Tous les articles par Doc du Céreq

L’apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation

L’apprentissage est une voie de formation initiale pour les jeunes de moins de 26 ans et les personnes ayant une reconnaissance de travailleur handicapé, qui permet d’acquérir un diplôme et une qualification dans un contexte d’activité salariée. A la différence du système de formation scolaire, l’apprentissage relève de l’initiative des employeurs souhaitant recruter des jeunes pour les former. Quelles sont les spécificités du secteur social et sanitaire dans ce domaine ? En quoi l’apprentissage est-il différent de l’alternance ? Quels sont les diplômes accessibles par la voie de l’apprentissage ? Quel est son cadre réglementaire et financier ? Qui sont les acteurs concernés et quels sont leurs rôles ? Comment s’articule l’acquisition des savoirs ? Très complet, cet ouvrage répond à toutes les questions que se posent les professionnels du secteur social, médico-social et sanitaire, les maîtres d’apprentissage, les formateurs et les employeurs.
L’auteur présente à la fois les aspects réglementaires et méthodologiques propres à l’apprentissage, et propose également une réflexion prospective sur cette nouvelle voie de formation pour les travailleurs sociaux et les professionnels de santé.

 

Blanchard, Nathalie, L’ apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation – Rueil-Malmaison : Éd. ASH, 2012. – 151 p.. – (ASH professionnels) .

Apprendre au travail

Dans bon nombre de contextes professionnels, ce qu’il est convenu d’appeler traditionnellement la « formation », organisée dans des espaces-temps distincts du travail, tend aujourd’hui à céder le pas à une variété de pratiques visant explicitement à favoriser les apprentissages au cœur même des situations de travail, à rendre le travail plus « formateur » (coaching, mentoring, tutorat, communautés de pratiques, etc.).
Face à un tel engouement, il est temps de s’interroger en profondeur sur les processus spécifiques à l’œuvre dans ce type d’apprentissage, sur les facteurs individuels et contextuels qui y participent, et in fine, sur les pratiques censées favoriser l’apprentissage du et au travail. S’appuyant sur les théories et les recherches les plus récentes dans le domaine, l’ouvrage a pour ambition de fournir un certain nombre de pistes de réflexion et d’action en réponse aux préoccupations des professionnels de la formation, de l’accompagnement et du management soucieux du développement des compétences en situation de travail.
L’ouvrage donne la parole à un large panel de chercheurs spécialistes du domaine, explorant au fil des chapitres les diverses facettes de la problématique, dans un langage accessible et en phase directe avec les préoccupations des professionnels.

 

Bourgeois, Etienne, dir.,  Durand, Marc, dir. , Apprendre au travail – Paris : Presses universitaires de France, 2012,  226 p. – (Apprendre).

 

Politiques de jeunesse : le grand malentendu

Rarement “la jeunesse” aura fait autant l’objet de discours politiques, de consultations et de rapports publics, de débats médiatiques qu’en cette dernière décennie. Pas un gouvernement qui ne mette en place un ou plusieurs “plans” pour la jeunesse ; pas une année sans que ne soit commandité un rapport officiel sur le sort des jeunes générations… A chaque mobilisation juvénile ou à l’approche de chaque campagne électorale, le pays semble à nouveau se pencher sur sa jeunesse – ou plutôt ses jeunesses – et sur les difficultés qu’elles traversent.
Cela n’est pas sans susciter de nombreuses interrogations, publiques et médiatiques : pourquoi donc la jeunesse française affiche-t-elle le plus haut niveau mondial de stress à l’école et si peu de confiance en l’avenir Assisterait-on en France à l’émergence d’une génération “déclassée” ? Que faire pour enrayer ce sentiment et quelles politiques publiques mettre en place pour atténuer les effets de la crise sur les jeunes générations ? Serait-on dans une société qui maltraite sa jeunesse ? Cet ouvrage décrypte, à travers les trois mots principaux qui les structurent, les relations entre l’Etat – et plus largement les acteurs publics – et la jeunesse en France.
Il revient sur les évolutions, les portées et les limites des politiques, et en éclaire les enjeux à venir.

