Archives mensuelles : septembre 2013

L’insertion professionnelle des jeunes en échec scolaire : le projet des z’héros

Branleurs ou nuls pour les uns, voyous ou racailles pour d’autres, « jeunes des cités » pour les médias… Ils ont entre 16 et 25 ans, sans diplôme, sans qualification ni expérience, mais avec du potentiel et de l’énergie à revendre. Ces jeunes sont l’objet de cet ouvrage, qui refuse de baisser les bras en proposant un projet pour ces jeunes en échec scolaire, et pas n’importe lequel : c’est le projet de leur « ad-venir »… qui constitue notre devenir à tous.

 

 

Bopoungo, Jean Carletto, L’insertion professionnelle des jeunes en échec scolaire : le projet des z’héros . – Paris : L’Harmattan, 2013. – 185 p.

Classes préparatoires, la fabrique d’une jeunesse dominante

Cette première enquête ethnographique sur les classes préparatoires vient donc combler un manque et remettre en question nombre d’idées reçues. Au travers d’une analyse très originale de l’« institution préparatoire », Muriel Darmon nous montre quels types de sujets y sont « fabriqués ». Elle met ainsi au jour les dispositifs de pouvoir qui s’y exercent, la manière dont l’institution produit une certaine forme de violence envers les élèves tout en étant soucieuse de leur bien-être, comment elle opère en individualisant à l’extrême plutôt qu’en homogénéisant et comment, ce faisant, elle renforce sa prise sur les individus. L’enjeu est de transformer les élèves en « maîtres du temps », aimant gérer l’urgence et haïssant les temps morts, et de leur faire intégrer un savoir critique légitime tout en valorisant leur capacité à appliquer des « recettes ». Ce faisant, c’est aussi à devenir dominant, à s’adapter aux nouvelles exigences du monde du travail et à y occuper des positions élevées que les prépas forment la jeunesse.

 
Darmon, Muriel, Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante – Paris : La Découverte, 2013. – 325 p. – (Laboratoire des sciences sociales) .

Evolutions de l’apprentissage : entre mutations structurelles et effets régionaux

Evolutions de l'apprentissage : entre mutations structurelles et effets régionauxL’apprentissage progresse entre 1997 et 2008, mais l’expansion diffère selon les régions. De même, sa progression dans les différents métiers est hétérogène.

Son évolution résulte en effet d’une combinaison complexe dans laquelle interviennent les mutations du système productif, les contextes et les choix régionaux en matière de formation professionnelle, ainsi que les politiques nationales.

Entre 2008 et 2011 l’apprentissage résiste bien à la crise, mais subit les effets de la rénovation de la voie professionnelle.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Jean-Jacques Arrighi ; Valérie Ilardi, Évolutions de l’apprentissage : entre mutations structurelles et effets régionaux, in Bref n° 314 (septembre 2013). – 4 p.

Travailler en crèche, un métier ?

Alors même que la demande de modes de garde collectifs constitue à l’heure actuelle une exigence sociale légitime, on sait peu de chose sur les activités quotidiennes des professionnelles dans les lieux d’accueil, sur la façon dont elles assument leurs tâches et même sur ce qui est attendu d’elles. Ces professionnelles peinent à mettre en mots la spécificité de leur activité qui consiste à prendre soin et éduquer de jeunes enfants en collectivité, renvoyant une partie de leurs compétences à des qualités féminines  » naturelles  » ou à des pratiques instinctives et spontanées. Partant de ce constat, l’auteure a tenté de comprendre comment elles construisent au jour le jour leur activité dans le cadre de la mission qui leur est socialement confiée. Elle pose la question de la non – reconnaissance du travail effectué et de son invisibilité qui concourt à masquer la nécessaire professionnalisation d’une fonction complexe pourtant banalisée, les privant des ressources d’un métier collectivement construit. Confrontées à une logique gestionnaire de plus en plus prégnante (optimisation de l’offre de garde) qui ne vise qu’à répondre à la demande de garde des parents, elles ne peuvent faire reconnaître la richesse de l’expérience unique qu’elles partagent avec les enfants et les parents qui nécessite la mobilisation d’une créativité collective permanente.
Marchand Montanaro, Ghyslaine, Travailler en crèche, un métier ? – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2013. – 268 p.. – (Politiques et interventions sociales) .

Le stage : formation ou exploitation ?

