Archives par mot-clé : Insertion professionnelle

Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle

Lire le Céreq Echanges n° 11 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargés d’études du Céreq, des chercheurs et enseignants-chercheurs, des représentants de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).

Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les diplômés du supérieur de la licence au doctorat. Les effets des composantes du parcours d’études sur les inégalités (de genre et liées à l’origine sociale) et à l’insertion (salaire, qualification, rapport au travail) y sont examinés. Il s’agit notamment des effets du type de baccalauréat et de la performance au bac, de ceux associés à la détention d’un DUT ou d’un BTS (pour les diplômés bac+3 et bac+5), de celui des stages ou de l’apprentissage.

Au final, à type de diplôme du supérieur donné, les composantes du parcours d’études s’avèrent avoir un rôle déterminant sur les inégalités et l’insertion. Cependant, ces effets ne jouent pas nécessairement au détriment des jeunes les moins dotés socialement, et/ou ayant un diplôme professionnel dans leur parcours, par exemple un baccalauréat professionnel ou technologique, ou encore un BTS .

Philippe Lemistre, dir.; Julien Calmand, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France) Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle Marseille : Céreq, 2019. – 168 p. – (Céreq Echanges; 11) .

Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée

Les premiers apports du suivi sur 7 ans de la Génération 2010

Lire le Bref n° 382 sur le site du Céreq

Que sont devenus les jeunes sortis du système scolaire en 2010, à tous les niveaux de formation, avec ou sans diplôme ? Que nous apprennent leurs 7 premières années de vie active sur les transformations structurelles du marché du travail ? Comment la conjoncture difficile a-t-elle pesé sur leurs trajectoires ?

Les derniers résultats de l’enquête Génération 2010 du Céreq offrent l’occasion d’un regard inédit sur l’intégration professionnelle d’une jeunesse toujours plus diplômée, et qui voit se creuser les écarts entre niveaux de diplômes.

Dominique Epiphane, Zora Mazari, Manon Olaria, Emmanuel Sulzer, Des débuts de carrière plus chaotiques pour une génération plus diplômée : Les premiers apports du suivi sur 7 ans de la Génération 2010 in Bref n° 382 (2019). – 4 p.

Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes…

Lire le Bref n° 373

En deux décennies, la place des jeunes femmes sur le marché du travail s’est améliorée : plus diplômées, davantage en emploi, elles bénéficient aussi d’un début de rattrapage salarial, et accèdent à des métiers et des filières plus proches de ceux des hommes. Mais ce rapprochement est en partie alimenté par la dégradation de la situation des hommes. Et malgré tout des inégalités persistent, notamment dans l’accès au statut de cadre.

Thomas Couppié, Dominique Epiphane, Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes… in Bref n° 373 (2019). – 4 p.

A l’aube de la réforme de la formation professionnelle, retour sur 20 ans d’insertion des apprentis

Depuis le début des années 1990, le nombre d’apprentis a doublé et la population s’est diversifiée, notamment sous l’effet de la percée du supérieur. Les enquêtes Génération permettent d’analyser 20 ans d’insertion des apprentis en tenant compte des variations de la conjoncture économique sur la période. Elles confirment sur la durée les atouts de l’apprentissage : l’accès à l’emploi est plus rapide, lié à l’effet « contact avec l’entreprise », et l’avantage se poursuit au-delà. Mais il varie selon les niveaux de formation et reste sensible à la conjoncture. Favoriser l’usage de l’apprentissage pendant les périodes creuses du cycle économique pourrait être une des clés de la poursuite de son développement.

Lire le Bref n° 370 sur le site du Céreq

Benoît Cart, Alexandre Léné, Marie-Hélène Toutin, A l’aube de la réforme de la formation professionnelle, retour sur 20 ans d’insertion des apprentis in Bref n° 370 (2018). – 4 p.

Sept ans de vie professionnelle des jeunes : entre opportunités et contraintes

Le présent ouvrage, premier de la Série Céreq, rassemble des analyses portant sur les débuts de parcours professionnels des jeunes. La transition de l’école à l’emploi et les premières années d’expérience professionnelle sont, en effet, pour beaucoup de jeunes, semées d’embûches, multipliées dans un contexte de faible croissance et de pénurie d’embauches. 

Dupray, Arnaud (dir.); Quenson, Emmanuel (dir) Sept ans de vie professionnelle des jeunes : entre opportunités et contraintes. – Toulouse : Octarès ; Marseille : Céreq, 2018. – 196 p.. – (Le travail en débats. Série Centre d’études et de recherches sur les qualifications) .

Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts

Employment instability and economic uncertainty have increased in many industrialized countries in the last two decades, giving rise to perceived employment insecurity among workers. It has been shown that perceived job insecurity (PJI) significantly modifies economic behaviours such as saving, consumption and entry to further education, reduces job performance and generates adverse health and well-being effects.

