Tous les articles par Doc du Céreq

La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950)

L’ANAS a, dans une large mesure, posé les fondements de l’identité professionnelle des assistant(e)s de service social. Sans toujours bien connaître ce passé, les professionnels d’aujourd’hui – et pas seulement les adhérents de l’ANAS – adoptent des positionnements qui trouvent leur origine dans les engagements de l’association durant les années de l’immédiat après-guerre. Alors que la mise en place du système de sécurité sociale et des cadres législatifs de l’intervention sociale (notamment la Protection maternelle et infantile) diversifiait les emplois des assistantes sociales, l’ANAS a donné corps à la profession autour de principes déontologiques encadrant les rapports à l’usager. Elle a su regrouper la majorité des assistantes sociales en une période de fortes tensions politiques, économiques et sociales. Henri Pascal décrit l’activité tenace et passionnée de ces femmes réunies autour de la première présidente, Ruth Libermann : les relations avec les instances politiques, syndicales et religieuses, la revendication du professionnalisme et de la neutralité confessionnelle, l’ouverture sur le monde grâce aux échanges internationaux… Cette plongée dans les années de fondation de l’ANAS permet de comprendre son poids actuel sur la scène du travail social et met en relief les traits identitaires de la profession, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Henri Pascal, La construction de l’identité professionnelle des assistantes sociales : l’Association nationale des assistantes sociales (1944-1950) . – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2012. – 276 p.

Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités

couvertureInconnu du grand public, au cœur de l’enseignement supérieur français se trouve le Conseil national des universités. C’est lui qui décide quels sont les jeunes docteurs pouvant candidater à un poste de maître de conférences dans l’université française, c’est encore lui qui juge quels sont les maîtres de conférences aptes à devenir professeurs, et quels sont les enseignants-chercheurs méritant honneurs et récompenses (primes, changement de classe, congés sabbatiques, etc.) Ca n’est pas tout : en dépit du toussotement de certains, le CNU s’apprête maintenant à évaluer individuellement les enseignants-chercheurs. C’est dire les prérogatives de cette gigantesque institution de près de 1500 membres, élus sur des listes syndicales fermées pour les 2/3 d’entre eux. Osons dire que ces pairs ne sont ni les meilleurs, ni les mieux inspirés dans les disciplines qu’ils sont supposés défendre. Tout l’atteste : l’enseignement supérieur français ne cesse de perdre de son lustre. Ne cherchez pas : la faute en revient principalement au CNU. Preuves à l’appui. (résumé d’auteur)

 

François Garçon, Le dernier verrou : En finir avec le Conseil National des Universités. – Paris : The Media Faculty, 2012. – 206 p.

L’apprentissage dans les differents pays de l’Union européenne

Dans étude sur l’apprentissage de la Commission européenne, l’ensemble des États membres de l’Union européenne plaident pour que l’apprentissage et le stage répondent mieux aux exigences du marché du travail, soient davantage adaptés aux besoins des entreprises et offrent plus de garanties de qualité et de débouchés aux jeunes.

Ce  rapport publié le 2 juillet 2012, vise à fournir un aperçu général de l’offre des régimes du type apprentissage dans les États-membres de l’UE. A cet effet, l’étude examine l’efficacité de ces programmes visant à augmenter l’employabilité et faciliter les transitions sur le marché du travail des apprentis dans l’UE. En outre, elle fournit un certain nombre de recommandations pour améliorer le fonctionnement et les performances de ce type de régime.

Commission européenne, « Apprenticeship supply in the Member States of the European Union : Final report « – Publications Office of the European Union, 2012. – 522 p.

Les services à la personne : un levier d’insertion pour les publics éloignés de l’emploi ?

Le Crédoc publie une étude sur les services à la personnes. Ce secteur a t’il la capacité d’insérer les demandeurs d’emploi éloignés du marché du travail ?

En complément de l’exploitation de l’enquête « intervenant à domicile » (IAD) réalisée par la Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), une enquête qualitative a été réalisée auprès de structures d’insertion par l’activité économique et d’organismes agréés de services à la personne. En matière d’insertion des personnes éloignées de l’emploi, il apparaît que les dispositifs actuellement déployés restent insuffisants, qu’il s’agisse des dispositifs de droit commun qui ne se sont pas réellement saisis de la question, ou du secteur de l’IAE qui bute sur l’éternelle question des liens avec le monde économique ordinaire. Mais plus fondamentalement, l’analyse révèle la complexité à agir sur un secteur proposant des emplois précaires qui ne permettent pas d’envisager une insertion durable des publics en difficulté, dans un champ d’activité également en proie à un certain nombre d’obstacles.

Elodie Alberola, Léopold Gilles, Florence Tith, Les services à la personne : un levier d’insertion pour les publics éloignés de l’emploi ?  . – Paris : Crédoc, 2011. – 80 p. – (Cahier de recherche, n° 288)

Consulter l’étude sur le site du Crédoc

Dessine-moi un artiste…

Le Céreq publie un nouveau Bref sur le recrutement et la relation formation-emploi dans le spectacle vivant

Atypique et flexible, le secteur du spectacle vivant l’est aussi dans ses recrutements. Artistes, techniciens et administratifs ne répondent néanmoins pas aux mêmes règles. Sexe et origine sociale restent des facteurs clés de la relation formation-emploi. Quant à la formation continue, son impact sur les trajectoires s’avère limité.

