Archives mensuelles : décembre 2012

Innover en formation : dynamiser l’apprentissage en entreprise

1ère pageComment former autrement en entreprise ? Comment mobiliser l’énergie humaine dans un projet éducatif professionnel ?

L’auteur propose de revisiter les pratiques habituelles de formation et de concevoir des environnements pédagogiques innovants où il s’agit d’apprendre plutôt que d' » être enseigné « . L’individu n’est plus passif mais devient un véritable acteur face à son apprentissage.

La première partie de l’ouvrage expose l’innovation en formation ; la deuxième la rend accessible à travers une trentaine de propositions concrètes (créer le sentiment d’unité par une performance artistique, organiser des universités mobiles, utiliser le e-learning et le Web 2 0, créer une université d’été, etc). Les exemples réels, les conseils et les exercices pratiques mettent à portée de main ces approches innovantes.

Cet ouvrage intéressera particulièrement les formateurs, responsables et directeurs de formation qui souhaitent dynamiser l’apprentissage en entreprise, à commencer par celui des managers. (4ème de couv.)

 

Denis Cristol, Innover en formation : dynamiser l’apprentissage en entreprise / Issy-les-Moulineaux : ESF, 2011. – 216 p. – (Formation permanente. Séminaires Mucchielli. Entreprise; 201) .

La socialisation professionnelle des enseignants du secondaire

L ‘étude de l’insertion et de la socialisation professionnelle des enseignants débutants en collèges et lycées révèle des situations très contrastées. Pour appréhender cette diversité, l’analyse de la singularité des parcours, des réorganisations successives de la pratique et du rapport au métier s’avère incontournable. L’expérience des débuts suggère de comprendre précisément la manière dont les jeunes professeurs composent avec des situations pédagogiques jalonnées d’épreuves mettant en jeu leur autorité, leur rôle dans la classe et le sens de leur engagement professionnel. Les textes réunis dans cet ouvrage éclairent différentes facettes de ce processus d’apprentissage. Dans ce contexte, la socialisation apparaît à la fois plurielle, continue et individuelle. C’est pourquoi les perspectives méthodologiques et théoriques adoptées s’intéressent à assembler les ruptures et continuités de trajectoire ou d’expériences dans un même cadre analytique. Passé et présent sont reliés selon le jeu des reconstructions et réinterprétations successives. Cette négociation des réalités du travail, en relation avec l’histoire singulière des individus et les contextes d’action, façonne les étapes de la socialisation professionnelle des enseignants. À un moment où leur recrutement se tarit en France comme ailleurs, tandis que la disparité des conditions d’enseignement bouscule leurs repères d’activité et d’identité, ces questionnements prennent un relief tout particulier.

 

Guibert, Pascal, dir. ; Perier, Pierre, dir. , La socialisation professionnelle des enseignants du secondaire : parcours, expériences, épreuves . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 162 p. – (Le sens social) .

S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières

1ère pageEn 2010, le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement professionnel secondaire trois ans plus tôt varie de 3 % à 45 % selon la spécialité de formation. Si les bacheliers accèdent plus facilement à l’emploi que les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, l’approche par le seul niveau de diplôme s’avère donc réductrice pour analyser l’insertion.

L’évolution des métiers explique certaines difficultés, et vient interroger la pertinence de l’architecture de l’offre de formation dans certains domaines.

 

Disponible sur le site du Céreq

Jean-Jacques Arrighi, Emmanuel Sulzer,  S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières, Bref n° 303, décembre 2012. – 8 p.

Pour un accompagnement global des parcours de VAE

Les parcours de VAE sont souvent perçus comme longs,mais leur durée n’est pas la seule cause de la fréquence des abandons.

L’évaluation d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) sur la VAE en région Bretagne souligne la pertinence d’un accompagnement global, de la première orientation à la période post-jury. Elle insiste également sur la nécessaire implication des acteurs économiques pour la réussite des parcours.

