Archives de catégorie : Etudes et rapports

Débuter un bac pro : pour quels diplômes et quelle insertion ?

Lire le Céreq Études n° 52 sur le site du Céreq.

Diplômés, décrocheurs, ou en poursuite d’études, quel devenir sur le marché du travail pour les jeunes inscrits initialement en bac pro ? Thomas COUPPIÉ et Arthur SAWADOGO, du département entrées et évolutions dans la vie active du Céreq, ont reconstitué à partir de l’enquête Génération les parcours de 213 500 jeunes entrés dans un cursus de baccalauréat professionnel. Cette étude produite à la demande de la ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels mesure les bénéfices et les risques sur l’insertion professionnelle de leur niveau de sortie : de la seconde professionnelle à l’enseignement supérieur.Au-delà de la diversité des parcours, cette nouvelle étude confirme le rôle déterminant du niveau de formation initiale dans l’accès à l’emploi.

  • Elle démontre l’intérêt de lutter contre le décrochage, d’autant plus quand celui-ci intervient précocement.
  • Elle met en évidence que l’obtention d’une certification complémentaire d’un an au bac pro peut s’avérer presque aussi gratifiante qu’une poursuite d’études réussie dans l’enseignement supérieur et clairement plus gratifiante si cette poursuite d’études se solde par un échec.
  • En revanche, le pari de l’enseignement supérieur devient gagnant pour ceux qui en sortent diplômés, en termes de qualité d’emploi (statut, qualification et rémunération).

Thomas Couppié , Arthur Félix Sawadogo, Débuter un bac pro : pour quels diplômes et quelle insertion ?, – Marseille : Céreq, 2023. – 31 p. – (Céreq Etudes; 52) .

Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale

Lire le Céreq Études n° 51 sur le site du Céreq.

À partir du dispositif des enquêtes Génération du Céreq, qui permet de suivre 25 000 jeunes entrants sur le marché du travail, les expertes du Céreq, Gaëlle DABET, Dominique EPIPHANE et Elsa PERSONNAZ, dressent un panorama inédit des effets de l’origine sociale sur les parcours scolaires ainsi que sur leurs trajectoires d’insertion au cours des trois premières années de vie active. De cette étude, en réalisée à la demande de France Stratégie, ressort un constat sans appel : le niveau et le type de diplôme atteint, la rapidité d’insertion dans l’emploi, les caractéristiques de l’emploi occupé… diffèrent – toujours et encore – nettement selon le milieu social dans lequel on a grandi. Les expertes soulignent toutefois que l’alternance pourrait atténuer les inégalités sociales.et précisent à quelles conditions.

Gaëlle Dabet, Dominique Epiphane, Elsa Personnaz, Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale : Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. – Marseille : Céreq, 2023. – 70 p. – (Céreq Etudes; 51) .

L’insertion des jeunes de la région Bretagne

Lire le Céreq Études n° 50 sur le site du Céreq.

Réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la Région Bretagne et le Céreq, la présente étude s’est fixé deux objectifs : proposer une description du profil scolaire et sociodémographique des jeunes Bretons sortis de formation initiale au cours ou à l’issue de l’année scolaire 2016-2017 et dresser un panorama multidimensionnel de leurs modalités d’insertion professionnelle pendant les trois années qui suivent, jusqu’à l’automne 2020. Le partenariat qui a permis cette étude est un des aboutissements de l’engagement de la Région dans sa démarche d’éclairage et de production de connaissances sur les conditions d’insertion des jeunes formés sur son territoire, dans la perspective de s’outiller pour assurer sa mission de pilotage des politiques d’orientation et de formation qui lui incombent. Cet engagement a conduit la Région à proposer un financement pour une extension régionale du dispositif national d’enquête dit « Génération » porté depuis 30 ans par le Céreq.

Olivier Joseph, Elsa Personnaz, Alexie Robert, Arthur Sawadogo, L’insertion des jeunes de la région Bretagne : Enquête Génération 2017.  – Marseille : Céreq, 2023. – 74 p. – (Céreq Etudes; 50) .

Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée »

Lire le Céreq Études n° 49 sur le site du Céreq.

