Archives par mot-clé : Métier

Splendeurs et misère du travail des diplomates

Que font les diplomates ? Si on pressent que leur activité ne se limite pas aux réceptions mondaines illustrant une célèbre publicité, ce qu’ils font quotidiennement, leurs missions et les conditions dans lesquelles ils sont amenés à les remplir sont encore largement ignorées. La première partie de l’ouvrage explore les différentes structures au sein desquelles travaillent les diplomates, la manière dont ils sont recrutés et formés, leurs parcours professionnels caractérisés par une forte mobilité géographique et des carrières plus ou moins brillantes, leurs conditions de travail parfois caractérisées par un environnement dangereux. Les grandes missions qui sont les leurs et la manière dont ils les remplissent : représenter la France, informer sur la marche du monde, négocier pour défendre et promouvoir les intérêts et la place de la France dans le monde, protéger et assister les Français à l’étranger sont l’objet de la seconde partie de l’ouvrage. Aux termes du parcours, le travail essentiel accompli par les diplomates apparaît bien éloigné de ses représentations flamboyantes quand bien même il s’effectue parfois dans des locaux exceptionnels censés symboliser la grandeur de la nation.

Piotet, Françoise; