Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités

couvertureInconnu du grand public, au cœur de l’enseignement supérieur français se trouve le Conseil national des universités. C’est lui qui décide quels sont les jeunes docteurs pouvant candidater à un poste de maître de conférences dans l’université française, c’est encore lui qui juge quels sont les maîtres de conférences aptes à devenir professeurs, et quels sont les enseignants-chercheurs méritant honneurs et récompenses (primes, changement de classe, congés sabbatiques, etc.) Ca n’est pas tout : en dépit du toussotement de certains, le CNU s’apprête maintenant à évaluer individuellement les enseignants-chercheurs. C’est dire les prérogatives de cette gigantesque institution de près de 1500 membres, élus sur des listes syndicales fermées pour les 2/3 d’entre eux. Osons dire que ces pairs ne sont ni les meilleurs, ni les mieux inspirés dans les disciplines qu’ils sont supposés défendre. Tout l’atteste : l’enseignement supérieur français ne cesse de perdre de son lustre. Ne cherchez pas : la faute en revient principalement au CNU. Preuves à l’appui. (résumé d’auteur)

 

François Garçon, Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités. – Paris : The Media Faculty, 2012. – 206 p.



Citer ce billet
Doc du Céreq (2012, 7 décembre). Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités. Le carnet des Docks. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nunk