Archives par mot-clé : Métier de la santé

Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie

De tout temps, les infirmières ont porté le système de santé à bout de bras. Contraintes aujourd’hui à une charge de travail démesurée ainsi qu’à des horaires impossibles, elles s’usent prématurément et finissent par quitter la profession, et ce malgré leur profond sentiment d’appartenance. Que penser d’un milieu de travail qui pousse ses salariées à le fuir, tout en déplorant du même souffle une pénurie de main-d’œuvre ? N’y aurait-il pas des ressources et des mesures à mettre en place pour corriger le tir ? Diane-Gabrielle Tremblay plonge au cœur de la problématique et analyse l’organisation du travail des infirmières, ainsi que la question du vieillissement de la main-d’œuvre. Cet ouvrage tente de faire le point sur ce métier féminin par excellence à travers sa tumultueuse histoire, mais surtout à partir de l’expérience concrète et contemporaine d’une trentaine de femmes. Leur parcours professionnel est ici scruté à la loupe, avec ses défis, ses écueils, ses réussites, de l’appel de la vocation jusqu’au départ à la retraite, en passant par la professionnalisation et les enjeux de la conciliation travail-famille.

Tremblay, Diane-Gabrielle, Infirmière : vocation, engagement et parcours de vie : vocation, engagement et parcours de vie  – Montréal : les éditions du remue-ménage, 2014. – 154 p.

Soignantes dans un hôpital local : des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation

Cette enquête ethnographique réalisée dans un hôpital local donne à voir une réalité éloignée des clichés qu’exhibent nos écrans de télévision. Ici, les soignantes s’activent souvent sans médecins à leurs côtés, dans des services peu médicalisés empreints d’une longue histoire locale, auprès de patients âgés « du coin », au sein d’équipes « familiales » et où « tout le monde se connaît » depuis toujours. Ces soignantes ont dû faire face à de nombreux changements. Elles ont su s’adapter à la laïcisation des hôpitaux, à l’humanisation des hospices et aux restructurations internes modernisatrices. Résisteront-elles aux restrictions budgétaires et à la dégradation de leurs conditions de travail ? Après une longue immersion dans le milieu propre à ces travailleuses de la santé, Sophie Divay retrace étape par étape l’histoire et les évolutions de ce collectif de travail et questionne plus globalement les effets des décisions de rationalisation gestionnaire et managériale.

 

Divay, Sophie, Soignantes dans un hôpital local : des gens de métier confrontés à la rationalisation et à la précarisation – Rennes : Presses de l’ École des hautes études en santé publique, 2013. – 213 p.. – (Métiers santé social)

Travailler à guérir : sociologie de l’objet du travail médical

Si la médecine est une profession, elle est aussi un travail dont l’objet ne s’appréhende pas aisément. Un objet qui tour à tour cimente et divise la profession, la libère et l’isole. Un objet jamais stabilisé, présentant différents niveaux de sens, mais défini par une action, travailler à guérir, composée d’actes paradoxaux, sophistiqués et chargés de tabous.

Mobilisant les résultats de recherches collectives et souvent pluridisciplinaires qu’elle a menées ces quinze dernières années, Anne-Chantal Hardy propose une analyse de l’objet du travail médical. Elle en explore la dynamique, examine la manière dont il se construit, se transforme et se déplace. Elle montre comment il sépare les professionnels des « profanes » pour s’autonomiser dans la guérison. Mais qu’est-ce que la guérison au regard des concepts de maladie et de santé, plus habituels en sociologie ? Approchée à partir de l’objet du travail médical, elle est d’abord un processus, à la fois physiologique, symbolique et social. Et travailler à guérir consisterait moins à faire passer les patients de la « maladie » à la « bonne santé » qu’à les normaliser : un vrai programme sociétal porté par une profession modèle…

Les médecins pratiquent des actes complexes, à la fois violents et bienfaisants, qui nous concernent tous. Une excellente raison pour lever enfin le secret du fameux « colloque singulier » et le placer au cœur du débat public.

 

Hardy-Dubernet, Anne-Chantal, Travailler à guérir : Sociologie de l’objet du travail médical . – Rennes : Presses de l’EHESP, 2013. – 301 p. – (Recherche. Santé. Social) .

 

L’apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation

L’apprentissage est une voie de formation initiale pour les jeunes de moins de 26 ans et les personnes ayant une reconnaissance de travailleur handicapé, qui permet d’acquérir un diplôme et une qualification dans un contexte d’activité salariée. A la différence du système de formation scolaire, l’apprentissage relève de l’initiative des employeurs souhaitant recruter des jeunes pour les former. Quelles sont les spécificités du secteur social et sanitaire dans ce domaine ? En quoi l’apprentissage est-il différent de l’alternance ? Quels sont les diplômes accessibles par la voie de l’apprentissage ? Quel est son cadre réglementaire et financier ? Qui sont les acteurs concernés et quels sont leurs rôles ? Comment s’articule l’acquisition des savoirs ? Très complet, cet ouvrage répond à toutes les questions que se posent les professionnels du secteur social, médico-social et sanitaire, les maîtres d’apprentissage, les formateurs et les employeurs.
L’auteur présente à la fois les aspects réglementaires et méthodologiques propres à l’apprentissage, et propose également une réflexion prospective sur cette nouvelle voie de formation pour les travailleurs sociaux et les professionnels de santé.

