Archives du mot-clé Parcours professionnels

Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ?

Ce document aLes-pratiques-manageriales-peuvent-elles-reduire-les-inegalites-professionnelles-de-genre-L-exemple-de-la-promotion-et-de-la-formation_largeborde la question du rôle des pratiques RH dans la réduction des disparités professionnelles de genre observées dans l’accès à la promotion et à la formation en entreprise. Les résultats sont issus de traitements économétriques effectués sur des données issues de l’enquête couplée entreprise-salariés conduite en 2010-2012 (Difes 2).

L’analyse montre ainsi que dans les entreprises ayant une politique RH plus structurée, les écarts des taux de promotion entre les femmes et les hommes diminuent de manière considérable ainsi que les écarts dans l’accès à la formation générale. L’écart dans les taux d’accès à la formation spécifique est quasi inexistant.

Lire le document sur le site du Céreq

Couprie, Hélène; Melnik, Ekaterina. Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ? : L’exemple de la promotion et de la formation  – Marseille : Céreq, 2016. – 54 p. – (Net.Doc; 158) .

Alternance et professionnalisation : des atouts pour les parcours des jeunes et les carrières ?

Alternance et professionnalisation : des atouts pour les parcours des jeunes et les carrières ? XXIIes journées d’étude sur les données longi...XXIIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Lille, 10-11 décembre 2015

Ces 22èmes Journées du Longitudinal (JDL) abordent la question de la professionnalisation des formations, particulièrement sujette à controverse, dans une conjoncture, où les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes persistent, alors qu’il est en même temps régulièrement fait état de difficultés de recrutement, de pénurie de « talents » dans de nombreux métiers ou secteurs d’activité. Pour de nombreux observateurs, l’explication de ce paradoxe serait la mauvaise ou insuffisante adaptation du contenu des formations aux besoins des emplois. Cette réponse est peut-être hâtive et inappropriée, alors que les mesures visant à « professionnaliser » les formations n’ont jamais été aussi développées.

Télécharger le Relief sur le site du Céreq

Gérard Boudesseul, dir. ; Benoît Cart, dir. ; Thomas Couppié, dir. ; Jean-François Giret, dir. ; Philippe Lemistre, dir. ; Marie-Hélène Toutin, dir. ; Patrick Werquin, dir.  Alternance et professionnalisation : des atouts pour les parcours des jeunes et les carrières ? Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail (JDL n° XXII; 10-11 décembre 2015; Lille) – Marseille : Céreq, 2015. – 478 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 50) .

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpinsCe document est le compte rendu du colloque de restitution de six ans de recherche sur le développement de la précarité, l’émergence de nouvelles formes d’emploi et l’analyse empirique d’actions de sécurisation des parcours professionnels. Ces recherches ont été conduites en partenariat avec des chercheurs du Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG) et les partenaires sociaux en région Rhône-Alpes.

Trois secteurs ont été analysés, le secteur de l’aide à domicile, le secteur du tourisme loisirs, les systèmes locaux d’innovation et en particulier les pôles de compétitivité.

Le travail a montré que des formes de dialogue social novatrices sont nécessaires pour impliquer une pluralité d’acteurs relativement en amont dans la gestion anticipatrice des parcours des salariés.

Télécharger le Net.Doc sur le site du Céreq

Bruno Lamotte, Cécile Abattu, Colloque (12 décembre 2013; Conseil régional Rhône-Alpes, Lyon) Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins. – Marseille : Céreq, 2015. – 54 p. – (Net.Doc; n° 141) .

Formation emploi, n° 128 : Pêle-mêle

Pêle-mêle N° 128

« On n’a pas le choix aujourd’hui ! » déclare un jeune bachelier. Très tôt, on est sommé de choisir son orientation ; très vite, on est aussi sommé d’obtenir un sésame pour entrer dans la vie professionnelle, s’y former, puis évoluer et construire au mieux une carrière.
Cette injonction au choix nous rappelle combien les parcours de formation, dans l’emploi et au travail, se construisent en traversant des points de bifurcation. Souvent présentée comme une évidence, l’injonction au choix ou au projet mérite pourtant attention et analyses.

Voir le sommaire sur le site du Céreq

Formation Emploi , n° 128 , octobre-décembre 2014 , 121 p

XXIes journées du longitudinal : Réussite scolaire, réussite professionnelle

Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales.XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014Titre complet : Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales : XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014.

