Archives du mot-clé Insertion professionnelle

Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs

Le vingtième siècle a vu une forte croissance du nombre d’étudiantes, pourtant largement minoritaires en début de siècle. Désormais, 57% des étudiants à l’université sont des femmes. Elles représentent plus de la moitié des étudiants en licence et en master, mais elles sont minoritaires dans les formations sélectives telles que les DUT, les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles. Elles sont aussi très peu nombreuses dans la plupart des formations industrielles à l’université.

Les jeunes femmes ont de meilleurs résultats scolaires que les jeunes hommes et pourtant elles choisissent plus souvent que leurs camarades masculins de faire des études scientifiques à l’université, plutôt qu’en école d’ingénieurs. En effet, même si on assiste à une lente féminisation de ces cursus, les jeunes femmes y restent largement minoritaires.

Les diplômé.e.s d’école d’ingénieurs ont des conditions d’insertion sur le marché du travail très favorables. De fait, les indicateurs traditionnels tels que le temps d’accès à l’emploi, le temps d’accès à l’EDI, ou encore le temps passé en emploi depuis la fin des études ne sont pas très pertinents pour évaluer les différences genrées. Par contre, lorsqu’on s’intéresse au salaire, on remarque que les jeunes femmes accusent un retard. De la même façon, elles sont moins souvent encadrantes que leurs homologues masculins et bénéficient de moins de promotions. En outre, elles sont plus souvent déclassées. En définitive, la situation des jeunes femmes ingénieures sur le marché du travail s’avère moins favorable que celle de leurs collègues masculins.

Lire le Working Paper n° 5

Eloïse Corazza, Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs – Marseille : Céreq, 2017. – 48 p. – (Working Paper; n° 5) .

Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar

Cada vez más aprendices, con un nivel de formación más alto y que conservan a pesar de la crisis una inserción notablemente más favorable que los jóvenes que siguen el camino de la escuela. El tono globalmente positivo de este cuadro general oculta sin embargo diferencias según el nivel de diploma, el sector y sobre todo una selectividad en la entrada a esta vía de formación cuyos efectos hay que considerar.

Lire le Calificaciones y empleo n° 98

Alberto Lopez, Emmanuel Sulzer, Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar in Calificaciones y empleo n° 98 (2017). – 4 p.

D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question

Interrogés à plusieurs reprises par le Céreq sur la manière dont ils envisagent leur avenir professionnel, les jeunes des Générations 1998 comme 2010 se déclarent majoritairement optimistes.

Ils sont néanmoins 28 % à se dire inquiets après 3 ans de vie professionnelle dans la Génération 2010, témoignant d’un sentiment d’insécurité professionnelle. Celui-ci mérite d’autant plus d’être analysé, qu’il évolue de manière opposée au sein de chaque Génération, en écho aux aléas de la conjoncture économique.

Lire le Bref

Lire le Bref+ sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray , D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question in Bref n° 361 (2018). – 4 p.

Quand l’école est finie. Premiers pas dans la vie active de la Génération 2013

Depuis une vingtaine d’années, le Céreq conduit une série d’enquêtes à cadence triennale auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble des jeunes quittant le système éducatif une année donnée. Il s’agit des enquêtes Génération dont l’objectif principal est de permettre une mesure régulière de leur insertion professionnelle sur les trois premières années de vie active.

Cette sixième édition de Quand l’école est finie donne à voir des éléments clés des parcours d’entrée dans la vie active des jeunes de la génération 2013 (enquêtés en 2016). Les résultats qu’elle présente permettent de rendre compte de la pluralité des facteurs qui participent à l’explication de l’insertion professionnelle des jeunes en offrant une analyse de leurs parcours au cours des premières années de vie active au regard du niveau de diplôme atteint, de la filière de formation, ainsi que de leurs caractéristiques sociodémographiques.

Lire le document sur le site du Céreq

Valentine Henrard et Valérie Ilardi (coordination), Christophe Barret, Julien Calmand, Mady Cissé, Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Émilie Gaubert, Graziella Izquierdo, Olivier Joseph, Zora Mazari, Fanette Merlin, Virginie Mora, Manon Olaria, Alexie Robert, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Mélanie Vignale, Emmanuel Quenson, préf.; Jean-Claude Sigot, Josiane Vero. Quand l’École est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2013. Résultats de l’enquête 2016  – Marseille : Céreq, 2017. – 75 p. – (Céreq Enquêtes; 1) .

