Archives mensuelles : mai 2014

L’émancipation scolaire : pour un lycée professionnel de la réussite

Comment caractériser le lycée professionnel aujourd’hui et quelle place occupe-t-il au sein du système scolaire ? Comment les élèves s’y engagent-ils et y construisent-ils un sens à leurs études et quelles stratégies les enseignants mettent-ils en place afin de favoriser la réussite d’un public provenant majoritairement de milieu populaire ? S’appuyant sur des enquêtes de terrain menées depuis plusieurs années, cet ouvrage traite de ces différentes questions. Il aborde les effets de la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans, l’émergence des projets de poursuite d’études dans l’enseignement supérieur court, et s’interroge sur le devenir du CAP qui accueille le plus souvent le public scolaire le plus fragile. Prenant le contre-pied des rares recherches sociologiques qui ne pensent l’enseignement professionnel que sous l’angle de la reproduction sociale des rapports de domination, le propos pointe les défis à relever pour une institution qui doit assurer à son public une émancipation scolaire alliant compréhension, accompagnement et exigence intellectuelle.

 

Jellab, Aziz, L’émancipation scolaire : pour un lycée professionnel de la réussite . – Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2014. – 332 p. – (Socio-logiques) .

Mission insertion : un défi pour les universités

Depuis la loi LRU de 2007, les universités ont en charge une nouvelle mission d’aide à l’insertion professionnelle des étudiants qui vient s’ajouter à celles de formation et de recherche. Ceci répond à une attente des étudiants et constitue un enjeu majeur pour les universités comme pour la société. La question est en effet de savoir comment répondre à cela tout en conservant les missions traditionnelles de l’université. L’objet de ce livre, écrit par un chercheur directement impliqué dans ce processus, est de fournir des arguments pour s’engager dans cette mission mais aussi de doter chacun des ressources permettant de la mettre en œuvre. Le livre précise d’abord le sens de cette mission et récapitule les connaissances disponibles sur les conditions d’accès à l’emploi des étudiants. Il présente ensuite les diverses ressources susceptibles d’aider ceux-ci à préparer leur transition professionnelle : connaissances universitaires, compétences acquises en situation de travail, maîtrise des méthodes de recherche d’emploi. Il met enfin en évidence les grandes questions posées par cette mission : transformation des cursus de formation et des modalités d’orientation, poursuite du processus de professionnalisation, modalités de pilotage. Tout ceci vise à faciliter le travail de ceux qui sont ou seront engagés dans ce mouvement, qu’ils soient professionnels de l’insertion et de l’orientation, enseignants-chercheurs, partenaires de l’université ou étudiants.

Rose, José, Mission insertion   – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 237 p.- (Des Sociétés) .

Le travail au coeur de la relation formation-emploi

Le travail au cœur de la relation formation-emploi. Séminaire Analyse du travail.Cet ouvrage s’inscrit dans une forme originale de capitalisation des connaissances accumulées au fil des années en termes d’analyse du travail au sein du Céreq et de ses centres associés régionaux, en partenariat avec des chercheurs ayant collaboré à cet effort.

Cette capitalisation de connaissances se manifeste notamment via un séminaire, le SEMAT (SEMinaire Analyse du Travail), dédié, depuis 2009, aux approches et démarches méthodologiques en analyse des activités de travail. Le contenu de ce nouveau numéro, qui émane d’une journée d’études organisée en octobre 2012, est une étape dans le cheminement de ce dispositif et reprend les contributions des chercheurs invités ainsi que les réflexions engagées à cette occasion.

Lire le document sur le site du Céreq

Samira Mahlaoui, dir. ; Damien Brochier ; Anne-Lise Ulmann ; Emmanuel Sulzer ; Paul Olry ; Joachim Haas ; Sophie Divay ; Pierre Roche ; Philippe Trouvé ; Jean-Frédéric Vergnies, Le travail au coeur de la relation formation-emploi : Séminaire Analyse du travail. Journée d’étude, Marseille, 15 octobre 2012  / Séminaire Analyse du travail. Journée d’étude (15 octobre 2012; Marseille). – Marseille : Céreq, 2014. – 98 p.. – (Relief. Échanges du Céreq; 45) .

Renforcer le lien école-entreprise pour faciliter l’insertion des lycéens professionnels

Renforcer le lien école-entreprise pour faciliter l'insertion des lycéens professionnelsAu-delà des stages inscrits dans les programmes, certains lycées professionnels mobilisent les entreprises sur le registre de l’aide à l’insertion. Soucieux de mieux armer les lycéens face au marché du travail, les pouvoirs publics encouragent ces actions et cherchent à les généraliser.

