Chercheur-e-s sous haute tension !

La Science, par ses contributions, découvertes, risques et espoirs, fait l’objet d’une attention médiatique et de nombreux débats. Mais qu’en est-il du vécu des scientifiques qui la font exister au quotidien ? On s’intéresse ici de manière spécifique à une nouvelle génération de docteurs ayant obtenu un mandat postdoctoral temporaire : les chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique – FNRS – en Belgique. Ces scientifiques occupent une position intermédiaire entre le chercheur doctorant et le chercheur confirmé, et se situent dans une période cruciale de leur parcours de vie. La combinaison du plaisir que procure le travail scientifique, de la liberté qui le caractérise, du désir de rester dans le métier et de la forte concurrence pour des postes définitifs met ces chercheurs sous haute tension.
L’étude questionne les règles et pratiques instituées (notamment le publish or perish et la mobilité internationale) qui filtrent l’accès des scientifiques aux rares mandats permanents. Ce filtre n’est pas socialement neutre car il implique des dimensions sociologiques telles que le genre, l’origine sociale ou la situation familiale des chercheurs.

Fusulier, Bernard; Carral, Maria del Rio., Chercheur-e-s sous haute tension! : vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille   Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012. – 118 p.