Archives par mot-clé : Céreq

Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle

Lire le Céreq Echanges n° 11 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargés d’études du Céreq, des chercheurs et enseignants-chercheurs, des représentants de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).

Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les diplômés du supérieur de la licence au doctorat. Les effets des composantes du parcours d’études sur les inégalités (de genre et liées à l’origine sociale) et à l’insertion (salaire, qualification, rapport au travail) y sont examinés. Il s’agit notamment des effets du type de baccalauréat et de la performance au bac, de ceux associés à la détention d’un DUT ou d’un BTS (pour les diplômés bac+3 et bac+5), de celui des stages ou de l’apprentissage.

Au final, à type de diplôme du supérieur donné, les composantes du parcours d’études s’avèrent avoir un rôle déterminant sur les inégalités et l’insertion. Cependant, ces effets ne jouent pas nécessairement au détriment des jeunes les moins dotés socialement, et/ou ayant un diplôme professionnel dans leur parcours, par exemple un baccalauréat professionnel ou technologique, ou encore un BTS .

Philippe Lemistre, dir.; Julien Calmand, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France) Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle Marseille : Céreq, 2019. – 168 p. – (Céreq Echanges; 11) .

Coopérer pour mieux orienter : zoom sur les pratiques locales des acteurs du CEP

Lire le Bref n° 383 sur le site du Céreq

Créé en 2014 et renforcé en 2018, le conseil en évolution professionnelle (CEP ) a pour objectif de fournir un accompagnement personnalisé à tout actif, en emploi ou non, dans son projet d’évolution professionnelle. Sa réussite implique de développer les échanges entre des opérateurs aux champs d’action souvent cloisonnés. Si le CEP semble avoir densifié les coopérations au niveau national, il n’en est pas toujours de même aux niveaux régional et local. Alors qu’en 2020 le paysage régional des opérateurs chargés du CEP évolue, une étude du Céreq se penche sur la diversité des pratiques à l’échelle locale.

Alexandra d’Agostino, Liza Baghioni, Agnès Legay, Laure Gayraud, Aline Valette-Wursthen, Coopérer pour mieux orienter : zoom sur les pratiques locales des acteurs du CEP in Bref n° 383 (2019). – 4 p.

Le bac pro – Un baccalauréat comme les autres ?

En 1985 naît un diplôme totalement inédit et pour le moins original : le baccalauréat professionnel. . Objet de préjugés durables, de croyances et d’illusions, le baccalauréat professionnel est un diplôme pluriel, qui ne se réduit pas aux images qu’il projette. Une trentaine d’années après sa création, qu’en est-il de ce diplôme, dans le système éducatif comme sur le marché du travail ? Quelles ont été ses évolutions et de quoi est-il le nom, sachant qu’il est passé de 5 spécialités au moment de sa naissance à une centaine aujourd’hui ? Réunissant historiens, sociologues, spécialistes en sciences de l’éducation, économistes et juristes, cet ouvrage propose un état des lieux des premières décennies du « bac pro ». Le bilan est contrasté. Si le baccalauréat professionnel a indéniablement reconfiguré la formation des ouvriers et des employés et a contribué à l’élévation du niveau général d’éducation, sa légitimité reste discutée, signe que la revalorisation sociale de la voie professionnelle demeure un leurre tant la forme scolaire académique façonne encore les modèles de réussite de notre société.

Maillard, Fabienne (dir.) Moreau, Gilles (dir.) Le bac pro – Un baccalauréat comme les autres ?  . – Toulouse : Octarès ; Marseille : Céreq, 2019. – 328 p.. – (Le travail en débats. Série Centre d’études et de recherches sur les qualifications) .

 

Qualifications et parcours – Qualification des parcours

Lire le Céreq Echanges n° 10 sur le site du Céreq

Les XXVèmes journées du longitudinal (JDL) se proposaient de questionner deux notions : la qualification et les parcours ainsi que leur articulation. Elles furent l’occasion d’évoquer les parcours biographiques et de saisir la qualification des personnes comme un construit dans le temps, dans une perspective de « formation tout au long de la vie ». Ces journées ont permis de discuter de la polarisation des parcours tels les parcours d’exclusion et parcours d’accès aux qualifications les plus socialement valorisées mais aussi de la multiplication des parcours atypiques remettant en cause les relations directes entre réussite ou échec scolaire d’une part, insertion professionnelle durable ou précaire d’autre part.