Une expérimentation menée dans trois académies s’inscrit dans cet objectif. Son évaluation pointe un obstacle majeur, l’absentéisme des élèves, et souligne l’importance de l’implication des équipes.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Christine Fournier ; Agnès Legay, Renforcer le lien école-entreprise pour faciliter l’insertion des lycéens professionnels, in Bref n° 320 (avril 2014). – 4 p.

 

La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?

En quelques décennies, la formation professionnelle continue a connu des transformations considérables. Le premier objectif de cet ouvrage collectif est d’en saisir le sens et la portée, trop souvent cachés par un discours faussement consensuel. Cette unanimité de façade masque en effet l’essentiel : la formation professionnelle continue n’est pas seulement inégalitaire et complexe d’accès. Elle est subordonnée à l’économie du capitalisme néolibéral et à la reconfiguration du marché du travail. Les nouvelles règles – comportementales aussi bien que financières et juridiques – étendent le règne de la concurrence généralisée. Chaque salarié et chaque demandeur d’emploi est incité à considérer prioritairement la formation comme un moyen d’entretenir ses compétences pour rester compétitif et employable, à devenir entrepreneur de sa vie professionnelle Les finalités et les modalités de la formation professionnelle continue sont par là réduites et ordonnées à la fabrique de l’employabilité… et fermées à tout autre usage. C’est à la genèse politique, institutionnelle et sociale de ce grand détournement que ce livre est consacré. Comment la formation a-t-elle été progressivement retournée au point de rompre pratiquement tous les liens avec les inspirations progressistes et humanistes à se cultiver et à acquérir de nouveaux savoirs ? Comment des aspirations individuelles et sociales à améliorer sa qualification professionnelle, à actualiser et élargir ses connaissances et à les faire reconnaître se sont-elles trouvées prises dans les filets de la normalisation néolibérale ? S’ouvre alors la nécessaire question des alternatives. Les enseignements de l’histoire sociale, de l’éducation populaire, de l’éducation permanente et de l’éducation ouvrière par les syndicats contribuent à ébaucher une autre perspective : celle de l’institution et de l’invention démocratique du « commun » de la formation. Cette approche à partir d’une question spécifique contribue par ailleurs à approfondir la connaissance des mécanismes profonds du néolibéralisme.

Barnier, Louis-Marie; Canu, Jean-Marie; Vergne, Francis; Maillard, Fabienne, préf..La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?  – Paris : Syllepse ; Les Lilas : Institut de recherches de la FSU, 2014. – 164 p.. – (Comprendre et agir) .

Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies

Un monde en mouvement permanent, porteur de transformations importantes dans les entreprises : telle est l’image la plus répandue du monde du conseil. A en croire les magazines économiques, ainsi que les dirigeants des sociétés de conseil ou les diplômés des grandes écoles, le conseil serait « un métier de rêve » ou encore « la nouvelle profession mondiale ». Abreuvée de discours d’excellence et de performance, cette profession en forte expansion qui laisse une large place aux jeunes serait ouverte à tous les « talents ». Prête à reconnaître les capacités de chacun, se pensant résolument à l’avant-garde, elle serait un vecteur à la fois de démocratisation et de consécration sociale. Car elle s’adapterait aux transformations économiques qui laisseraient place à de nouveaux profils. En bref, le conseil serait l’archétype de la forme à venir des métiers de demain : ouvert, innovant, équitable. Pourtant ces clichés ne résistent pas à l’analyse : non seulement la morphologie sociale des consultants est en tout point comparable à celle de nos élites, mais les logiques qui sous-tendent leurs modes d’actions et leurs pratiques s’accommodent des principes de hiérarchisation du monde économique, s’y ajustent et les renforcent.
Ce livre, nourri d’enquêtes de terrain et étayé de données statistiques nouvelles, couvre une période charnière de l’histoire du conseil de 1990 à 2010, de l’émergence à la banalisation de « la nouvelle économie de l’information » et s’emploie à décrire l’évolution de la structure des activités de conseil notamment par l’analyse de l’utilisation d’un outil spécifique de gestion des flux d’information de l’ensemble des activités des grandes entreprises.
Thine, Sylvain, Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies,  Thine, Sylvain. – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 201 p. – (Des Sociétés) .

