Archives de catégorie : Etudes et rapports

Le transport de déménagement : un secteur méconnu en quête d’une identité pour soi et pour autrui

Lire le Working Paper n° 27 sur le site du Céreq

Familier pour tout un chacun en raison des mobilités professionnelles et/ou géographiques auquel il peut être soumis et qui nécessitent que soit transporté, voire stocké, son mobilier personnel ou professionnel, le secteur du transport de déménagement n’a jusqu’alors jamais fait l’objet d’une analyse sectorielle approfondie adoptant un regard sociologique. Connu en apparence, mais en fait largement inconnu, tel est le paradoxe de ce secteur dont nul ne peut dire précisément quelle est sa situation économique et sociale, quelles sont ses évolutions les plus récentes et quels sont les enjeux qui le concernent, hormis les professionnel·les qui y travaillent.

Cette note sectorielle permet d’(entr)ouvrir la boîte noire de ce secteur en mettant au jour des caractéristiques qui en font un secteur « à part » dans la branche transports et logistique. Trois d’entre elles sont particulièrement structurantes dans le sens où elles attestent d’une identité sectorielle particulière le définissant autrement que par la position dominée et infériorisée qu’on lui attribue généralement et qui contribue à son invisibilisation.

Emmanuel Quenson, Nathalie Quintero, Frédéric Séchaud, Michaël Segon, Le transport de déménagement : un secteur méconnu en quête d’une identité pour soi et pour autrui – Marseille : Céreq, 2024. – 30 p. – (Working Paper; 27) .

Poursuite d’études des bacheliers scientifiques toulousains : continuités et ruptures suite à l’introduction du nouveau baccalauréat général

Lire le Working Paper n° 25 sur le site du Céreq

Cette publication fait suite à un post-doctorat à temps partiel (50 %) d’un an réalisé au sein du laboratoire du CERTOP (CNRS, Université Jean-Jaurès), laboratoire centre associé du Céreq de Toulouse. Ce contrat s’inscrit dans la continuité de celui réalisé par Margot Déage l’année précédente, ayant abouti à une publication dans la collection Céreq Working Paper (Déage 2022). De la même manière, ce post-doctorat a pu bénéficier d’un financement associé au projet ACORDA. Il s’agissait d’analyser les interactions entre le territoire et l’origine sociale, et leur impact sur les inégalités d’orientation, en plus d’une analyse plus classique portant sur les déterminants des aspirations d’orientation dans l’enseignement supérieur en Midi-Pyrénées. L’analyse combine ainsi statistiques descriptives et modèles de régressions, permettant d’obtenir rapidement des chiffres clés, mais également de saisir le poids de chacune des différentes variables d’intérêt. La recherche a pu bénéficier du soutien du rectorat de l’académie de Toulouse, où s’est effectué un accueil spécifique pour l’accès aux données administratives, leur appariement et leur exploitation.

Mathieu Rossignol-Brunet, Poursuite d’études des bacheliers scientifiques toulousains : continuités et ruptures suite à l’introduction du nouveau baccalauréat général . – Marseille : Céreq, 2024. – 132 p. – (Working Paper; 25)

Management et télétravail dans la relation client

Lire le Working Paper n° 26 sur le site du Céreq

Le management représente une variable d’action majeure pour évoluer de façon à la fois efficace et responsable vers des organisations du travail dites « hybrides ». Incluant la pratique régulière d’un télétravail significatif, mixée à un travail en présentiel, ces organisations du travail se sont massivement développées à la faveur de la pandémie de Covid-19, notamment à la suite du premier confinement au printemps 2020 en France, puis elles se sont maintenues, stabilisées, réajustées à la suite de cette crise sanitaire, au point d’apparaître quasiment ordinaires aujourd’hui, et ce dans nombre de secteurs, d’entreprises et de professions où cette pratique du télétravail est jugée possible.

Il s’agit donc de réfléchir au management à mettre en oeuvre, à développer, à valoriser dans cette dynamique organisationnelle, ainsi qu’aux manières de favoriser, sinon de « fabriquer », son éclosion ou son déploiement. Cette réflexion doit avant tout se centrer sur le management opérationnel et plus particulièrement sur le travail des managers de proximité. Ces managers sont de fait appelés à agir beaucoup plus à distance, et à pratiquer alors un management qui détonne avec les représentations classiques du travail et de l’entreprise, et les principes de fonctionnement qui leur sont associés. On pense notamment à la fameuse unité de temps, de lieu et d’action sur laquelle, dans les temps modernes, se sont fondées les organisations du travail supposées rationnelles et légitimes. 