Renaud Descamps, « Dessine-moi un artiste… ou la relation formation-emploi dans le spectacle vivant » in Bref n° 300-1 (juin 2012). – 4 p

Disponible en ligne sur le site du Céreq

Le DIF : la maturité modeste

Le Céreq publie un nouveau Bref sur le Droit Individuel à la Formation (DIF). L’usage du Dif s’est il généralisé auprès des salariés ? Quelle condition faut-il pour faciliter son accès ?

Avec un taux d’accès de 6,5 % en 2010, le droit individuel à la formation (DIF) n’a pas remporté le succès escompté. De plus, la durée moyenne des formations stagne autour d’une vingtaine d’heures. Le manque d’information et d’accompagnement des salariés peut expliquer son faible développement. En effet, l’existence d’un droit individuel ne suffit pas à en susciter l’usage ; le contexte, qui détermine les conditions favorables ou non de son application, reste décisif.

Renaud Descamps, « Le DIF : la maturité modeste » in Bref n° 299-2 (mai 2012). – 4 p

Disponible en ligne sur le site du Céreq

Pour une approche circonstanciée de l’apprentissage

Le Céreq publie un nouveau Bref sur l’apprentissage : est il un remède au chômage des jeunes ? Peut on s’inspirer du modèle allemand ?

Le développement de l’apprentissage n’est pas le remède automatique au chômage des jeunes. Une approche internationale montre que l’ancrage de cette voie de formation dans un pays ne va pas nécessairement de pair avec un faible taux de chômage juvénile. De plus, les modèles nationaux sont rarement transposables. In fine, la croissance économique reste un des facteurs majeurs de l’insertion.

Claudine Romani, « Pour une approche circonstanciée de l’apprentissage » in Bref n° 299-1 (mai 2012). – 4 p

Disponible en ligne sur le site du Céreq

Devenir cadre, une perspective pas toujours attrayante

image de couvLe Céreq publie un nouveau Bref sur la question du passage au statut cadre : Quelles sont les raisons qui expliquent l’attrait ou le refus de cette promotion ?

Dans les représentations de nombreux salariés, devenir cadre est très contraignant. Leurs priorités sont au contraire de garder du temps pour soi et sa famille, et de conserver son identité professionnelle. Ainsi, une partie des salariés des professions intermédiaires ne souhaite pas renoncer au métier pour des activités managériales, ni rejoindre une catégorie de personnel souvent considérée à part au sein de l’entreprise.

Bosse, Nathalie, « Devenir cadre, une perspective pas toujours attrayante », Bref n° 298-2 , avril 2012, 4 p

Disponible en ligne sur le site du Céreq


Les métiers verts et verdissants : dossier documentaire

Le centre de documentation du Céreq vient de mettre en ligne un nouveau dossier documentaire sur les métiers verts et verdissants.

Métiers verts, métiers de l’environnement, éco-activités, métiers de la nature… la terminologie utilisée pour qualifier les métiers liés à l’environnement est variée et traduit la prise en compte grandissante des considérations écologiques dans tous les secteurs de l’économie. Cette sensibilisation accrue à la protection de la nature, la prévention et la gestion des risques naturels et industriels, permet un essor certain aux métiers de l’environnement. Ceux-ci attirent de plus en plus de jeunes mais contrairement aux idées reçues, peu d’entre eux sont exclusivement dédiés à la préservation de la nature.

Les professions de l’économie verte distinguent les métiers liés à l’environnement (métiers verts) et les métiers pouvant nécessiter de nouvelles compétences pour répondre aux enjeux de l’économie verte (métiers verdissants).

Lire la suite dans la rubrique Ressources documentaires du site du Céreq

 

L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi

Le dernier Net.doc du Céreq présente un article de Philippe Lemistre  sur l’insertion des diplômés de licence.

Couverture

Cet article propose un état des lieux de l’insertion des diplômés de licence, et de ses déterminants. Parmi ces derniers, le parcours d’études joue un rôle important : le fait d’être titulaire d’un DUT ou d’un BTS par exemple procure un net avantage. Les domaines et spécialités de formation influent aussi fortement sur les salaires et l’accès à la qualification. Avoir suivi la filière apprentissage et détenir une licence professionnelle améliorent enfin les critères d’insertion. L’explication tient en grande partie à la sélectivité de la filière professionnelle. Les chiffres sont issus de l’enquête 2007 du Céreq auprès de la génération 2004.

Philippe Lemistre, L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi, Céreq, 2012. – 25 p.- (Net.Doc; n° 90) .

 

Réflexions sur la réussite de l’insertion professionnelle : contribution à l’étude des attentes des jeunes sans qualification….

