Archives du mot-clé Compétence

L’adaptation des compétences, un défi à relever pour les entreprises du numérique

Dans le secteur du numérique, l’innovation est au cœur de la croissance. Pour la favoriser, les entreprises doivent, plus qu’ailleurs, recruter du personnel qualifié et veiller au maintien et au renouvellement des compétences de leurs salariés. La formation initiale, la formation continue sous ses différentes formes et l’alternance sont largement mobilisées, dans un continuum qui pourrait préfigurer une tendance plus générale.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Jean-Marie Dubois, Patrick Rousset, L’adaptation des compétences, un défi à relever pour les entreprises du numérique in Bref n° 358 (2017). – 4 p.

Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux

Depuis la loi de 2002, qui a instauré la VAE et créé la Commission nationale de la certification professionnelle, les diplômes et titres professionnels sont répertoriés au sein d’un vaste ensemble de « certifications » toutes revues à l’aune des compétences et regroupées dans un registre commun : le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

La loi du 5 mars 2014 instaure le compte personnel de formation (CPF) et crée à l’occasion un nouveau repère de qualification : les formations éligibles au CPF doivent être sanctionnées par une certification enregistrée au RNCP ou« une partie identifiée de certification professionnelle classée au sein de Répertoire et visant l’acquisition d’un bloc de compétences ». Quelle est la consistance de ce nouveau concept ? Quelles logiques observe-t-on dans la construction des blocs de compétences ? Quel intérêt pour les individus et pour le monde économique ? Quelles conséquences sur les systèmes de certification et de formation existants ?

L’AFDET et le Céreq ont interrogé les différents acteurs concernés par les certifications professionnelles.

Au-delà du constat, cette exploration a permis de dégager des hypothèses d’évolution du système : certaines permettraient de mettre en place enfin une véritable complémentarité entre formation professionnelle initiale et formation professionnelle continue, et de donner à chacun une vraie perspective d’accès continu à la qualification et à la sécurisation effective de son parcours professionnel.

Lire le Céreq échanges n° 4

Françoise Amat, Françoise Berho, Michel Blachère, Anne-Marie Charraud, Jean-Michel Hotyat, Chantal Labruyère, Alain Mamessier, Yveline Ravary , Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux, – Marseille : Céreq, 2017. – 109 p. – (Céreq Echanges; 4) .

Analyse des besoins des employeurs français au regard des compétences en langues étrangères

Analyse-des-besoins-des-employeurs-francais-au-regard-des-competences-en-langues-etrangeres_largeCe rapport d’enquête constitue l’un des principaux résultats du projet Langues et employabilité (LEMP) mené en 2014‐2015 et financé avec le soutien de la Commission européenne. Il a pour objet de présenter et d’analyser les résultats d’enquêtes visant à identifier plus précisément les besoins des employeurs français au regard des compétences en langues étrangères. Sur la base de ce rapport, une campagne de sensibilisation sera mise en œuvre à l’attention des élèves de l’enseignement secondaire général et professionnel et de leurs parents pour les guider dans leur choix des langues vivantes étudiées.

Lire le document sur le site du Céreq

Chancelade, Carine; Janissin, Patricia; Giret, Jean-François; Guégnard, Christine; Benoit, Pernelle; Vogt, Amandine , Analyse des besoins des employeurs français au regard des compétences en langues étrangères . – Marseille : Céreq, 2016. – 68 p. – (Net.Doc; 152) .

How they became eco-friendly architects

How they became eco-friendly architectsThe environmental quality of buildings is an opportunity and,at the same time, a challenge for architects. On the one hand, it gives them a chance to make ‘sustainability’ part of the overall objective of architectural quality; on the other hand, it requires them to acquire new knowledge and competences in a context characterised by economic difficulties and the repositioning of many actors in construction. It is also a challenge for architect training, which has to respond to contemporary issues.

Lire le document sur le site du Céreq

Paul Kalck, How they became eco-friendly architects in Training and employment n° 120 (November-December 2015). – 4 p

Comment ils sont devenus architectes écoresponsables

Comment ils sont devenus architectes écoresponsablesLa qualité environnementale des constructions est une opportunité en même temps qu’un défi pour les architectes. Une opportunité d’intégrer la « durabilité » à l’objectif de qualité architecturale. Un défi parce que cela nécessite de nouvelles connaissances et compétences, dans un contexte marqué par les difficultés économiques et le repositionnement de nombreux acteurs de la construction. Ce défi est aussi celui de la formation qui se doit de répondre aux enjeux contemporains.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Paul Kalck, Comment ils sont devenus architectes écoresponsables in Bref n° 342 (janvier 2015). – 4 p.