2016 survey of the 2013 cohort: No improvement in the education-to-work transition for young people with lower secondary qualifications only

Against the background of a weak economic recovery, access to employment for young people in the 2013 cohort was slightly more favourable than for the preceding cohort.

In 2016, three years after they had left the education system, one young worker in five was looking for a job; in the case of those with only lower secondary qualifications, the figure was one in two. These levels are considerably higher than those recorded before the crisis.

Training & employment n° 129

Emilie Gaubert, Valentine Henrard, Alexie Robert, Pascale Rouaud, 2016 survey of the 2013 cohort : No improvement in the education-to-work transition for young people with lower secondary qualifications only in Training and employment n° 129 (May-June 2017). – 4 p.

Rendement éducatif, parcours et inégalités dans l’insertion des jeunes. Recueil d’études sur la Génération 2010

Au printemps 2013, dans le cadre des enquêtes Génération, le Céreq a interrogé un échantillon de 33 500 sortants de tous niveaux de formation représentatif des 708 000 jeunes qui ont quitté pour la première fois le système éducatif en 2010. Les résultats de cette enquête ont permis d’actualiser un panorama statistique de l’insertion professionnelle des jeunes à travers plusieurs publications du Céreq, en 2014 et 2015, et notamment une nouvelle édition de l’ouvrage Quand l’école est finie.

La disponibilité de ces données a également été l’occasion de mettre en place un groupe d’exploitation afin de susciter des contributions originales sur des thématiques en lien avec les objets d’études et de recherches du Céreq. Ce groupe d’exploitation était destiné à permettre un travail coordonné d’études et de recherches dans un cadre collectif, en associant des chargés d’études du Céreq et de ses centres associés régionaux, des chercheurs associés mais également d’autres chercheurs extérieurs. Les propositions retenues ont été réparties au sein de trois sous-groupes thématiques. Le premier rassemble des contributions qui s’intéressent, d’une façon ou d’une autre, à la question de la valorisation des diplômes acquis en formation sur le marché du travail. Le second sous-groupe rassemble de son côté des contributions qui mettent en avant la dimension des parcours, qu’il s’agisse de parcours de formation, d’insertion, de logiques de mobilité, de transition, etc. Enfin, le troisième sous groupe rassemble des contributions qui mettent l’accent sur certains facteurs sociodémographiques, révélateurs d’hétérogénéité dans le processus d’insertion et d’inégalités dans les situations atteintes. Ce recueil rassemble la majeure partie des travaux issus de ce groupe.

Lire le Céreq Echanges

Julien Calmand, Thomas Couppié, Valentine Henrard (coordonnateurs), Rendement éducatif, parcours et inégalités dans l’insertion des jeunes. : Recueil d’études sur la Génération 2010  – Marseille : Céreq, 2017. – 384 p. – (Céreq Echanges; 5) .

Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 – Pas d’amélioration de l’insertion professionnelle pour les non-diplômés

Dans un contexte de faible reprise économique, l’accès à l’emploi des jeunes de la Génération 2013 est légèrement plus favorable que pour la génération précédente.

En 2016, soit trois ans après avoir quitté le système éducatif, un jeune actif sur cinq recherche un emploi et c’est le cas pour un jeune actif non diplômé sur deux. Ces niveaux restent bien supérieurs à ceux connus avant la crise.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Emilie Gaubert, Valentine Henrard, Alexie Robert, Pascale Rouaud, Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Pas d’amélioration de l’insertion professionnelle pour les non-diplômés in Bref n° 356 (2017). – 4 p.

PhDs’ early career trajectories strongly differentiated

For those who obtained their PhDs in 2010, research remains the main opening. If they embark on careers in public-sector research, their trajectories during the first five years of their working lives are synonymous with periods of temporary employment of varying lengths. These trajectories contrast sharply with those of PhDs who seek employment in the private sector at a very early stage in their careers.

Lire le Training and employment sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber, PhDs’ early career trajectories strongly differentiated in Training and employment n° 127 (January February 2017). – 4 p.

Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles

Pour les docteurs diplômés en 2010, le débouché principal reste la recherche. Dans la recherche publique, leurs trajectoires professionnelles durant les cinq premières années de vie active sont synonymes de passages plus ou moins longs par l’emploi à durée déterminée.

Ces parcours tranchent avec ceux des docteurs qui s’orientent très tôt vers les emplois du privé.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber , Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles in Bref n° 354 (2017). – 4 p.