 

Blanchard, Nathalie, L’ apprentissage dans le secteur sanitaire et social : une nouvelle voie de formation – Rueil-Malmaison : Éd. ASH, 2012. – 151 p.. – (ASH professionnels) .

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital

Aussi nombreuses que les infirmières à s’occuper des malades dans les hôpitaux, les aides-soignantes sont beaucoup moins connues. Elles assurent pourtant des tâches essentielles pour l’hygiène et pour le confort des malades sans lesquelles les gestes médicaux ne peuvent être réalisés et qui sont aujourd’hui au coeur des transformations de l’hôpital. Les résultats de l’enquête d’Anne-Marie Arborio, qui s’appuient sur des données d’archives, d’observations directes et d’entretiens, permettent à la fois de cerner les contours du groupe social que forment les aides-soignantes et de comprendre les ressorts de l’invisibilité de ce métier hospitalier.
A ce titre, cet ouvrage concerne autant les spécialistes de sciences sociales pour les questions qu’ils posent sur la division du travail et les professions, que tous ceux qui s’intéressent aux questions de santé en général et à l’hôpital en particulier.

Arborio Anne-Marie. Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital  – 2e édition. – Paris : Anthropos / Economica, 2012. – 360 p. – (Sociologiques) .

 

Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management

 La reconnaissance des cadres au travail est un thème récurrent au sein de nombreux écrits professionnels. Sans nier que ce sujet porte une dimension sociétale beaucoup plus vaste que celle du monde hospitalier, les auteurs de cet ouvrage s’interrogent sur cette question répétitive de la « gratitude sociale » et misent sur un pari : cette redondance est signifiante. Elle doit donc nous éclairer sur le quotidien de ces acteurs fondamentaux des institutions sanitaires et médico- sociales que sont les cadres.
Mais de quelle reconnaissance parlons-nous ? Est-ce celle des patients ? Des médecins ? De l’institution hospitalière ? Des personnels ? Autant d’acteurs, autant d’attentes ! Cette problématique complexe détient le mérite de porter la réflexion sur le coeur du travail hospitalier. Les cadres de santé sont-ils les victimes d’une division excessive du travail, d’une hiérarchisation exagérée des tâches et des soins ? Ont-ils la possibilité de développer un véritable corps professionnel, source de propositions ? Témoignent-ils d’un sentiment d’appartenance à un métier, à une profession, à une institution ? En explorant ces différents questionnements, cet ouvrage esquisse des stratégies autour d’une certitude : la reconnaissance ne se donne pas, elle ne peut être que conquise ! Les cadres de santé ne peuvent l’obtenir que par une démarche collective mettant l’accent sur leurs apports spécifiques au sein des institutions.
Or, au regard de l’évolution médicoéconomique de l’hôpital, l’une des stratégies possibles ne réside-t-elle pas en un management « par et pour » l’éthique ? Que peut-on attendre d’un soignant si ce n’est de poser une limite argumentée à la stricte approche financière ? Sans nier l’inévitable inscription de l’institution hospitalière dans une politique d’efficience, ta situation actuelle de l’hôpital exige un certain rééquilibre.

 

Bourgeon, Dominique, dir. , Les cadres de santé et la reconnaissance au travail : une position difficile entre soins et management  . – Rueil-Malmaison : Editions Lamarre, 2012. – 344 p. – (Fonction de cadre de santé série : Gestion des ressources humaines) .

En savoir plus :

Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales

Le dernier Net.doc du Céreq présente une étude de Sophie Divay sur Les carrières des infirmières :

Couverture

Les infirmières bénéficient d’un marché du travail très favorable, qui fait aujourd’hui figure d’exception. Comme le démontrent leurs trajectoires, diverses et contrastées, ces professionnelles disposent d’une sécurité d’emploi dont la plupart des salariés sont privés. Elles peuvent prendre sans grand risque la décision d’arrêter de travailler, notamment pour élever leurs enfants, étant assurées de retrouver un emploi, même après plusieurs années d’inactivité et avec une faible expérience professionnelle. Celles qui ont la volonté ou l’ambition de connaître une progression ascensionnelle en termes de pouvoir hiérarchique ont de grandes chances d’atteindre leur objectif. Or les infirmières renâclent à devenir cadres, et la faiblesse des salaires en suffit pas à expliquer leurs réticences. La cadre de santé, cadre de proximité, n’a en fait que peu de pouvoir sur l’organisation des services. L’infirmière se rend rapidement compte qu’on attend d’elle non pas qu’elle améliore les conditions de travail pour les personnels et la prise en charge des patients, mais plutôt qu’elle serve de courroie de transmission des orientations de la direction.

Divay Sophie, « Les carrières des infirmières, plus horizontales que verticales ».- Marseille : Céreq, 2012. – 27 p.. – (Net.Doc; 90) .