Archives du mot-clé Métier

Le Céreq a réalisé pour le compte de l’Observatoire des industries chimiques (OPIC) une étude sur l’évolution des métiers et l’alimentation des emplois non-cadres dans les entreprises des industries chimiques. L’étude poursuit ainsi un double objectif : analyser les évolutions des métiers en lien avec les changements de technologies, de process et d’organisation et caractériser les modes d’alimentation des emplois (recrutements et mobilités internes).  Sont concernées certaines familles professionnelles où se concentrent la grande majorité des emplois non-cadres (fabrication, conditionnement, laboratoire, l’ensemble qualité-hygiène-sécurité-santé-environnement), dans les secteurs de l’activité de production chimique et celui de la R&D.

Cette étude a permis les publications suivantes :

Evolution des métiers et des emplois non-cadres dans les industries chimiques – Volume 1 – Analyses, Fred Séchaud, Hubert Amarillo, Damien Brochier, Anne Delanoë, Agnès Legay, Céreq Etudes n°11, mai 2017.

Évolution des métiers et des emplois non-cadres dans les industries chimiques – Volume 2 – Monographies, Fred Séchaud, Hubert Amarillo, Damien Brochier, Anne Delanoë, Agnès Legay, Céreq Etudes n°12, mai 2017.

Un éclairage sur les métiers de la fabrication et de la maintenance : Dans les industries chimiques,  » on capte, on forme, on embauche « , Fred Séchaud et Agnès Legay, Céreq Bref n°355, 2017.

Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation

Cette étude, élaborée pour le compte du Commissariat général au développement durable (CGDD), présente et défend les spécificités des métiers de la mesure. Ils regroupent ici la métrologie, l’instrumentation et l’analyse/métiers de laboratoire. Ils sont analysés à partir de plusieurs dimensions : missions des professionnels, évolutions récentes, appareil de formation existant… Une partie est par ailleurs spécifiquement consacrée aux impacts de la transition écologique.

Lire le Céreq études n° 10

Félicie Drouilleau ; Anne Delanoë (collab.); Michèle Ménabréaz  (collab.) ; Molinari, Mickaële (collab.) Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation  – Marseille : Céreq, 2017. – 56 p. – (Céreq Etudes; 10) .

Les réseaux électriques intelligents : vers de nouveaux besoins en compétences et en formation

cetudes3Rendre les réseaux électriques intelligents consiste, en grande partie, à les instrumenter pour les rendre communicants. L’objectif de l’étude est de comprendre les transitions professionnelles induites par cette évolution du système électrique et d’identifier les nouveaux besoins en compétences et en formation (initiale et continue) inhérents au développement des REI. Il s’agit de recueillir les besoins exprimés par les professionnels de la filière et de proposer des préconisations afin d’y répondre. Le périmètre de l’étude concerne le transport et la distribution d’électricité en amont du compteur tarifaire. Deux catégories d’entreprises ont été retenues : les équipementiers et les gestionnaires de réseaux de transport et de distribution.

Lire le document en ligne

Bosse, Nathalie, Les réseaux électriques intelligents : vers de nouveaux besoins en compétences et en formation  – Marseille : Céreq, 2016. – 59 p. – (Céreq Etudes; 3) .

État des lieux du développement durable dans l’hôtellerie de plein air

cetudes2Dans un contexte de modernisation du secteur, l’hôtellerie de plein air n’échappe pas à l’emprise croissante du développement durable. L’importance de la saisonnalité et la place des très petites entreprises sont des caractéristiques à prendre en compte dans les problématiques actuelles de qualité paysagères, d’économies d’énergie, de gestion durable des ressources mais aussi de gestion des ressources humaines. Ce rapport, réalisé dans le cadre d’une convention avec le CGDD, présente également les initiatives prises par la profession en la matière.

Lire le document en ligne

Michun, Stéphane, État des lieux du développement durable dans l’hôtellerie de plein air  – Marseille : Céreq, 2016. – 37 p. – (Céreq Etudes; 2) .

La filière éolienne terrestre – Perspectives pour l’emploi et la formation

cetudes1Ce rapport analyse successivement les différents maillons de la filière éolienne. Il en décrit les principaux métiers et fait le point dans un premier temps sur les compétences qui sont attendues par les employeurs, puis sur les réponses formatives qui sont apportées par les différents opérateurs de formation. Il se conclut par des préconisations sur les différents segments de la filière.