Ce que former des adultes veut dire

En matière de formation des adultes, il importe de restituer en même temps comment s’opèrent les apprentissages et comment les cadres organisateurs de la formation assoient la légitimité de l’entreprise formative. Il s’agit d’ouvrir la « boîte noire » de la formation afin de repérer, en acte(s), ce que former des adultes veut dire. Qu’en est-il, quarante à cinquante ans plus tard, de cet objectif d’ouvrir largement la voie de la formation aux adultes? Qu’en est-il des effets connus, en particulier du point de vue de la mobilité professionnelle, du passage en formation? Que sait-on de la transition entre formation et emploi? Ouvrage de synthèse, « Ce que former des adultes veut dire » propose un bilan d’étape des principaux questionnements qui ont cours en matière de formation des adultes. Mêlant réflexion et enquêtes statistiques, cette étude rend ainsi compte du contexte idéologico-juridique, des politiques et des dispositifs de formation mis en œuvre, des modalités d’accès à la formation et des effets du passage en formation.

Frétigné, Cédric,  Ce que former des adultes veut dire,   – Paris : Publibook, 2013. – 94 p. – (Sciences Sociales. Recherches) .

Débats sur la professionnalisation des enseignants

Les recherches en formation d’adultes permettent d’observer, depuis les années 2000, l’émergence de recherches en éducation visant à comprendre les conditions de réalisation et de réussite de l’apprentissage professionnel. Le rapprochement qui est fait dans cet ouvrage entre le champ de recherche de la formation d’adultes et la formation à l’enseignement s’imposait pour penser celle-ci au service de l’amélioration des compétences professionnelles des enseignants. En s’attardant à l’éducation comparée, en confrontant des recherches nord-américaines et européennes et en étudiant des travaux sur les interactions entre l’enseignant en formation et les différentes ressources formatives impliquées dans sa formation, ce livre ouvre des pistes de réflexion novatrices. Cet ouvrage est issu du premier symposium international organisé par l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives, qui a eu lieu à Sherbrooke en octobre 2009. Ce symposium a servi d’acte fondateur pour la constitution d’un réseau-observatoire international sur la professionnalisation dans les métiers relationnels et de l’interaction humaine.

Maubant, Philippe, dir. ; Clénet, Jean, dir. ; Poisson, Daniel, dir., Débats sur la professionnalisation des enseignants : les apports de la formation des adultes, Québec  : Presses de l’Université du Québec, 2011. – 357 p.

 

Quand la formation continue. Repères sur les pratiques de formation des employeurs et des salariés

Quand la formation continue...Repères sur les pratiques de formation des employeurs et salariésDans le sillage de la collection des Quand l’école est finie… qui donnent périodiquement des repères sur l’insertion professionnelle des jeunes sortant de formation initiale, la première édition de Quand la formation continue… avait vu le jour en 2009, soit l’année où fut adoptée la loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie.

Le hasard des calendriers veut que cette deuxième édition de Quand la formation continue… paraisse quelques jours après l’adoption de la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Cette loi entend apporter un nouvel élan, notamment avec l’instauration d’un compte personnel de formation. Dès lors, les repères statistiques sur les pratiques de formation des salariés et de leurs employeurs, que fournit cet ouvrage, apportent une sorte d’« état des lieux à l’aube de la réforme ».

Feuilleter l’ouvrage sur le site du Céreq

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Renaud Descamps, Jean-Marie Dubois, Arnaud Dupray, Christine Fournier, Olivier Joseph, Jean-François Mignot, Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Quand la formation continue. Repères sur les pratiques de formation des employeurs et des salariés. : état des lieux à l’aube de la réforme de 2014, Marseille : Céreq, 2014. – 111 p.

Formation Emploi n° 125 : Pêle-mêle

Pêle-mêle n°125Comment devenir un professionnel, un bon professionnel ? On suppose souvent qu’il faut pour cela suivre une bonne formation, par exemple une école de commerce, puis obtenir un bon emploi, où l’on développe ses compétences dans la durée grâce à un CDI (contrat à durée indéterminée).
À travers différents exemples, ce numéro de Formation Emploi souligne, une fois de plus, combien la professionnalisation est un processus qui échappe à la simplification.

Sommaire du numéro

Formation Emploi , n° 125 , 2014 , 121 p.

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 – Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 - Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplômeLes premiers résultats de l’enquête 2013 auprès de la Génération 2010 sont disponibles.

En 2013, trois ans après leur sortie du système éducatif, 22 % des jeunes actifs sont en recherche d’emploi. Il s’agit du niveau le plus haut jamais observé dans les enquêtes d’insertion du Céreq. La hausse, par rapport à la Génération 2004, est de 16 points pour les non-diplômés et de 3 points pour les diplômés du supérieur long. Toutefois, les premiers emplois ne sont ni plus précaires, ni moins rémunérateurs.

Voir le Bref sur le site du Céreq

Christophe Barret, Florence Ryk, Noémie Volle, Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 – Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme, in Bref n° 119 (mars 2014). – 8 p