Tous les articles par Doc du Céreq

Chercheur-e-s sous haute tension !

La Science, par ses contributions, découvertes, risques et espoirs, fait l’objet d’une attention médiatique et de nombreux débats. Mais qu’en est-il du vécu des scientifiques qui la font exister au quotidien ? On s’intéresse ici de manière spécifique à une nouvelle génération de docteurs ayant obtenu un mandat postdoctoral temporaire : les chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique – FNRS – en Belgique. Ces scientifiques occupent une position intermédiaire entre le chercheur doctorant et le chercheur confirmé, et se situent dans une période cruciale de leur parcours de vie. La combinaison du plaisir que procure le travail scientifique, de la liberté qui le caractérise, du désir de rester dans le métier et de la forte concurrence pour des postes définitifs met ces chercheurs sous haute tension.
L’étude questionne les règles et pratiques instituées (notamment le publish or perish et la mobilité internationale) qui filtrent l’accès des scientifiques aux rares mandats permanents. Ce filtre n’est pas socialement neutre car il implique des dimensions sociologiques telles que le genre, l’origine sociale ou la situation familiale des chercheurs.

Fusulier, Bernard; Carral, Maria del Rio., Chercheur-e-s sous haute tension! : vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille   Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012. – 118 p.

L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires

La seconde massification scolaire au seuil des années 1990 a conduit un certain nombre d’enfants d’ouvriers et d’employés au baccalauréat puis à l’enseignement supérieur. Or, ces « nouveaux étudiants » ne se sont pas répartis au hasard des filières et ont trouvé, dans les BTS, une voie de poursuite d’études privilégiée. À l’heure actuelle, les BTS continuent d’accueillir en plus forte proportion que les autres filières les minorités de l’enseignement supérieur que sont les bacheliers d’origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels. Comment expliquer la conversion aux études longues d’élèves qui en étaient jusque-là tenus à distance ? Comment comprendre leur orientation massive vers les BTS ? Quels effets la position marginale des BTS au sein de l’enseignement supérieur a sur ces publics, sur leurs parcours et sur leurs aspirations ?

 

Sophie Orange,  L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires. – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 211 p. – (Education et société) .

Au risque d’enseigner

À la suite de son ouvrage « Les enseignants entre plaisir et souffrance », Claudine Blanchard-Laville nous plonge ici dans des situations de classe « ordinaires » rendues « extraordinaires » par les élaborations que les enseignants ont conduites en groupe d’analyse clinique de leur pratique. Ainsi, nous vivrons au rythme d’Adrien, Stéphanie, Mireille, et de tous les autres enseignants qui, par leur courage d’affronter ce que ces situations ont réveillé au plus profond d’eux-mêmes, nous font éprouver la manière dont ce métier met le soi-enseignant à rude épreuve.
Ces « histoires » créent chez le lecteur une expérience émotionnelle qui le sensibilise à la manière dont un enseignant peut revitaliser sa pratique au sein d’un espace groupal où la rencontre avec d’autres enseignants « pareils » et si « différents » s’avère régénératrice et requalifiante.

 

Blanchard-Laville  Claudine, Au risque d’enseigner : pour une clinique du travail enseignant,  – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 222 p.

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au coeur de l’entreprise

Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

 

La formation professionnelle pour adultes : de l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières

En France, la formation professionnelle destinée aux adultes est un système complexe, que tentent de renouveler régulièrement des vagues de réformes et l’introduction de nouveaux dispositifs. Instrument de lutte contre le chômage et d’appui à la construction continue des carrières, la formation telle que nous la connaissons aujourd’hui n’en demeure pas moins le produit d’une longue histoire sociale et juridique sur laquelle cet ouvrage propose de revenir. Depuis la mise en place d’initiatives corporatistes, ouvrières ou associatives, jusqu’à l’organisation par les pouvoirs publics d’une offre censée répondre aux évolutions des besoins d’une société en pleine mutation industrielle, ce sont les finalités de l’apprentissage et le rapport au savoir et à l’éducation qui s’en trouvent questionnés. Chapitre après chapitre, un panorama historique se dessine, détaillant comment se reconfigurent les logiques en présence, quelles sont les rhétoriques déployées par les acteurs, quels outils et dispositifs instrumentent les conceptions éducatives en œuvre, afin de comprendre comment le système français de formation professionnelle s’adresse à chaque adulte désireux de suivre un programme qualifiant.

Saccomanno, Benjamin, La formation professionnelle pour adultes : de l’éducation pour tous à la gestion individuelle des carrières  – Paris : L’Harmattan, 2013. – 211 p. – (Pour comprendre) .

