Une socio-histoire des relations formation-emploi

Souvent présentée comme un bien universel, la formation est systématiquement arrimée à la résolution des problèmes économiques et sociaux. Elle permettrait d’améliorer l’accès des jeunes à l’emploi, d’adapter les adultes aux changements et de moderniser les entreprises. Elle serait propice au dialogue social, symbole d’une société apaisée et orientée vers la recherche de compromis. Cet ouvrage se propose de déconstruire cette vision normative de la formation et des relations qu’elle établirait avec l’emploi, présentées comme logiques et nécessaires. Adoptant une perspective socio-historique, il procède à l’examen de plusieurs maillons caractéristiques de la chaîne des relations formation emploi pour interroger leur signification. Ce retour vers le passé atteste combien ce domaine d’activités est le résultat d’une succession d’interactions multiples. Situées dans des contextes définis, elles sont l’expression des opinions et des pratiques distinctes des acteurs individuels et institutionnels.

 

 

Lire la suite : sur le site de l’éditeur

 

Emmanuel Quenson, Une socio-histoire des relations formation-emploi, L’Harmattan, Logiques sociales, 2012, 275 p.