Archives de catégorie : Ouvrages

La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?

En quelques décennies, la formation professionnelle continue a connu des transformations considérables. Le premier objectif de cet ouvrage collectif est d’en saisir le sens et la portée, trop souvent cachés par un discours faussement consensuel. Cette unanimité de façade masque en effet l’essentiel : la formation professionnelle continue n’est pas seulement inégalitaire et complexe d’accès. Elle est subordonnée à l’économie du capitalisme néolibéral et à la reconfiguration du marché du travail. Les nouvelles règles – comportementales aussi bien que financières et juridiques – étendent le règne de la concurrence généralisée. Chaque salarié et chaque demandeur d’emploi est incité à considérer prioritairement la formation comme un moyen d’entretenir ses compétences pour rester compétitif et employable, à devenir entrepreneur de sa vie professionnelle Les finalités et les modalités de la formation professionnelle continue sont par là réduites et ordonnées à la fabrique de l’employabilité… et fermées à tout autre usage. C’est à la genèse politique, institutionnelle et sociale de ce grand détournement que ce livre est consacré. Comment la formation a-t-elle été progressivement retournée au point de rompre pratiquement tous les liens avec les inspirations progressistes et humanistes à se cultiver et à acquérir de nouveaux savoirs ? Comment des aspirations individuelles et sociales à améliorer sa qualification professionnelle, à actualiser et élargir ses connaissances et à les faire reconnaître se sont-elles trouvées prises dans les filets de la normalisation néolibérale ? S’ouvre alors la nécessaire question des alternatives. Les enseignements de l’histoire sociale, de l’éducation populaire, de l’éducation permanente et de l’éducation ouvrière par les syndicats contribuent à ébaucher une autre perspective : celle de l’institution et de l’invention démocratique du « commun » de la formation. Cette approche à partir d’une question spécifique contribue par ailleurs à approfondir la connaissance des mécanismes profonds du néolibéralisme.

Barnier, Louis-Marie; Canu, Jean-Marie; Vergne, Francis; Maillard, Fabienne, préf..La fabrique de l’employabilité : quelle alternative à la formation professionnelle néolibérale ?  – Paris : Syllepse ; Les Lilas : Institut de recherches de la FSU, 2014. – 164 p.. – (Comprendre et agir) .

Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies

Un monde en mouvement permanent, porteur de transformations importantes dans les entreprises : telle est l’image la plus répandue du monde du conseil. A en croire les magazines économiques, ainsi que les dirigeants des sociétés de conseil ou les diplômés des grandes écoles, le conseil serait “un métier de rêve” ou encore “la nouvelle profession mondiale”. Abreuvée de discours d’excellence et de performance, cette profession en forte expansion qui laisse une large place aux jeunes serait ouverte à tous les “talents”. Prête à reconnaître les capacités de chacun, se pensant résolument à l’avant-garde, elle serait un vecteur à la fois de démocratisation et de consécration sociale. Car elle s’adapterait aux transformations économiques qui laisseraient place à de nouveaux profils. En bref, le conseil serait l’archétype de la forme à venir des métiers de demain : ouvert, innovant, équitable. Pourtant ces clichés ne résistent pas à l’analyse : non seulement la morphologie sociale des consultants est en tout point comparable à celle de nos élites, mais les logiques qui sous-tendent leurs modes d’actions et leurs pratiques s’accommodent des principes de hiérarchisation du monde économique, s’y ajustent et les renforcent.
Ce livre, nourri d’enquêtes de terrain et étayé de données statistiques nouvelles, couvre une période charnière de l’histoire du conseil de 1990 à 2010, de l’émergence à la banalisation de “la nouvelle économie de l’information” et s’emploie à décrire l’évolution de la structure des activités de conseil notamment par l’analyse de l’utilisation d’un outil spécifique de gestion des flux d’information de l’ensemble des activités des grandes entreprises.
Thine, Sylvain, Innover pour s’imposer : consultants et conseil en nouvelles technologies,  Thine, Sylvain. – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 201 p. – (Des Sociétés) .