Dans un contexte où s’accumulent les difficultés scolaires au sein du système éducatif, puis les difficultés professionnelles sur un marché du travail de plus en plus sélectif, la question de la réussite se pose souvent en creux dans les interrogations de nombreux chercheurs. Elle constitue le thème central de ces XXIes journées du longitudinal.

Lire le document sur le site du Céreq

Gérard Boudesseul, dir. ; Thomas Couppié, dir. ; Cécile Détang-Dessendre, dir. ; Roméo Fontaine, dir. ; Jean-François Giret, dir. ; Christine Guégnard, dir. ; Philippe Lemistre, dir. ; Patrick Mayen, dir. ; Séverine Millotte, dir. ; Patrick Werquin ; Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail (JDL n° XXI; 19-20 juin 2014; Dijon). Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales : XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014, – Marseille : Céreq, 2014. – 482 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 48) .

Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités

Cet ouvrage explore le nouveau concept de « parcours social », concept particulièrement efficient pour observer les inégalités de toutes sortes que subissent les hommes et les femmes dans des domaines aussi variés que le travail, la santé, l’éducation et la formation. Il apparaît que le processus d’individualisation mis en œuvre par les politiques publiques et les nouvelles formes de management favorise l’émergence, le maintien ou l’aggravation de ces inégalités dans nos sociétés.

 

 

Ertul, Servet, dir. ; Melchior, Jean-Philippe, dir. ; Widmer, Eric, dir., Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités,  . – Paris : L’Harmattan, 2013. – 287 p. – (Logiques sociales) .

Parcours précaires : Enquête sur la jeunesse déqualifiée

Issu d’une enquête qualitative, cet ouvrage concerne les parcours socioprofessionnels de jeunes sortis depuis plusieurs années et sans diplôme du système scolaire. Il remet en cause d’emblée l’idée d’une progression linéaire de la précarité vers un emploi durable pour ces populations. La plupart de ces jeunes demeurent, de gré ou de force, confrontés à un marché de l’emploi qui leur est hostile. Le durcissement du contexte exige alors pour eux un effort d’élaboration du sens de leur parcours de plus en plus ardu. Le cheminement de cet ouvrage concerne les processus d’entrée vers le marché de l’emploi. Comment s’orientent-ils au sortir du système scolaire ? Quelles représentations ont-ils du marché du travail et des entreprises ? Quelles sont les spécificités de ces univers de travail vers lesquels ils sont plus ou moins assignés ? Entre chômage, multiplicité des emplois précaires, comment vivent-ils les passages et les allers-retours d’un statut à un autre, dans cette hyper flexibilité ? Quelles ressources peuvent-ils trouver pour se maintenir dans cette quête de l’insertion professionnelle en amortissant le coût humain ? Quelles sont les conditions des trajectoires stagnantes et de celles ascendantes ? L’ouvrage rend compte aussi des modes de collaboration avec les nombreuses institutions dédiées aux chômeurs. Entre recherche de considération, attente d’une offre d’insertion pour se qualifier professionnellement et hostilité quasi culturelle, comment se positionnent-ils ? Il analyse l’accroissement du phénomène de porosité entre chômage des jeunes à bas niveaux de qualification et des affiliations plus ou moins justifiées à la catégorie de travailleur handicapé. Comment ces jeunes gèrent-ils cette affiliation ? Quels en sont les effets identitaires ? Enfin, il rend compte de la diversité des modes de vie et des dynamiques relationnelles. Quelles sont leurs stratégies d’adaptation et pour quels résultats ? Qu’est-ce qui fait obstacle ou bien ressource ?

Brégeon, Philippe, Parcours précaires : enquête sur la jeunesse déqualifiée – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 188 p..- (Le Sens social) .

Formation : le culte du diplôme

Suivant les parcours de ceux qui, jeunes ou plus vieux, veulent se former tout en travaillant, en étant au chômage, s’orienter, changer de métier, Danielle Kaisergruber illustre et analyse pourquoi il n’a pas de vraie deuxième chance en France. Car si la formation des adultes représente beaucoup d’argent et beaucoup d’énergie pour ceux qui s’y emploient, elle ne remplit pas ses objectifs. Dans notre système académique, on achète toujours sa carte de visite à l’école et pour la vie. Et il est difficile de changer de destin professionnel et social lorsque cela a mal commencé. Ce livre est à la fois une analyse compétente et un cri d’alarme.