L’effet des soft-skills sur la rémunération des diplômés

L-effet-des-soft-skills-sur-la-remuneration-des-diplomes_largeLes soft-skills forment un ensemble de compétences qui se rapporteraient davantage à un savoir-être et moins à un savoir théorique, et dépendraient notamment de la capacité des individus à réagir avec les autres. Ce document propose une analyse de leur impact sur le marché du travail en France, en essayant de mesurer leur influence sur le salaire des diplômés. Les résultats montrent que les soft skills vont notamment influencer les plus hauts salaires, ce qui suggère leur importance pour les emplois les plus qualifiés.

Les analyses ainsi que la construction des indicateurs sont issus d’une étude sur un échantillon de diplômés de master ayant répondu à l’enquête du Céreq Génération 2010 et réinterrogés en 2014.

Lire le document sur le site du Céreq

Albandea, Inès; Giret, Jean-François, L’effet des soft-skills sur la rémunération des diplômés – Marseille : Céreq, 2016. – 31  p. – (Net.Doc; 149) .

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?Professional and vocational courses requiring 5 years’ post-secondary study are supposed to meet specific needs for competences in a given area of employment. Young graduates believe they have acquired the specific competences they think their employers require. In their view, the shortfall lies in their general competences. Is this a reason to question the increasingly vocational nature of university courses?

Lire le document sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?
in Training and employment n° 118 (July-August 2015). – 4 p.

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5Quelles sont les compétences acquises en formation par les diplômés de l’enseignement supérieur et quelles sont celles, en regard, qui leur sont demandées pour exercer leur emploi ?

A travers une évaluation, nécessairement subjective, de leurs compétences par les jeunes diplômés eux-mêmes, les écarts entre l’acquis en formation et le requis dans l’emploi sont mis en évidence.

Les résultats présentés dans ce document s’appuient sur l’interrogation, au printemps 2014, d’un échantillon expérimental de l’enquête Génération 2010 constitué de diplômés de bac+5 interrogés par Internet. Ils portent sur les compétences générales et les compétences spécifiques, liées à la spécialité de formation, et sont détaillés par filière.

Lire le Net.Doc en ligne

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5 . – Marseille : Céreq, 2015. – 62 p. – (Net.Doc; 142) .

Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?

Les jeunes diplômés de bac+5 s'estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?Les formations professionnelles de niveau bac+5 sont supposées répondre à des besoins spécifiques en compétences dans un domaine d’emploi donné.

Au regard de ce qu’ils estiment être demandé par leurs employeurs, les jeunes diplômés considèrent avoir acquis ces compétences spécifiques. Selon eux, le déficit se situe au niveau des compétences générales.

De quoi interroger la tendance à la professionnalisation des formations universitaires ?

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris  Ménard, Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?
in Bref n° 340 (novembre 2015). – 4 p.

Formation emploi, n° 130, avril-juin 2015 : L’essor des compétences non académiques

L'essor des compétences non académiquesDans ce numéro, on explore la distinction entre compétences académiques et non académiques.
Cette notion de compétences non académiques est elle aussi en débat ; selon les approches et les disciplines, elle peut se décliner en compétences non cognitives, comportementales, sociales, émotionnelles, relationnelles, positionnelles, voire esthétiques…
Ce numéro vise donc à poser des premiers jalons dans l’exploration de cette notion.

Voir le sommaire sur le site du Céreq

Formation emploi, n° 130, avril-juin 2015, 120 p.

Le bilan mitigé de l’expérimentation du portefeuille d’expériences et de compétences

Le bilan mitigé de l'expérimentation du portefeuille d'expériences et de compétencesLe portefeuille d’expériences et de compétences (PEC) est un dispositif qui associe un outil numérique de type e-portfolio à l’accompagnement des étudiants dans la construction de leur parcours. Son évaluation, conduite dans 13 universités,interroge sur les conditions de sa mise en oeuvre. Si les étudiants reconnaissent l’apport de certaines actions, ils ne voient pas l’utilité du dispositif dans son ensemble.L’accompagnement, pas toujours à la hauteur de l’ambition des concepteurs, est en partie en cause.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Nathalie Beaupère, Nathalie Bosse, Philippe Lemistre, Le bilan mitigé de l’expérimentation du portefeuille d’expériences et de compétences in Bref n° 331 (février 2015). – 4 p.

Compétences durables et transférables : clés pour l’employabilité

Tout au long de leur vie professionnelle, les individus développent des compétences à travers diverses activités, auprès d’un ou de plusieurs employeurs. Certains améliorent, font « fructifier » leur « capital de compétences » grâce à un nouvel emploi, un bilan de compétences, une formation, la reprise d’études… et restent donc employables. D’autres, hélas, renoncent à progresser, au risque de réduire ou de perdre leur employabilité. Qu’est-ce qui différencie les premiers des seconds ? Pour répondre à cette question, l’auteur analyse la question du « portage » des compétences dans le temps (compétences durables) et dans l’espace (compétences transférables d’une activité à une autre, d’un emploi à un autre) et de leur relation avec l’employabilité des individus. À travers sept études de cas, avec une centaine d’interviews de travailleurs et de conseillers, en distinguant les parcours professionnels de travailleurs très mobiles et ceux d’autres travailleurs, l’ouvrage cerne les ressources qui permettent d’entretenir et de développer le « bagage de compétences » de chacun(e) et propose de regrouper ces ressources autour du concept de metacompétence d’employabilité. Ce concept est décrit et analysé, de même que les différentes manières de le développer dans l’éducation, la formation continue et au travail.