Parallèlement, cette réflexion doit aussi porter, au moins en surplomb, sur le rôle et les responsabilités singulières que les strates supérieures du management (direction ou management stratégique, middle management…) ont à jouer et à prendre en charge pour mettre en capacité ces managers de proximité d’encadrer autrement ou différemment leurs équipes, dans ces nouveaux contextes organisationnels hybrides, marqués par la persistance de la pratique d’un télétravail significatif.

Samira Mahlaoui, Jean-Paul Cadet, Management et télétravail dans la relation client. – Marseille : Céreq, 2024. – 18 p. – (Working Paper; 26) .

Rapprochement exploratoire de l’enquête Génération 2017 avec des données administratives issues du système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE)

Lire le Working Paper n° 24 sur le site du Céreq

Le présent travail poursuit Les travaux avec les données d’origine administrative sur le parcours dans l’enseignement supérieur qui sont produites par la sous-direction des systèmes d’information et d’études statistiques (SIES), le service statistique du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. À cet effet, l’enquête Génération 2017, collectée en 20204 auprès d’un échantillon de jeunes sortis de formation initiale au cours ou à l’issue de l’année 2016-2017, est rapprochée des données annuelles du SIES relatives aux années 2006 à 2016.

Ces dernières années, le contexte juridique et institutionnel a fortement évolué offrant de nouvelles opportunités pour mobiliser davantage les données d’origine administrative et réduire les coûts de collecte des enquêtes. Le Céreq a donc initié une série de rapprochements expérimentaux pour voir dans quelle mesure ces opportunités pouvaient permettre de faire évoluer les enquêtes Génération. Ce travail a déjà été réalisé avec les données de Pôle emploi et avec les données relatives au parcours dans l’enseignement secondaire produites par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP).

Depuis le début des années 1990, le dispositif d’enquêtes Génération permet au Céreq de documenter régulièrement les premières années de vie active des jeunes après leur sortie de formation initiale. Ces enquêtes abordent le parcours scolaire et les diplômes obtenus. Elles recueillent d’autres informations susceptibles de jouer sur le lien entre formation et emploi. Un calendrier mensuel d’activité collecte des informations sur la situation professionnelle mois par mois depuis la fin des études pour étudier les conditions d’accès à l’emploi. Tous les jeunes sortis du système éducatif, des jeunes arrêtant leurs études au niveau du collège sans aucun diplôme, jusqu’aux docteurs, sont interrogés de façon homogène. Comme tous les enquêtés sont sortis de formation initiale au cours ou à l’issue d’une même année scolaire, il est facile de comparer les conditions d’accès au marché du travail en fonction du niveau et de la nature de la formation initiale suivie : niveau de diplôme, spécialités, passage par une filière professionnelle, sortie d’apprentissage, etc. Les enquêtes Génération sont la seule source labellisée « statistique publique » qui le permettent. 

Stéphane Jugnot, Rapprochement exploratoire de l’enquête Génération 2017 avec des données administratives issues du système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE) . – Marseille : Céreq, 2024. – (Working Paper; 24) .

A l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?

Lire le Working Paper n° 23 sur le site du Céreq

Cette publication du Céreq est tirée des travaux effectués dans le cadre du projet SQUAPIN (« Salarié·es en emploi peu QUAlifié : quelles Perspectives face à l’INjonction de devenir acteur de leur parcours professionnel ? »), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche). Ce projet vise à comprendre en quoi et comment les un peu plus de cinq millions de salarié·es qui occupent les emplois réputés « non qualifiés » en France sont aujourd’hui plus que jamais invités à être acteurs, actrices et responsables de leur vie professionnelle.

Plusieurs échelles d’analyse sont distinguées et articulées : institutionnelle – à travers la prise en compte des institutions qui encadrent le travail et la formation aux niveaux européen, national et sectoriel ; organisationnelle – à travers l’analyse des configurations et des pratiques d’entreprise ; individuelle – à travers l’examen des expériences, des parcours et des modes de perception des différents appels à l’autonomie, la prise d’initiatives et la responsabilité portés par les politiques publiques et d’entreprise.

Alexandra D’Agostino, Jean-Paul  Cadet, À l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?  – Marseille : Céreq, 2024. – 68 p. – (Working Paper; 23)

Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités

Lire le Céreq Etudes n° 54 sur le site du Céreq

Cette recherche intitulée « Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités » (Projet C>Terre) constitue une réponse à l’appel à projets « La formation des personnes en recherche d’emploi » lancé par le comité scientifique de l’évaluation du Plan d’Investissement dans les Compétences.