Ce que former des adultes veut dire

En matière de formation des adultes, il importe de restituer en même temps comment s’opèrent les apprentissages et comment les cadres organisateurs de la formation assoient la légitimité de l’entreprise formative. Il s’agit d’ouvrir la « boîte noire » de la formation afin de repérer, en acte(s), ce que former des adultes veut dire. Qu’en est-il, quarante à cinquante ans plus tard, de cet objectif d’ouvrir largement la voie de la formation aux adultes? Qu’en est-il des effets connus, en particulier du point de vue de la mobilité professionnelle, du passage en formation? Que sait-on de la transition entre formation et emploi? Ouvrage de synthèse, “Ce que former des adultes veut dire” propose un bilan d’étape des principaux questionnements qui ont cours en matière de formation des adultes. Mêlant réflexion et enquêtes statistiques, cette étude rend ainsi compte du contexte idéologico-juridique, des politiques et des dispositifs de formation mis en œuvre, des modalités d’accès à la formation et des effets du passage en formation.

Frétigné, Cédric,  Ce que former des adultes veut dire,   – Paris : Publibook, 2013. – 94 p. – (Sciences Sociales. Recherches) .

Débats sur la professionnalisation des enseignants

Les recherches en formation d’adultes permettent d’observer, depuis les années 2000, l’émergence de recherches en éducation visant à comprendre les conditions de réalisation et de réussite de l’apprentissage professionnel. Le rapprochement qui est fait dans cet ouvrage entre le champ de recherche de la formation d’adultes et la formation à l’enseignement s’imposait pour penser celle-ci au service de l’amélioration des compétences professionnelles des enseignants. En s’attardant à l’éducation comparée, en confrontant des recherches nord-américaines et européennes et en étudiant des travaux sur les interactions entre l’enseignant en formation et les différentes ressources formatives impliquées dans sa formation, ce livre ouvre des pistes de réflexion novatrices. Cet ouvrage est issu du premier symposium international organisé par l’Institut de recherche sur les pratiques éducatives, qui a eu lieu à Sherbrooke en octobre 2009. Ce symposium a servi d’acte fondateur pour la constitution d’un réseau-observatoire international sur la professionnalisation dans les métiers relationnels et de l’interaction humaine.

Maubant, Philippe, dir. ; Clénet, Jean, dir. ; Poisson, Daniel, dir., Débats sur la professionnalisation des enseignants : les apports de la formation des adultes, Québec  : Presses de l’Université du Québec, 2011. – 357 p.

 

Quand la formation continue. Repères sur les pratiques de formation des employeurs et des salariés

Quand la formation continue...Repères sur les pratiques de formation des employeurs et salariésDans le sillage de la collection des Quand l’école est finie… qui donnent périodiquement des repères sur l’insertion professionnelle des jeunes sortant de formation initiale, la première édition de Quand la formation continue… avait vu le jour en 2009, soit l’année où fut adoptée la loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie.

Le hasard des calendriers veut que cette deuxième édition de Quand la formation continue… paraisse quelques jours après l’adoption de la loi relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale. Cette loi entend apporter un nouvel élan, notamment avec l’instauration d’un compte personnel de formation. Dès lors, les repères statistiques sur les pratiques de formation des salariés et de leurs employeurs, que fournit cet ouvrage, apportent une sorte d’« état des lieux à l’aube de la réforme ».

Feuilleter l’ouvrage sur le site du Céreq

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Renaud Descamps, Jean-Marie Dubois, Arnaud Dupray, Christine Fournier, Olivier Joseph, Jean-François Mignot, Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Quand la formation continue. Repères sur les pratiques de formation des employeurs et des salariés. : état des lieux à l’aube de la réforme de 2014, Marseille : Céreq, 2014. – 111 p.

Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel

coverLa sociologie des professions et du travail des architectes pointe généralement la faiblesse de la cohésion professionnelle de ce groupe et ses difficultés à faire valoir une “compétence” spécifique lui permettant de maintenir et d’imposer clairement sa position dans la division sociale de l’acte de construire. Pourtant les architectes maintiennent leur place dans ce champ. Ils auraient même plutôt tendance à y développer une “multipositionnalité”. Ce livre propose donc d’abandonner la volonté de caractériser la “compétence” ou “l’identité professionnelle” des architectes, pour comprendre comment ils parviennent à maintenir leur présence dans l’univers de la construction. Comment le titre d’architecte et les conceptions qui lui sont associées fonctionnent comme un capital mobilisable par ces derniers pour poursuivre leur existence et se maintenir comme “professionnels”. L’hypothèse centrale de l’ouvrage est que, loin d’une “déprofessionnalisation” ou d’une ” mutation d’identité “, les architectes font montre d’une grande faculté d’adaptation liée au capital symbolique attaché à leur titre. Cette mobilisation du groupe professionnel pour maintenir et faire valoir sa place est décrite sous le terme de “travail professionnel” entendu comme un regard sur les pratiques renvoyant à deux dimensions : à la fois travail de production du bâti architectural et travail de production d’une identité professionnelle, celle d’architecte.

Chadoin Olivier, Etre architecte, les vertus de l’indétermination : une sociologie du travail professionnel  – 2e éd.. – Limoges : Presses universitaires de Limoges (PULIM), 2013. – 383 p..- (Sociologie et sciences sociales) .

La féminisation des métiers de la justice

Pourquoi la féminisation des métiers de la justice est-elle source de controverses ? N’est-elle pas le signe d’un progrès traduisant un recul des inégalités ? Existe-t-il, au contraire, une «boîte noire» qui dissimule des discriminations ? Dans ce contexte, le droit peut-il constituer un outil capable de faire céder ces bastions de résistance ? Face à ces interrogations, cet ouvrage entend apporter quelques éclairages en portant sur ce phénomène un regard à la fois rétrospectif et prospectif.
Le regard rétrospectif révèle l’existence de trois constantes : le phénomène du «plafond de verre» traduisant une place encore discrète des femmes aux postes à responsabilité ; un discours dévalorisant des métiers de la justice qui se féminisent ; des femmes toujours plus nombreuses à tenter de concilier vie professionnelle et vie familiale. Devant ce constat, le regard prospectif amène à se demander si le droit peut remédier à ces inégalités persistantes. Dans l’affirmative, quelle posture, quelle structure et quelle texture aurait ce droit ? Par ce double regard, ce livre contribue à un débat de société et intègre la problématique plus large du genre.

 

 

 

 

Mekki Mustapha, dir., La féminisation des métiers de la justice . – Paris : Economica, 2011. – 153 p. – (Etudes juridiques; 39) .

Accompagner les demandeurs d’emploi

Depuis trente ans, le chômage n’a jamais reflué durablement sous la barre des 8%. Sans doute est-ce là le signe qu’il est nécessaire de réformer nos politiques de l’emploi. Les mesures d’accompagnement sont essentielles pour réduire le chômage. Pourtant, la France est à la traîne. Ses politiques sont enserrées dans un millefeuille administratif dans lequel l’État, les régions, les départements et les communes interviennent, mobilisant acteurs privés comme publics, selon une palette de dispositifs mal coordonnés et encore trop rarement évalués. Or, les vertus et les limites de ces dispositifs sont aujourd’hui bien appréhendées. Il existe une très vaste littérature scientifique sur le sujet. Elle permet de dresser les contours des politiques qui fonctionnent et d’identifier les publics pour lesquels il est souhaitable de les mobiliser. Ce sont ces résultats que cet ouvrage souhaite faire découvrir.

 

 

Fontaine François; Malherbet, Franck, Accompagner les demandeurs d’emploi : En finir avec le retard français  . – Paris : Presses de Sciences Po, 2013. – 124 p. – (Sécuriser l’emploi; 1) .