 

 Disponible sur le site du Céreq

 

Nathalie Beaupère, Gérard Podevin, Pour un accompagnement global des parcours de VAE , Bref n° 302, novembre 2012. – 4 p.

Peut-on encore former des enseignants ?

La formation des enseignants est en crise. Les instituts universitaires de formation des maîtres, créés il y a vingt ans, ont été dilués dans les universités sans qu’un nouveau modèle de formation soit clairement défini. Recrutés au niveau du master, mais presque sans expérience avant l’entrée à plein-temps dans le métier, les nouveaux enseignants connaissent des difficultés qui sont régulièrement relatées par les médias. Dans de nombreuses disciplines de l’enseignement secondaire, l’Éducation nationale doit faire face à un lourd déficit de candidats. Comment en est-on arrivé là ? Peut-on encore former des enseignants ?

Ce livre tente de répondre à ces questions en s’appuyant sur les apports de l’histoire et des sciences sociales. Il montre que la question de la formation des maîtres cristallise l’ensemble des contradictions qui traversent aujourd’hui l’Éducation nationale. À terme, c’est bien l’avenir d’une profession et du service public d’éducation qui est en jeu.

Pascal Guibert, Vincent Troger, Peut-on encore former des enseignants ?. – Paris : Armand Colin, 2012. – 150 p.

Activité collective et apprentissage : de l’ergonomie à l’écologie des situations de formation

De nombreuses situations scolaires et de formation se caractérisent par une forte dimension collective et un nombre important d’interactions dont les conséquences en termes d’apprentissage demeurent relativement énigmatiques.

Cet ouvrage vise à décrire et comprendre les relations interpersonnelles entre des apprenants engagés dans des travaux pratiques, des situations sportives, des environnements de formation professionnelle.

 

 

Guérin Jérôme, Activité collective et apprentissage : de l’ergonomie à l’écologie des situations de formation.  – Paris : L’Harmattan, 2012. – 240 p.

L’enseignant : réalités économiques et enjeux professionnels

Avec pour fil d’Ariane l’enseignant, considéré tantôt comme agent, facteur de production ou encore comme acteur, le propos est ici de montrer dans quelle mesure et de quelle façon l’analyse économique rend compte de l’activité de l’enseignant, l’objectif de l’ouvrage étant d’ouvrir enfin la boîte noire de l’éducation dont l’enseignant est l’acteur central. De la théorie du capital humain à la théorie des incitations, en passant par la New Economics of Personnel et les nouveaux modèles de régulation scolaire, est progressivement construite une analyse qui interroge la capacité de l’analyse économique à rendre compte des questions organisationnelles, longtemps ignorées par l’économie de l’éducation.
Si l’objectif gouvernemental est aujourd’hui de réformer la gestion du système éducatif et de ses personnels, d’introduire une culture de l’évaluation et de la performance, cet objectif implique de comprendre, d’anticiper et de dénouer les points de tension et de crispation qui émergeront au niveau microéconomique des agents ou des établissements, en relation notamment avec l’hétérogénéité des situations d’éducation.
En la matière, cet ouvrage fournit des points de repère économiques, complétant les approches essentiellement sociologiques qui prévalent habituellement et relativement à celles-ci, et montre que l’apport de l’économiste est d’avoir en perspective un objectif d’intérêt social ainsi qu’une explicitation des contraintes informationnelles à prendre en compte.

Larré, Françoise, Plassard, Jean-Michel,  L’enseignant : réalités économiques et enjeux professionnels – Paris : L’Harmattan, 2012. – 231 p. – (L’esprit économique. Economie et Innovation) .

