Archives mensuelles : septembre 2014

Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n’empêche pas celle du chômage

Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n'empêche pas celle du chômageLes jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2010,interrogés dans le cadre des enquêtes Génération,n’échappent pas à la dégradation de la conjoncture. Bien que plus diplômés sous l’effet de la réforme du LMD, ils sont plus souvent au chômage et un peu moins rémunérés que leurs prédécesseurs sortis en 2004. Les non-diplômés restent les plus exposés, mais l’insertion des diplômés de la voie professionnelle subit également les effets de la crise.

Lire le document en ligne

Boris Ménard, Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n’empêche pas celle du chômage, in Bref n° 322 (septembre 2014). – 4 p.

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf.., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral,  – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue) .

Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement

Le métier d’enseignant est-il en crise ou définitivement en voie de mutation ? En ce début de XXIe siècle se sont dessinés des changements profonds qui ont bousculé les repères traditionnels de la profession. C’est ce que montre cet ouvrage consacré à l’analyse des expériences et des épreuves vécues par les professeurs débutants dans les collèges et lycées. Il questionne, sur la base d’une enquête de deux années, plusieurs aspects autrefois déterminants, mais qui ont perdu leur caractère d’évidence : la vocation, l’autorité, le rapport cultivé au savoir, l’identification à une institution reconnue. L’immersion dans le quotidien de classes et d’établissements contrastés, dans l’éducation prioritaire et ailleurs, dévoile un régime pédagogique marqué par l’incertitude. Les enseignants ont alors en charge de construire et de négocier un ordre scolaire qui n’est ni donné ni acquis. L’enjeu de transmission des savoirs ne s’efface pas, mais implique davantage la gestion des relations avec les élèves. Face à cet héritage professionnel qui se dérobe, les professeurs débutants inventent individuellement, en pointillé, ce que sera leur nouveau métier.

Périer, Pierre, Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement,   Paris : Presses universitaires de France, 2014. – 188 p. – (Education et société) .

Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie

De tout temps, les infirmières ont porté le système de santé à bout de bras. Contraintes aujourd’hui à une charge de travail démesurée ainsi qu’à des horaires impossibles, elles s’usent prématurément et finissent par quitter la profession, et ce malgré leur profond sentiment d’appartenance. Que penser d’un milieu de travail qui pousse ses salariées à le fuir, tout en déplorant du même souffle une pénurie de main-d’œuvre ? N’y aurait-il pas des ressources et des mesures à mettre en place pour corriger le tir ? Diane-Gabrielle Tremblay plonge au cœur de la problématique et analyse l’organisation du travail des infirmières, ainsi que la question du vieillissement de la main-d’œuvre. Cet ouvrage tente de faire le point sur ce métier féminin par excellence à travers sa tumultueuse histoire, mais surtout à partir de l’expérience concrète et contemporaine d’une trentaine de femmes. Leur parcours professionnel est ici scruté à la loupe, avec ses défis, ses écueils, ses réussites, de l’appel de la vocation jusqu’au départ à la retraite, en passant par la professionnalisation et les enjeux de la conciliation travail-famille.

Tremblay, Diane-Gabrielle, Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie : vocation, engagement et parcours de vie  – Montréal : les éditions du remue-ménage, 2014. – 154 p.

« Evaluation Formation Emploi » un chantier pluridisciplinaire

En s’interrogeant sur les liens entre l’évaluation, la formation et l’emploi, et de manière pluridisciplinaire, cet ouvrage installe le débat sur l’évaluation au cœur même de valeurs et d’enjeux contradictoires. L’évaluation est un processus complexe, dans l’entrelacs de la formation et de l’emploi, de l’institution et du sujet, au croisement des cinq disciplines qui ont contribué à l’ouvrage (économie, sciences de l’éducation, psychologie, sociologie, sciences politiques).
Cette manière de poser le problème fait émerger de nouveaux questionnements qui constituent une des plus-values de l’ouvrage : Comment passer de l’analyse des relations entre formation et emploi à celle de l’évaluation des formations par l’emploi ? Introduire l’évaluation dans le jeu de la relation formation-emploi renforce-t-il l’obligation de résultats et «l’économicisation» du débat, au détriment de ses aspects éthiques, sociaux et éducatifs ? Quels enjeux sous-tendent l’évaluation et quelles valeurs promeut-elle lorsqu’elle est considérée dans son rapport à la formation, au travail et à l’emploi ? Comment améliorer, par l’évaluation, la relation formation emploi ?

Béduwé, Catherine, dir. ; Bedin, Véronique, dir. ; Croity-Belz, Sandrine, dir. ,« Évaluation formation emploi » : Un chantier pluridisciplinaire  – Paris : L’Harmattan, 2014. – 283 p. – (Evaluer)