Archives par mot-clé : Enseignement supérieur

Les parcours d’orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires

Le présent ouvrage analyse les parcours d’orientation des jeunes à partir de perspectives disciplinaires et conceptuelles, à la fois diversifiées et complémentaires, aux échelles canadienne et internationale. Les écrits rassemblés étudient la question dans une dimension structurelle, c’est-à-dire en lien avec les particularités des systèmes d’éducation en Europe, en Amérique du Nord et au Québec, mais aussi dans une dimension sociale, réflexive et identitaire.

 

Picard, France, dir. ; Masdonati, Jonas, dir., Les parcours d’orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires, Laval : Editions des Presses de l’université Laval (PUL), 2012. – 298 p. – (Trajectoires professionnelles et marché du travail contemporain) .

L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires

La seconde massification scolaire au seuil des années 1990 a conduit un certain nombre d’enfants d’ouvriers et d’employés au baccalauréat puis à l’enseignement supérieur. Or, ces « nouveaux étudiants » ne se sont pas répartis au hasard des filières et ont trouvé, dans les BTS, une voie de poursuite d’études privilégiée. À l’heure actuelle, les BTS continuent d’accueillir en plus forte proportion que les autres filières les minorités de l’enseignement supérieur que sont les bacheliers d’origine populaire, les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels. Comment expliquer la conversion aux études longues d’élèves qui en étaient jusque-là tenus à distance ? Comment comprendre leur orientation massive vers les BTS ? Quels effets la position marginale des BTS au sein de l’enseignement supérieur a sur ces publics, sur leurs parcours et sur leurs aspirations ?

 

Sophie Orange,  L’autre enseignement supérieur : les BTS et la gestion des aspirations scolaires. – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 211 p. – (Education et société) .

L’université française et la fabrique de professionnels : Essai de typologie des formations universitaires

Cette thèse a pour objectif d’enrichir la notion de professionnalisation. S’articulant autour des notions de régulation de l’entrée dans un corps professionnel et de fabrique de professionnels, elle propose une conception originale du processus de professionnalisation des formations universitaires. Elle tente principalement de construire une typologie des formations à partir de l’analyse synchronique et diachronique de leurs contenus et de leurs méthodes d’apprentissage. Ce travail mobilise un ensemble hétéroclite de travaux de sciences sociales allant de l’histoire des universités et de la sociologie des professions à la philosophie aristotélicienne. À partir de la question de recherche ” Quels types de professionnels les formations universitaires sont-elles en mesure de fabriquer ? “, il part du postulat que la nature des savoirs transmis fixe les modalités de cette fabrication. Il montre que ces savoirs participent de trois types de discipline (discipline pratique, discipline scientifique et discipline poïétique) auxquels sont rattachés quatre types de formation : la formation professionnelle généraliste, la formation professionnelle spécialiste, la formation professionnelle scientifique et la formation professionnelle poïétique.

Consulter cette thèse de sociologie sur HAL

Julie Gauthier, L’université française et la fabrique de professionnels : Essai de typologie des formations universitaires : Thèse de Sociologie pour l’obtention du grade de Docteur d’Aix ‐ Marseille Université , Aix-Marseille Université, 2012. – 420 p.

L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité

Dans le cadre du processus de Bologne, l’employabilité durable des étudiants s’impose comme une mission essentielle de l’Université. Au travers d’études menées auprès de jeunes européens nouvellement inscrits à l’université, cet ouvrage analyse les perceptions de persistants et de décrocheurs concernant leur identité d’étudiant et leurs compétences relatives à l’employabilité. Le sentiment d’appartenance universitaire apparaît ici comme un élément clef du processus.

 

 

Amara, Marie-Emmanuelle; Baumann, Michèle, (collab),  L’Europe universitaire : l’identité étudiante face à l’employabilité . – Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, 2012. – 317 p.. – (Inside; 1) .

La professionnalisation. Pour une université “utile” ?

Longtemps circonscrite à certaines filières, la “professionnalisation” des enseignements universitaires se diffuse dans l’ensemble de l’Université. Sur cette “professionnalisation”, la communauté dis universitaires est partagée. Les uns n’ont pas attendu qu’on leur assigne cette mission pour l’accomplir, d’autres, plus récemment convertis, s’y engagent avec zèle, d’autres encore résistent, dénonçant une mise en péril des missions traditionnelles des universités et de l’identité professionnelle des universitaires. Nous nous proposons dans cet ouvrage de parcourir les différents aspects de cette “professionnalisation” sur la base d’études de terrain portant sur deux académies aux contextes contrastés : l’une, l’Académie de Lille, où l’environnement industriel ancien a marqué depuis longtemps les liens entre le monde socio-économique et l’Université, notamment dans les domaines scientifiques et techniques ; l’autre, l’Académie de Bretagne, où la “professionnalisation” de l’Université est plus récente.
Nous verrons que si la “professionnalisation” n’est pas sans effets pervers, donnant souvent naissance à des formations trop étroitement adaptées à des besoins professionnels à court terme, elle peut, quand elle est bien menée, redonner à l’Université l’initiative dans la définition même des besoins professionnels, l’Université retrouvant ainsi certaines de ses missions traditionnelles : s’emparer sans cesse de domaines professionnels pour en faire l’objet d’une connaissance rationnelle, inventer constamment de nouveaux domaines de l’activité humaine.

 

 Agulhon, Catherine; Convert, Bernard; Gugenheim, Francis; Jakubowski, Sébastien. La professionnalisation : Pour une université “utile” ?- Paris : L’Harmattan, 2012. – 264 p.. – (Savoir et Formation) .

La professionnalisation de l’enseignement supérieur – De la volonté politique aux formes concrètes

Les éditions Octarès présentent, sous la direction d’Emmanuel Quenson et de Solène Coursaget, “La professionnalisation de l’enseignement supérieur : de la volonté politique aux formes concrètes”

Depuis une trentaine d’années, l’enseignement supérieur est le théâtre d’une succession de réformes dont le point commun est la professionnalisation. Dans un contexte marqué par l’arrivée des étudiants issus de la démocratisation scolaire et l’élévation du niveau de formation, des relations – de natures diverses – ont été établies avec le monde du travail. Elles ont conduit à redéfinir les articulations entre transmission des savoirs académiques et système de référence des entreprises.

L’objectif de cet ouvrage est de s’interroger sur la signification et les effets tangibles de ces transformations en rappelant d’abord leurs conditions d’émergence et les croyances sur lesquelles elles s’appuient. Dans quel mouvement social s’inscrivent les politiques mises en œuvre  ? La professionnalisation ne contredit-elle pas le cadre juridique national des diplômes ? L’injonction à un rapprochement avec les entreprises ne comporte-t-elle pas une part de leurre, dans la mesure où la reconnaissance du marché du travail dépend essentiellement d’un rapport social pour partie indéterminé ?

Lire la suite sur le site de l’éditeur

Quenson Emmanuel,  Coursaget Solène , La professionnalisation de l’enseignement supérieur : de la volonté politique aux formes concrètes, Octarès, 2012. – 207 p. – (Le Travail en débats. Colloques & Congrès) .

L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi

Le dernier Net.doc du Céreq présente un article de Philippe Lemistre  sur l’insertion des diplômés de licence.

Couverture

Cet article propose un état des lieux de l’insertion des diplômés de licence, et de ses déterminants. Parmi ces derniers, le parcours d’études joue un rôle important : le fait d’être titulaire d’un DUT ou d’un BTS par exemple procure un net avantage. Les domaines et spécialités de formation influent aussi fortement sur les salaires et l’accès à la qualification. Avoir suivi la filière apprentissage et détenir une licence professionnelle améliorent enfin les critères d’insertion. L’explication tient en grande partie à la sélectivité de la filière professionnelle. Les chiffres sont issus de l’enquête 2007 du Céreq auprès de la génération 2004.

Philippe Lemistre, L’insertion des diplômés de licence : du parcours d’études au premier emploi, Céreq, 2012. – 25 p.- (Net.Doc; n° 90) .