Sous la direction de Jean-Yves Duyck, Khaled Saboune vient de soutenir sa thèse sur l’insertion professionnelle des jeunes sans qualification, à l’université de Poitiers.

Cette thèse en sciences de gestion a pour objectif d’étudier et tenter de comprendre les raisons de l’échec des politiques d’insertion par la formation auprès des jeunes sans qualification (JSQ). Elle constitue le fruit d’une volonté politique de la Région Poitou-Charentes dans sa lutte contre l’exclusion du marché du travail. De fait, il apparaît que, si, comme au niveau national, les difficultés d’insertion des JSQ dans l’emploi durable et de qualité s’avèrent nettement plus importantes que celles des jeunes qualifiés, par contre, leur taux de chômage reste légèrement plus élevé. Cette situation fonde l’action de la Région qui tente d’améliorer l’employabilité des JSQ. Partant du principe que la qualification constitue le premier levier pour l’emploi, elle développe, dans le cadre de sa politique de formation, certaines actions dites « pré-qualifiantes ». Ces dernières suivent deux étapes : à court terme, elles ont pour vocation de favoriser l’accès à la qualification et, à long terme, de faciliter l’insertion professionnelle. Ces formations et ce public constituent le corps de la présente recherche.

Khaled Saboune, Réflexions sur la réussite de l’insertion professionnelle : contribution à l’étude des attentes des jeunes sans qualification : Le cas de formations de la Région Poitou-Charentes, Université de Poitiers, 2012, 317 p.

Informer et orienter «vert» et certifier les compétences «vertes» …

Ce rapport est le résultat des missions confiées à Jean-Robert Pitte (DIO) et George Asseraf (président du CNCP) par Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des transports et du Logement . Il propose des axes afin d’informer le public, les organismes et les entreprises sur le secteur de l’économie verte, notamment la mise en place d’une cartographie dynamique des certifications vertes pour les 11 filières professionnelles.

L’intégralité du rapport est disponible sur le site de la CNCP.

Georges Asseraf et Jean-Robert Pitte, Informer et orienter «vert» et Certifier les compétences «vertes» : Pour une approche commune de l’information verte, CNCP, 2012, 35 p.

La formation professionnelle : Clé pour l’emploi et la compétitivité

Gérard Larcher vient de remettre son rapport au Président de la République sur la formation professionnelle.

Après une analyse des dysfonctionnements du système de formation professionnelle, le rapport préconise notamment d’orienter la formation professionnelle sur les demandeurs d’emploi, de favoriser l’apprentissage pour les jeunes et d’offrir à ceux qui sortent du système éducatif sans qualification une solution en termes de formation…

Pour consulter le rapport sur le site de la Documentation française

Gérard Larcher, La formation professionnelle : Clé pour l’emploi et la compétitivité. – Paris : Présidence de la République, 2012. – 65 p.

 

Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales

Le dernier Net.doc du Céreq présente une étude de Sophie Divay sur Les carrières des infirmières :

Couverture

Les infirmières bénéficient d’un marché du travail très favorable, qui fait aujourd’hui figure d’exception. Comme le démontrent leurs trajectoires, diverses et contrastées, ces professionnelles disposent d’une sécurité d’emploi dont la plupart des salariés sont privés. Elles peuvent prendre sans grand risque la décision d’arrêter de travailler, notamment pour élever leurs enfants, étant assurées de retrouver un emploi, même après plusieurs années d’inactivité et avec une faible expérience professionnelle. Celles qui ont la volonté ou l’ambition de connaître une progression ascensionnelle en termes de pouvoir hiérarchique ont de grandes chances d’atteindre leur objectif. Or les infirmières renâclent à devenir cadres, et la faiblesse des salaires en suffit pas à expliquer leurs réticences. La cadre de santé, cadre de proximité, n’a en fait que peu de pouvoir sur l’organisation des services. L’infirmière se rend rapidement compte qu’on attend d’elle non pas qu’elle améliore les conditions de travail pour les personnels et la prise en charge des patients, mais plutôt qu’elle serve de courroie de transmission des orientations de la direction.

Divay Sophie, « Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales ».- Marseille : Céreq, 2012. – 27 p.. – (Net.Doc; 90) .

Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2010

Le Commissariat général au développement durable publie dans sa série Chiffres et statistiques les chiffres pour 2010 des éco-activités.

Après le repli constaté en 2009 consécutivement à la crise économique, en 2010, les éco-activités retrouvent leur dynamisme antérieur. Leur production a atteint 69,9 milliards d’euros soit 2,0% de valeur de la production totale et le montant des exportations s’élève à 6,1 milliards d’euros soit 1,2% du total des exportations. La balance commerciale du domaine est excédentaire de l’ordre de 1,1 milliard d’euros. Les éco-activités mobilisent 452600 emplois en équivalents temps plein soit 4,5% de plus qu’en 2009 alors que l’emploi total toutes branches confondues reste stable entre 2009 et 2010.

Lire la suite : Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2010 : premiers résultats – Ministère du Développement durable.