Archives par mot-clé : Enseignement supérieur

Les formations à l’entrepreneuriat sont-elles un levier pour l’insertion professionnelle ?

Lire le Bref n° 404 sur le site du Céreq

Les formations à l’entrepreneuriat se développent rapidement au sein des universités. Elles ont pour objectif de promouvoir l’esprit d’entreprendre des étudiants, afin de renforcer leurs aptitudes à créer et gérer des projets innovants. Pour les décideurs, ces formations constitueraient un atout pour l’insertion professionnelle, au point de vouloir les généraliser au sein de l’enseignement supérieur. Les données des enquêtes Génération montrent que les étudiants ayant suivi ces formations deviennent plus souvent indépendants et ont des conditions d’insertion en tant que salariés un peu plus favorables que les autres. Mais ces effets positifs sur les conditions d’emploi semblent davantage liés au profil des participants qu’aux effets propres de ces formations.

Catherine Béduwé, Alexie Robert, Les formations à l’entrepreneuriat sont-elles un levier pour l’insertion professionnelle ? in Bref n° 404 (2021). – 4 p.

Enseignement supérieur : nouveaux parcours, nouveaux publics

La massification de l’accès à l’enseignement supérieur s’accompagne d’une diversification des publics estudiantins et de leurs parcours. Cette nouvelle donne fait surgir de nouveaux enjeux scientifiques à relever pour prendre en compte les différentes formes de vulnérabilité et lutter contre les inégalités.
Le type de baccalauréat, les diplômes intermédiaires, les stages en cours d’étude, l’apprentissage… sont autant de composantes qui redessinent les parcours et influent sur les premières années de vie active. Comment se répartissent les jeunes dans ces nouveaux parcours en formation initiale ? Quels en sont les effets sur l’insertion et le rapport au travail ?
La diversification des parcours s’observe aussi chez les adultes en formation post-scolaire, lors de reprises d’études de plus en plus fréquentes pour celles et ceux n’ayant pas poursuivi leurs études ou validé un diplôme de l’enseignement supérieur. Comment est repéré ce public dans les universités ? Dans quelles conditions s’opèrent ces reprises d’études ? Quelle place occupent-elles dans les trajectoires personnelles et professionnelles ?
Les 13 contributions regroupées dans cet ouvrage mettent en évidence de nouveaux parcours dans l’enseignement supérieur et leurs liens avec les inégalités. Chacune est issue des travaux du groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) du Céreq.

Consulter l’essentiel sur le site du Céreq

Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (France); Thomas Couppié (dir.); Arnaud Dupray (dir.); Céline Gasquet (dir.); Philippe Lemistre (dir.) Enseignement supérieur : nouveaux parcours, nouveaux publics.  . – Marseille : Céreq, 2021. – 137 p. – (Céreq Essentiels; 3) .

Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ?

Lire le Céreq Echanges n° 14 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargé·e·s d’études du Céreq, des chercheur·e·s et enseignant·e·s chercheur·e·s, des représentant·e·s de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).
Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les reprises d’études à l’université. Qui sont ces publics de plus en plus nombreux ? Comment les repérer ? Quelles sont leurs motivations ? Quelle place prend la reprise d’études dans leurs trajectoires personnelle et professionnelle ? S’inscrit-elle comme une deuxième chance, en continuité d’un parcours antérieur ? Est-elle toujours formalisée par un dispositif de formation professionnelle continue ? Autant d’interrogations que les différentes contributions (construites à partir de sources et de méthodes d’analyses différentes) se proposent d’explorer en dressant un portrait de cette catégorie d’étudiants dont l’hétérogénéité des situations et des profils n’est plus à démontrer.

Valérie Canals, dir.; Séverine Landrier, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France), Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ? – Marseille : Céreq, 2020. – 181 p. – (Céreq Echanges; 14) .

Vulnérabilités étudiantes : les chemins inattendus de la réussite

Lire le Céreq Echanges n° 12 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargé·e·s d’études du Céreq, des chercheur·e·s et enseignant·e·s chercheur·e·s, des représentant·e·s de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).