Cette recherche de nature essentiellement inductive a mobilisé différentes méthodologies. L’approche statistique repose sur la base des données produites par le Céreq via ses grandes enquêtes : l’enquête Génération portant sur les jeunes sortants du système éducatif à tous les niveaux de formation une année donnée, et DEFIS (dispositif d’enquête sur les formations et les itinéraires des salariés), une enquête couplée qui a interrogé tous les ans entre 2014 et 2019, les salariés présents en entreprise en décembre 2013 et leurs employeurs à cette date. L’analyse de l’action publique auprès des acteurs de branche a porté sur les secteurs du BTP, du commerce et de l’économie sociale et solidaire. Par la suite, six monographies d’entreprises de ces mêmes secteurs ont été documentées à partir d’un corpus d’une cinquantaine d’entretiens et d’observations des situations de travail. 

Emmanuel Sulzer (Coord.), Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités, Céreq Etudes, n° 54, 2024, 329 p.

Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Méthodologie et bilan

Lire le Céreq Études n° 53 sur le site du Céreq.

Ce document de travail présente un panorama complet des travaux liés à l’enquête 2016 auprès de la Génération 2013. Première et unique interrogation de cette génération, trois ans après la sortie du système éducatif. Après une brève présentation du dispositif d’enquêtes Génération et plus spécifiquement de l’enquête 2016, ce document présente toutes les étapes de sa réalisation dans un ordre chronologique. L’ensemble des traitements post-collecte sont détaillés tels que la création des bases d’exploitation (apurement, codification, redressement des salaires, etc.) et le traitement de la non-réponse (redressement et calage, etc.). Dans le cadre de la réflexion autour de la rénovation du dispositif d’enquêtes Génération, une nouvelle expérimentation a été menée en parallèle de l’enquête principale téléphonique à partir d’un échantillon disjoint. Pour la première fois, cette expérimentation multimode (collecte par internet et téléphone) est réalisée sur une enquête à trois ans. 

Olaria, Manon (dir.) Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Méthodologie et bilan . – Marseille : Céreq, 2023. – 161 p. – (Céreq Etudes; 53) .

Débuter un bac pro : pour quels diplômes et quelle insertion ?

Lire le Céreq Études n° 52 sur le site du Céreq.

Diplômés, décrocheurs, ou en poursuite d’études, quel devenir sur le marché du travail pour les jeunes inscrits initialement en bac pro ? Thomas COUPPIÉ et Arthur SAWADOGO, du département entrées et évolutions dans la vie active du Céreq, ont reconstitué à partir de l’enquête Génération les parcours de 213 500 jeunes entrés dans un cursus de baccalauréat professionnel. Cette étude produite à la demande de la ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels mesure les bénéfices et les risques sur l’insertion professionnelle de leur niveau de sortie : de la seconde professionnelle à l’enseignement supérieur.Au-delà de la diversité des parcours, cette nouvelle étude confirme le rôle déterminant du niveau de formation initiale dans l’accès à l’emploi.

  • Elle démontre l’intérêt de lutter contre le décrochage, d’autant plus quand celui-ci intervient précocement.
  • Elle met en évidence que l’obtention d’une certification complémentaire d’un an au bac pro peut s’avérer presque aussi gratifiante qu’une poursuite d’études réussie dans l’enseignement supérieur et clairement plus gratifiante si cette poursuite d’études se solde par un échec.
  • En revanche, le pari de l’enseignement supérieur devient gagnant pour ceux qui en sortent diplômés, en termes de qualité d’emploi (statut, qualification et rémunération).

Thomas Couppié , Arthur Félix Sawadogo, Débuter un bac pro : pour quels diplômes et quelle insertion ?, – Marseille : Céreq, 2023. – 31 p. – (Céreq Etudes; 52) .

Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale

Lire le Céreq Études n° 51 sur le site du Céreq.

À partir du dispositif des enquêtes Génération du Céreq, qui permet de suivre 25 000 jeunes entrants sur le marché du travail, les expertes du Céreq, Gaëlle DABET, Dominique EPIPHANE et Elsa PERSONNAZ, dressent un panorama inédit des effets de l’origine sociale sur les parcours scolaires ainsi que sur leurs trajectoires d’insertion au cours des trois premières années de vie active. De cette étude, en réalisée à la demande de France Stratégie, ressort un constat sans appel : le niveau et le type de diplôme atteint, la rapidité d’insertion dans l’emploi, les caractéristiques de l’emploi occupé… diffèrent – toujours et encore – nettement selon le milieu social dans lequel on a grandi. Les expertes soulignent toutefois que l’alternance pourrait atténuer les inégalités sociales.et précisent à quelles conditions.

