Archives du mot-clé Métier du social

Les métiers de la médiation et de l’intervention sociale et la place du baccalauréat professionnel Services de proximité et vie locale

Les métiers de la médiation et de l’intervention sociale et la place du baccalauréat professionnel Services de proximité et vie localeLa DGESCO a confié au Céreq une étude sur le bac pro Services de proximité et vie locale (SPVL).

Elle porte sur le fonctionnement du diplôme au sein du système éducatif, sur l’insertion des jeunes diplômés, ainsi que sur l’analyse des besoins des professionnels concernant les différents emplois ciblés (mode de recrutement, identification des métiers et activités principales). Les approches qualitatives et quantitatives permettent de dresser un portrait complet du diplôme et d’interroger sa construction au regard de l’étendue des emplois visés par le référentiel et de la diversité des lieux d’insertion auquel il conduit.

Lire le Net.Doc sur le site du Céreq

Françoise Kogut-Kubiak, Valérie Gosseaume, Valérie Ilardi, collab. Les métiers de la médiation et de l’intervention sociale et la place du Baccalauréat professionnel : Services de proxitimité et vie locale   – Marseille : Céreq, 2015. – 88 p.. – (Net.Doc; 143) .

La fabrique des cadres au sein des organisations du travail social.

Cette étude analyse le recours au tutorat et à l’accompagnement des salariés, dans le milieu social et médico-social, pour une population de cadres intermédiaires, afin de favoriser leur accueil, leur intégration et leur prise de fonction. L’objectif est de mieux comprendre quelle dynamique d’accompagnement est produite par la structure d’accueil, en mettant en regard la stratégie de l’établissement et le vécu des salariés. Nous nous intéressons ici aux « chefs de service » récemment intégrés, qu’ils proviennent du domaine de l’action et de l’intervention sociale ou qu’ils soient moins acculturés aux professions du secteur concerné.

Lire la Nef sur le site du Céreq

Mahlaoui, Samira La fabrique des cadres au sein des organisations du travail social : Modalités d’intégration et de professionnalisation – Marseille : Céreq, 2015. – 59 p. – (NEF – Notes emploi formation; 51) .

Prévenir l’implication des jeunes dans le trafic des drogues. L’intérêt des espaces interqualifiants

Les groupes d’analyse de pratiques professionnelles sont aujourd’hui nombreux et divers, tant dans leur objet que dans leurs finalités. Parce qu’ils impliquent plusieurs institutions et plusieurs professions, certains d’entre eux favorisent l’interqualification de leurs participants et leur coopération sur un terrain d’intervention commun.

Ceux qui ont été constitués autour de la prévention de l’implication des jeunes dans le trafic des drogues illustrent bien cette dernière dynamique.

Disponible sur le site du Céreq

 

Pierre Roche, Prévenir l’implication des jeunes dans le trafic des drogues : l’intérêt des espaces interqualifiants, Bref n° 306 (février 2013). – 4 p.

L’apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation

L’apprentissage est une voie de formation initiale pour les jeunes de moins de 26 ans et les personnes ayant une reconnaissance de travailleur handicapé, qui permet d’acquérir un diplôme et une qualification dans un contexte d’activité salariée. A la différence du système de formation scolaire, l’apprentissage relève de l’initiative des employeurs souhaitant recruter des jeunes pour les former. Quelles sont les spécificités du secteur social et sanitaire dans ce domaine ? En quoi l’apprentissage est-il différent de l’alternance ? Quels sont les diplômes accessibles par la voie de l’apprentissage ? Quel est son cadre réglementaire et financier ? Qui sont les acteurs concernés et quels sont leurs rôles ? Comment s’articule l’acquisition des savoirs ? Très complet, cet ouvrage répond à toutes les questions que se posent les professionnels du secteur social, médico-social et sanitaire, les maîtres d’apprentissage, les formateurs et les employeurs.
L’auteur présente à la fois les aspects réglementaires et méthodologiques propres à l’apprentissage, et propose également une réflexion prospective sur cette nouvelle voie de formation pour les travailleurs sociaux et les professionnels de santé.