 

Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes

pagecouvFabienne Maillard  dirige aux PUR, l’ouvrage qui invite à une réflexion sur ce qu’engage l’appel à la performance productive imposé aux diplômes : “Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes”.

C’est au nom de l’amélioration des modes d’accès à l’emploi et de la résorption du chômage que le diplôme a pris une place majeure dans notre organisation sociale, au fil des trente dernières années. Obligatoirement “professionnel”, le diplôme doit désormais préparer à l’emploi, garantir la possession de compétences professionnelles spécifiques, assurer l’insertion professionnelle. Et en faire la preuve. De nouvelles règles s’imposent donc aux diplômes et à ceux qui les élaborent, pour se conformer à ce modèle professionnaliste. Pour autant, de nombreuses questions restent ouvertes : sur le sens des termes en usage, leur traduction pratique dans les politiques publiques ou par les branches professionnelles, ou sur les effets des réformes mises en oeuvre pour généraliser la professionnalisation des formations et des diplômes. À partir de ces questions, cet ouvrage invite à une réflexion sur ce qu’engage l’appel à la performance productive imposé aux diplômes : à ceux qui les élaborent, qui y forment comme à ceux qui les détiennent.

En savoir plus sur le site de l’éditeur

Fabienne Maillard, Former, certifier, insérer : effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 252 p.

Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur

Les éditions de Boeck lancent l’ouvrage  “Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur” sous la direction de Marc Romainville et Christophe Michaut.

Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l’enseignement supérieur est confronté à des taux d’échec et d’abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. De surcroît, il lui est demandé d’élever le niveau de formation des jeunes tout en faisant preuve d’une plus grande justice sociale. Face à ces impératifs, les établissements sont incités à lutter contre l’échec et les étudiants contraints à réussir leurs études. Mais que signifie « réussir des études » ? Accéder à la formation et à l’établissement désirés, atteindre un certain niveau d’études, acquérir des compétences utiles sur le marché du travail ou seulement obtenir le diplôme ? …

Lire la suite sur le site de l’éditeur.

 

Marc Romainville, Christophe Michaut, Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur, De Boeck, 2012. – 295 p.

La réussite à l’université : du tutorat au plan licence

Les éditions de Boeck proposent cet ouvrage sur la démocratisation à l’université pour l’accès aux études supérieures comme pour la formation des étudiants, intitulé “La réussite à l’université : du tutorat au plan licence” d’Emmanuelle Annoot.

La réussite des étudiants à l’université ou, plus précisément, la lutte contre l’échec en premier cycle est un axe majeur des politiques de l’enseignement supérieur français lors de cette dernière décennie. De plus, cette période a été marquée par de profonds bouleversements avec la participation des établissements au processus de Bologne et la proclamation de la loi du 10 août sur les libertés et responsabilités des universités. Aujourd’hui, les enseignants du supérieur vivent ces changements dans leurs pratiques quotidiennes. Que signifie faire réussir les étudiants dans l’université du XXIe siècle ? Quelles politiques et pratiques pédagogiques ont été mises en œuvre ? …

Lire la suite sur  le site de l’éditeur.

Annoot, Emmanuelle, La réussite à l’université : du tutorat au plan licence, De Boeck, 2012. – 168 p.

 

Insertion des sortants du supérieur : les effets contrastés de la professionnalisation

Bref n° 294-2Le dernier Bref du Céreq est consacré à l’insertion des jeunes sortant du supérieur.

Les jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2007 ont vu leur insertion se dégrader sous l’effet de la crise, comme en témoigne l’enquête 2010 auprès de la génération 2007.

Mais bien que le chômage s’aggrave, en moyenne la qualité des emplois se maintient. Par ailleurs, si la licence professionnelle tire son épingle du jeu, les autres diplômes professionnels n’ont pas tous eu le même effet protecteur face à la crise.

Julien Calmand et Virginie Mora, “Insertion des sortants du supérieur : les effets contrastés de la professionnalisation“, Bref n° 294-2, novembre-décembre 2011