Archives du mot-clé Céreq

PhDs’ early career trajectories strongly differentiated

For those who obtained their PhDs in 2010, research remains the main opening. If they embark on careers in public-sector research, their trajectories during the first five years of their working lives are synonymous with periods of temporary employment of varying lengths. These trajectories contrast sharply with those of PhDs who seek employment in the private sector at a very early stage in their careers.

Lire le Training and employment sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber, PhDs’ early career trajectories strongly differentiated in Training and employment n° 127 (January February 2017). – 4 p.

Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche »

Les transformations du travail en cours dans les industries chimiques depuis trente ans ont reconfiguré les métiers de la fabrication et de la maintenance. Plus diplômés, davantage polyvalents, les profils de ces ouvriers, techniciens et agents de maîtrise se sont diversifiés. Dans un secteur où le travail s’est fortement, quoiqu’inégalement, densifié et modernisé, la transmission des savoirs, l’apprentissage sur le tas et la mobilité interne restent prépondérants.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Agnès Legay, Fred Séchaud, Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche » in Bref n° 355 (2017). – 4 p.

Work at the heart of firm-based learning

For most employers, employees acquire competences less by taking part in organised training programmes than by carrying out their work tasks. The training and employee trajectory surveys (dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés/Defis) show that employees whose work dynamics offer the best opportunities for informal learning are also the ones who enjoy the highest levels of access to organised training. This is particularly true for employees in the least skilled jobs.

Lire le document sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux , Work at the heart of firm-based learning in Training and employment n° 126 (décembre 2016). – 4 p.

Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles

Pour les docteurs diplômés en 2010, le débouché principal reste la recherche. Dans la recherche publique, leurs trajectoires professionnelles durant les cinq premières années de vie active sont synonymes de passages plus ou moins longs par l’emploi à durée déterminée.

Ces parcours tranchent avec ceux des docteurs qui s’orientent très tôt vers les emplois du privé.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber , Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles in Bref n° 354 (2017). – 4 p.

Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation

Cette étude, élaborée pour le compte du Commissariat général au développement durable (CGDD), présente et défend les spécificités des métiers de la mesure. Ils regroupent ici la métrologie, l’instrumentation et l’analyse/métiers de laboratoire. Ils sont analysés à partir de plusieurs dimensions : missions des professionnels, évolutions récentes, appareil de formation existant… Une partie est par ailleurs spécifiquement consacrée aux impacts de la transition écologique.

Lire le Céreq études n° 10

Félicie Drouilleau ; Anne Delanoë (collab.); Michèle Ménabréaz  (collab.) ; Molinari, Mickaële (collab.) Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation  – Marseille : Céreq, 2017. – 56 p. – (Céreq Etudes; 10) .

Les cinq premières années de vie active des docteurs diplômés en 2010

L’insertion des docteurs présente certaines spécificités, parmi lesquelles une période de transition plus longue pour accéder à l’emploi stable. Pour en rendre compte, plus de 1 400 docteurs ont été réinterrogés en 2015 dans le cadre du dispositif Génération 2010, une extension financée par le MENSER-SIES. Ces données fournissent une photographie à 5 ans de leur devenir comparé à celui des autres diplômés de l’enseignement supérieur. En outre, elles permettent d’étudier leurs trajectoires professionnelles et donc d’appréhender leurs mobilités professionnelles en début de carrière. Au regard des préconisations au niveau européen, il semble essentiel de savoir dans quelle mesure les docteurs s’insèrent en dehors de la recherche publique et s’ils connaissent des mobilités d’emploi dans la sphère privée.

Lire le Céreq études n° 9

Julien Calmand, Les cinq premières années de vie active des docteurs diplômés en 2010 – Marseille : Céreq, 2017. – 53 p. – (Céreq Etudes; 9) .

L’apport des associations d’écoconstruction au verdissement du secteur du bâtiment

Dans le cadre d’une commande du Commissariat général au développement durable (CGDD), le Céreq a étudié les politiques de verdissement de ces dix dernières années dans différents secteurs d’activités économique puis s’est interrogé sur les infléchissements à apporter pour mieux accompagner le développement d’approches écoresponsables. Dans le bâtiment, l’état des lieux a abouti à la mise en évidence de nombreuses controverses qui s’organisent autour d’une opposition entre approches énergétiques et réductionnistes et approches écologiques et holistiques. Ces approches, décrites dans leurs postulats et leurs conséquences pratiques, ont connu un développement inégal. L’approche énergétique et réductionniste apparait largement dominante. Cette approche est loin d’être à la hauteur des enjeux environnementaux et sociétaux mis en avant par les tenants d’une approche écologique et holistique, souvent regroupés au sein d’associations. C’est ce premier constat qui a conduit à étudier l’apport des associations d’écoconstruction au verdissement du secteur du bâtiment. Comment donnent-elles corps à des démarches fondées sur une approche écologique et holistique? Sont-elles en mesure de promouvoir ces démarches efficacement et dans la durée ?

Lire le Céreq études n° 8

Paul Kalck, L’apport des associations d’écoconstruction au verdissement du secteur du bâtiment – Marseille : Céreq, 2017. – 170 p.. – (Céreq Etudes; 8) .

Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux

Depuis la loi de 2002, qui a instauré la VAE et créé la Commission nationale de la certification professionnelle, les diplômes et titres professionnels sont répertoriés au sein d’un vaste ensemble de « certifications » toutes revues à l’aune des compétences et regroupées dans un registre commun : le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

La loi du 5 mars 2014 instaure le compte personnel de formation (CPF) et crée à l’occasion un nouveau repère de qualification : les formations éligibles au CPF doivent être sanctionnées par une certification enregistrée au RNCP ou« une partie identifiée de certification professionnelle classée au sein de Répertoire et visant l’acquisition d’un bloc de compétences ». Quelle est la consistance de ce nouveau concept ? Quelles logiques observe-t-on dans la construction des blocs de compétences ? Quel intérêt pour les individus et pour le monde économique ? Quelles conséquences sur les systèmes de certification et de formation existants ?

L’AFDET et le Céreq ont interrogé les différents acteurs concernés par les certifications professionnelles.

Au-delà du constat, cette exploration a permis de dégager des hypothèses d’évolution du système : certaines permettraient de mettre en place enfin une véritable complémentarité entre formation professionnelle initiale et formation professionnelle continue, et de donner à chacun une vraie perspective d’accès continu à la qualification et à la sécurisation effective de son parcours professionnel.

Lire le Céreq échanges n° 4

Françoise Amat, Françoise Berho, Michel Blachère, Anne-Marie Charraud, Jean-Michel Hotyat, Chantal Labruyère, Alain Mamessier, Yveline Ravary , Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux, – Marseille : Céreq, 2017. – 109 p. – (Céreq Echanges; 4) .

Le travail au cœur des apprentissages en entreprise

Pour une majorité d’employeurs, les compétences des salariés s’acquièrent moins par des formations organisées que par l’exercice du travail.

Le dispositif Defis permet de montrer que les salariés inscrits dans les dynamiques de travail les plus porteuses d’apprentissages informels sont également ceux qui accèdent le plus à la formation organisée. Ce constat est particulièrement marqué pour les salariés occupant les emplois les moins qualifiés.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le travail au cœur des apprentissages en entreprise in Bref n° 353 (2017). – 4 p.

Séminaire de l’atelier « Mondes sociaux des TPE-PME » le 24 mai 2017 à Montpellier

Le prochain séminaire de l’atelier « Les mondes sociaux des TPE-PME » se tiendra à Montpellier le 24 mai. Il aura pour thème : « Apports et limites de la  proximité dans les pratiques de GRH des petites entreprises. »

Organisateurs : Zeineddine Khelfaoui,  maître de conférences en sciences économiques, directeur du centre associé du Céreq – ARTDev, université de Montpellier 3 , Stéphane Michun, chargé d’étude au centre associé du Céreq – ARTDev, université de Montpellier 3.

Inscription obligatoire

L’incomplétude relative des petites entreprises et l’importance de la proximité dans les choix, jugements et pratiques de nombreux dirigeants-propriétaires ont alimenté toutes sortes de discours et de politiques associant comme une évidence petite entreprise et territoire dans une dépendance réciproque. En s’appuyant sur ces entreprises à « taille humaine » et en favorisant leur maillage, on pourrait impulser un développement endogène apportant aux territoires emplois, stabilité et solidarité (districts industriels, systèmes productifs locaux, pôles de compétitivité). Inversement, en s’appuyant sur les acteurs supports du territoire, on pourrait aider efficacement les petites entreprises à se moderniser, à affiner leurs pratiques de GRH voire à croître (thématique des « guichets » ou des « services de proximité »). Certes, les acteurs du développement territorial sont de plus en plus nombreux à associer les petites entreprises à leurs projets et d’innombrables petites entreprises sont amenées à prendre appui sur les potentialités de leur environnement local afin d’améliorer la résolution de nombreux problèmes d’information, d’innovation, d’organisation du travail, de recrutement ou de formation mais ne conclut-on pas un peu hâtivement à la primauté du territoire ? Cette journée reviendra sur les approches en termes de proximité (géographique, organisationnelle, institutionnelle, cognitive, etc.) et les objets, territoire et réseau, qui leur sont associés. L’accent sera mis sur leur pertinence du point de vue de la compréhension (et de l’outillage) des pratiques de GRH des petites entreprises : dialogue social, recrutement, partage de main-d’œuvre, formation, etc. Une attention particulière sera portée aux entreprises les plus petites et au défi de leur théorisation malgré leur extrême diversité.

Télécharger le programme

La formation professionnelle diplômante, un pari gagnant pour l’emploi ? Le cas de la région Paca

La formation professionnelle est-elle réellement un outil de lutte contre le chômage des jeunes et des adultes ? Une évaluation de l’impact de formations diplômantes financées par la région Paca aboutit à des résultats allant dans ce sens. Deux ans après avoir suivi une formation diplômante, les stagiaires affichent un taux d’emploi nettement supérieur à celui des jeunes et adultes de mêmes caractéristiques n’ayant pas suivi ce type de formation. Pour autant, au terme de ces deux années, les conditions d’emploi des stagiaires ne sont pas meilleures que celles des autres.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Fanny Brémond, Séverine Landrier, Pascale Rouaud, Aline Valette-Wursthen, La formation professionnelle diplômante, un pari gagnant pour l’emploi ? Le cas de la région Paca in Bref n° 352 (février 2017). – 4 p.