 

Blanchard, Nathalie, L’ apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation – Rueil-Malmaison : Éd. ASH, 2012. – 151 p.. – (ASH professionnels) .

La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950)

L’ANAS a, dans une large mesure, posé les fondements de l’identité professionnelle des assistant(e)s de service social. Sans toujours bien connaître ce passé, les professionnels d’aujourd’hui – et pas seulement les adhérents de l’ANAS – adoptent des positionnements qui trouvent leur origine dans les engagements de l’association durant les années de l’immédiat après-guerre. Alors que la mise en place du système de sécurité sociale et des cadres législatifs de l’intervention sociale (notamment la Protection maternelle et infantile) diversifiait les emplois des assistantes sociales, l’ANAS a donné corps à la profession autour de principes déontologiques encadrant les rapports à l’usager. Elle a su regrouper la majorité des assistantes sociales en une période de fortes tensions politiques, économiques et sociales. Henri Pascal décrit l’activité tenace et passionnée de ces femmes réunies autour de la première présidente, Ruth Libermann : les relations avec les instances politiques, syndicales et religieuses, la revendication du professionnalisme et de la neutralité confessionnelle, l’ouverture sur le monde grâce aux échanges internationaux… Cette plongée dans les années de fondation de l’ANAS permet de comprendre son poids actuel sur la scène du travail social et met en relief les traits identitaires de la profession, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Henri Pascal, La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950) . – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2012. – 276 p.

Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux

En dépit d’une faible reconnaissance scientifique et de rétributions économiques moyennes, le travail social, aujourd’hui accusé de favoriser l’assistanat, continue d’attirer de nouvelles recrues. Venir en aide, insérer socialement, diminuer les souffrances, agir sur leurs causes, sinon changer le monde, restent des objectifs mobilisateurs. Les engagements des travailleurs sociaux sont cependant mis à mal par la restriction des moyens dont ils disposent.
Comment expliquer la pérennité des vocations et la persistance des investissements ? Comment font-ils pour tenir ? Tel est l’objet de ce livre, fruit d’une enquête ethnographique de longue durée. Prenant au sérieux les pratiques, même les plus triviales, elle a mis en évidence les différents modes de présentation qu’adoptent les travailleurs sociaux et les registres qu’ils mobilisent pour rendre compte de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font. Elle a conduit à dégager trois pôles : les travailleurs sociaux cliniques trouvent leur énergie dans l’atténuation de la souffrance des usagers, les travailleurs sociaux militants dans le travail politique qu’ils entreprennent et les travailleurs sociaux normatifs dans la sensibilisation au respect des règles, perçu comme facteur d’intégration.
Parce que le sens attribué à l’engagement est sans cesse questionné et parce que le désenchantement les guette, le livre montre les ajustements et réajustements qui ponctuent leur carrière et influent sur leurs « raisons d’être ».
Jean-François Gaspar, Tenir ! : Les raisons d’être des travailleurs sociaux- Paris : La Découverte, 2012. – 297 p.. – (Enquêtes de terrain) .

 