Ce rapport propose une analyse du déploiement d’une politique portée par la région Normandie et l’agence régionale de santé de Normandie : le dispositif Formation Accompagnée (DFA). Ce dispositif entend « favoriser l’accès » à la formation professionnelle qualifiante des personnes en recherche d’emploi ayant une reconnaissance administrative d’un handicap, et un besoin d’accompagnement médico-social. Jusqu’ici, ce public pouvait soit intégrer un organisme de formation de droit commun, en mobilisant des dispositifs financés par l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (Agefiph), soit se former dans l’un des Établissements et service de réadaptation professionnelle (ESRP) normands. Dans ces établissements du secteur spécialisé, les stagiaires sont suivi·es par des formateur·trices et des intervenant·es médico-sociaux (infirmier·e, psychologue, ergothérapeute, assistant·e sociale, etc.). Partant de l’idée que l’offre de formation était risquée (avec la menace d’abandons de formation dans le droit commun, en raison d’une compensation du handicap insuffisante par rapport aux besoins de certain·es), ou limitée (avec un nombre trop restreint de formations possibles dans le secteur de la réadaptation professionnelle), le dispositif veut proposer un accès alternatif à la formation qualifiante. L’évaluation du déploiement du DFA permet de souligner un certain nombre de constats et résultats.

Michaël Segon (dir.), Jérôme Bas, Catherine Galli, Laure Gayraud, Marion Goffart, Grégoire Leclerc, Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée » . – Marseille : Céreq, 2023. – 190 p. – (Céreq Etudes; 49) .

Trajectoires d’insertion professionnelle des descendants d’immigrés et expériences de discrimination

Lire le Working Paper n° 22 sur le site du Céreq

Dans ce Working Paper Yaël Brinbaum analyse les trajectoires d’insertion professionnelle des jeunes descendants d’immigrés selon leur origine, en comparaison de la population majoritaire. À partir des données longitudinales sur les trois premières années de vie active (fondées sur l’exploitation de l’enquête Génération 2010réalisée en 2013 par le Céreq) émergent des trajectoires types d’insertion dans lesquelles les groupes d’origine sont inégalement répartis.

Ces trajectoires diffèrent aussi selon le sexe, les caractéristiques sociodémographiques et surtout le niveau de diplôme et les parcours de formation. Elles définissent des profils de jeunes et un cumul de facteurs qui favorisent ou freinent les débuts de carrière.

Des pénalités liées à l’origine subsistent pour les descendants d’immigrés du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, avec moins d’accès rapide et durable à l’emploi et plus de sorties de l’emploi, ou encore de retour à la formation, alors que les descendants d’immigrés d’Asie ou du Portugal ont des trajectoires plus proches de celles des jeunes de la population majoritaire de mêmes caractéristiques. Le sentiment de discrimination est fortement corrélé aux trajectoires d’insertion. Les groupes les plus pénalisés expriment davantage de discriminations dans leur parcours professionnel, principalement fondées sur les origines ethnoraciales, liées au genre pour les femmes ou au lieu de résidence pour les hommes. Ces discriminations à l’embauche, confirmées par les testings, nécessitent des politiques publiques ambitieuses et des avancées au niveau juridique pour penser et prévenir les discriminations multiples.

Yaël Brinbaum, Trajectoires d’insertion professionnelle des descendants d’immigrés et expériences de discrimination en début de carrière . – Marseille : Céreq, 2023. – 29 p. – (Working Paper; 22) .

L’entreprise face à l’enjeu compétences : ce que nous enseignent les travaux du Céreq

Lire le Céreq Etudes n° 48 sur le site du Céreq

De la formation initiale à la formation continue, des stratégies RH au marché du travail et aux politiques de l’emploi, il n’est pas un domaine où le terme de compétences ne soit mobilisé. Au point que nos institutions publiques en portent désormais la marque. France compétences est ainsi devenue l’instance centrale de régulation de la formation professionnelle et de la certification et le plan d’investissement dans les compétences a représenté ces dernières années le premier levier de politique publique en matière de formation des « publics fragiles ».

