Archives du mot-clé Formation continue

Work at the heart of firm-based learning

For most employers, employees acquire competences less by taking part in organised training programmes than by carrying out their work tasks. The training and employee trajectory surveys (dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés/Defis) show that employees whose work dynamics offer the best opportunities for informal learning are also the ones who enjoy the highest levels of access to organised training. This is particularly true for employees in the least skilled jobs.

Lire le document sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux , Work at the heart of firm-based learning in Training and employment n° 126 (décembre 2016). – 4 p.

Le travail au cœur des apprentissages en entreprise

Pour une majorité d’employeurs, les compétences des salariés s’acquièrent moins par des formations organisées que par l’exercice du travail.

Le dispositif Defis permet de montrer que les salariés inscrits dans les dynamiques de travail les plus porteuses d’apprentissages informels sont également ceux qui accèdent le plus à la formation organisée. Ce constat est particulièrement marqué pour les salariés occupant les emplois les moins qualifiés.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le travail au cœur des apprentissages en entreprise in Bref n° 353 (2017). – 4 p.

Post-hire training: a means of integrating and retaining new recruits ?

training125New recruits receive less training than employees with longer job tenure. Training on entry into post is provided less frequently for formerly unemployed individuals than for people already in employment prior to recruitment. Nevertheless, the fact of having received post-hire training seems to improve employee retention, particularly among the previously unemployed. Such training would appear to be a means of improving worker-job matching or employee engagement with the work environment.

Lire le Training and employment en ligne

Guillemette de LARQUIER, Géraldine RIEUCAU, Carole TUCHSZIRER, Post-hire training: a means of integrating and retaining new recruits ? in Training and employment n° 125 (septembre-octobre 2016). – 4 p.

 

 

Recruter et former : un enjeu pour adapter et stabiliser les salariés dans l’entreprise ?

b351Les nouvelles recrues sont moins formées que les salariés plus anciens dans l’entreprise. La formation à l’entrée s’adresse moins souvent aux anciens chômeurs qu’aux personnes déjà en emploi avant d’être recrutées. Pour autant, avoir bénéficié d’une formation après l’embauche serait plutôt le gage d’une plus grande stabilité dans l’entreprise, surtout pour les anciens chômeurs. Cette formation permettrait ainsi d’améliorer la qualité des appariements ou la relation du salarié à son environnement de travail.

Lire le Bref en ligne

Complément du Bref sur le site du Céreq

Guillemette de Larquier, Géraldine Rieucau, Carole Tuchszirer, Recruter et former : un enjeu pour adapter et stabiliser les salariés dans l’entreprise ? in Bref n° 351 (décembre 2016). – 4 p.

Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ?

Ce document aLes-pratiques-manageriales-peuvent-elles-reduire-les-inegalites-professionnelles-de-genre-L-exemple-de-la-promotion-et-de-la-formation_largeborde la question du rôle des pratiques RH dans la réduction des disparités professionnelles de genre observées dans l’accès à la promotion et à la formation en entreprise. Les résultats sont issus de traitements économétriques effectués sur des données issues de l’enquête couplée entreprise-salariés conduite en 2010-2012 (Difes 2).

L’analyse montre ainsi que dans les entreprises ayant une politique RH plus structurée, les écarts des taux de promotion entre les femmes et les hommes diminuent de manière considérable ainsi que les écarts dans l’accès à la formation générale. L’écart dans les taux d’accès à la formation spécifique est quasi inexistant.

Lire le document sur le site du Céreq

Couprie, Hélène; Melnik, Ekaterina. Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ? : L’exemple de la promotion et de la formation  – Marseille : Céreq, 2016. – 54 p. – (Net.Doc; 158) .

Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés – Premiers indicateurs du volet entreprises

Dispositif-d-enquetes-sur-les-formations-et-itineraires-des-salaries-Premiers-indicateurs-du-volet-entreprises_largeLe dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés (Defis), livre dans ce document une première série d’indicateurs sur le recours des entreprises à la formation, leur politique en matière d’information des salariés, de mobilité et de recrutement, les organismes qui les conseillent… Les indicateurs sont croisés selon la taille et le secteur de l’entreprise. 4 500 entreprises, représentatives des entreprises privées de 3 salariés et plus dans tous les secteurs d’activité, ont été interrogées en 2015.

Le second volet du dispositif portera sur le suivi d’un panel représentatif de salariés sur une durée de 5 ans. Il concerne 16 000 salariés de ces entreprises, interrogés une première fois en 2015 puis tous les ans pendant 5 ans, afin d’analyser les effets des formations sur les carrières, et plus globalement sur l’activité professionnelle.

Lire le document sur le site du Céreq

Dubois, Jean-Marie; Noack, Edmond; Sigot, Jean-Claude, Dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés – Premiers indicateurs du volet entreprises – Marseille : Céreq, 2016. – 80 p. – (Net.Doc; 156) .

A lire également :

Le dispositif d’enquêtes Defis, un nouveau regard sur la formation en entreprise, Jean-Marie Dubois, Isabelle Marion-Vernoux, Edmond Noack, Bref n°344, mars 2016.

Pour en savoir plus sur le dispositif Defis

La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?

