Archives par mot-clé : Méthodologie

Rapprochement exploratoire de l’enquête Génération 2017 avec des données administratives issues du système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE)

Lire le Working Paper n° 24 sur le site du Céreq

Le présent travail poursuit Les travaux avec les données d’origine administrative sur le parcours dans l’enseignement supérieur qui sont produites par la sous-direction des systèmes d’information et d’études statistiques (SIES), le service statistique du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. À cet effet, l’enquête Génération 2017, collectée en 20204 auprès d’un échantillon de jeunes sortis de formation initiale au cours ou à l’issue de l’année 2016-2017, est rapprochée des données annuelles du SIES relatives aux années 2006 à 2016.

Ces dernières années, le contexte juridique et institutionnel a fortement évolué offrant de nouvelles opportunités pour mobiliser davantage les données d’origine administrative et réduire les coûts de collecte des enquêtes. Le Céreq a donc initié une série de rapprochements expérimentaux pour voir dans quelle mesure ces opportunités pouvaient permettre de faire évoluer les enquêtes Génération. Ce travail a déjà été réalisé avec les données de Pôle emploi et avec les données relatives au parcours dans l’enseignement secondaire produites par la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP).

Depuis le début des années 1990, le dispositif d’enquêtes Génération permet au Céreq de documenter régulièrement les premières années de vie active des jeunes après leur sortie de formation initiale. Ces enquêtes abordent le parcours scolaire et les diplômes obtenus. Elles recueillent d’autres informations susceptibles de jouer sur le lien entre formation et emploi. Un calendrier mensuel d’activité collecte des informations sur la situation professionnelle mois par mois depuis la fin des études pour étudier les conditions d’accès à l’emploi. Tous les jeunes sortis du système éducatif, des jeunes arrêtant leurs études au niveau du collège sans aucun diplôme, jusqu’aux docteurs, sont interrogés de façon homogène. Comme tous les enquêtés sont sortis de formation initiale au cours ou à l’issue d’une même année scolaire, il est facile de comparer les conditions d’accès au marché du travail en fonction du niveau et de la nature de la formation initiale suivie : niveau de diplôme, spécialités, passage par une filière professionnelle, sortie d’apprentissage, etc. Les enquêtes Génération sont la seule source labellisée « statistique publique » qui le permettent. 

Stéphane Jugnot, Rapprochement exploratoire de l’enquête Génération 2017 avec des données administratives issues du système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE) . – Marseille : Céreq, 2024. – (Working Paper; 24) .

Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Méthodologie et bilan

Lire le Céreq Études n° 53 sur le site du Céreq.

Ce document de travail présente un panorama complet des travaux liés à l’enquête 2016 auprès de la Génération 2013. Première et unique interrogation de cette génération, trois ans après la sortie du système éducatif. Après une brève présentation du dispositif d’enquêtes Génération et plus spécifiquement de l’enquête 2016, ce document présente toutes les étapes de sa réalisation dans un ordre chronologique. L’ensemble des traitements post-collecte sont détaillés tels que la création des bases d’exploitation (apurement, codification, redressement des salaires, etc.) et le traitement de la non-réponse (redressement et calage, etc.). Dans le cadre de la réflexion autour de la rénovation du dispositif d’enquêtes Génération, une nouvelle expérimentation a été menée en parallèle de l’enquête principale téléphonique à partir d’un échantillon disjoint. Pour la première fois, cette expérimentation multimode (collecte par internet et téléphone) est réalisée sur une enquête à trois ans. 

Olaria, Manon (dir.) Enquête 2016 auprès de la Génération 2013 : Méthodologie et bilan . – Marseille : Céreq, 2023. – 161 p. – (Céreq Etudes; 53) .

L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?

L'articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?Ce troisième numéro Relief dédié au Séminaire méthodologique d’Analyse du travail (SEMAT) du Céreq, porte sur un sujet qui n’est pas nouveau en soi, mais qui constitue encore aujourd’hui une question vive dans le champ des sciences humaines et sociales en général, et dans les disciplines qui s’intéressent aux questions de formation, d’emploi et de travail. C’est celui de l’articulation entre les approches quantitatives et les approches qualitatives.

Lire le Relief sur le site du Céreq

Samira Mahlaoui, L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ? – Marseille : Céreq, 2015. – 91 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 52) .

Le travail au coeur de la relation formation-emploi

Le travail au cœur de la relation formation-emploi. Séminaire Analyse du travail.Cet ouvrage s’inscrit dans une forme originale de capitalisation des connaissances accumulées au fil des années en termes d’analyse du travail au sein du Céreq et de ses centres associés régionaux, en partenariat avec des chercheurs ayant collaboré à cet effort.

Cette capitalisation de connaissances se manifeste notamment via un séminaire, le SEMAT (SEMinaire Analyse du Travail), dédié, depuis 2009, aux approches et démarches méthodologiques en analyse des activités de travail. Le contenu de ce nouveau numéro, qui émane d’une journée d’études organisée en octobre 2012, est une étape dans le cheminement de ce dispositif et reprend les contributions des chercheurs invités ainsi que les réflexions engagées à cette occasion.

Lire le document sur le site du Céreq

Samira Mahlaoui, dir. ; Damien Brochier ; Anne-Lise Ulmann ; Emmanuel Sulzer ; Paul Olry ; Joachim Haas ; Sophie Divay ; Pierre Roche ; Philippe Trouvé ; Jean-Frédéric Vergnies, Le travail au coeur de la relation formation-emploi : Séminaire Analyse du travail. Journée d’étude, Marseille, 15 octobre 2012  / Séminaire Analyse du travail. Journée d’étude (15 octobre 2012; Marseille). – Marseille : Céreq, 2014. – 98 p.. – (Relief. Échanges du Céreq; 45) .

Modélisations de l’évaluation en éducation

L’évaluation n’est-elle qu’une pratique de jugement de nature prescriptive et instrumentale, ou constitue-t-elle aussi une procédure à caractère scientifique ? L’interrogation sur le sens de la démarche évaluative resurgit régulièrement dans l’abondante littérature de recherche sur l’évaluation en éducation. Tenter d’y répondre exige d’abord de reconsidérer les modèles qui justifient et gouvernent les choix conceptuels et méthodologiques des procédures d’évaluation. En effet, le sens et la légitimité des résultats produits par l’évaluation sont indissociables des modèles d’intelligibilité convoqués. Indissociables aussi des modélisations permettant à l’évaluation de se définir et de s’opérationnaliser dans un contexte social et historique donné. Les contributions rassemblées dans cet ouvrage interrogent l’évaluation en éducation autour de trois questions : Quels sont les savoirs produits par les recherches en évaluation et sur l’évaluation ? Quelles sont les modélisations mises en œuvre par des recherches d’orientations théoriques et méthodologiques différentes ? Dans quelle mesure est-il possible de penser une épistémologie de l’évaluation, voire une épistémologie spécifique aux évaluations en éducation ?

Mottier Lopez, Lucie (dir.) et Figari, Gérard (dir .) Modélisations de l’évaluation en éducation : questionnements épistémologiques – Bruxelles : De Boeck Université, 2012. – 238 p. – (Raisons éducatives) .