Gaëlle Dabet, Dominique Epiphane, Elsa Personnaz, Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale : Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. – Marseille : Céreq, 2023. – 70 p. – (Céreq Etudes; 51) .

L’insertion des jeunes de la région Bretagne

Lire le Céreq Études n° 50 sur le site du Céreq.

Réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la Région Bretagne et le Céreq, la présente étude s’est fixé deux objectifs : proposer une description du profil scolaire et sociodémographique des jeunes Bretons sortis de formation initiale au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2016-2017 et dresser un panorama multidimensionnel de leurs modalités d’insertion professionnelle pendant les trois années qui suivent, jusqu’à l’automne 2020. Le partenariat qui a permis cette étude est un des aboutissements de l’engagement de la Région dans sa démarche d’éclairage et de production de connaissances sur les conditions d’insertion des jeunes formés sur son territoire, dans la perspective de s’outiller pour assurer sa mission de pilotage des politiques d’orientation et de formation qui lui incombent. Cet engagement a conduit la Région à proposer un financement pour une extension régionale du dispositif national d’enquête dit « Génération » porté depuis 30 ans par le Céreq.

Olivier Joseph, Elsa Personnaz, Alexie Robert, Arthur Sawadogo, L’insertion des jeunes de la région Bretagne : Enquête Génération 2017.  – Marseille : Céreq, 2023. – 74 p. – (Céreq Etudes; 50) .

Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée »

Lire le Céreq Études n° 49 sur le site du Céreq.

Ce rapport propose une analyse du déploiement d’une politique portée par la région Normandie et l’agence régionale de santé de Normandie : le dispositif Formation Accompagnée (DFA). Ce dispositif entend « favoriser l’accès » à la formation professionnelle qualifiante des personnes en recherche d’emploi ayant une reconnaissance administrative d’un handicap, et un besoin d’accompagnement médico-social. Jusqu’ici, ce public pouvait soit intégrer un organisme de formation de droit commun, en mobilisant des dispositifs financés par l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (Agefiph), soit se former dans l’un des Établissements et service de réadaptation professionnelle (ESRP) normands. Dans ces établissements du secteur spécialisé, les stagiaires sont suivi·es par des formateur·trices et des intervenant·es médico-sociaux (infirmier·e, psychologue, ergothérapeute, assistant·e sociale, etc.). Partant de l’idée que l’offre de formation était risquée (avec la menace d’abandons de formation dans le droit commun, en raison d’une compensation du handicap insuffisante par rapport aux besoins de certain·es), ou limitée (avec un nombre trop restreint de formations possibles dans le secteur de la réadaptation professionnelle), le dispositif veut proposer un accès alternatif à la formation qualifiante. L’évaluation du déploiement du DFA permet de souligner un certain nombre de constats et résultats.

Michaël Segon (dir.), Jérôme Bas, Catherine Galli, Laure Gayraud, Marion Goffart, Grégoire Leclerc, Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée » . – Marseille : Céreq, 2023. – 190 p. – (Céreq Etudes; 49) .

Trajectoires d’insertion professionnelle des descendants d’immigrés et expériences de discrimination

Lire le Working Paper n° 22 sur le site du Céreq

Dans ce Working Paper Yaël Brinbaum analyse les trajectoires d’insertion professionnelle des jeunes descendants d’immigrés selon leur origine, en comparaison de la population majoritaire. À partir des données longitudinales sur les trois premières années de vie active (fondées sur l’exploitation de l’enquête Génération 2010réalisée en 2013 par le Céreq) émergent des trajectoires types d’insertion dans lesquelles les groupes d’origine sont inégalement répartis.

Ces trajectoires diffèrent aussi selon le sexe, les caractéristiques sociodémographiques et surtout le niveau de diplôme et les parcours de formation. Elles définissent des profils de jeunes et un cumul de facteurs qui favorisent ou freinent les débuts de carrière.

Des pénalités liées à l’origine subsistent pour les descendants d’immigrés du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, avec moins d’accès rapide et durable à l’emploi et plus de sorties de l’emploi, ou encore de retour à la formation, alors que les descendants d’immigrés d’Asie ou du Portugal ont des trajectoires plus proches de celles des jeunes de la population majoritaire de mêmes caractéristiques. Le sentiment de discrimination est fortement corrélé aux trajectoires d’insertion. Les groupes les plus pénalisés expriment davantage de discriminations dans leur parcours professionnel, principalement fondées sur les origines ethnoraciales, liées au genre pour les femmes ou au lieu de résidence pour les hommes. Ces discriminations à l’embauche, confirmées par les testings, nécessitent des politiques publiques ambitieuses et des avancées au niveau juridique pour penser et prévenir les discriminations multiples.