Les cinq premières années de vie active des docteurs diplômés en 2010

L’insertion des docteurs présente certaines spécificités, parmi lesquelles une période de transition plus longue pour accéder à l’emploi stable. Pour en rendre compte, plus de 1 400 docteurs ont été réinterrogés en 2015 dans le cadre du dispositif Génération 2010, une extension financée par le MENSER-SIES. Ces données fournissent une photographie à 5 ans de leur devenir comparé à celui des autres diplômés de l’enseignement supérieur. En outre, elles permettent d’étudier leurs trajectoires professionnelles et donc d’appréhender leurs mobilités professionnelles en début de carrière. Au regard des préconisations au niveau européen, il semble essentiel de savoir dans quelle mesure les docteurs s’insèrent en dehors de la recherche publique et s’ils connaissent des mobilités d’emploi dans la sphère privée.

Lire le Céreq études n° 9

Julien Calmand, Les cinq premières années de vie active des docteurs diplômés en 2010 – Marseille : Céreq, 2017. – 53 p. – (Céreq Etudes; 9) .

Étudier le devenir professionnel des docteurs

cereq-echanges-2-fwDe nombreuses enquêtes rendent compte du devenir professionnel des docteurs et témoignent de façon récurrente de leurs difficultés d’accès à l’emploi stable. Devant leur multiplicité, le Groupe de travail sur l’enseignement supérieur s’est interrogé sur la production d’indicateurs pertinents pour éclairer et comprendre l’insertion professionnelle de cette population spécifique.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Magali Jaoul-Grammare, Simon Macaire (coordonnateurs), Étudier le devenir professionnel des docteurs : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, Marseille : Céreq, 2016. – 91 p. – (Céreq Echanges ; 2) .

A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ?

b349Plus des deux tiers des diplômés de licence et master sortis de formation en 2010 ont bénéficié des aides à l’insertion proposées par les universités et globalement plus de 80% d’entre eux les ont trouvées utiles. A l’issue d’une licence générale ou d’un master, les étudiants ayant bénéficié d’un tel dispositif présentent une meilleure insertion que les autres. Les jeunes dont les deux parents ne sont pas diplômés du supérieur accèdent ou recourent moins aux aides et débouchent sur de plus faibles niveaux d’emploi.

Lire le Bref en ligne

Philippe Lemistre, Boris Ménard,  A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ? in Bref n° 349 (décembre 2016). – 4 p.

Studying or working abroad: does it ease the education-to-work transition for young people in France?

empl124A period of living and studying or working abroad is generally regarded as an advantage for young people when they enter the labour market. And young people who go abroad during their final course of study do indeed enter the labour market on more favourable terms. However, this apparent advantage is in fact linked to the establishments they attended and the social milieus in which they grew up.

Lire le document en ligne

Julien Calmand, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Studying or working abroad : does it ease the education-to-work transition for young people in France? in Training and employment n° 124 (July-August 2016). – 4 p.

Séjours à l’étranger en cours d’études, une plus-value sur l’insertion en France ?

Séjours à l'étranger en cours d'études, une plus-value sur l'insertion en France ?La mobilité internationale en cours d’études est généralement considérée comme un atout au moment d’entrer sur le marché du travail. De fait, les jeunes diplômés partis à l’étranger au cours de leur dernier cursus ont une insertion plus favorable en France. Mais cet avantage apparent est en réalité lié aux filières de formation et aux milieux sociaux dont ils sont issus.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Séjours à l’étranger en cours d’études, une plus-value sur l’insertion en France ? in Bref n° 348 (juillet-août 2016). – 4 p.

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie

Mobilites-interregionales-de-jeunes-diplomes-Analyse-par-niveau-de-sortie_largeCette étude fournit une typologie des régions selon leurs soldes migratoires en cours d’études et en phase d’insertion, à partir des données de l’enquête Génération 2010. L’exercice a été appliqué aux migrations du supérieur court technologique et professionnel et aux migrations du supérieur long. Il en ressort quatre profils‐type de régions : les (ou plutôt « la », car seule l’Île‐de‐France est dans ce cas pour le supérieur long) « doublement attractives », les « doublement déficitaires », celles « uniquement attractives pour l’insertion » et enfin celles « uniquement attractives pour la formation ».

Lire le document sur le site du Céreq

Mélanie Vignale, Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie  – Marseille : Céreq, 2016. – 60 p. – (Net.Doc; 160) .

A lire également

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ?, Mélanie Vignale, Bref n°347, juin 2016.

Pour en savoir plus sur l’approche régionale dans les travaux du Céreq, consultez l’Espace Régions sur le site du Céreq