For these reasons, a better understanding of its determinants and multidimensional nature is crucial. However, few studies have specifically addressed the antecedents and evolution of subjective job insecurity in the early years of the working life. Nevertheless, the uncertainty associated with this particular stage of working life is conducive to the emergence of such feelings. We here examine this issue in the case of France.

Lire le Training and Employment n°133 sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray, Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts in Training and employment n° 133 (2018). – 4 p.

Jeunesse(s) et transitions vers l’âge adulte : quelles permanences, quelles évolutions depuis 30 ans ? XXIVèmes Journées du Longitudinal

Les XXIVèmes Journées du longitudinal (JDL) proposent de questionner les évolutions de la jeunesse et des conditions qui lui sont faites pour cheminer vers l’âge adulte. Qu’elles concernent la relation formation-emploi et l’entrée dans la vie active, l’émancipation familiale, l’acquisition d’une autonomie résidentielle et sociale, la mise en couple ou la constitution d’une famille, les transitions vers l’âge adulte se prêtent particulièrement, par leur caractère processuel, à l’analyse longitudinale. Les profondes transformations opérées depuis une trentaine d’années dans ces processus de transition, s’inscrivant à la fois dans des logiques d’allongement et de désynchronisation croissante entre leurs différentes dimensions, invitent à revisiter les diagnostics établis.

Lire le Céreq Echanges n° 6

Céreq, Journées du Longitudinal (JDL n° XXIV; 7 et 8 juin 2018; Marseille),Gérard Boudesseul, Julien Calmand, Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Jean-François Giret, Valérie Ilardi, Olivier Joseph, Emmanuel Sulzer, Patrick Werquin (coord.), Jeunesse(s) et transitions vers l’âge adulte : quelles permanences, quelles évolutions depuis 30 ans ? XXIVèmes Journées du Longitudinal. Marseille, 7 et 8 juin 2018 – Marseille : Céreq, 2018. – 384 p. – (Céreq Echanges; 6) .

L’entrée sur le marché du travail des jeunes de la voie professionnelle rénovée

Parmi les sortants de la Génération 2013, se trouvent, pour la première fois, les détenteurs du nouveau baccalauréat professionnel en trois ans.

Cette réforme, qui réorganise la voie professionnelle, interroge autant les parcours éducatifs que les élèves accomplissent désormais que les trajectoires d’emploi que vont connaître les sortants de cette filière rénovée. En la matière, il s’avère que, bien que plus nombreux, les bacheliers professionnels conservent une place bien identifiée dans les organisations productives.

Lire le Bref n° 365 sur le site du Céreq

Valérie Ilardi, Olivier Joseph, Emmanuel Sulzer, L’entrée sur le marché du travail des jeunes de la voie professionnelle rénovée, in Bref n° 365 (2018). – 4 p.

20 ans d’insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions

Depuis 20 ans, les enquêtes Génération visent à éclairer la connaissance sur l’insertion professionnelle des jeunes et aident au pilotage des politiques publiques qui l’accompagnent. Selon les éditions, entre 20 000 et 55 000 jeunes sortis la même année du système scolaire ont été interrogés sur leurs premières années de vie active.

Grâce à ce dispositif, le Céreq peut aujourd’hui rendre compte des permanences et des principaux changements en matière d’accès des jeunes au marché du travail, au terme de deux décennies marquées par l’installation du chômage massif et par un accès toujours plus important à l’enseignement supérieur.

Ce travail de synthèse et d’analyse sur longue période est l’occasion d’une prise de recul utile au moment où le champ de la relation formation emploi connaît, ou s’apprête à connaître, une série de réformes.

Lire le Céreq Essentiels sur le site du Céreq

Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Épiphane, Virginie Mora (coordonnateurs), 20 ans d’insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions – Marseille : Céreq, 2018. – 193 p.. – (Céreq Essentiels; 1) .

24èmes Journées du longitudinal « Jeunesse(s) et transitions vers l’âge adulte : quelles permanences, quelles évolutions depuis 30 ans ? »

Ces deux journées seront l’occasion de s’interroger sur l’évolution de l’insertion professionnelle des jeunes sur longue période et ainsi de caractériser les permanences observables mais, également, les principaux changements identifiables en matière de transition des jeunes vers l’âge adulte et la vie professionnelle.
Les travaux présentés pourront relever de différents champs scientifiques et notamment de la démographie, de l’économie, de la psychologie, des sciences de l’éducation, de la sociologie.
Pour participer à ces deux journées, inscrivez-vous en cliquant ici.
Attention : nombre de places limité.
Inscriptions jusqu’au vendredi 11 mai 2018.

Los inicios de carrera de los doctores : una fuerte diferenciación de las trayectorias profesionales

Para los doctores titulados en 2010, la principal salida sigue siendo la investigación. En la investigación pública, sus trayectorias profesionales durante los cinco primeros años de vida activa son sinónimos de tránsitos más o menos largos por empleos de duración determinada. Estos itinerarios contrastan con los de los doctores que se orientan muy tempranamente hacia los empleos del sector privado.