L’étude a été conduite dans le cadre d’une convention de partenariat avec le Commissariat général au développement durable (CGDD).

Lire le document en ligne

Devie, Pauline; Drouilleau, Félicie; Labruyère, Chantal, dir. ; Mazouin, Aurélie; Podevin, Gérard, La filière éolienne terrestre – Perspectives pour l’emploi et la formation – Marseille : Céreq, 2016. – 111 p. – (Céreq Etudes; 1) .

Typologie sectorielle des modes de gestion de la main-d’oeuvre

Typologie sectorielle des modes de gestion de la main-d'oeuvreCette étude propose une lecture de l’hétérogénéité du marché du travail français à partir du niveau d’analyse de l’emploi sectoriel privé. La typologie s’appuie sur une approche statistique permettant de classer soixante-seize secteurs d’activités en sept profils distincts de mode de gestion et de mobilisation de la main-d’œuvre. Les données mobilisées sont issues de sources telles que les données DADS, l’enquête Emploi de l’INSEE, les chiffres de l’Unedic ou encore des données de la Dares. L’ensemble est regroupé dans les portraits statistiques de branche produits par le Céreq.  Cette typologie sectorielle a été réalisée dans le cadre d’une convention avec la Direction générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP). Elle constitue le « volet quantitatif » d’une étude plus générale sur la diversité des branches professionnelles en matière de politiques emploi/formation.

Lire le document sur le site du Céreq

D’Agostino, Alexandra; Delanoë, Anne, Typologie sectorielle des modes de gestion de la main-d’œuvre  – Marseille : Céreq, 2016. – 50 p. – (Net.Doc; 157) .

Les résultats du premier volet ont été publiés dans la collection Net.doc du Céreq :
Diversité des branches professionnelles en matière de politiques d’emploi et de formation, A. d’Agostino, M. Dif-Pradalier, N. Quintero, Net.Doc, n° 135, 2015.

Actualisation du contrat d’études prospectives du spectacle vivant

Actualisation-du-contrat-d-etudes-prospectives-du-spectacle-vivant_largeLa CPNEF-SV a jugé utile de revenir au CEP afin de mesurer les évolutions de l’emploi sur près de 20 ans, d’actualiser les enjeux et de se redonner des pistes d’actions. Ce rapport offre ainsi un diagnostic comparé de la situation de l’emploi et de la formation professionnelle dans le secteur du spectacle vivant de 1997 à 2014. Il pointe également des aspects jusqu’ici encore insuffisamment mesurés : la question des inégalités professionnelles, la mesure la pluriactivité (au sens de cumul de métiers/emplois, de revenus et de statuts professionnels différents).

Ces résultats éclairent donc sous un angle renouvelé les questions liées à la régulation, la protection sociale, aux modèles économiques, l’accompagnement des parcours tout au long de la vie, l’accès à la qualification et au développement des compétences. Au-delà du diagnostic renouvelé, le Céreq livre en guise de conclusion quelques préconisations à visée opérationnelle.

Lire le document sur le site du Céreq

D’Agostino, Alexandra; Théry, Michel; Zavadski, Carole, collab.; Descamps, Renaud, collab. Actualisation du contrat d’études prospectives du spectacle vivant  . – Marseille : Céreq, 2016. – 186 p. – (Net.Doc; 154) .

A lire également :
La pluriactivité dans le spectacle vivant, quels effets sur la précarité salariale ?, A. d’Agostino, M. Théry, Bref n°343, février 2016.

4ème Biennale du Céreq, Mercredi 7 octobre à Paris

Négocier, réguler, accompagner. La relation formation-emploi au prisme des branches professionnelles.

WebQuelle place pour les diplômes dans la construction conventionnelle des qualifications ? Comment les branches construisent-elles leurs politiques emploi-formation ? Avec quels outils de diagnostic et de prospective ? L’articulation branches/territoires, quelles formes de coopération entre acteurs ?

Ces questions seront abordées lors de la 4ème Biennale du Centre d’études et de recherches sur les qualifications organisée le mercredi 7 octobre 2015 à la Cité internationale universitaire de Paris.