 

Dujardin, Jean-Marie; Feutrie, Michel, préf., Compétences durables et transférables : clés pour l’employabilité . – Bruxelles : De Boeck, 2013. – 175 p. – (Manager RH)

Quand l’école prétend préparer à la vie … : développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?

Les démocraties mettent l’École sur la sellette. Jadis légitimée par son histoire et par un projet politique qu’on ne discutait guère, la voilà aujourd’hui sommée de s’expliquer ! À quoi forme-t-elle ? Que doit-on attendre d’elle ? Qui peut en décider et comment, ensuite, peut-elle mettre en œuvre son projet ? On convient volontiers qu’il s’agit de « préparer à la vie » et de transmettre « les fondamentaux de la citoyenneté ». Mais quels sont-ils ? Et, à supposer qu’on puisse les définir de manière consensuelle, l’École est-elle équipée pour les enseigner ? Quelles transformations cela impliquerait-il dans l’organisation des enseignements, le choix des disciplines et des programmes, la formation des enseignants ?

Philippe Perrenoud, spécialiste des questions d’enseignement et d’apprentissage, expert international en matière de curriculum, sociologue au regard acéré mais sensible aux interrogations pédagogiques, ose poser ces problèmes. Il passe en revue, dans cet ouvrage, les questions fondatrices – et trop souvent ignorées – de notre École. Pourquoi cette fascination contemporaine pour les compétences ? Que met-on exactement derrière ce terme ? Toutes les disciplines peuvent-elle s’enseigner « par compétences » ? Comment rendre compatibles le respect des disciplines traditionnelles et la demande sociale d’une École préparant vraiment à la vie, dans toutes ses dimensions ? Au milieu des turbulences sociales et institutionnelles actuelles, Philippe Perrenoud plaide pour une démarche raisonnable de définitions de nos priorités éducatives et scolaires. Pour que les démocraties se réapproprient leur École. (4ème de couv.)

Sommaire de l’ouvrage en ligne

 

Philippe Perrenoud. Quand l’école prétend préparer à la vie … : développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?  Issy-les-Moulineaux : ESF, 2011. – 221 p. – (Pédagogies/Outils) .

Organisation et logique compétence : la dynamique d’une expérience réussie

Alerte ! Pour répondre à une financiarisation croissante du monde économique, et coincés par la crise, trop de chefs d’entreprise pilotent leurs unités à court terme. Cela entraîne des régressions dans les modes de management et un risque mortifère de démobilisation du personnel, y compris au niveau de l’encadrement qui ne voit plus le sens de son action à moyen et long termes. Trop de dirigeants ne placent plus la personne au centre de la réalisation de la performance, d’où un grave handicap pour l’avenir de nos entreprises en France.
A contre-courant des pratiques actuelles, cet ouvrage présente une façon moderne et efficace de manager et de s’organiser en travaillant autrement. En racontant des histoires vécues, Guy Jayne illustre une dynamique qui conduit à la réussite. Ce livre s’adresse à tous ceux qui, dans les entreprises, les administrations, les hôpitaux, les universités, les écoles, les associations, sont concernés par la sortie de crise.
Tous sont invités à faire un pari sur l’homme et ses potentialités, et à se donner les moyens de le gagner par la mise en œuvre de la logique compétence. En cette période durablement perturbée, ce livre, véritable plaidoyer pour l’avenir, incite à vaincre nos peurs et à oser l’innovation.

 

Guy Jayne; Francis Mer, préf., Organisation et logique compétence : la dynamique d’une expérience réussie ,- Paris : Les éditions de l’Atelier, 2012. – 318 p.

Répertoire des métiers de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche

Le Ministère de l’Éducation nationale publie le répertoire des métiers.

105 métiers  y sont décrits. Ils sont présentés par familles professionnelles où sont détaillées les activités exercées et les compétences requises pour chaque métier.

Sur le site du Ministère,  on trouve aussi un dictionnaire des compétences.

Le répertoire des emplois-types des ministères chargés de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche a été construit en complémentarité des répertoires déjà existants au niveau interministériel ou ministériel  :

  • Répertoire interministériel des métiers de l’État (Rime),
  • Réferens (répertoire des Emplois-types de Recherche et de ENseignement Supérieur),
  • Bibliofil, le répertoire de la filière bibliothèques,

Autres répertoires de la Fonction publique :