Bien que le terme recouvre une pluralité de sens et de situations, un consensus semble exister pour faire de la construction, du développement et de la reconnaissance des compétences des salariés, un enjeu majeur de politique publique à la fois du point de vue de l’horizon des nouveaux métiers et des nouvelles professionnalités à l’heure des transitions numérique et écologique, et du point de vue de la conversion de mobilités souvent subies par les salariés (fin de contrats précaires, licenciements) en mobilités choisies. La traduction progressive de l’objectif de sécurisation des parcours figure au cœur des grands accords et des dispositifs légaux qui ont encadré la formation professionnelle depuis les quinze dernières années. La compétence se voit ainsi érigée en « protection sociale active du XXIe Siècle » par la loi du 5 septembre 2018. Mais quelle place l’entreprise tient-elle dans ce processus ? Quelle partition joue-t-elle pour contribuer à développer les compétences dont une majorité d’employeurs disent par ailleurs avoir tant besoin ? Le Céreq a tenu sa biennale en 2020 sur cette question (Dupray, Gasquet, Lefresne, coord., 2020). La présente contribution de Florence LEFRESNE, directrice générale du Céreq, préalablement publiée sous forme d’article dans la Revue Cadres (n°497, juillet 2023) en enrichit les apports grâce à de nombreux travaux récents.

Florence Lefresne, L’entreprise face à l’enjeu compétences : ce que nous enseignent les travaux du Céreq . – Marseille : Céreq, 2023. – 16 p. – (Céreq Etudes; 48) .

L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 47 sur le site du Céreq

Le projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness) est un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. Il s’agit d’un projet mis en œuvre, depuis 2020, par un consortium de partenaires italiens et français, dont le chef de file est l’INAPP (Institut national d’analyse des politiques publiques – Italie). Il s’intéresse aux parcours personnalisés de développement et de reconnaissance des compétences numériques de base, pour les salarié-e-s les moins qualifiés, et en particulier les plus âgés d’entre eux / elles. Il vise ainsi, côté italien, à concevoir puis expérimenter, dans plusieurs régions et avec des entreprises volontaires, un dispositif de formation et certification des compétences numériques de base et transversales afin de favoriser l’adaptation des ressources humaines les plus en difficultés, aux évolutions engendrées par la transition numérique dans le champ professionnel. Côté français, le projet a mobilisé le Céreq pour, dans un premier temps, mettre en exergue la problématique du développement des compétences et le rapport au numérique des salariés les moins qualifiés à partir des données de l’enquête Défis, et dans un second temps, apporter des éclairages à l’expérimentation italienne notamment au travers d’une enquête de terrain focalisée sur les retours d’expériences des parties prenantes de dispositifs, existants dans le système français, de repérage, développement et reconnaissance des compétences numériques de base, et en particulier de la certification Cléa numérique.

Anaïs Chatagnon , Matteo Sgarzi , L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN. – Marseille : Céreq, 2023. – 18 p. – (Céreq Etudes; 47) .

Le développement des compétences des salariés peu qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 46 sur le site du Céreq

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness), un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. L’objectif ici est de dresser un panorama des travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans en France, de leurs relations avec la formation continue et plus particulièrement avec les compétences numériques. Le document est organisé en trois parties distinctes. La première examine tout d’abord les différentes définitions possibles d’un travailleur peu qualifié, exercice nécessaire pour pouvoir mener une analyse statistique de cette population spécifique. La faible qualification n’implique pas nécessairement l’absence de qualité : un individu sans qualifications formelles n’est pas sans compétences, de même que tout emploi requiert nécessairement un minimum de savoir-faire et de connaissances.

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le développement des compétences des salariés peu qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN.  – Marseille : Céreq, 2023. – 42 p. – (Céreq Etudes; 46) .

L’effet de mode dans les enquêtes multimodes (internet/téléphone)

Lire le Céreq Etudes n° 45 sur le site du Céreq

Depuis la fin des années 1990, le Céreq a mis en place un dispositif d’enquêtes original qui permet d’étudier l’accès à l’emploi des jeunes sortis du système éducatif une même année. L’enquête Génération, historiquement administrée par téléphone, a été rénovée et intègre désormais un nouveau mode de collecte : internet. La première édition de l’enquête produite en multimode est celle de la Génération 2017, interrogée en 2020.

Gaëlle Dabet, Zora Mazari, Ines Oujia, L’effet de mode dans les enquêtes multimodes (internet/téléphone) : Estimation et décomposition . – Marseille : Céreq, 2023. – 37 p. – (Céreq Etudes; 45) .