Le CAP : un diplôme du peuple 1911-2011

En 2011, le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Comparé au baccalauréat bicentenaire, c’est peu ; mais par rapport à bien d’autres diplômes, y compris le célèbre certificat d’études primaires, cette longévité est remarquable. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté? Certes, en cent ans, le CAP a connu maintes métamorphoses et son histoire est tout sauf linéaire et tranquille. Mais, il semble encore promis un bel avenir, tant il a une capacité à passer à travers les gouttes des multiples réformes scolaires, dont certaines avaient clairement envisagé sa disparition. Diplôme à vocation professionnelle, créé pour certifier la qualification ouvrière et employée, le CAP a toujours fait l’objet de polémiques. Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d’activité, trop professionnel aux yeux des enseignants du secondaire, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu’à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l’Éducation nationale. Les questions posées au moment de la création de ce diplôme en 1911, puis celles qui ont émaillé le cours de son histoire, sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l’avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être «professionnels» et préparer spécifiquement à l’emploi, leur curriculum , l’organisation de la formation, l’équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent inévitablement questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d’un diplôme professionnel quel qu’il soit. C’est l’ensemble de cette actualité dont rend compte cet ouvrage pluridisciplinaire, le premier consacré au CAP, un diplôme toujours vivace, à la fois «lieu de mémoire » de la formation des ouvriers et des employés et enjeu d’avenir, pour mieux comprendre les rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société.

Brucy, Guy, dir. ; Maillard, Fabienne, dir. ; Moreau, Gilles, dir., Le CAP : un diplôme du peuple 1911-2011 . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 314 p. – (Histoire) .

Les métiers de l’industrie à l’heure du developpement durable

Pour un secteur souvent proclamé en déclin comme l’industrie, le développement durable est synonyme d’opportunités. Les entreprises du secteur qui se sont déjà engagées clans cette voie y trouvent d’ailleurs de nombreux avantages en termes stratégiques, économiques et sociaux. Ce tournant a de grandes conséquences sur l’emploi : les professionnels doivent désormais, à chaque phase – de la conception au recyclage en passant par la fabrication et la maintenance – penser le produit en fonction de son impact sur l’environnement et la société et ce jusqu’à sa fin de vie.
D’où la nécessité pour les employeurs de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée dont les compétences évoluent en permanence. C’est pour accompagner aussi bien les professionnels du secteur que les conseillers emploi et les formateurs que l’Afpa a réalisé cet ouvrage avec l’appui d’Alternatives Economiques. Il dresse un panorama de cette révolution verte, décrit ses conséquences pour chaque métier, donne la parole aux différents intervenants du secteur et fait le tour des formations disponibles.

 

Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (France), Les métiers de l’industrie à l’heure du développement durable,   – Paris : Alternatives économiques, 2013. – 136 p.


 

 

Orientation : repères pour situer et orienter sa pratique

Les pratiques en orientation se sont beaucoup développées depuis les années 90, qu’il s’agisse de l’orientation des publics scolarisés ou non scolarisés. De quelque nature que soient ces pratiques en orientation, le travail et la possibilité de le choisir y sont considérés le plus souvent comme occupant une place centrale pour le sujet et son inscription parmi les autres dans la société. Cet ouvrage se donne comme objectifs de contribuer à éclairer les différentes facettes de ce qu’est l’orientation, de faire une lecture des pratiques dispensées dans le champ de l’orientation aujourd’hui, et de formuler une proposition en réponse aux impasses rencontrées par ces derniers dans l’exercice de leur fonction.

 
Montagnier, Stéphane, Orientation : repères pour situer et orienter sa pratique  – Paris : Editions Qui plus est, 2013. – 98 p.

Faciliter la transition vers l’emploi des jeunes : stratégies locales d’accompagnement

Depuis plus de dix ans, l’accompagnement est devenu une étape incontournable des dispositifs d’insertion ou des politiques de l’emploi en général. Modalité d’action publique très utilisée auprès des publics les plus en difficulté – dont les jeunes peu qualifiés –, son usage tend aujourd’hui à s’élargir et à concerner aussi des jeunes diplômés. Pour ceux qui accompagnent le même constat s’impose : aux côtés du réseau des missions locales, une multitude de structures interviennent à un moment ou à un autre dans le processus d’accompagnement vers l’emploi des jeunes.S’appuyant sur une recherche menée de 2010 à 2012 dans quatre communes d’Île-de-France, ce nouveau volume des « Cahiers de l’action » tente de clarifier comment les professionnels qui travaillent dans des structures très différentes font vivre cette notion d’accompagnement, à la fois social et professionnel, auprès de publics eux aussi très divers, dans un contexte où chaque commune peut en outre donner ses propres orientations, impulser des actions, favoriser ou pas la coopération entre les acteurs et soutenir l’accompagnement des jeunes localement. À partir d’une réflexion sur les « cultures métiers », que celles-ci soient développées dans une agence de Pôle emploi ou dans une mission locale, dans un club de prévention ou dans un bureau information jeunesse, l’ouvrage s’interroge sur les approches mises en avant pour intervenir auprès des jeunes ? Si les critères et contraintes du cadre institutionnel influencent les modalités d’accompagnement, ce livre montre aussi qu’il reste possible pour les professionnels de personnaliser le face-à-face accompagnant/accompagné en l’adaptant aux profils des jeunes. C’est aussi ce que les jeunes entendus dans le cadre de ce travail de recherche attendent de ceux qui les accompagnent : être écoutés, rassurés, qu’on leur redonne confiance et qu’on valorise leur parole.