Pour plus d’informations >> biennale2015.cereq.fr

Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement

Le métier d’enseignant est-il en crise ou définitivement en voie de mutation ? En ce début de XXIe siècle se sont dessinés des changements profonds qui ont bousculé les repères traditionnels de la profession. C’est ce que montre cet ouvrage consacré à l’analyse des expériences et des épreuves vécues par les professeurs débutants dans les collèges et lycées. Il questionne, sur la base d’une enquête de deux années, plusieurs aspects autrefois déterminants, mais qui ont perdu leur caractère d’évidence : la vocation, l’autorité, le rapport cultivé au savoir, l’identification à une institution reconnue. L’immersion dans le quotidien de classes et d’établissements contrastés, dans l’éducation prioritaire et ailleurs, dévoile un régime pédagogique marqué par l’incertitude. Les enseignants ont alors en charge de construire et de négocier un ordre scolaire qui n’est ni donné ni acquis. L’enjeu de transmission des savoirs ne s’efface pas, mais implique davantage la gestion des relations avec les élèves. Face à cet héritage professionnel qui se dérobe, les professeurs débutants inventent individuellement, en pointillé, ce que sera leur nouveau métier.

Périer, Pierre, Professeurs débutants : les épreuves de l’enseignement,   Paris : Presses universitaires de France, 2014. – 188 p. – (Education et société) .

Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies

Un monde en mouvement permanent, porteur de transformations importantes dans les entreprises : telle est l’image la plus répandue du monde du conseil. A en croire les magazines économiques, ainsi que les dirigeants des sociétés de conseil ou les diplômés des grandes écoles, le conseil serait « un métier de rêve » ou encore « la nouvelle profession mondiale ». Abreuvée de discours d’excellence et de performance, cette profession en forte expansion qui laisse une large place aux jeunes serait ouverte à tous les « talents ». Prête à reconnaître les capacités de chacun, se pensant résolument à l’avant-garde, elle serait un vecteur à la fois de démocratisation et de consécration sociale. Car elle s’adapterait aux transformations économiques qui laisseraient place à de nouveaux profils. En bref, le conseil serait l’archétype de la forme à venir des métiers de demain : ouvert, innovant, équitable. Pourtant ces clichés ne résistent pas à l’analyse : non seulement la morphologie sociale des consultants est en tout point comparable à celle de nos élites, mais les logiques qui sous-tendent leurs modes d’actions et leurs pratiques s’accommodent des principes de hiérarchisation du monde économique, s’y ajustent et les renforcent.
Ce livre, nourri d’enquêtes de terrain et étayé de données statistiques nouvelles, couvre une période charnière de l’histoire du conseil de 1990 à 2010, de l’émergence à la banalisation de « la nouvelle économie de l’information » et s’emploie à décrire l’évolution de la structure des activités de conseil notamment par l’analyse de l’utilisation d’un outil spécifique de gestion des flux d’information de l’ensemble des activités des grandes entreprises.
Thine, Sylvain, Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies,  Thine, Sylvain. – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 201 p. – (Des Sociétés) .

Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel

coverLa sociologie des professions et du travail des architectes pointe généralement la faiblesse de la cohésion professionnelle de ce groupe et ses difficultés à faire valoir une « compétence » spécifique lui permettant de maintenir et d’imposer clairement sa position dans la division sociale de l’acte de construire. Pourtant les architectes maintiennent leur place dans ce champ. Ils auraient même plutôt tendance à y développer une « multipositionnalité ». Ce livre propose donc d’abandonner la volonté de caractériser la « compétence » ou « l’identité professionnelle » des architectes, pour comprendre comment ils parviennent à maintenir leur présence dans l’univers de la construction. Comment le titre d’architecte et les conceptions qui lui sont associées fonctionnent comme un capital mobilisable par ces derniers pour poursuivre leur existence et se maintenir comme « professionnels ». L’hypothèse centrale de l’ouvrage est que, loin d’une « déprofessionnalisation » ou d’une  » mutation d’identité « , les architectes font montre d’une grande faculté d’adaptation liée au capital symbolique attaché à leur titre. Cette mobilisation du groupe professionnel pour maintenir et faire valoir sa place est décrite sous le terme de « travail professionnel » entendu comme un regard sur les pratiques renvoyant à deux dimensions : à la fois travail de production du bâti architectural et travail de production d’une identité professionnelle, celle d’architecte.

Chadoin Olivier, Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel  – 2e éd.. – Limoges : Presses universitaires de Limoges (PULIM), 2013. – 383 p..- (Sociologie et sciences sociales) .