À cet égard, les JDL ont permis de discuter des méthodes statistiques permettant d’identifier des parcours-types, notamment à travers les techniques de classification.

Les XXVèmes journées du longitudinal ont été organisées par le Centre associé au Céreq de Nantes du Laboratoire « Droit et changement social » (UMR-CNRS 6297), le Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN -EA2661) et le Centre nantais de sociologie (UMR-CNRS 6025) de l’Université de Nantes. Elles se sont déroulées dans le cadre des Journées scientifiques de l’Université de Nantes, les 20 et 21 juin 2019, à la faculté de droit et de sciences politiques et à la cité des congrès de Nantes, et ont bénéficié du soutien financier de l’Université de Nantes, de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) et du Céreq.

Depuis plus de 20 ans, les JDL sont organisées par le Céreq ou un de ses centres régionaux associés. Elles regroupent une centaine de chercheur·e·s autour d’une thématique inscrite dans une approche longitudinale de l’analyse de la relation formation-emploi. Les actes des rencontres sont édités tous les ans par le Céreq.

Bernard, Pierre-Yves, dir.; Caillaud, Pascal, dir.; Ghaffari, Sarah, dir.; Gosseaume, Valérie, dir.; Houdeville, Gérald, dir.; Hugrée, Cédric, dir.; Michaut, Christophe, dir.; Poullaouec, Tristan, dir.; Roupnel-Fuentes, Manuella, dir.; Boudesseul, Gérard, dir.; Couppié, Thomas, dir.; Epiphane, Dominique, dir.; Giret, Jean-François, dir.; Werquin, Patrick, dir.; Qualifications et parcours – Qualifications des parcours : XXVèmes journées du longitudinal Nantes, 20 et 21 juin 2019 – Université de Nantes, Journées du Longitudinal (JDL n° XXV; 20 et 21 juin 2019; Université de Nantes, Nantes) . – Marseille : Céreq, 2019. – 379 p. – (Céreq Echanges; 10) .

Penser ensemble les métiers au futur : le cas de la filière transformation et valorisation des déchets

Lire le Bref n° 381 sur le site du Céreq

Pour mieux anticiper les évolutions des emplois et des compétences, le Céreq et France Stratégie ont expérimenté une démarche prospective originale. Au cœur du processus, un groupe d’experts et d’acteurs économiques et sociaux produisent et partagent une vision prospective à long, moyen et court terme. Appliquée à la filière transformation et valorisation des déchets, cette démarche met en lumière un enjeu de professionnalisation des métiers intégrant des exigences accrues de polyvalence et d’autonomie.

Damien Brochier, Penser ensemble les métiers au futur : le cas de la filière transformation et valorisation des déchets in Bref n° 381 (2019). – 4 p.

Prévenir le décrochage : une comparaison entre lycées professionnels et CFA

Lire le Bref n° 380 sur le site du Céreq

La prévention du décrochage occupe une place importante dans l’enseignement professionnel, lui-même fonctionnant comme une filière de « raccrochage » pour de nombreux collégiens en difficultés scolaires. Les CFA et les lycées professionnels, au-delà de leurs similitudes, n’ont cependant pas affaire aux mêmes types de ruptures de parcours.
Une enquête menée auprès des deux types d’établissements permet de différencier deux conceptions du décrochage, et d’identifier plus finement les leviers de prévention selon les voies de formation.

Christophe Guitton, Cathel Kornig, Eric Verdier, Prévenir le décrochage : une comparaison entre lycées professionnels et CFA in Bref n° 380 (2019). – 4 p.

Employee training 2.0: the lever effect of ICTs

Lire le Training and employment n° 139 sur le site du Céreq

Enhancing access to and the use and quality of ICTs is one of the 11 thematic objectives of the European Union’s cohesion policy for the period 2014-2020. In France, more than eight out of every ten employees use information and communication technologies (ICTs) in their work, but to varying extents and with very different user profiles. The heaviest users of ICTs are more likely to access organised training and also benefit from the stimulating effect of ICTs on informal learning. Thus pinpointing the influence of ICTs on the various modes of learning at work is one of the possible ways of preparing for the digital transition.