 

Trindade-Chadeau, Angelica, dir., Faciliter la transition vers l’emploi des jeunes : stratégies locales d’accompagnement  . – Paris : Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), 2012. – 87 p.. – (Cahiers de l’action. jeunesses, pratiques et territoires; 37) .

Parcours précaires : Enquête sur la jeunesse déqualifiée

Issu d’une enquête qualitative, cet ouvrage concerne les parcours socioprofessionnels de jeunes sortis depuis plusieurs années et sans diplôme du système scolaire. Il remet en cause d’emblée l’idée d’une progression linéaire de la précarité vers un emploi durable pour ces populations. La plupart de ces jeunes demeurent, de gré ou de force, confrontés à un marché de l’emploi qui leur est hostile. Le durcissement du contexte exige alors pour eux un effort d’élaboration du sens de leur parcours de plus en plus ardu. Le cheminement de cet ouvrage concerne les processus d’entrée vers le marché de l’emploi. Comment s’orientent-ils au sortir du système scolaire ? Quelles représentations ont-ils du marché du travail et des entreprises ? Quelles sont les spécificités de ces univers de travail vers lesquels ils sont plus ou moins assignés ? Entre chômage, multiplicité des emplois précaires, comment vivent-ils les passages et les allers-retours d’un statut à un autre, dans cette hyper flexibilité ? Quelles ressources peuvent-ils trouver pour se maintenir dans cette quête de l’insertion professionnelle en amortissant le coût humain ? Quelles sont les conditions des trajectoires stagnantes et de celles ascendantes ? L’ouvrage rend compte aussi des modes de collaboration avec les nombreuses institutions dédiées aux chômeurs. Entre recherche de considération, attente d’une offre d’insertion pour se qualifier professionnellement et hostilité quasi culturelle, comment se positionnent-ils ? Il analyse l’accroissement du phénomène de porosité entre chômage des jeunes à bas niveaux de qualification et des affiliations plus ou moins justifiées à la catégorie de travailleur handicapé. Comment ces jeunes gèrent-ils cette affiliation ? Quels en sont les effets identitaires ? Enfin, il rend compte de la diversité des modes de vie et des dynamiques relationnelles. Quelles sont leurs stratégies d’adaptation et pour quels résultats ? Qu’est-ce qui fait obstacle ou bien ressource ?

Brégeon, Philippe, Parcours précaires : enquête sur la jeunesse déqualifiée – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 188 p..- (Le Sens social) .

Accompagnateur en RH : les quatre dimensions de l’accompagnement professionnel

page couv.Ce livre, programme pour apprendre l’accompagnement, propose un ensemble de repères pour agir en tant que professionnel responsable, réflexif et autonome et devenir un accompagnateur en ressources humaines qui saura développer son style personnel à partir de ces quatre dimensions : faire travailler l’accompagné sur ses enjeux, contenir le cheminement de l’accompagné, questionner pour problématiser, favoriser la construction de réponses propres à l’accompagné.
Ce référentiel d’activités est issu d’analyses de pratiques en situation d’accompagnement de coaching en individuel, de coaching d’équipe, de missions de consultant et de médiateur.

Vial, Michel; Mamy-Rahaga, Armand; Tellini, Annie. Accompagnateur en RH : les quatre dimensions de l’accompagnement professionnel,. – Bruxelles : De Boeck Supérieur, 2013. – 121 p.- (manager RH) .

Soignantes dans un hôpital local : des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation

Cette enquête ethnographique réalisée dans un hôpital local donne à voir une réalité éloignée des clichés qu’exhibent nos écrans de télévision. Ici, les soignantes s’activent souvent sans médecins à leurs côtés, dans des services peu médicalisés empreints d’une longue histoire locale, auprès de patients âgés « du coin », au sein d’équipes « familiales » et où « tout le monde se connaît » depuis toujours. Ces soignantes ont dû faire face à de nombreux changements. Elles ont su s’adapter à la laïcisation des hôpitaux, à l’humanisation des hospices et aux restructurations internes modernisatrices. Résisteront-elles aux restrictions budgétaires et à la dégradation de leurs conditions de travail ? Après une longue immersion dans le milieu propre à ces travailleuses de la santé, Sophie Divay retrace étape par étape l’histoire et les évolutions de ce collectif de travail et questionne plus globalement les effets des décisions de rationalisation gestionnaire et managériale.