La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif

L’incapacité des pouvoirs publics à réduire le chômage ne signifie pas pour autant que les politiques d’insertion sont inutiles. Si les « travailleurs sociaux » – qui se confrontent aux difficultés de ceux qui accèdent, désarmés, au marché du travail – ne sauraient résoudre le problème du chômage, ils répondent, dans l’intimité des bureaux des missions locales et des salles surchargées des organismes de formation, à de multiples autres attentes. Leurs pratiques, au jour le jour, consolident celles des cadres ordinaires de socialisation (institution scolaire, famille, groupe de pairs, etc.) pour valider les prétentions professionnelles légitimes, indiquer les opportunités ouvertes ou fermées sur le marché du travail, certifier ou renforcer la valeur professionnelle accordée aux candidats, sanctionner et réformer les conduites disqualifiantes dans les entreprises. Ce travail d’insertion participe à l’« étayage » du rapport au travail de ces publics et ne peut, en ce sens, connaître l’échec. Il s’avère même une modalité à part entière de la gestion publique du chômage des jeunes dans la mesure où ses effets contribuent à la construction du rapport au monde de ceux qui en bénéficient.

Zunigo, Xavier, La prise en charge du chômage des jeunes : ethnographie d’un travail palliatif – Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant, 2013. – 248 p. – (Champ social) .

Le métier de coach

Le coaching est à la mode, mais le coach demeure un inconnu. Au-delà des qualités communément admises en relation d’aide, quels sont les savoir-faire nécessaires à l’exercice de cette profession ? En utilisant la forme originale d’une correspondance pédagogique, l’auteur propose et décrit un ensemble de sept compétences fondamentales déployées dans tout coaching. Il distingue également quatre types de coaching portant respectivement sur les personnes, les relations, les groupes et les organisations. Toutes les questions importantes qui concernent le métier de coach sont abordées : les techniques d’entretien, la déontologie, la supervision, le business de coaching, etc. Le livre retrace également l’essor du coaching et donne un sens aux raisons de l’engouement actuel pour cette forme d’accompagnement personnalisé. Il clarifie les éléments de connaissance de soi, de vigilance et de qualité d’être que doit développer un coach pour bien exercer son métier.

Delivré, François, Le métier de coach : Spécifités, rôles, compétences Delivré, François. – 3e édition. – Paris : Eyrolles, 2013. – 461 p.

 

Splendeurs et misère du travail des diplomates

Que font les diplomates ? Si on pressent que leur activité ne se limite pas aux réceptions mondaines illustrant une célèbre publicité, ce qu’ils font quotidiennement, leurs missions et les conditions dans lesquelles ils sont amenés à les remplir sont encore largement ignorées. La première partie de l’ouvrage explore les différentes structures au sein desquelles travaillent les diplomates, la manière dont ils sont recrutés et formés, leurs parcours professionnels caractérisés par une forte mobilité géographique et des carrières plus ou moins brillantes, leurs conditions de travail parfois caractérisées par un environnement dangereux. Les grandes missions qui sont les leurs et la manière dont ils les remplissent : représenter la France, informer sur la marche du monde, négocier pour défendre et promouvoir les intérêts et la place de la France dans le monde, protéger et assister les Français à l’étranger sont l’objet de la seconde partie de l’ouvrage. Aux termes du parcours, le travail essentiel accompli par les diplomates apparaît bien éloigné de ses représentations flamboyantes quand bien même il s’effectue parfois dans des locaux exceptionnels censés symboliser la grandeur de la nation.

Piotet, Françoise; Loriol, Marc; Delfolie, David , Splendeurs et misère du travail des diplomates. – Paris : Hermann, 2013. – 552 p. – (Société et pensées) .

L’insertion professionnelle des jeunes en échec scolaire : le projet des z’héros

Branleurs ou nuls pour les uns, voyous ou racailles pour d’autres, « jeunes des cités » pour les médias… Ils ont entre 16 et 25 ans, sans diplôme, sans qualification ni expérience, mais avec du potentiel et de l’énergie à revendre. Ces jeunes sont l’objet de cet ouvrage, qui refuse de baisser les bras en proposant un projet pour ces jeunes en échec scolaire, et pas n’importe lequel : c’est le projet de leur « ad-venir »… qui constitue notre devenir à tous.

 

 

Bopoungo, Jean Carletto, L’insertion professionnelle des jeunes en échec scolaire : le projet des z’héros . – Paris : L’Harmattan, 2013. – 185 p.