Lors des dernières journées à Marseille les 6 et 7 juin 2019, quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les déterminants de la réussite au prisme des vulnérabilités étudiantes. Les jeunes inscrits dans l’enseignement supérieur prennent des risques à travers leurs orientations, leurs conditions d’études, leurs arbitrages et choix de vie, avec en filigrane les inégalités sociales et économiques qui se révèlent d’autant plus fortement qu’elles influent sur leur parcours. En croisant des données quantitatives et qualitatives issues d’enquêtes locales ou nationales, les auteur·e·s mettent l’accent sur le caractère multidimensionnel, contextuel, individuel et subjectif des situations de vulnérabilités que les étudiant·e·s rencontrent, et illustrent aussi le caractère réversible qui emporte certain·e·s sur les chemins inattendus du succès.

Xavier Colle, Simon Macaire, Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France), Vulnérabilités étudiantes : les chemins inattendus de la réussite. Marseille : Céreq, 2019. – 92 p. – (Céreq Echanges; 12)

Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle

Lire le Céreq Echanges n° 11 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargés d’études du Céreq, des chercheurs et enseignants-chercheurs, des représentants de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).

Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les diplômés du supérieur de la licence au doctorat. Les effets des composantes du parcours d’études sur les inégalités (de genre et liées à l’origine sociale) et à l’insertion (salaire, qualification, rapport au travail) y sont examinés. Il s’agit notamment des effets du type de baccalauréat et de la performance au bac, de ceux associés à la détention d’un DUT ou d’un BTS (pour les diplômés bac+3 et bac+5), de celui des stages ou de l’apprentissage.

Au final, à type de diplôme du supérieur donné, les composantes du parcours d’études s’avèrent avoir un rôle déterminant sur les inégalités et l’insertion. Cependant, ces effets ne jouent pas nécessairement au détriment des jeunes les moins dotés socialement, et/ou ayant un diplôme professionnel dans leur parcours, par exemple un baccalauréat professionnel ou technologique, ou encore un BTS .

Philippe Lemistre, dir.; Julien Calmand, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France) Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle Marseille : Céreq, 2019. – 168 p. – (Céreq Echanges; 11) .

Le « décrochage » en STS : l’autre échec dans l’enseignement supérieur

L’échec en premier cycle universitaire focalise l’attention dans le débat public. Si les « décrocheurs » de STS, en proportion aussi nombreux que ceux de l’université, ont moins retenu l’attention jusqu’à présent, c’est probablement parce qu’ils bénéficiaient d’un meilleur accès à l’emploi. Mais cet avantage disparaît pour les sortants de la Génération 2010.

Lire le Bref n° 366 ou le Bref+ sur le site du Céreq

Fanette Merlin, Le « décrochage » en STS : l’autre échec dans l’enseignement supérieur in Bref n° 366 (2018). – 4 p.

Formation emploi, n° 138, avril-juin 2017 : La professionnalisation dans l’enseignement supérieur : formes et

Avec les directives européennes et les récentes lois ministérielles, la professionnalisation est affirmée comme une mission importante de l’enseignement supérieur.
Derrière une apparente évidence, la professionnalisation recèle de multiples formes.

Présentation et sommaire sur le site du Céreq

Formation emploi, n° 138, avril-juin 2017 : La professionnalisation dans l’enseignement supérieur : formes et effets variés

Professionnalisation des publics et des parcours à l’université

cereq-echanges-3La professionnalisation s’est développée récemment dans un contexte où la recherche de compétitivité en Europe s’articule à un discours sur l’efficacité des formations supérieures à développer l’employabilité des étudiants. Dans ce contexte, cet ouvrage vise à faire le point sur la professionnalisation des filières et des parcours à l’université et les effets qu’elle produit.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Philippe Lemistre, Virginie Mora (coordonnateurs) , Professionnalisation des publics et des parcours à l’université. : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur – Marseille : Céreq, 2016. – 165 p.. – (Céreq Echanges ; 3) .