Lire le Calificaciones y empleo n° 101

Julien Calmand, Marie- Hélène Prieur, Odile Wolber, Los inicios de carrera de los doctores : una fuerte diferenciación de las trayectorias profesionales in Calificaciones y empleo n° 101 (2017). – 4 p.

Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs

Le vingtième siècle a vu une forte croissance du nombre d’étudiantes, pourtant largement minoritaires en début de siècle. Désormais, 57% des étudiants à l’université sont des femmes. Elles représentent plus de la moitié des étudiants en licence et en master, mais elles sont minoritaires dans les formations sélectives telles que les DUT, les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles. Elles sont aussi très peu nombreuses dans la plupart des formations industrielles à l’université.

Les jeunes femmes ont de meilleurs résultats scolaires que les jeunes hommes et pourtant elles choisissent plus souvent que leurs camarades masculins de faire des études scientifiques à l’université, plutôt qu’en école d’ingénieurs. En effet, même si on assiste à une lente féminisation de ces cursus, les jeunes femmes y restent largement minoritaires.

Les diplômé.e.s d’école d’ingénieurs ont des conditions d’insertion sur le marché du travail très favorables. De fait, les indicateurs traditionnels tels que le temps d’accès à l’emploi, le temps d’accès à l’EDI, ou encore le temps passé en emploi depuis la fin des études ne sont pas très pertinents pour évaluer les différences genrées. Par contre, lorsqu’on s’intéresse au salaire, on remarque que les jeunes femmes accusent un retard. De la même façon, elles sont moins souvent encadrantes que leurs homologues masculins et bénéficient de moins de promotions. En outre, elles sont plus souvent déclassées. En définitive, la situation des jeunes femmes ingénieures sur le marché du travail s’avère moins favorable que celle de leurs collègues masculins.

Lire le Working Paper n° 5

Eloïse Corazza, Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs – Marseille : Céreq, 2017. – 48 p. – (Working Paper; n° 5) .

Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar

Cada vez más aprendices, con un nivel de formación más alto y que conservan a pesar de la crisis una inserción notablemente más favorable que los jóvenes que siguen el camino de la escuela. El tono globalmente positivo de este cuadro general oculta sin embargo diferencias según el nivel de diploma, el sector y sobre todo una selectividad en la entrada a esta vía de formación cuyos efectos hay que considerar.

Lire le Calificaciones y empleo n° 98

Alberto Lopez, Emmanuel Sulzer, Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar in Calificaciones y empleo n° 98 (2017). – 4 p.

D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question

Interrogés à plusieurs reprises par le Céreq sur la manière dont ils envisagent leur avenir professionnel, les jeunes des Générations 1998 comme 2010 se déclarent majoritairement optimistes.

Ils sont néanmoins 28 % à se dire inquiets après 3 ans de vie professionnelle dans la Génération 2010, témoignant d’un sentiment d’insécurité professionnelle. Celui-ci mérite d’autant plus d’être analysé, qu’il évolue de manière opposée au sein de chaque Génération, en écho aux aléas de la conjoncture économique.

Lire le Bref

Lire le Bref+ sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray , D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question in Bref n° 361 (2018). – 4 p.

Quand l’école est finie. Premiers pas dans la vie active de la Génération 2013

Depuis une vingtaine d’années, le Céreq conduit une série d’enquêtes à cadence triennale auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble des jeunes quittant le système éducatif une année donnée. Il s’agit des enquêtes Génération dont l’objectif principal est de permettre une mesure régulière de leur insertion professionnelle sur les trois premières années de vie active.

Cette sixième édition de Quand l’école est finie donne à voir des éléments clés des parcours d’entrée dans la vie active des jeunes de la génération 2013 (enquêtés en 2016). Les résultats qu’elle présente permettent de rendre compte de la pluralité des facteurs qui participent à l’explication de l’insertion professionnelle des jeunes en offrant une analyse de leurs parcours au cours des premières années de vie active au regard du niveau de diplôme atteint, de la filière de formation, ainsi que de leurs caractéristiques sociodémographiques.

Lire le document sur le site du Céreq

Valentine Henrard et Valérie Ilardi (coordination), Christophe Barret, Julien Calmand, Mady Cissé, Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Émilie Gaubert, Graziella Izquierdo, Olivier Joseph, Zora Mazari, Fanette Merlin, Virginie Mora, Manon Olaria, Alexie Robert, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Mélanie Vignale, Emmanuel Quenson, préf.; Jean-Claude Sigot, Josiane Vero. Quand l’École est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2013. Résultats de l’enquête 2016  – Marseille : Céreq, 2017. – 75 p. – (Céreq Enquêtes; 1) .