Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales

Le dernier Net.doc du Céreq présente une étude de Sophie Divay sur Les carrières des infirmières :

Couverture

Les infirmières bénéficient d’un marché du travail très favorable, qui fait aujourd’hui figure d’exception. Comme le démontrent leurs trajectoires, diverses et contrastées, ces professionnelles disposent d’une sécurité d’emploi dont la plupart des salariés sont privés. Elles peuvent prendre sans grand risque la décision d’arrêter de travailler, notamment pour élever leurs enfants, étant assurées de retrouver un emploi, même après plusieurs années d’inactivité et avec une faible expérience professionnelle. Celles qui ont la volonté ou l’ambition de connaître une progression ascensionnelle en termes de pouvoir hiérarchique ont de grandes chances d’atteindre leur objectif. Or les infirmières renâclent à devenir cadres, et la faiblesse des salaires en suffit pas à expliquer leurs réticences. La cadre de santé, cadre de proximité, n’a en fait que peu de pouvoir sur l’organisation des services. L’infirmière se rend rapidement compte qu’on attend d’elle non pas qu’elle améliore les conditions de travail pour les personnels et la prise en charge des patients, mais plutôt qu’elle serve de courroie de transmission des orientations de la direction.

Divay Sophie, « Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales ».- Marseille : Céreq, 2012. – 27 p.. – (Net.Doc; 90) .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.