La féminisation des métiers de la justice

Pourquoi la féminisation des métiers de la justice est-elle source de controverses ? N’est-elle pas le signe d’un progrès traduisant un recul des inégalités ? Existe-t-il, au contraire, une «boîte noire» qui dissimule des discriminations ? Dans ce contexte, le droit peut-il constituer un outil capable de faire céder ces bastions de résistance ? Face à ces interrogations, cet ouvrage entend apporter quelques éclairages en portant sur ce phénomène un regard à la fois rétrospectif et prospectif.
Le regard rétrospectif révèle l’existence de trois constantes : le phénomène du «plafond de verre» traduisant une place encore discrète des femmes aux postes à responsabilité ; un discours dévalorisant des métiers de la justice qui se féminisent ; des femmes toujours plus nombreuses à tenter de concilier vie professionnelle et vie familiale. Devant ce constat, le regard prospectif amène à se demander si le droit peut remédier à ces inégalités persistantes. Dans l’affirmative, quelle posture, quelle structure et quelle texture aurait ce droit ? Par ce double regard, ce livre contribue à un débat de société et intègre la problématique plus large du genre.

 

 

 

 

Mekki Mustapha, dir., La féminisation des métiers de la justice . – Paris : Economica, 2011. – 153 p. – (Etudes juridiques; 39) .

Accompagner les demandeurs d’emploi

Depuis trente ans, le chômage n’a jamais reflué durablement sous la barre des 8%. Sans doute est-ce là le signe qu’il est nécessaire de réformer nos politiques de l’emploi. Les mesures d’accompagnement sont essentielles pour réduire le chômage. Pourtant, la France est à la traîne. Ses politiques sont enserrées dans un millefeuille administratif dans lequel l’État, les régions, les départements et les communes interviennent, mobilisant acteurs privés comme publics, selon une palette de dispositifs mal coordonnés et encore trop rarement évalués. Or, les vertus et les limites de ces dispositifs sont aujourd’hui bien appréhendées. Il existe une très vaste littérature scientifique sur le sujet. Elle permet de dresser les contours des politiques qui fonctionnent et d’identifier les publics pour lesquels il est souhaitable de les mobiliser. Ce sont ces résultats que cet ouvrage souhaite faire découvrir.

 

 

Fontaine François; Malherbet, Franck, Accompagner les demandeurs d’emploi : En finir avec le retard français  . – Paris : Presses de Sciences Po, 2013. – 124 p. – (Sécuriser l’emploi; 1) .

La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif

L’incapacité des pouvoirs publics à réduire le chômage ne signifie pas pour autant que les politiques d’insertion sont inutiles. Si les « travailleurs sociaux » – qui se confrontent aux difficultés de ceux qui accèdent, désarmés, au marché du travail – ne sauraient résoudre le problème du chômage, ils répondent, dans l’intimité des bureaux des missions locales et des salles surchargées des organismes de formation, à de multiples autres attentes. Leurs pratiques, au jour le jour, consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.) pour valider les prétentions professionnelles légitimes, indiquer les opportunités ouvertes ou fermées sur le marché du travail, certifier ou renforcer la valeur professionnelle accordée aux candidats, sanctionner et réformer les conduites disqualifiantes dans les entreprises. Ce travail d’insertion participe à l’« étayage » du rapport au travail de ces publics et ne peut, en ce sens, connaître l’échec. Il s’avère même une modalité à part entière de la gestion publique du chômage des jeunes dans la mesure où ses effets contribuent à la construction du rapport au monde de ceux qui en bénéficient.

Zunigo, Xavier, La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif – Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant, 2013. – 248 p. – (Champ social) .

Le métier de coach

Le coaching est à la mode, mais le coach demeure un inconnu. Au-delà des qualités communément admises en relation d’aide, quels sont les savoir-faire nécessaires à l’exercice de cette profession ? En utilisant la forme originale d’une correspondance pédagogique, l’auteur propose et décrit un ensemble de sept compétences fondamentales déployées dans tout coaching. Il distingue également quatre types de coaching portant respectivement sur les personnes, les relations, les groupes et les organisations. Toutes les questions importantes qui concernent le métier de coach sont abordées : les techniques d’entretien, la déontologie, la supervision, le business de coaching, etc. Le livre retrace également l’essor du coaching et donne un sens aux raisons de l’engouement actuel pour cette forme d’accompagnement personnalisé. Il clarifie les éléments de connaissance de soi, de vigilance et de qualité d’être que doit développer un coach pour bien exercer son métier.

Delivré, François, Le métier de coach : Spécifités, rôles, compétences Delivré, François. – 3e édition. – Paris : Eyrolles, 2013. – 461 p.