Marion Lambert, Employee training 2.0: the lever effect of ICTs in Training and employment n° 139 (2019). – 4 p.

Pour les lycées professionnels, l’avenir se joue en réseau

Lire le Bref n° 379 sur le site du Céreq

La réforme du lycée professionnel engagée en 2018 compte entre autres sur la généralisation de la « mise en réseau » des établissements de formation pour transformer ce secteur. Une étude du Céreq portant sur deux académies « pilotes » en matière de réseaux d’établissements permet de mieux cerner leurs enjeux, leurs finalités et les défis à relever pour systématiser leur mise en œuvre.

Isabelle Borras, Nathalie Bosse, Madeleine Zalkind, Pour les lycées professionnels, l’avenir se joue en réseau in Bref n° 379 (2019). – 4 p.

Formation emploi, n° 146, 2019

Présentation du Formation emploi, n° 145 sur le site du Céreq

Plus d’1 300 000 apprentis en Allemagne, contre 500 000 en France avec un taux de chômage des jeunes trois fois plus élevé. « D’une corrélation, on fait hâtivement une causalité » indique l’introduction de ce numéro, qui invite à de nécessaires investigations complémentaires.
Il s’agira ici d’éclairer les processus à l’œuvre, d’attirer l’attention sur certaines dimensions essentielles à l’analyse, sans prétendre à la découverte de recettes miracles ou du secret de la compétitivité dans une économie désormais globalisée. Grâce à des spécialistes allemands et français, on mesure mieux, dans ce numéro, comment chaque situation nationale fait système.

Formation emploi, n° 146, 2019/2 : L’apprentissage en Allemagne face à ses défis

What is the gain from education? A close-up look at the evolution of wages over 20 years at the start of the working life

Lire le Training and employment n° 138 sur le site du Céreq

Since the 1980s, all OECD countries have seen significant increases in the share of their populations completing their education with a higher education qualification. This drive to raise education levels is intended to help national economies deal with rapid changes. While it is still too early to assess the scale of the effects of these changes over the long term, we can legitimately seek to investigate them over the short term, and particularly their impact on the groups first affected, namely young people embarking on their working lives.

Arnaud Dupray, Christophe Barret, What is the gain from education? A close-up look at the evolution of wages over 20 years at the start of the working life in Training and employment n° 138 (2019). – 4 p.

Tous informés… tous formés ?

Lire le Bref n° 378 sur le site du Céreq

Pour activer ses droits à la formation, encore faut-il bien les connaître. Les salariés peuvent être informés de différentes façons sur le sujet : par la hiérarchie et les responsables de la formation ou des ressources humaines, par les collègues ou les représentants du personnel, ou encore par leurs propres recherches. Mais selon son mode de diffusion, l’information touche des catégories de salariés différentes, et n’a pas les mêmes conséquences sur leur accès effectif à la formation. 

Carole Brunet, Géraldine Rieucau, Tous informés… tous formés ? in Bref n° 378 (2019). – 4 p.

Le conseil en évolution professionnelle, un nouveau métier ?

Lire le Bref n° 377 sur le site du Céreq

Avec le conseil en évolution professionnelle (CEP), il ne s’agit plus de prescrire un parcours, mais d’aider la personne à élaborer son projet professionnel en cherchant à développer son autonomie. Mis en œuvre de manière diverse par les acteurs de terrain, le CEP a généré un consensus autour de la posture professionnelle à adopter et une intensification des échanges entre conseillers d’une même structure locale.

Alexandra d’Agostino, Liza Baghioni, Laure Gayraud, Agnès Legay, Aline Valette-Wursthen, Le conseil en évolution professionnelle, un nouveau métier ? in Bref n° 377 (mai 2019). – 4 p.

Including non-formal sector qualifications in National Qualification Frameworks: a challenging process

Lire le Training & Employment n° 137 sur le site du Céreq

A comparative analysis of 7 European NQFs reveals different patterns of inclusion of non-formal sector qualifications awarded outside the traditional educational context. However, all countries have in common the quest to achieve a good compromise between providing incentives for inclusion and maintaining overall framework coherence.

Matteo Sgarzi, Horacy Debowsky, Including non-formal sector qualifications in National Qualification Frameworks: a challenging processin Training and employment n° 137 (2019). – 4 p.