 

Becquet, Valérie, dir. ; Loncle, Patricia, dir. ; Van de Velde, Cécile, dir. Politiques de jeunesse : le grand malentendu – Nîmes : Champ social éd., 2012. – 241 p. – (Questions de société) .

Formation, qualification, emploi en Normandie : la construction des parcours

Les textes réunis dans le présent ouvrage sont issus des communications présentées à la deuxième journée d’étude “Formation, qualification, emploi en Normandie” qui s’est tenue le 16 novembre 2009 à l’université de Caen Basse-Normandie et a rassemblé une cinquantaine de responsables institutionnels, de doctorants et de chercheurs appartenant aux trois universités normandes (Caen, Le Havre et Rouen).
L’ouvrage propose ainsi une information scientifique sur la construction des parcours d’orientation et d’insertion des jeunes dans le bassin normand. L’analyse porte sur les trajectoires scolaires, incluant l’enseignement professionnel, en public et en privé, et privilégie les questions que posent les projets professionnels et leur accompagnement par des politiques publiques menées à l’échelon local.

 

Devineau, Sophie, dir. ; Léger, Alain, dir. ; Formation, qualification, emploi en Normandie : la construction des parcours ; Journée d’étude “Formation, qualification, emploi en Normandie” (16 novembre 2009; Université de Caen Basse-Normandie, Caen). – Caen : Presses universitaires de Caen, 2012. – 214 p.

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital

Aussi nombreuses que les infirmières à s’occuper des malades dans les hôpitaux, les aides-soignantes sont beaucoup moins connues. Elles assurent pourtant des tâches essentielles pour l’hygiène et pour le confort des malades sans lesquelles les gestes médicaux ne peuvent être réalisés et qui sont aujourd’hui au coeur des transformations de l’hôpital. Les résultats de l’enquête d’Anne-Marie Arborio, qui s’appuient sur des données d’archives, d’observations directes et d’entretiens, permettent à la fois de cerner les contours du groupe social que forment les aides-soignantes et de comprendre les ressorts de l’invisibilité de ce métier hospitalier.
A ce titre, cet ouvrage concerne autant les spécialistes de sciences sociales pour les questions qu’ils posent sur la division du travail et les professions, que tous ceux qui s’intéressent aux questions de santé en général et à l’hôpital en particulier.

Arborio Anne-Marie. Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital  – 2e édition. – Paris : Anthropos / Economica, 2012. – 360 p. – (Sociologiques) .

 

L’intelligence de la main : l’artisanat d’excellence à l’ère de sa reproductibilité technique

En Occident, l’activité manuelle est souvent perçue comme opposée au monde des idées et des concepts. En pensant les activités manuelle et intellectuelle comme complémentaires, cet ouvrage cherche à dépasser le clivage les hiérarchisant sur une échelle de valeurs sociales. Cette étude analyse les changements fondamentaux que connaissent certains des métiers de l’artisanat d’excellence à l’heure d’une industrialisation des modes de production du luxe.
Quel est l’intérêt du fait-main ?

 

 

 

Jacquet, Hugues; Maclouf, Pierre, préf, L’ intelligence de la main : l’artisanat d’excellence à l’ère de sa reproductibilité technique  . – Paris : L’Harmattan, 2012. – 194 p. – (Logiques sociales) .

La socialisation professionnelle des enseignants du secondaire

L ‘étude de l’insertion et de la socialisation professionnelle des enseignants débutants en collèges et lycées révèle des situations très contrastées. Pour appréhender cette diversité, l’analyse de la singularité des parcours, des réorganisations successives de la pratique et du rapport au métier s’avère incontournable. L’expérience des débuts suggère de comprendre précisément la manière dont les jeunes professeurs composent avec des situations pédagogiques jalonnées d’épreuves mettant en jeu leur autorité, leur rôle dans la classe et le sens de leur engagement professionnel. Les textes réunis dans cet ouvrage éclairent différentes facettes de ce processus d’apprentissage. Dans ce contexte, la socialisation apparaît à la fois plurielle, continue et individuelle. C’est pourquoi les perspectives méthodologiques et théoriques adoptées s’intéressent à assembler les ruptures et continuités de trajectoire ou d’expériences dans un même cadre analytique. Passé et présent sont reliés selon le jeu des reconstructions et réinterprétations successives. Cette négociation des réalités du travail, en relation avec l’histoire singulière des individus et les contextes d’action, façonne les étapes de la socialisation professionnelle des enseignants. À un moment où leur recrutement se tarit en France comme ailleurs, tandis que la disparité des conditions d’enseignement bouscule leurs repères d’activité et d’identité, ces questionnements prennent un relief tout particulier.

