Archives mensuelles : avril 2013

L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires

La seconde massification scolaire au seuil des années 1990 a conduit un certain nombre d’enfants d’ouvriers et d’employés au baccalauréat puis à l’enseignement supérieur. Or, ces « nouveaux étudiants » ne se sont pas répartis au hasard des filières et ont trouvé, dans les BTS, une voie de poursuite d’études privilégiée. À l’heure actuelle, les BTS continuent d’accueillir en plus forte proportion que les autres filières les minorités de l’enseignement supérieur que sont les bacheliers d’origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels. Comment expliquer la conversion aux études longues d’élèves qui en étaient jusque-là tenus à distance ? Comment comprendre leur orientation massive vers les BTS ? Quels effets la position marginale des BTS au sein de l’enseignement supérieur a sur ces publics, sur leurs parcours et sur leurs aspirations ?

 

Sophie Orange,  L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires. – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 211 p. – (Education et société) .

Au risque d’enseigner

À la suite de son ouvrage « Les enseignants entre plaisir et souffrance », Claudine Blanchard-Laville nous plonge ici dans des situations de classe « ordinaires » rendues « extraordinaires » par les élaborations que les enseignants ont conduites en groupe d’analyse clinique de leur pratique. Ainsi, nous vivrons au rythme d’Adrien, Stéphanie, Mireille, et de tous les autres enseignants qui, par leur courage d’affronter ce que ces situations ont réveillé au plus profond d’eux-mêmes, nous font éprouver la manière dont ce métier met le soi-enseignant à rude épreuve.
Ces « histoires » créent chez le lecteur une expérience émotionnelle qui le sensibilise à la manière dont un enseignant peut revitaliser sa pratique au sein d’un espace groupal où la rencontre avec d’autres enseignants « pareils » et si « différents » s’avère régénératrice et requalifiante.

 

Blanchard-Laville  Claudine, Au risque d’enseigner : pour une clinique du travail enseignant,  – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 222 p.

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au coeur de l’entreprise

Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

 

La formation professionnelle pour adultes : de l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières

En France, la formation professionnelle destinée aux adultes est un système complexe, que tentent de renouveler régulièrement des vagues de réformes et l’introduction de nouveaux dispositifs. Instrument de lutte contre le chômage et d’appui à la construction continue des carrières, la formation telle que nous la connaissons aujourd’hui n’en demeure pas moins le produit d’une longue histoire sociale et juridique sur laquelle cet ouvrage propose de revenir. Depuis la mise en place d’initiatives corporatistes, ouvrières ou associatives, jusqu’à l’organisation par les pouvoirs publics d’une offre censée répondre aux évolutions des besoins d’une société en pleine mutation industrielle, ce sont les finalités de l’apprentissage et le rapport au savoir et à l’éducation qui s’en trouvent questionnés. Chapitre après chapitre, un panorama historique se dessine, détaillant comment se reconfigurent les logiques en présence, quelles sont les rhétoriques déployées par les acteurs, quels outils et dispositifs instrumentent les conceptions éducatives en œuvre, afin de comprendre comment le système français de formation professionnelle s’adresse à chaque adulte désireux de suivre un programme qualifiant.

Saccomanno, Benjamin, La formation professionnelle pour adultes : de l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières  – Paris : L’Harmattan, 2013. – 211 p. – (Pour comprendre) .

Le CAP : un diplôme du peuple 1911-2011

En 2011, le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Comparé au baccalauréat bicentenaire, c’est peu ; mais par rapport à bien d’autres diplômes, y compris le célèbre certificat d’études primaires, cette longévité est remarquable. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté? Certes, en cent ans, le CAP a connu maintes métamorphoses et son histoire est tout sauf linéaire et tranquille. Mais, il semble encore promis un bel avenir, tant il a une capacité à passer à travers les gouttes des multiples réformes scolaires, dont certaines avaient clairement envisagé sa disparition. Diplôme à vocation professionnelle, créé pour certifier la qualification ouvrière et employée, le CAP a toujours fait l’objet de polémiques. Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d’activité, trop professionnel aux yeux des enseignants du secondaire, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu’à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l’Éducation nationale. Les questions posées au moment de la création de ce diplôme en 1911, puis celles qui ont émaillé le cours de son histoire, sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l’avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être «professionnels» et préparer spécifiquement à l’emploi, leur curriculum , l’organisation de la formation, l’équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent inévitablement questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d’un diplôme professionnel quel qu’il soit. C’est l’ensemble de cette actualité dont rend compte cet ouvrage pluridisciplinaire, le premier consacré au CAP, un diplôme toujours vivace, à la fois «lieu de mémoire » de la formation des ouvriers et des employés et enjeu d’avenir, pour mieux comprendre les rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société.

Brucy, Guy, dir. ; Maillard, Fabienne, dir. ; Moreau, Gilles, dir., Le CAP : un diplôme du peuple 1911-2011 . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 314 p. – (Histoire) .