En quelques décennies, la formation professionnelle continue a connu des transformations considérables. Le premier objectif de cet ouvrage collectif est d’en saisir le sens et la portée, trop souvent cachés par un discours faussement consensuel. Cette unanimité de façade masque en effet l’essentiel : la formation professionnelle continue n’est pas seulement inégalitaire et complexe d’accès. Elle est subordonnée à l’économie du capitalisme néolibéral et à la reconfiguration du marché du travail. Les nouvelles règles – comportementales aussi bien que financières et juridiques – étendent le règne de la concurrence généralisée. Chaque salarié et chaque demandeur d’emploi est incité à considérer prioritairement la formation comme un moyen d’entretenir ses compétences pour rester compétitif et employable, à devenir entrepreneur de sa vie professionnelle Les finalités et les modalités de la formation professionnelle continue sont par là réduites et ordonnées à la fabrique de l’employabilité… et fermées à tout autre usage. C’est à la genèse politique, institutionnelle et sociale de ce grand détournement que ce livre est consacré. Comment la formation a-t-elle été progressivement retournée au point de rompre pratiquement tous les liens avec les inspirations progressistes et humanistes à se cultiver et à acquérir de nouveaux savoirs ? Comment des aspirations individuelles et sociales à améliorer sa qualification professionnelle, à actualiser et élargir ses connaissances et à les faire reconnaître se sont-elles trouvées prises dans les filets de la normalisation néolibérale ? S’ouvre alors la nécessaire question des alternatives. Les enseignements de l’histoire sociale, de l’éducation populaire, de l’éducation permanente et de l’éducation ouvrière par les syndicats contribuent à ébaucher une autre perspective : celle de l’institution et de l’invention démocratique du « commun » de la formation. Cette approche à partir d’une question spécifique contribue par ailleurs à approfondir la connaissance des mécanismes profonds du néolibéralisme.

Barnier, Louis-Marie; Canu, Jean-Marie; Vergne, Francis; Maillard, Fabienne, préf..La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?  – Paris : Syllepse ; Les Lilas : Institut de recherches de la FSU, 2014. – 164 p.. – (Comprendre et agir) .

Les enjeux de la formation tout au long de la vie pour l’intervention sociale : promotion sociale et citoyenne ou gestion de l’employabilité

 

À l’heure où de nouveaux enjeux liés à la mondialisation se font sentir, où l’évolution des technologies, de la flexibilisation du travail et de l’employabilité questionnent avec force les pratiques professionnelles et gestionnaires, la formation continue, et plus particulièrement dans sa version « tout au long de la vie », occupe une place importante dans le monde du travail et hors travail. Promue par un certain nombre d’instances internationales (Union européenne, OCDE, Unesco), elle tend à acquérir un « statut paradigmatique » dans les systèmes contemporains de formation des adultes. Cette reconfiguration place désormais l’économique en premier organisateur. La référence à l’éducation et à la formation permanente, fondée sur le paradigme de promotion sociale et d’épanouissement individuel, se perd. Le passage de la notion d’éducation permanente à celle de l’apprentissage tout au long de la vie (Lifelong Learning) attesterait de la nouvelle politique de la formation des adultes. Le débat sur la compétence, la compétitivité, l’adaptation aux opportunités et aux contraintes du contexte professionnel et l’employabilité va alors occuper l’espace de réflexion. En quoi la formation tout au long de la vie peut-elle contribuer à l’organisation et au développement de la professionnalisation de l’intervention sociale, de l’insertion des personnes en situation de vulnérabilité et de l’émancipation citoyenne ?

Hamzaoui, Mejed, dir., Les enjeux de la formation tout au long de la vie pour l’intervention sociale : promotion sociale et citoyenne ou gestion de l’employabilité . – Belgique : Les éditions de l’IEIAS, 2013. – 127 p.

Formation continue des salariés en Europe : les écarts entre pays se réduisent encore

Les salariés européens sont plus nombreux à se former en 2010 que dix ans auparavant. La dernière enquête européenne sur la formation continue dans les entreprises montre aussi que si les écarts entre pays sont encore sensibles, ils ont tendance à se réduire.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Jean-François Mignot,  Formation continue des salariés en Europe : les écarts entre pays se réduisent encore. in Bref n° 312 (juillet 2013). – 4 p.

La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012

Les éditions EMS publient un ouvrage qui retrace les évolutions de la formation continue depuis sa création en 1970 jusqu’à nos jours,  intitulé « La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012 », de Raymond Vatier

L’auteur, placé au coeur de ce projet dans les années soixante- dix et observateur attentif ensuite, a réuni documentation et nombreux témoignages d’acteurs de la formation continue. Nous découvrons ainsi que, malgré une mise en place difficile, freinée par la discontinuité ministérielle, la lourdeur et les procédures de l’administration, les dispositions alors arrêtées ont apporté, sur tout le territoire, des services appréciés. Le système mis en place a survécu. Il a permis de multiplier les types de prestations et d’innover selon les besoins. Partant de ce constat, l’actualité économique et l’urgence des problèmes de l’emploi imposent aujourd’hui de mettre en évidence les conditions dans lesquelles cet ensemble pourrait rendre beaucoup plus de services. Car si la formation continue fonctionne sous de nombreuses formes, des progrès sont nécessaires pour renforcer son efficacité et agir sur la qualification, puis sur l’emploi...

Lire la suite sur le site de l’éditeur

Raymond Vatier, La formation continue : utopie en 1970, urgence en 2012, Éd. EMS, Management & société, 2011. – 246 p.