Le stage est devenu aujourd’hui une étape incontournable des parcours de formation. Son essor intéresse nombre d’acteurs de la formation et de l’emploi, mais aussi de chercheurs dans de nombreuses disciplines. Tel qu’il fonctionne et se multiplie, le stage pose en effet différents problèmes : Quels sont ses potentialités et ses risques ? Peut-on distinguer « bons » et « mauvais » stages ? Quelle gouvernance des stages peut-on envisager ? Quelle place accorder au stage dans la formation, la professionnalisation et la validation des diplômes ? Comment optimiser le tutorat des stagiaires ? Mêlant réflexions théoriques et retours d’expérience, ce volume a l’ambition d’ouvrir le débat sur les stages en posant sans tabou des questions parfois dérangeantes, mais aussi de poser les jalons d’une « bonne gouvernance » des stages au triple point de vue des organisations accueillant les stages, des stagiaires eux-mêmes et de leurs organismes de formation. Cet ouvrage réunit une partie des communications présentées à deux colloques l’un (La gouvernance des stages en débat) par le LaRgOteC (Laboratoire de recherche sur la gouvernance, territoires et communication, université Paris est) et l’autre ( Les stages dans la formation d’ingénieur ) par l’École des ponts Paris tech, ainsi que le programme de recherche du Restag (Réseau d’étude sur les stages et leur gouvernance).

 

Briant, Vincent de, dir. ; Glaymann, Dominique, dir. , Le stage : formation ou exploitation,  . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 483 p. – (Essais) .

L’école des producteurs : aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940)

À partir du cas du nord de la France, Stéphane Lembré montre que les caractères principaux de l’enseignement technique agricole, commercial et industriel sont le résultat de multiples stratégies. En dépit du consensus qui s’établit sur l’importance de l’enseignement technique, les clivages ont été durables quant au rôle de l’État ou aux modalités de la formation et de sa certification. L’enquête menée à partir de documents nombreux montre que cet enseignement doit beaucoup à l’engagement d’enseignants, d’entrepreneurs et de fonctionnaires.

 

 

Lembré, Stéphane,  L’école des producteurs : aux origines de l’enseignement technique en France, 1800-1940, Lembré, Stéphane. – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 339 p. – (Collection Carnot) .

Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution

À la fin des années 2000, la sociologue Marlène Benquet a mené pendant trois ans une enquête dans une des principales entreprises françaises de grande distribution : d’abord devenue caissière, elle a ensuite fait un stage au siège du groupe et un autre au sein de l’organisation syndicale majoritaire. C’est le résultat de cette enquête hors norme qu’elle restitue dans ce livre, assez stupéfiant par ce qu’il révèle sur les « dessous » de la grande distribution.
L’identité des fondateurs (« des épiciers ») a été bouleversée par l’arrivée de nouveaux actionnaires financiers : le management par la promotion a largement disparu, et l’ensemble des salariés accepte mal ce qu’ils vivent comme une perte d’autonomie et une insécurité grandissante. Dès lors, pourquoi acceptent-ils d’« encaisser » ces réorganisations fragilisantes ?
Pour mieux comprendre, il fallait vivre leur vie : « Je voulais savoir ce que cela faisait d’être caissière pour comprendre pourquoi elles ne se révoltaient pas ou, en tout cas, moins que dans d’autres secteurs professionnels. » Au sein du siège, le cloisonnement est de règle : les badges ne donnent accès qu’à l’étage où est situé son propre bureau, impossible de se déplacer dans d’autres services sans une bonne raison, les informations circulent peu et mal. Quant à l’organisation syndicale majoritaire, comment a-t-elle réussi à s’implanter ? Comment contribue-t-elle à la paix sociale ?
Ni l’« adhésion » ni la répression ne suffisent à expliquer pourquoi les salariés s’investissent dans leur travail malgré un environnement oppressant et des rémunérations peu motivantes. Plus proche de la technique d’un joueur de go que d’un amateur d’échec, les stratégies patronales neutralisent les salariés, mais ne les soumettent pas.

Benquet, Marlène, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, – Paris : La Découverte, 2013, 333 p.

 

L’efficacité de l’enseignement à distance : mythe ou réalité ?

L’enseignement à distance, la clef de l’accès à l’éducation pour tous à moindre coût ? En effet, un des buts de cet ouvrage est de permettre aux lecteurs de faire le point sur les potentialités de l’enseignement à distance ainsi que sur ses limites, à travers une revue synthétique des travaux portant sur le domaine. Cet ouvrage s’adresse autant aux étudiants qu’aux chercheurs ou praticiens qui cherchent à évaluer des dispositifs pédagogiques en général et ceux de l’enseignement à distance en particulier.

 

 

Ben Abid-Zarrouk, Sandoss, L’efficacité de l’enseignement à distance : mythe ou réalité ; caractéristiques et méthodologies de l’efficacité de l’EAD,  – Paris : L’Harmattan, 2013. – 129 p.