L’offre de formation en direction des demandeurs d’emploi

Lire le Cereq Etudes n° 44 sur le site du Cereq.

Depuis le début des années 2000, les organismes de formation s’adressant aux demandeurs d’emploi sont confrontés à un ensemble de réformes, plans… et autres mesures législatives. Comment ont-ils perçu ces changements, comment s’y sont-ils adaptés ? Mais aussi, question préalable, comment l’offre des organismes est-elle structurée et l’est-elle ? Question peut-être récurrente et accessoire, mais qu’il apparaît nécessaire de réexaminer.

Pour envisager ces questions, le travail réalisé a suivi une démarche compréhensive. Le matériau recueilli procède essentiellement d’entretiens semi-directifs. Conduits dans plus de 70 organismes, ces entretiens ont impliqué des responsables d’organismes, des responsables pédagogiques, des coordinateurs de dispositifs, des formateurs, des formateurs « prestataires », des accompagnateurs. Ils ont été complétés par des entretiens avec divers responsables institutionnels, membres des conseils régionaux, de Pôle emploi ou d’OPCO ; cela dans cinq régions différentes. Mentionnons que l’étude a été réalisée pendant la période de crise sanitaire. Pratiquement tous les entretiens ont donc été réalisés en distanciel.

Isabelle Marion-Vernoux, (dir.) L’offre de formation en direction des demandeurs d’emploi : Quelles transformations face aux réformes ?  – Marseille : Céreq, 2023. – 86 p. – (Céreq Etudes; 44) .

Activité des commissions professionnelles consultatives interministérielles

Couverture WP 21

Lire le Working Paper n° 21 sur le site du Céreq

Cette note de synthèse sur le bilan de l’activité des commissions professionnelles consultatives (CPC) a été produite à l’occasion de l’audition du Céreq par le directeur de la certification de France compétences dans le courant du mois de mars 2023. En effet, à la demande du directeur de cabinet de la Première ministre, France compétences a été missionné pour produire d’ici la fin juin 2023 un rapport sur le fonctionnement des CPC, et formuler des préconisations afin d’améliorer le travail interministériel de ces instances. Les constats émis dans cette note de synthèse sont le fruit d’une réflexion collective engagée avec les chargés d’études du Céreq siégeant dans neuf des onze commissions professionnelles consultatives en qualité de membres associés.

Françoise Kogut-Kubiak, Activité des commissions professionnelles consultatives interministérielles : Note de synthèse  – Marseille : Céreq, 2023. – 16 p. – (Working Paper; 21) .

Territoires et parcours : De nouvelles trajectoires d’emploi et de formation à l’épreuve des territoires ?

Lire le Céreq Echanges, n° 19 sur le site du Céreq

Chaque année depuis 1994, les journées du longitudinal (JDL) constituent un temps fort de la vie scientifique du Céreq. Elles sont co-organisées par le Céreq et un des centres associés de son réseau implantés dans des laboratoires ou des unités de recherche. C’est le centre associé de Caen ESO (UMR Espaces et Sociétés) qui accueille les XXVIIIèmes journées. Elles sont l’occasion d’échanges autour de la relation formation-emploi à travers des méthodes longitudinales quantitatives et qualitatives.

Le thème choisi, « territoire et parcours », illustre l’analyse des rapports entre société et espace qui mobilise les géographes dans un contexte interdisciplinaire. Le territoire est marqué par une importante variété de contextes économiques, sociaux, productifs, démographiques, etc. Leur combinaison produit des disparités territoriales dont la prise en compte favorise la production de connaissances nouvelles. Les XXVIIIèmes journées sont l’occasion de s’interroger sur la façon dont l’analyse longitudinale de la relation formation emploi au cœur des JDL peut s’enrichir de l’introduction d’une dimension spatiale.

Patrice Caro, dir., Agnès Checcaglini, dir., Journées du longitudinal (JDL n° XXVIII; 14-15 juin 2023; Caen), Territoires et parcours : De nouvelles trajectoires d’emploi et de formation à l’épreuve des territoires ? XXVIIIèmes journées du longitudinal 14-15 juin 2023, Caen – Marseille : Céreq, 2023. – 396 p. – (Céreq Echanges; 19).