 

Guibert, Pascal, dir. ; Perier, Pierre, dir. , La socialisation professionnelle des enseignants du secondaire : parcours, expériences, épreuves . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 162 p. – (Le sens social) .

L’enseignant : réalités économiques et enjeux professionnels

Avec pour fil d’Ariane l’enseignant, considéré tantôt comme agent, facteur de production ou encore comme acteur, le propos est ici de montrer dans quelle mesure et de quelle façon l’analyse économique rend compte de l’activité de l’enseignant, l’objectif de l’ouvrage étant d’ouvrir enfin la boîte noire de l’éducation dont l’enseignant est l’acteur central. De la théorie du capital humain à la théorie des incitations, en passant par la New Economics of Personnel et les nouveaux modèles de régulation scolaire, est progressivement construite une analyse qui interroge la capacité de l’analyse économique à rendre compte des questions organisationnelles, longtemps ignorées par l’économie de l’éducation.
Si l’objectif gouvernemental est aujourd’hui de réformer la gestion du système éducatif et de ses personnels, d’introduire une culture de l’évaluation et de la performance, cet objectif implique de comprendre, d’anticiper et de dénouer les points de tension et de crispation qui émergeront au niveau microéconomique des agents ou des établissements, en relation notamment avec l’hétérogénéité des situations d’éducation.
En la matière, cet ouvrage fournit des points de repère économiques, complétant les approches essentiellement sociologiques qui prévalent habituellement et relativement à celles-ci, et montre que l’apport de l’économiste est d’avoir en perspective un objectif d’intérêt social ainsi qu’une explicitation des contraintes informationnelles à prendre en compte.

Larré, Françoise, Plassard, Jean-Michel,  L’enseignant : réalités économiques et enjeux professionnels – Paris : L’Harmattan, 2012. – 231 p. – (L’esprit économique. Economie et Innovation) .

Que faut-il penser de la professionnalisation de la formation des enseignants aujourd’hui ?

La professionnalisation de la formation et du travail des enseignants est devenue peu de temps une sorte d’idée phare qui inspire les politiques éducatives, les réformes et les renouveaux pédagogiques. A première vue, donc, un symbole destiné à hausser le prestige de la profession enseignante, à lui attirer les meilleurs candidats, compétents et motivés, et à valoriser aux yeux des collectivités le statut de ceux et celles qui l’exercent.
Issus d’un colloque international tenu sur ce thème, les travaux réunis dans cet ouvrage examinent les expériences de formation menées en Suisse romande, en France, au Québec et en Belgique francophone. Les auteurs y exposent les résultats de leurs recherches et rendent compte des analyses qu’ils font de leur travail de formateurs d’enseignants. Tout bien considéré, une question demeure : l’injonction de professionnalisation de la formation tient-elle ses promesses de répondre aux défis sociaux que doivent relever l’école et le corps enseignant ou ne représente-t-elle qu’une mode idéologique, un discours conforme à l’air du temps, qui finira par passer, comme sont passées toutes les autres modes que le paysage scolaire a connues ?

Mellouki, M’hammed, dir. ; Wentzel, Bernard, dir.  Que faut-il penser de la professionnalisation de la formation des enseignants aujourd’hui ?  – Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2012. – 338 p. – (Questions d’éducation et de formation) .

L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité

Dans le cadre du processus de Bologne, l’employabilité durable des étudiants s’impose comme une mission essentielle de l’Université. Au travers d’études menées auprès de jeunes européens nouvellement inscrits à l’université, cet ouvrage analyse les perceptions de persistants et de décrocheurs concernant leur identité d’étudiant et leurs compétences relatives à l’employabilité. Le sentiment d’appartenance universitaire apparaît ici comme un élément clef du processus.

 

 

Amara, Marie-Emmanuelle; Baumann, Michèle, (collab),  L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité . – Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, 2012. – 317 p.. – (Inside; 1) .

La professionnalisation. Pour une université “utile” ?