L’artisanat français : entre métier et entreprise

Où en est la réalité de l’artisanat français ? Ce livre reprend une question qui n’avait pas fait l’objet d’enquêtes approfondies depuis les années 1970-1980. En comparant la génération d’artisans issue du babyboom qui part à la retraite et celle qui s’est récemment installée, cet ouvrage s’attache à comprendre les transformations de l’artisanat. Il révèle que les modes d’accès au statut d’artisan se diversifient et le groupe des artisans se donne aujourd’hui moins à voir sous les traits d’un groupe social.

 
Mazaud, Caroline, L’ artisanat français : entre métier et entreprise  – Rennes : PUR, 2013. – 217 p. – (Le sens social) .

Les enjeux de la formation tout au long de la vie pour l’intervention sociale : promotion sociale et citoyenne ou gestion de l’employabilité

 

À l’heure où de nouveaux enjeux liés à la mondialisation se font sentir, où l’évolution des technologies, de la flexibilisation du travail et de l’employabilité questionnent avec force les pratiques professionnelles et gestionnaires, la formation continue, et plus particulièrement dans sa version « tout au long de la vie », occupe une place importante dans le monde du travail et hors travail. Promue par un certain nombre d’instances internationales (Union européenne, OCDE, Unesco), elle tend à acquérir un « statut paradigmatique » dans les systèmes contemporains de formation des adultes. Cette reconfiguration place désormais l’économique en premier organisateur. La référence à l’éducation et à la formation permanente, fondée sur le paradigme de promotion sociale et d’épanouissement individuel, se perd. Le passage de la notion d’éducation permanente à celle de l’apprentissage tout au long de la vie (Lifelong Learning) attesterait de la nouvelle politique de la formation des adultes. Le débat sur la compétence, la compétitivité, l’adaptation aux opportunités et aux contraintes du contexte professionnel et l’employabilité va alors occuper l’espace de réflexion. En quoi la formation tout au long de la vie peut-elle contribuer à l’organisation et au développement de la professionnalisation de l’intervention sociale, de l’insertion des personnes en situation de vulnérabilité et de l’émancipation citoyenne ?

Hamzaoui, Mejed, dir., Les enjeux de la formation tout au long de la vie pour l’intervention sociale : promotion sociale et citoyenne ou gestion de l’employabilité . – Belgique : Les éditions de l’IEIAS, 2013. – 127 p.

Données longitudinales et action publique

A l’épreuve du temps : données longitudinales et analyse de l’action publique

XXes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Bordeaux, 25-26 juin 2013

Le rapport des données longitudinales à l’action publique n’est pas une question nouvelle. Il restait à l’aborder frontalement, comme thème directeur, et c’est l’objet de cette vingtième édition des « Journées du Longitudinal » dont les contributions sont regroupées dans cet ouvrage.

Les données longitudinales demeurent encore largement sous-exploitées par les analyses de l’action publique. Elles sont également encore faiblement investies par les décideurs et opérateurs des politiques publiques. Dans le champ de la relation formation-emploi, alors même que tous ses segments (éducation, formation, orientation) sont aujourd’hui étiquetés « tout au long de la vie », la prise en compte des temporalités des parcours et des trajectoires dans la construction de l’action publique demeure souvent anecdotique. Or, les analyses sur moyenne et longue période sont riches d’enseignement.

Voir ce Relief  sur le site du Céreq

Thierry Berthet, Gérard Boudesseul, Thomas Couppié, Laure Gayraud, Jean-François Giret,  Philippe Lemistre, Antoine Vérétout, Patrick Werquin, Joël Zaffran, A l’épreuve du temps : données longitudinales et analyse de l’action publique : XXes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Bordeaux, 25-26 juin 2013 / Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail (JDL n° XX; 25-26 juin 2013; Bordeaux);  – Marseille : Céreq, 2013. – 283 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 42) .

Quelle aide à la recherche d’emploi pour les diplômés du supérieur en difficulté ?

Améliorer l’accès à l’emploi des jeunes en difficulté d’insertion en sécurisant leur revenu et en les accompagnant : tel était l’objectif du revenu contractualisé d’autonomie (RCA) expérimenté en 2011 et 2012.

Décliné pour les diplômés du supérieur, le RCA s’avère peu concluant sur l’allocation. En revanche, l’accompagnement apparaît comme une réelle plus value pour ces jeunes qui disent manquer d’appui adapté au moment de leur recherche d’emploi.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Isabelle Borras ; Nathalie Bosse, Quelle aide à la recherche d’emploi pour les diplômés du supérieur en difficulté ? in Bref n° 313 (août 2013). – 4 p.