reconnaissance a conduit ses promoteurs à chercher à nouer des alliances avec les institutions qui, peu ou prou, intervenaient dans le champ de la régulation des rapports sociaux, institutions familiales, institutions de protection de l’enfance vulnérable, institutions d’aide et d’assistance aux adultes en difficultés, etc. Avec le développement de l’Etat providence, cette insertion du travail social dans le tissu institutionnel s’est intensifiée. Mais dans le même temps, le travail social a cherché à s’autonomiser vis-à-vis des tutelles qui l’ont institué. Dès lors, des tensions ont émergé entre les logiques professionnelles d’un côté et les logiques institutionnelles de l’autre. Les travailleurs sociaux s’appuyant sur leurs références professionnelles (expertise et déontologie) pour revendiquer une autonomie, les institutions gravitant autour de la puissance publique (Etat, associations subventionnées, collectivités territoriales, etc.) rappelant leurs prérogatives d’employeurs et leurs responsabilités de régulation sociale. Si dans beaucoup de pays , un certain équilibre avait fini par être trouvé, il semble aujourd’hui remis en cause.

François Aballéa dir. , Institutionnalisation, désinstitutionnalisation de l’intervention sociale . – Toulouse : Octarès, 2012. – (Le travail en débats : série colloque & congrès) . , 344 p.


Le travail dans le secteur public : entre institutions, organisations et professions

 

 

Sur la base de 15 ans d’enquêtes sociologiques auprès de professionnels intervenant en prison, dans les hôpitaux publics et dans les structures de l’ex-ministère de l’Équipement, Bruno Milly propose ici un nouveau modèle d’analyse, interactionniste, croisant trois entrées sociologiques classiques : les institutions, les organisations et les professions. Le concept d’écologie du travail permet d’approcher la complexité de l’activité, aussi bien à l’échelle des expériences individuelles qu’à différentes échelles macro-sociales. L’analyse propose ainsi un nouvel éclairage sur les transformations récentes de l’intervention étatique et publique en France.
Milly Bruno, Le travail dans le secteur public : entre institutions, organisations et professions – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 233 p. – (Didact. Sociologie) .

Les métamorphoses de la Poste : Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

La financiarisation postale a été amorcée bien avant que des changements de statuts de l’administration ne soient envisagés dans les années 1990 : l’insertion dans le marché s’articule depuis longtemps avec l’impératif de maintien du service public qui passe par la préservation de sa présence sur l’ensemble du territoire et d’une accessibilité bancaire pour les populations les plus vulnérables. L’inscription de cet ouvrage dans le temps permet de comprendre que marché et service public se sont côtoyés davantage qu’ils ne se sont succédés.
Grâce à cette genèse apparaît une professionnalisation qui n’a pas été mise en place par le groupe professionnel lui-même mais par l’employeur. L’organisation postale tente ainsi de négocier au mieux cette période intermédiaire de changements de statut, de renouveau des salariés (de fonctionnaires à contractuels, de non diplômés à qualifiés, etc.) en dotant le groupe professionnel des conseillers financiers des attributs d’une profession.
La démonstration articule des méthodes archivistiques, qualitatives et quantitatives, et déploie des analyses situées à différents niveaux pour penser les multiples dimensions de la marchandisation d’un service public comme la Poste.

 

Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste : professionnalisation des conseillers financiers, – Paris : Presses universitaires de France, 2012. – 422 p. – (Le lien social) .
 

en savoir plus

Organisation et logique compétence : la dynamique d’une expérience réussie

Alerte ! Pour répondre à une financiarisation croissante du monde économique, et coincés par la crise, trop de chefs d’entreprise pilotent leurs unités à court terme. Cela entraîne des régressions dans les modes de management et un risque mortifère de démobilisation du personnel, y compris au niveau de l’encadrement qui ne voit plus le sens de son action à moyen et long termes. Trop de dirigeants ne placent plus la personne au centre de la réalisation de la performance, d’où un grave handicap pour l’avenir de nos entreprises en France.
A contre-courant des pratiques actuelles, cet ouvrage présente une façon moderne et efficace de manager et de s’organiser en travaillant autrement. En racontant des histoires vécues, Guy Jayne illustre une dynamique qui conduit à la réussite. Ce livre s’adresse à tous ceux qui, dans les entreprises, les administrations, les hôpitaux, les universités, les écoles, les associations, sont concernés par la sortie de crise.
Tous sont invités à faire un pari sur l’homme et ses potentialités, et à se donner les moyens de le gagner par la mise en œuvre de la logique compétence. En cette période durablement perturbée, ce livre, véritable plaidoyer pour l’avenir, incite à vaincre nos peurs et à oser l’innovation.

 

Guy Jayne; Francis Mer, préf., Organisation et logique compétence : la dynamique d’une expérience réussie ,- Paris : Les éditions de l’Atelier, 2012. – 318 p.