Classes préparatoires, la fabrique d’une jeunesse dominante

Cette première enquête ethnographique sur les classes préparatoires vient donc combler un manque et remettre en question nombre d’idées reçues. Au travers d’une analyse très originale de l’« institution préparatoire », Muriel Darmon nous montre quels types de sujets y sont « fabriqués ». Elle met ainsi au jour les dispositifs de pouvoir qui s’y exercent, la manière dont l’institution produit une certaine forme de violence envers les élèves tout en étant soucieuse de leur bien-être, comment elle opère en individualisant à l’extrême plutôt qu’en homogénéisant et comment, ce faisant, elle renforce sa prise sur les individus. L’enjeu est de transformer les élèves en « maîtres du temps », aimant gérer l’urgence et haïssant les temps morts, et de leur faire intégrer un savoir critique légitime tout en valorisant leur capacité à appliquer des « recettes ». Ce faisant, c’est aussi à devenir dominant, à s’adapter aux nouvelles exigences du monde du travail et à y occuper des positions élevées que les prépas forment la jeunesse.

 
Darmon, Muriel, Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante – Paris : La Découverte, 2013. – 325 p. – (Laboratoire des sciences sociales) .

Travailler en crèche, un métier ?

Alors même que la demande de modes de garde collectifs constitue à l’heure actuelle une exigence sociale légitime, on sait peu de chose sur les activités quotidiennes des professionnelles dans les lieux d’accueil, sur la façon dont elles assument leurs tâches et même sur ce qui est attendu d’elles. Ces professionnelles peinent à mettre en mots la spécificité de leur activité qui consiste à prendre soin et éduquer de jeunes enfants en collectivité, renvoyant une partie de leurs compétences à des qualités féminines ” naturelles ” ou à des pratiques instinctives et spontanées. Partant de ce constat, l’auteure a tenté de comprendre comment elles construisent au jour le jour leur activité dans le cadre de la mission qui leur est socialement confiée. Elle pose la question de la non – reconnaissance du travail effectué et de son invisibilité qui concourt à masquer la nécessaire professionnalisation d’une fonction complexe pourtant banalisée, les privant des ressources d’un métier collectivement construit. Confrontées à une logique gestionnaire de plus en plus prégnante (optimisation de l’offre de garde) qui ne vise qu’à répondre à la demande de garde des parents, elles ne peuvent faire reconnaître la richesse de l’expérience unique qu’elles partagent avec les enfants et les parents qui nécessite la mobilisation d’une créativité collective permanente.
Marchand Montanaro, Ghyslaine, Travailler en crèche, un métier ? – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2013. – 268 p.. – (Politiques et interventions sociales) .

Le stage : formation ou exploitation ?

Le stage est devenu aujourd’hui une étape incontournable des parcours de formation. Son essor intéresse nombre d’acteurs de la formation et de l’emploi, mais aussi de chercheurs dans de nombreuses disciplines. Tel qu’il fonctionne et se multiplie, le stage pose en effet différents problèmes : Quels sont ses potentialités et ses risques ? Peut-on distinguer « bons » et « mauvais » stages ? Quelle gouvernance des stages peut-on envisager ? Quelle place accorder au stage dans la formation, la professionnalisation et la validation des diplômes ? Comment optimiser le tutorat des stagiaires ? Mêlant réflexions théoriques et retours d’expérience, ce volume a l’ambition d’ouvrir le débat sur les stages en posant sans tabou des questions parfois dérangeantes, mais aussi de poser les jalons d’une « bonne gouvernance » des stages au triple point de vue des organisations accueillant les stages, des stagiaires eux-mêmes et de leurs organismes de formation. Cet ouvrage réunit une partie des communications présentées à deux colloques l’un (La gouvernance des stages en débat) par le LaRgOteC (Laboratoire de recherche sur la gouvernance, territoires et communication, université Paris est) et l’autre ( Les stages dans la formation d’ingénieur ) par l’École des ponts Paris tech, ainsi que le programme de recherche du Restag (Réseau d’étude sur les stages et leur gouvernance).

 

Briant, Vincent de, dir. ; Glaymann, Dominique, dir. , Le stage : formation ou exploitation,  . – Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2013. – 483 p. – (Essais) .