Archives mensuelles : novembre 2012

Modélisations de l’évaluation en éducation

L’évaluation n’est-elle qu’une pratique de jugement de nature prescriptive et instrumentale, ou constitue-t-elle aussi une procédure à caractère scientifique ? L’interrogation sur le sens de la démarche évaluative resurgit régulièrement dans l’abondante littérature de recherche sur l’évaluation en éducation. Tenter d’y répondre exige d’abord de reconsidérer les modèles qui justifient et gouvernent les choix conceptuels et méthodologiques des procédures d’évaluation. En effet, le sens et la légitimité des résultats produits par l’évaluation sont indissociables des modèles d’intelligibilité convoqués. Indissociables aussi des modélisations permettant à l’évaluation de se définir et de s’opérationnaliser dans un contexte social et historique donné. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage interrogent l’évaluation en éducation autour de trois questions : Quels sont les savoirs produits par les recherches en évaluation et sur l’évaluation ? Quelles sont les modélisations mises en œuvre par des recherches d’orientations théoriques et méthodologiques différentes ? Dans quelle mesure est-il possible de penser une épistémologie de l’évaluation, voire une épistémologie spécifique aux évaluations en éducation ?

Mottier Lopez, Lucie (dir.) et Figari, Gérard (dir .) Modélisations de l’évaluation en éducation : questionnements épistémologiques – Bruxelles : De Boeck Université, 2012. – 238 p. – (Raisons éducatives) .

La professionnalisation. Pour une université « utile » ?

Longtemps circonscrite à certaines filières, la « professionnalisation » des enseignements universitaires se diffuse dans l’ensemble de l’Université. Sur cette « professionnalisation », la communauté dis universitaires est partagée. Les uns n’ont pas attendu qu’on leur assigne cette mission pour l’accomplir, d’autres, plus récemment convertis, s’y engagent avec zèle, d’autres encore résistent, dénonçant une mise en péril des missions traditionnelles des universités et de l’identité professionnelle des universitaires. Nous nous proposons dans cet ouvrage de parcourir les différents aspects de cette « professionnalisation » sur la base d’études de terrain portant sur deux académies aux contextes contrastés : l’une, l’Académie de Lille, où l’environnement industriel ancien a marqué depuis longtemps les liens entre le monde socio-économique et l’Université, notamment dans les domaines scientifiques et techniques ; l’autre, l’Académie de Bretagne, où la « professionnalisation » de l’Université est plus récente.
Nous verrons que si la « professionnalisation » n’est pas sans effets pervers, donnant souvent naissance à des formations trop étroitement adaptées à des besoins professionnels à court terme, elle peut, quand elle est bien menée, redonner à l’Université l’initiative dans la définition même des besoins professionnels, l’Université retrouvant ainsi certaines de ses missions traditionnelles : s’emparer sans cesse de domaines professionnels pour en faire l’objet d’une connaissance rationnelle, inventer constamment de nouveaux domaines de l’activité humaine.

 

 Agulhon, Catherine; Convert, Bernard; Gugenheim, Francis; Jakubowski, Sébastien. La professionnalisation : Pour une université « utile » ?- Paris : L’Harmattan, 2012. – 264 p.. – (Savoir et Formation) .

Formation : le culte du diplôme

Suivant les parcours de ceux qui, jeunes ou plus vieux, veulent se former tout en travaillant, en étant au chômage, s’orienter, changer de métier, Danielle Kaisergruber illustre et analyse pourquoi il n’a pas de vraie deuxième chance en France. Car si la formation des adultes représente beaucoup d’argent et beaucoup d’énergie pour ceux qui s’y emploient, elle ne remplit pas ses objectifs. Dans notre système académique, on achète toujours sa carte de visite à l’école et pour la vie. Et il est difficile de changer de destin professionnel et social lorsque cela a mal commencé. Ce livre est à la fois une analyse compétente et un cri d’alarme.

 

 

 Danielle Kaisergruber, Formation : le culte du diplôme – La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, 2012. – 135 p.. – (Monde en cours) .