Étudier le devenir professionnel des docteurs

cereq-echanges-2-fwDe nombreuses enquêtes rendent compte du devenir professionnel des docteurs et témoignent de façon récurrente de leurs difficultés d’accès à l’emploi stable. Devant leur multiplicité, le Groupe de travail sur l’enseignement supérieur s’est interrogé sur la production d’indicateurs pertinents pour éclairer et comprendre l’insertion professionnelle de cette population spécifique.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Magali Jaoul-Grammare, Simon Macaire (coordonnateurs), Étudier le devenir professionnel des docteurs : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, Marseille : Céreq, 2016. – 91 p. – (Céreq Echanges ; 2) .

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie

Mobilites-interregionales-de-jeunes-diplomes-Analyse-par-niveau-de-sortie_largeCette étude fournit une typologie des régions selon leurs soldes migratoires en cours d’études et en phase d’insertion, à partir des données de l’enquête Génération 2010. L’exercice a été appliqué aux migrations du supérieur court technologique et professionnel et aux migrations du supérieur long. Il en ressort quatre profils‐type de régions : les (ou plutôt « la », car seule l’Île‐de‐France est dans ce cas pour le supérieur long) « doublement attractives », les « doublement déficitaires », celles « uniquement attractives pour l’insertion » et enfin celles « uniquement attractives pour la formation ».

Lire le document sur le site du Céreq

Mélanie Vignale, Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie  – Marseille : Céreq, 2016. – 60 p. – (Net.Doc; 160) .

A lire également

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ?, Mélanie Vignale, Bref n°347, juin 2016.

Pour en savoir plus sur l’approche régionale dans les travaux du Céreq, consultez l’Espace Régions sur le site du Céreq

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?Professional and vocational courses requiring 5 years’ post-secondary study are supposed to meet specific needs for competences in a given area of employment. Young graduates believe they have acquired the specific competences they think their employers require. In their view, the shortfall lies in their general competences. Is this a reason to question the increasingly vocational nature of university courses?

Lire le document sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?
in Training and employment n° 118 (July-August 2015). – 4 p.

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5Quelles sont les compétences acquises en formation par les diplômés de l’enseignement supérieur et quelles sont celles, en regard, qui leur sont demandées pour exercer leur emploi ?

A travers une évaluation, nécessairement subjective, de leurs compétences par les jeunes diplômés eux-mêmes, les écarts entre l’acquis en formation et le requis dans l’emploi sont mis en évidence.

Les résultats présentés dans ce document s’appuient sur l’interrogation, au printemps 2014, d’un échantillon expérimental de l’enquête Génération 2010 constitué de diplômés de bac+5 interrogés par Internet. Ils portent sur les compétences générales et les compétences spécifiques, liées à la spécialité de formation, et sont détaillés par filière.

Lire le Net.Doc en ligne

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5 . – Marseille : Céreq, 2015. – 62 p. – (Net.Doc; 142) .

Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?

Les jeunes diplômés de bac+5 s'estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?Les formations professionnelles de niveau bac+5 sont supposées répondre à des besoins spécifiques en compétences dans un domaine d’emploi donné.

Au regard de ce qu’ils estiment être demandé par leurs employeurs, les jeunes diplômés considèrent avoir acquis ces compétences spécifiques. Selon eux, le déficit se situe au niveau des compétences générales.

De quoi interroger la tendance à la professionnalisation des formations universitaires ?

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris  Ménard, Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?
in Bref n° 340 (novembre 2015). – 4 p.

Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Le 22 juin 2016, le GTES* du Céreq (Réseau d’échange et de production sur les  parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur ) et le RESUP* (Réseau d’études de l’enseignement supérieur) organisent une journée d’études sur « Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : Perspective comparée »

La journée d’étude aura lieu à Toulouse. La conférence d’ouverture sera faite par Vincent Carpentier (University College London, Institute of Education)

Les propositions de communication sont à transmettre  avant le 31  décembre 2015 sous forme d’un résumé et de 2 pages maximum.

Contact

En savoir plus sur la journée d’étude Resup/GTES 

Continuer la lecture de Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf.., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral,  – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue) .