Yaël Brinbaum, Trajectoires d’insertion professionnelle des descendants d’immigrés et expériences de discrimination en début de carrière . – Marseille : Céreq, 2023. – 29 p. – (Working Paper; 22) .

L’entreprise face à l’enjeu compétences : ce que nous enseignent les travaux du Céreq

Lire le Céreq Etudes n° 48 sur le site du Céreq

De la formation initiale à la formation continue, des stratégies RH au marché du travail et aux politiques de l’emploi, il n’est pas un domaine où le terme de compétences ne soit mobilisé. Au point que nos institutions publiques en portent désormais la marque. France compétences est ainsi devenue l’instance centrale de régulation de la formation professionnelle et de la certification et le plan d’investissement dans les compétences a représenté ces dernières années le premier levier de politique publique en matière de formation des « publics fragiles ».

Bien que le terme recouvre une pluralité de sens et de situations, un consensus semble exister pour faire de la construction, du développement et de la reconnaissance des compétences des salariés, un enjeu majeur de politique publique à la fois du point de vue de l’horizon des nouveaux métiers et des nouvelles professionnalités à l’heure des transitions numérique et écologique, et du point de vue de la conversion de mobilités souvent subies par les salariés (fin de contrats précaires, licenciements) en mobilités choisies. La traduction progressive de l’objectif de sécurisation des parcours figure au cœur des grands accords et des dispositifs légaux qui ont encadré la formation professionnelle depuis les quinze dernières années. La compétence se voit ainsi érigée en « protection sociale active du XXIe Siècle » par la loi du 5 septembre 2018. Mais quelle place l’entreprise tient-elle dans ce processus ? Quelle partition joue-t-elle pour contribuer à développer les compétences dont une majorité d’employeurs disent par ailleurs avoir tant besoin ? Le Céreq a tenu sa biennale en 2020 sur cette question (Dupray, Gasquet, Lefresne, coord., 2020). La présente contribution de Florence LEFRESNE, directrice générale du Céreq, préalablement publiée sous forme d’article dans la Revue Cadres (n°497, juillet 2023) en enrichit les apports grâce à de nombreux travaux récents.

Florence Lefresne, L’entreprise face à l’enjeu compétences : ce que nous enseignent les travaux du Céreq . – Marseille : Céreq, 2023. – 16 p. – (Céreq Etudes; 48) .

L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 47 sur le site du Céreq

Le projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness) est un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. Il s’agit d’un projet mis en œuvre, depuis 2020, par un consortium de partenaires italiens et français, dont le chef de file est l’INAPP (Institut national d’analyse des politiques publiques – Italie). Il s’intéresse aux parcours personnalisés de développement et de reconnaissance des compétences numériques de base, pour les salarié-e-s les moins qualifiés, et en particulier les plus âgés d’entre eux / elles. Il vise ainsi, côté italien, à concevoir puis expérimenter, dans plusieurs régions et avec des entreprises volontaires, un dispositif de formation et certification des compétences numériques de base et transversales afin de favoriser l’adaptation des ressources humaines les plus en difficultés, aux évolutions engendrées par la transition numérique dans le champ professionnel. Côté français, le projet a mobilisé le Céreq pour, dans un premier temps, mettre en exergue la problématique du développement des compétences et le rapport au numérique des salariés les moins qualifiés à partir des données de l’enquête Défis, et dans un second temps, apporter des éclairages à l’expérimentation italienne notamment au travers d’une enquête de terrain focalisée sur les retours d’expériences des parties prenantes de dispositifs, existants dans le système français, de repérage, développement et reconnaissance des compétences numériques de base, et en particulier de la certification Cléa numérique.

Anaïs Chatagnon , Matteo Sgarzi , L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN. – Marseille : Céreq, 2023. – 18 p. – (Céreq Etudes; 47) .

Le développement des compétences des salariés peu qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 46 sur le site du Céreq

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness), un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. L’objectif ici est de dresser un panorama des travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans en France, de leurs relations avec la formation continue et plus particulièrement avec les compétences numériques. Le document est organisé en trois parties distinctes. La première examine tout d’abord les différentes définitions possibles d’un travailleur peu qualifié, exercice nécessaire pour pouvoir mener une analyse statistique de cette population spécifique. La faible qualification n’implique pas nécessairement l’absence de qualité : un individu sans qualifications formelles n’est pas sans compétences, de même que tout emploi requiert nécessairement un minimum de savoir-faire et de connaissances.

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le développement des compétences des salariés peu qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN.  – Marseille : Céreq, 2023. – 42 p. – (Céreq Etudes; 46) .