La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950)

L’ANAS a, dans une large mesure, posé les fondements de l’identité professionnelle des assistant(e)s de service social. Sans toujours bien connaître ce passé, les professionnels d’aujourd’hui – et pas seulement les adhérents de l’ANAS – adoptent des positionnements qui trouvent leur origine dans les engagements de l’association durant les années de l’immédiat après-guerre. Alors que la mise en place du système de sécurité sociale et des cadres législatifs de l’intervention sociale (notamment la Protection maternelle et infantile) diversifiait les emplois des assistantes sociales, l’ANAS a donné corps à la profession autour de principes déontologiques encadrant les rapports à l’usager. Elle a su regrouper la majorité des assistantes sociales en une période de fortes tensions politiques, économiques et sociales. Henri Pascal décrit l’activité tenace et passionnée de ces femmes réunies autour de la première présidente, Ruth Libermann : les relations avec les instances politiques, syndicales et religieuses, la revendication du professionnalisme et de la neutralité confessionnelle, l’ouverture sur le monde grâce aux échanges internationaux… Cette plongée dans les années de fondation de l’ANAS permet de comprendre son poids actuel sur la scène du travail social et met en relief les traits identitaires de la profession, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Henri Pascal, La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950) . – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2012. – 276 p.

Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités

couvertureInconnu du grand public, au cœur de l’enseignement supérieur français se trouve le Conseil national des universités. C’est lui qui décide quels sont les jeunes docteurs pouvant candidater à un poste de maître de conférences dans l’université française, c’est encore lui qui juge quels sont les maîtres de conférences aptes à devenir professeurs, et quels sont les enseignants-chercheurs méritant honneurs et récompenses (primes, changement de classe, congés sabbatiques, etc.) Ca n’est pas tout : en dépit du toussotement de certains, le CNU s’apprête maintenant à évaluer individuellement les enseignants-chercheurs. C’est dire les prérogatives de cette gigantesque institution de près de 1500 membres, élus sur des listes syndicales fermées pour les 2/3 d’entre eux. Osons dire que ces pairs ne sont ni les meilleurs, ni les mieux inspirés dans les disciplines qu’ils sont supposés défendre. Tout l’atteste : l’enseignement supérieur français ne cesse de perdre de son lustre. Ne cherchez pas : la faute en revient principalement au CNU. Preuves à l’appui. (résumé d’auteur)

 

François Garçon, Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités. – Paris : The Media Faculty, 2012. – 206 p.

Que faut-il penser de la professionnalisation de la formation des enseignants aujourd’hui ?

La professionnalisation de la formation et du travail des enseignants est devenue peu de temps une sorte d’idée phare qui inspire les politiques éducatives, les réformes et les renouveaux pédagogiques. A première vue, donc, un symbole destiné à hausser le prestige de la profession enseignante, à lui attirer les meilleurs candidats, compétents et motivés, et à valoriser aux yeux des collectivités le statut de ceux et celles qui l’exercent.
Issus d’un colloque international tenu sur ce thème, les travaux réunis dans cet ouvrage examinent les expériences de formation menées en Suisse romande, en France, au Québec et en Belgique francophone. Les auteurs y exposent les résultats de leurs recherches et rendent compte des analyses qu’ils font de leur travail de formateurs d’enseignants. Tout bien considéré, une question demeure : l’injonction de professionnalisation de la formation tient-elle ses promesses de répondre aux défis sociaux que doivent relever l’école et le corps enseignant ou ne représente-t-elle qu’une mode idéologique, un discours conforme à l’air du temps, qui finira par passer, comme sont passées toutes les autres modes que le paysage scolaire a connues ?

Mellouki, M’hammed, dir. ; Wentzel, Bernard, dir.  Que faut-il penser de la professionnalisation de la formation des enseignants aujourd’hui ?  – Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2012. – 338 p. – (Questions d’éducation et de formation) .

L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité

Dans le cadre du processus de Bologne, l’employabilité durable des étudiants s’impose comme une mission essentielle de l’Université. Au travers d’études menées auprès de jeunes européens nouvellement inscrits à l’université, cet ouvrage analyse les perceptions de persistants et de décrocheurs concernant leur identité d’étudiant et leurs compétences relatives à l’employabilité. Le sentiment d’appartenance universitaire apparaît ici comme un élément clef du processus.

 

 

Amara, Marie-Emmanuelle; Baumann, Michèle, (collab),  L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité . – Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, 2012. – 317 p.. – (Inside; 1) .