Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot

Alors que la propreté est une valeur absolue des sociétés riches, le travail de celles et ceux qui éliminent la saleté est socialement et économiquement dévalorisé. En Suisse, le nettoyage comme activité professionnelle est majoritairement accompli par des femmes et des personnes d’origine étrangère. Ce travail représente une de leurs seules possibilités d’insertion sur le marché de l’emploi. Comment ces personnes font-elles pour tenir le coup dans un « sale boulot » ? Le présent ouvrage répond à cette question en analysant les pratiques et le discours des nettoyeuses et nettoyeurs qui entretiennent quotidiennement nos espaces. Étudiant les relations entre le personnel de nettoyage et les bénéficiaires du service rendu, il met en évidence les rapports de domination qui structurent le métier. De plus, à travers l’analyse d’un « petit métier », cette recherche révèle les mécanismes de différenciation et de hiérarchisation en cours dans le monde du travail : la division sociale, sexuelle et raciale du travail et leur articulation ; la construction de la qualification masculine et de la déqualification féminine ; la fabrication de l’ordinaire féminin et de l’extraordinaire masculin.

Natalie Benelli et sa directrice de thèse étaient invitées de l’émission “Devine qui vient dîner’, le 8 juin 2012, sur  la Radio Télévision Suisse RTS : un entretien de 55 minutes Télécharger l’entretien

 

Natalie Benelli, Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot, Seismo, 217 p. Coll. Questions de genre