 

Divay, Sophie, Soignantes dans un hôpital local : des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation – Rennes : Presses de l’ École des hautes études en santé publique, 2013. – 213 p.. – (Métiers santé social)

Travailler à guérir : sociologie de l’objet du travail médical

Si la médecine est une profession, elle est aussi un travail dont l’objet ne s’appréhende pas aisément. Un objet qui tour à tour cimente et divise la profession, la libère et l’isole. Un objet jamais stabilisé, présentant différents niveaux de sens, mais défini par une action, travailler à guérir, composée d’actes paradoxaux, sophistiqués et chargés de tabous.

Mobilisant les résultats de recherches collectives et souvent pluridisciplinaires qu’elle a menées ces quinze dernières années, Anne-Chantal Hardy propose une analyse de l’objet du travail médical. Elle en explore la dynamique, examine la manière dont il se construit, se transforme et se déplace. Elle montre comment il sépare les professionnels des « profanes » pour s’autonomiser dans la guérison. Mais qu’est-ce que la guérison au regard des concepts de maladie et de santé, plus habituels en sociologie ? Approchée à partir de l’objet du travail médical, elle est d’abord un processus, à la fois physiologique, symbolique et social. Et travailler à guérir consisterait moins à faire passer les patients de la « maladie » à la « bonne santé » qu’à les normaliser : un vrai programme sociétal porté par une profession modèle…

Les médecins pratiquent des actes complexes, à la fois violents et bienfaisants, qui nous concernent tous. Une excellente raison pour lever enfin le secret du fameux « colloque singulier » et le placer au cœur du débat public.

 

Hardy-Dubernet, Anne-Chantal, Travailler à guérir : Sociologie de l’objet du travail médical . – Rennes : Presses de l’EHESP, 2013. – 301 p. – (Recherche. Santé. Social) .

 

Le Grand Livre de la Formation

Ouvrage de référence orienté avant tout vers la pratique, Le Grand Livre de la Formation présente l’ensemble des règles et usages de la formation professionnelle : contexte juridique, enjeux, acteurs, construction et suivi des actions. Résultat de débats entre de nombreux spécialistes, conçu en partenariat avec I’ANDRH et le GARF, ce livre exhaustif propose à la fois des pistes de réflexion et des solutions concrètes pour le développement et l’optimisation des actions de formation à mettre en place en entreprise. Structuré en deux grandes parties l’ouvrage aborde : les grandes questions de la formation en entreprise : politique et plan, financement, évaluation, DIF, CIF… les modalités et outils pédagogiques de la formation : ingénierie, apprentissage, VAE, e-learning, tutorat… Guide professionnel au service des acteurs de la formation – DRH, responsables formation, formateurs, consultants, étudiants… ce livre a pour objectif d’aider le lecteur à se préparer aux défis de demain en lui offrant méthodologie et outils pour accompagner ses démarches au quotidien.

 

 

Barabel, Michel, dir. ; Meier, Olivier, dir. ; Perret, André; Teboul, Thierry, Le grand livre de la formation – Paris : Dunod, 2012. – 533 p.

Les métiers et les hommes : les oubliés du management

Quel est le grand absent du management et de la gestion des ressources humaines ? Quelle est cette évidence qui a été enfouie sous les théories managériales ? Quelle est cette amputation qui fait cruellement souffrir les salariés ? Dominique Massoni et Jean-Hubert de Roux, à travers une rétrospective lumineuse éclairent ce que nous ne savons plus voir : les métiers ont disparu dans la prise en compte de l’homme au travail.
Les managers et les politiques RH ne reconnaissent plus ou trop peu les savoir-faire acquis par l’expérience. L’expertise et l’apprentissage sont les grands oubliés des parcours de carrière. La tyrannie des savoir- être, l’obligation de la mobilité pour la mobilité, les transformations dans l’urgence, ont remplacé ce qui constituait l’identité du salarié dans l’entreprise : le métier ! Par delà ce constat, les auteurs nous proposent les instruments d’un nouveau modèle de management fondé sur une politique RH qui retrouve ses « fondamentaux ».
A l’heure où la compétitivité et l’internationalisation deviennent un enjeu économique et politique majeur, les dirigeants qui gèrent les hommes au travail doivent retrouver cette vérité première : les métiers sont la première richesse de l’entreprise et des hommes qui la composent.

 

Massoni, Dominique; Roux, Jean-Hubert de, Les métiers et les hommes : les oubliés du management Puteaux : Editea, 2012. – 109 p. – (D’autres regards sur le management) .