 

 

 Danielle Kaisergruber, Formation : le culte du diplôme – La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, 2012. – 135 p.. – (Monde en cours) .

Les dynamiques des parcours sociaux : temps, territoires, professions

Les parcours sociaux se trouvent aujourd’hui bouleversés. Ils ont été transformés en profondeur par un ensemble de dynamiques sociales puissantes : allongement de l’existence, désinstitutionnalisation du cours de vie, globalisation, processus de singularisation, accélération des changements sociaux. Aussi sont-ils désormais plus complexes, moins linéaires, moins standardisés, plus réversibles qu’ils ne l’étaient il y a quelques décennies.
Fort de ce constat, cet ouvrage se propose de contribuer aux réflexions actuelles sur le concept de parcours social en donnant à voir comment les parcours sociaux contemporains se construisent à la croisée des contraintes sociétales et des choix individuels. Réunissant de riches études de cas, il approfondit l’analyse de trois dimensions clés des parcours sociaux – leurs dynamiques temporelle, résidentielle et professionnelle – tout en s’interrogeant sur les interactions entre ces différentes dimensions.

 

Caradec, Vincent, dir. ; Ertul, Servet, dir. ; Melchior, Jean-Philippe, dir. Les dynamiques des parcours sociaux : temps, territoires, professions ;  – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 272 p. – (Le sens social) .

 

en savoir plus

Sécurisation des parcours professionnels, sécurité de l’emploi, sécurité sociale professionnelle – derrière la sécurité, quelles libertés ?

Le Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (Lise-CNRS) et le Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S) en partenariat avec l’Institut Européen du Salariat (IES), organisent une journée de recherche interlaboratoires « Sécurisation des parcours professionnels, sécurité de l’emploi, sécurité sociale professionnelle – derrière la sécurité, quelles libertés ? »

Le salariat, par sa nature originelle de marchandisation de la force de travail et par ses modes d’institution à travers les droits régulant les conditions de cette marchandisation, s’affronte depuis le 19ème siècle à la question de la liberté des êtres humains d’accomplir leur destin en toute sécurité. Le développement de la société salariale et les acquis du mouvement ouvrier ont conduit à une progression lente de la « sécurité » à travers l’édification du droit du travail et d’une protection sociale dans nombre de pays développés. Les bouleversements sociaux et économiques des années 1980 ont néanmoins entamé une période de désajustements et de dysfonctionnement du tandem emploi/sécurité dont les modes de recomposition restent encore aujourd’hui en débat. Ce débat s’est cristallisé dans les années 2000, sous impulsion de la Commission européenne, sur la notion de flexicurité. Prenant des libertés avec la notion, nous distinguerons trois modèles de « flexicurité », autrement dit trois manières de penser non seulement la sécurité mais aussi la liberté face au marché du travail. Loin d’être des questions techniques, les modèles concurrents de « flexicurité » s’appuient sur des référentiels d’action différents et, au-delà de répondre à un enjeu conjoncturel de sécurité, sont porteurs d’une représentation du travail et de la valeur et de la manière de lier l’un et l’autre.

Cette journée aura lieu le 12 juin 2012 au Conservatoire National des Arts et Métiers, de 9h30 à 17h00, dans l’amphithéâtre Fabry-Perot du Conservatoire (292 rue Saint-Martin, Paris 3e, accès 4.O.A).

Programme  des interventions
Entrée libre et gratuite sur inscription

Sécuriser les parcours professionnels par la création d’un compte social universel

François DAVY, président du groupe immobilier Foncia, a rendu public son rapport sur la sécurisation des parcours professionnels, commandé par Xavier Bertrand.

L’auteur formule 13 propositions opérationnelles visant à sécuriser les parcours professionnels, notamment par la création d’un compte universel de droits sociaux consultable sur un portail internet, le développement du congé individuel de formation, l’élargissement de la GPEC à un niveau régional, voire national et la création d’un droit à la formation différée. Il propose également que chaque jeune sorti sans diplôme ou sans qualification suive une formation ou un apprentissage dans son bassin d’emploi et que les entreprises soient incitées  à devenir des centres de formation d’apprentis.

Remise du rapport Davy : « Sécuriser les parcours professionnels par la création d’un compte social universel ».