Insertion professionnelle des descendants d’immigrés avant et après la crise de 2008 

Lire le Working Paper n° 20 sur le site du Céreq

Ce Working Paper compare l’insertion professionnelle des descendants d’immigrés à celle de la population majoritaire en s’intéressant à l’évolution des inégalités d’insertion, avant et après la crise de 2008.

Les autrices, Yaël BRINBAUM et Ingrid TUCCI ont exploité les enquêtes du Céreq, Génération 1998 et Génération 2010 à 3 et 7 ans, analysé des indicateurs de statut d’emploi et d’expérience du chômage et reconstitué les trajectoires les sept premières années après la sortie de formation initiale, en tenant compte du statut d’emploi, du type d’emploi et du niveau de salaire.

Tucci, Ingrid; Brinbaum, Yaël Insertion professionnelle des descendants d’immigrés avant et après la crise de 2008 : évolution des inégalités – Marseille : Céreq, 2023. – 31 p. – (Working Paper; 20) .

Les apprentissages dans le travail des jeunes peu qualifiés

Lire le Cereq Etudes n° 43 sur le site du Cereq.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre plus général d’une étude comparative entre l’Argentine, la France, le Maroc et le Sénégal, engagée pour le compte de l’Agence française du développement (AFD) et initialement intitulée « développement et reconnaissance des apprentissages informels en formation professionnelle ». Cette étude vise à mettre en évidence les leviers favorables au développement des apprentissages dans le travail de jeunes sortis du système éducatif peu qualifiés ou sans qualification, et les modalités de reconnaissance des compétences ainsi acquises.

Anaïs Chatagnon, Christine Fournier, Françoise Kogut-Kubiak, Isabelle Marion-Vernoux, Matteo Sgarzi, Les apprentissages dans le travail des jeunes peu qualifiés – Marseille : Céreq, 2023. – 31 p. – (Céreq Etudes; 43) .

Jeunes volontaires du service civique dans la Génération 2017

Lire le Céreq Etudes 42 sur le site du Céreq

Depuis sa création, le service civique a donné lieu à une production continue de données sur le public des jeunes volontaires. Dans un premier temps, la spécificité et la nouveauté du dispositif a conduit les pouvoirs publics à identifier les caractéristiques des jeunes engagés et à préciser les motifs, les intentions, les parcours de ces jeunes. Les nombreux travaux de recherche réalisés sur les publics ont révélé la multiplicité des usages sociaux du dispositif en lien avec la diversité de ses enjeux.  

Ainsi, l’objet premier du service civique, celui de l’engagement citoyen et de l’altruisme, est désormais à mettre en perspective avec le registre économique, du travail, de l’emploi et des compétences.  

L’analyse des premières cohortes de jeunes volontaires a fait apparaître que leurs attentes vis-à-vis du service civique sont largement formulées en termes d’insertion. Dans ce contexte, l’Agence nationale du service civique a souhaité aborder directement cette question par le prisme du financement d’un ajout de questions dans le dispositif national d’enquête dit « Génération » porté depuis 30 ans par le Céreq, dans une perspective comparative avec les jeunes n’ayant pas connu de période de service civique dans leur parcours. 

Le recours à l’enquête Génération s’avère d’autant plus pertinent pour procéder à des comparaisons que les effectifs des jeunes volontaires ont crû tout au long de la décennie 2010, que la part des jeunes volontaires au sein de la génération étudiée avoisine les 9 % et que cette enquête longitudinale est représentative au niveau national. 

Cette étude s’organise autour de trois parties. Dans un premier temps elle présente les caractéristiques individuelles et scolaires des individus ayant réalisé un service civique.  

Dans un deuxième temps, elle aborde la place du service civique dans l’ensemble des parcours individuels. Enfin, dans la dernière partie, il sera plus spécifiquement question des modalités de l’insertion professionnelle, observées sous deux angles complémentaires : le devenir des jeunes ayant réalisé un service civique et la comparaison de leurs trajectoires professionnelles avec celles de leurs homologues qui ne sont pas passés par ce dispositif.

Robert, Alexie; Maillard, Dominique, Jeunes volontaires du service civique dans la Génération 2017 : Profils et trajectoires professionnelles – Marseille : Céreq, 2023. – 48 p. – (Céreq Etudes; 42)