Archives par mot-clé : Carrière

Politique d’entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorer

Politique d'entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorerLa sécurisation des parcours des salariés est souvent mise en relation avec la politique de formation de l’entreprise. En réalité, un ensemble plus vaste de facteurs englobant la gestion des ressources humaines et l’organisation du travail semble devoir être pris en compte.

Certaines configurations d’entreprise vont de pair avec un maintien dans l’entreprise plus durable et en cas de départ de l’entreprise, un maintien en emploi ou un retour à l’emploi mieux assuré.

Voir le Bref sur le site du Céreq

Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Politique d’entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorer in Bref n° 318 (janvier 2014). – 4 p.

L’intermittence au travail : une sociologie des marchés de la pige et de l’art dramatique

Le travail se précarise et l’emploi s’émiette. De contrats aidés en intérim, de temps partiel en CDD, les dispositifs et les statuts se sont multipliés pour alimenter un mouvement qui amène un nombre toujours plus grand de travailleurs à un univers d’embauches raccourcies. Sur le modèle des mondes de l’art, on leur donne parfois le nom d’intermittent : aux intermittents du spectacle s’ajoutent ainsi les intermittents de la recherche, de l’écriture, de l’enseignement, de la restauration, du journalisme… Tous sont confrontés à l’incertitude quant à leurs rémunérations, leur temps de travail, voire la possibilité de demeurer présents sur le marché du travail ou de concilier vies personnelle et professionnelle. Apparaissent finalement des turbulences dans les carrières : comment construire une trajectoire longue à partir d’engagements brefs ? L’étude conjointe des comédiens intermittents et des journalistes pigistes y apporte une réponse. Elle montre ce que l’intermittence fait au travail, et comment elle travaille les destins individuels. S’éclairent ainsi les principes d’organisation des parcours marqués par la discontinuité. Les marchés des comédiens et des pigistes ne se révèlent ainsi anarchiques qu’en apparence. La domestication des mondes de l’intermittence demeure possible, même si elle ne prend pas partout la même forme.

 
Pilmis, Olivier, L’intermittence au travail : une sociologie des marchés de la pige et de l’art dramatique  . – Paris : Economica, 2013. – 193 p.. – (Etudes sociologiques) .

Compétences durables et transférables : clés pour l’employabilité

Tout au long de leur vie professionnelle, les individus développent des compétences à travers diverses activités, auprès d’un ou de plusieurs employeurs. Certains améliorent, font « fructifier » leur « capital de compétences » grâce à un nouvel emploi, un bilan de compétences, une formation, la reprise d’études… et restent donc employables. D’autres, hélas, renoncent à progresser, au risque de réduire ou de perdre leur employabilité. Qu’est-ce qui différencie les premiers des seconds ? Pour répondre à cette question, l’auteur analyse la question du « portage » des compétences dans le temps (compétences durables) et dans l’espace (compétences transférables d’une activité à une autre, d’un emploi à un autre) et de leur relation avec l’employabilité des individus. À travers sept études de cas, avec une centaine d’interviews de travailleurs et de conseillers, en distinguant les parcours professionnels de travailleurs très mobiles et ceux d’autres travailleurs, l’ouvrage cerne les ressources qui permettent d’entretenir et de développer le « bagage de compétences » de chacun(e) et propose de regrouper ces ressources autour du concept de metacompétence d’employabilité. Ce concept est décrit et analysé, de même que les différentes manières de le développer dans l’éducation, la formation continue et au travail.

 

Dujardin, Jean-Marie; Feutrie, Michel, préf., Compétences durables et transférables : clés pour l’employabilité . – Bruxelles : De Boeck, 2013. – 175 p. – (Manager RH)

Chercheur-e-s sous haute tension !

La Science, par ses contributions, découvertes, risques et espoirs, fait l’objet d’une attention médiatique et de nombreux débats. Mais qu’en est-il du vécu des scientifiques qui la font exister au quotidien ? On s’intéresse ici de manière spécifique à une nouvelle génération de docteurs ayant obtenu un mandat postdoctoral temporaire : les chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique – FNRS – en Belgique. Ces scientifiques occupent une position intermédiaire entre le chercheur doctorant et le chercheur confirmé, et se situent dans une période cruciale de leur parcours de vie. La combinaison du plaisir que procure le travail scientifique, de la liberté qui le caractérise, du désir de rester dans le métier et de la forte concurrence pour des postes définitifs met ces chercheurs sous haute tension.
L’étude questionne les règles et pratiques instituées (notamment le publish or perish et la mobilité internationale) qui filtrent l’accès des scientifiques aux rares mandats permanents. Ce filtre n’est pas socialement neutre car il implique des dimensions sociologiques telles que le genre, l’origine sociale ou la situation familiale des chercheurs.

Fusulier, Bernard; Carral, Maria del Rio., Chercheur-e-s sous haute tension! : vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille   Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2012. – 118 p.

Les catégories sociales et leurs frontières

Y a-t-il une délimitation claire entre études et travail ? Les professionnels se démarquent-ils vraiment des amateurs ? Y a-t-il une séparation nette entre marché du travail et famille ou entre les diverses étapes de la carrière professionnelle ? Peut-on tracer une frontière entre santé et maladie ? Il faut rentrer, comme dans ce livre, dans la complexité des cas concrets pour saisir les variations, les transformations et les évolutions des catégorisations à l’œuvre dans le monde social.
Ce livre rassemble des contributions de chercheurs canadiens et français. Au fil de la lecture apparaissent des interstices et des passages, des transitions et des allers-retours, des barrières invisibles ainsi que des facteurs de risque ou des antécédents. Cet ouvrage explore ainsi les brouillages des catégorisations sociales « en train de se faire » qui parfois, par le simple fait de leur efficacité, viennent transformer les représentations collectives et s’imposer comme des faits sociaux nouveaux.

Alain Degenne (dir.) ; Catherine Marry (dir.) ; Stéphane Moulin (dir.), Les catégories sociales et leurs frontières,   – Québec : Presses de l’Université de Laval, 2011. – 410 p.

En savoir plus sur liens-socio.org

Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales

Le dernier Net.doc du Céreq présente une étude de Sophie Divay sur Les carrières des infirmières :

Couverture

Les infirmières bénéficient d’un marché du travail très favorable, qui fait aujourd’hui figure d’exception. Comme le démontrent leurs trajectoires, diverses et contrastées, ces professionnelles disposent d’une sécurité d’emploi dont la plupart des salariés sont privés. Elles peuvent prendre sans grand risque la décision d’arrêter de travailler, notamment pour élever leurs enfants, étant assurées de retrouver un emploi, même après plusieurs années d’inactivité et avec une faible expérience professionnelle. Celles qui ont la volonté ou l’ambition de connaître une progression ascensionnelle en termes de pouvoir hiérarchique ont de grandes chances d’atteindre leur objectif. Or les infirmières renâclent à devenir cadres, et la faiblesse des salaires en suffit pas à expliquer leurs réticences. La cadre de santé, cadre de proximité, n’a en fait que peu de pouvoir sur l’organisation des services. L’infirmière se rend rapidement compte qu’on attend d’elle non pas qu’elle améliore les conditions de travail pour les personnels et la prise en charge des patients, mais plutôt qu’elle serve de courroie de transmission des orientations de la direction.

Divay Sophie, « Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales ».- Marseille : Céreq, 2012. – 27 p.. – (Net.Doc; 90) .