Longtemps circonscrite à certaines filières, la “professionnalisation” des enseignements universitaires se diffuse dans l’ensemble de l’Université. Sur cette “professionnalisation”, la communauté dis universitaires est partagée. Les uns n’ont pas attendu qu’on leur assigne cette mission pour l’accomplir, d’autres, plus récemment convertis, s’y engagent avec zèle, d’autres encore résistent, dénonçant une mise en péril des missions traditionnelles des universités et de l’identité professionnelle des universitaires. Nous nous proposons dans cet ouvrage de parcourir les différents aspects de cette “professionnalisation” sur la base d’études de terrain portant sur deux académies aux contextes contrastés : l’une, l’Académie de Lille, où l’environnement industriel ancien a marqué depuis longtemps les liens entre le monde socio-économique et l’Université, notamment dans les domaines scientifiques et techniques ; l’autre, l’Académie de Bretagne, où la “professionnalisation” de l’Université est plus récente.
Nous verrons que si la “professionnalisation” n’est pas sans effets pervers, donnant souvent naissance à des formations trop étroitement adaptées à des besoins professionnels à court terme, elle peut, quand elle est bien menée, redonner à l’Université l’initiative dans la définition même des besoins professionnels, l’Université retrouvant ainsi certaines de ses missions traditionnelles : s’emparer sans cesse de domaines professionnels pour en faire l’objet d’une connaissance rationnelle, inventer constamment de nouveaux domaines de l’activité humaine.

 

 Agulhon, Catherine; Convert, Bernard; Gugenheim, Francis; Jakubowski, Sébastien. La professionnalisation : Pour une université “utile” ?- Paris : L’Harmattan, 2012. – 264 p.. – (Savoir et Formation) .

Formation : le culte du diplôme

Suivant les parcours de ceux qui, jeunes ou plus vieux, veulent se former tout en travaillant, en étant au chômage, s’orienter, changer de métier, Danielle Kaisergruber illustre et analyse pourquoi il n’a pas de vraie deuxième chance en France. Car si la formation des adultes représente beaucoup d’argent et beaucoup d’énergie pour ceux qui s’y emploient, elle ne remplit pas ses objectifs. Dans notre système académique, on achète toujours sa carte de visite à l’école et pour la vie. Et il est difficile de changer de destin professionnel et social lorsque cela a mal commencé. Ce livre est à la fois une analyse compétente et un cri d’alarme.

 

 

 Danielle Kaisergruber, Formation : le culte du diplôme – La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, 2012. – 135 p.. – (Monde en cours) .

L’artiste en action : vers une sociologie de la pratique artistique

Comment travaillent les artistes ? Comment produisent-ils des oeuvres ? Ce livre donne à voir une enquête à caractère ethnographique menée auprès d’artistes plasticiens contemporains. On découvre huit univers artistiques intimes pendant la création des oeuvres. L’ouvrage présente des photographies et de longs entretiens avec des créateurs. L’auteur observe des artistes « en action » : Philippe Domergue, Michel Fourquet, Serge Fauchier, Claude Massé, Gilbert Desclaux, Georges Ayats, Patrick Loste et Claude Muchir. L’enquête suit au plus près les séquences de créations, dans leur rythme, leur protocole et leurs processus. La pratique artistique est une pensée en actes et parfois une esquive de la trop grande maîtrise technique et culturelle. Le “faire” corps de l’artiste, sa sensibilité, modifient apparemment toujours le projet. L’activité de production est un travail rationnel dans un champ qui ne l’est plus (il n’y a plus d’Académie qui édicte des règles de l’art). Dans l’art aujourd’hui, les artistes s’orientent sans boussole. Cette grande liberté implique un doute permanent. On poursuivra dans cette enquête le projet d’une “science du faire”, cette poïetique, inventée par Paul Valéry. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux des sociologues Bourdieu, Becker, Esquenazi et Péquignot et des philosophes Chateau, Davidson, Neuberg et R. Passeron. La motivation de ce livre a sa source dans l’ennui que l’on peut ressentir face aux oeuvres des musées et des galeries. La pratique correspond à ce que Mallarmé nomme le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui : fugace, instable, multiple, privée, routinière et cachée. Elle reste le plus souvent hors de portée du chercheur en sciences sociales. Quelles sont les interactions possibles dans l’isolement de la fabrication ? Comment se mêlent les déterminismes et les libertés dans l’art ? On observe dans la pratique, parfois, une autonomisation du faire grâce à un événement conjoncturel, un enchaînement de faits poïetiques imprévus. Le champ artistique est un premier cercle d’autonomisation, la pratique artistique devient parfois un second cercle d’autonomie. C’est ce que l’auteur appelle la contingence de la pratique. Ce livre essaye de rendre compte de cette imprévisibilité.