En savoir plus

Institutionnalisation, désinstitutionnalisation de l’intervention sociale

L’intervention sociale a été depuis ses origines engagée dans une dynamique institutionnelle puisqu’elle n’a eu de cesse de se professionnaliser et de s’inscrire au sein des politiques sociales.
Cette professionnalisation a revêtu des formes diverses. Elle s’est appuyée sur la constitution et la transmission d’un savoir spécifique rompant plus ou moins avec le savoir profane, donc sur la constitution d’un appareil de formation, et l’organisation d’institutions de représentation (syndicats, associations professionnelles et, dans certains cas, ordre professionnel) promouvant la profession et en garantissant l’expertise et la déontologie. Pour parler vite, on pourrait dire que l’intervention sociale s’est institutionnalisée sous la dénomination de travail social.
Cette volonté de reconnaissance a conduit ses promoteurs à chercher à nouer des alliances avec les institutions qui, peu ou prou, intervenaient dans le champ de la régulation des rapports sociaux, institutions familiales, institutions de protection de l’enfance vulnérable, institutions d’aide et d’assistance aux adultes en difficultés, etc. Avec le développement de l’Etat providence, cette insertion du travail social dans le tissu institutionnel s’est intensifiée. Mais dans le même temps, le travail social a cherché à s’autonomiser vis-à-vis des tutelles qui l’ont institué. Dès lors, des tensions ont émergé entre les logiques professionnelles d’un côté et les logiques institutionnelles de l’autre. Les travailleurs sociaux s’appuyant sur leurs références professionnelles (expertise et déontologie) pour revendiquer une autonomie, les institutions gravitant autour de la puissance publique (Etat, associations subventionnées, collectivités territoriales, etc.) rappelant leurs prérogatives d’employeurs et leurs responsabilités de régulation sociale. Si dans beaucoup de pays , un certain équilibre avait fini par être trouvé, il semble aujourd’hui remis en cause.

François Aballéa dir. , Institutionnalisation, désinstitutionnalisation de l’intervention sociale . – Toulouse : Octarès, 2012. – (Le travail en débats : série colloque & congrès) . , 344 p.


Les services à la personne : un levier d’insertion pour les publics éloignés de l’emploi ?

Le Crédoc publie une étude sur les services à la personnes. Ce secteur a t’il la capacité d’insérer les demandeurs d’emploi éloignés du marché du travail ?

En complément de l’exploitation de l’enquête « intervenant à domicile » (IAD) réalisée par la Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), une enquête qualitative a été réalisée auprès de structures d’insertion par l’activité économique et d’organismes agréés de services à la personne. En matière d’insertion des personnes éloignées de l’emploi, il apparaît que les dispositifs actuellement déployés restent insuffisants, qu’il s’agisse des dispositifs de droit commun qui ne se sont pas réellement saisis de la question, ou du secteur de l’IAE qui bute sur l’éternelle question des liens avec le monde économique ordinaire. Mais plus fondamentalement, l’analyse révèle la complexité à agir sur un secteur proposant des emplois précaires qui ne permettent pas d’envisager une insertion durable des publics en difficulté, dans un champ d’activité également en proie à un certain nombre d’obstacles.

Elodie Alberola, Léopold Gilles, Florence Tith, Les services à la personne : un levier d’insertion pour les publics éloignés de l’emploi ?  . – Paris : Crédoc, 2011. – 80 p. – (Cahier de recherche, n° 288)

Consulter l’étude sur le site du Crédoc

Les tisseurs de quotidien

Les éditions Erès proposent un ouvrage sur l’éthique et l’accompagnement des personnes vulnérables intitulé : « Les tisseurs de quotidien », d’Arlette Durual et de Patrick Perrard

Dans le secteur des personnes âgées, ou des enfants et des adultes lourdement handicapés, le partage et l’accompagnement du quotidien semblent maintenant réservés à quelques professionnels, dont le travail tend à être dévalorisé. Pourtant, lorsque les AMP ou les moniteurs-éducateurs font le récit des « petits riens », s’appliquent à donner le sens du geste, ils révèlent la richesse de ce qui chaque jour s’accomplit. Les auteurs témoignent, à travers de nombreux exemples, de la nécessité d’inscrire l’action de ces professionnels du côté de l’humanité et de l’éthique de l’accompagnement plutôt que du côté de l’opérationnalité et de la technicité.

En savoir plus sur le site de l’éditeur.

Durual Arlette, Perrard Patrick, Les tisseurs de quotidien : pour une éthique de l’accompagnement de personnes vulnérables , Toulouse : Erès, 2012. – 147 p.