Archives mensuelles : janvier 2019

A l’aube de la réforme de la formation professionnelle, retour sur 20 ans d’insertion des apprentis

Depuis le début des années 1990, le nombre d’apprentis a doublé et la population s’est diversifiée, notamment sous l’effet de la percée du supérieur. Les enquêtes Génération permettent d’analyser 20 ans d’insertion des apprentis en tenant compte des variations de la conjoncture économique sur la période. Elles confirment sur la durée les atouts de l’apprentissage : l’accès à l’emploi est plus rapide, lié à l’effet « contact avec l’entreprise », et l’avantage se poursuit au-delà. Mais il varie selon les niveaux de formation et reste sensible à la conjoncture. Favoriser l’usage de l’apprentissage pendant les périodes creuses du cycle économique pourrait être une des clés de la poursuite de son développement.

Lire le Bref n° 370 sur le site du Céreq

Benoît Cart, Alexandre Léné, Marie-Hélène Toutin, A l’aube de la réforme de la formation professionnelle, retour sur 20 ans d’insertion des apprentis in Bref n° 370 (2018). – 4 p.

La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ?

Lire le Céreq Echanges n° 8 sur le site du Céreq

La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ? C’est à cette question que les chercheur.e.s, venu.e.s d’horizons disciplinaires différents, étaient invité.e.s à répondre lors de la quatrième journée d’étude organisée en février 2017 par le réseau toulousain Evaluation-Formation-Emploi (EFE). Il s’agissait pour chacun.e de dégager les enjeux inhérents à ces deux notions et les recoupements éventuels auxquels elles pouvaient donner lieu au sein de leur propre discipline, voire de disciplines différentes.

Comme le soulignent les contributions rassemblées dans cet ouvrage, les questions de professionnalisation et d’employabilité apparaissent de plus en plus centrales dans l’analyse de la relation formation-emploi. Rarement mises en perspective, les deux notions semblent appartenir à deux univers différents. La professionnalisation – davantage centrée sur la formation – viserait à mieux préparer les individus à exercer une profession, et l’employabilité – davantage centrée sur l’emploi – désignerait de manière plus générale l’ensemble des compétences utiles pour s’insérer sur le marché du travail, s’adapter aux évolutions de l’emploi et faire carrière. La mise en lien des deux notions permet de dépasser cette distinction par trop réductrice et montre leur porosité.

Catherine Béduwé, Catherine Soldano et Sandrine Croity-Belz, dir. La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ? Applications à l’enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie : Séminaire du réseau interdisciplinaire Evaluation-Formation-Emploi (EFE) Centre Associé Régional du Céreq de Toulouse  – Marseille : Céreq, 2018. – 130 p. – (Céreq Echanges; 8) .

Le retour en formation : une vraie chance ?


Présentation du Formation Emploi n° 143 sur le site du Céreq

Ce dossier interroge : le retour en formation, une vraie chance ? On souligne certaines spécificités de la société française et de la situation des jeunes les moins qualifiés qui éprouvent plus de difficulté que leurs aînés à trouver un emploi. Cela est lié au rôle important de l’École dans la distribution des places, non seulement dans l’emploi, mais aussi dans la formation continue. La question du retour en formation se pose donc, en France, avec plus d’acuité qu’ailleurs ; quid des dispositifs dits de la « deuxième chance » pour ces jeunes qui ont éprouvé des difficultés aussi bien à l’école que dans l’accès à l’emploi ?

Formation emploi, n° 143, 2018/3 : Le retour en formation : une vraie chance ?