Eric Villagordo,  L’artiste en question : vers une sociologie de la pratique artistique,   – Paris : L’Harmattan, 2012. – (Logiques sociales. Série sociologie des arts) .

Travail et automatisation des services: la fin des caissières ?


Que ce soit dans les banques, la restauration rapide, les cinémas, les transports en commun, les services postaux ou bien encore la grande distribution, nous assistons ces dernières années à un déploiement sans précédent du libre-service, se traduisant notamment par une multiplication des dispositifs automatiques.
Cet ouvrage se propose d’étudier ce phénomène sous l’angle du travail. Il repose sur une immersion d’une dizaine d’années dans le secteur de la grande distribution, s’appuyant sur le cas emblématique des caisses automatiques. Allant à l’encontre de l’idée selon laquelle les clients accompliraient dorénavant le travail à la place des salariés, il montre que l’automatisation induit une nouvelle répartition des tâches. Le travail ne disparaît pas, il se trouve profondément transformé, intervenant « en coulisses » et « à l’insu » des clients. Et quand travailler consiste pour nombre de salariés à être « au service d’autrui », quand les clients constituent la principale source de reconnaissance, alors le sens même du travail qui se trouve requestionné.
A l’intersection de la sociologie du travail industriel et de la sociologie des services, Sophie Bernard livre ainsi un travail d’investigation et d’analyse qui invite à repenser le travail dans les services.

En savoir plus

 Sophie Bernard, Gilbert de Terssac, préf..Travail et automatisation des services : La fin des caissières – Toulouse : Octarès, 2012. – 192 p. – (Travail et activité humaine) .

Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management

 La reconnaissance des cadres au travail est un thème récurrent au sein de nombreux écrits professionnels. Sans nier que ce sujet porte une dimension sociétale beaucoup plus vaste que celle du monde hospitalier, les auteurs de cet ouvrage s’interrogent sur cette question répétitive de la « gratitude sociale » et misent sur un pari : cette redondance est signifiante. Elle doit donc nous éclairer sur le quotidien de ces acteurs fondamentaux des institutions sanitaires et médico- sociales que sont les cadres.
Mais de quelle reconnaissance parlons-nous ? Est-ce celle des patients ? Des médecins ? De l’institution hospitalière ? Des personnels ? Autant d’acteurs, autant d’attentes ! Cette problématique complexe détient le mérite de porter la réflexion sur le coeur du travail hospitalier. Les cadres de santé sont-ils les victimes d’une division excessive du travail, d’une hiérarchisation exagérée des tâches et des soins ? Ont-ils la possibilité de développer un véritable corps professionnel, source de propositions ? Témoignent-ils d’un sentiment d’appartenance à un métier, à une profession, à une institution ? En explorant ces différents questionnements, cet ouvrage esquisse des stratégies autour d’une certitude : la reconnaissance ne se donne pas, elle ne peut être que conquise ! Les cadres de santé ne peuvent l’obtenir que par une démarche collective mettant l’accent sur leurs apports spécifiques au sein des institutions.
Or, au regard de l’évolution médicoéconomique de l’hôpital, l’une des stratégies possibles ne réside-t-elle pas en un management “par et pour” l’éthique ? Que peut-on attendre d’un soignant si ce n’est de poser une limite argumentée à la stricte approche financière ? Sans nier l’inévitable inscription de l’institution hospitalière dans une politique d’efficience, ta situation actuelle de l’hôpital exige un certain rééquilibre.

 

Bourgeon, Dominique, dir. , Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management  . – Rueil-Malmaison : Editions Lamarre, 2012. – 344 p. – (Fonction de cadre de santé série : Gestion des ressources humaines) .

En savoir plus :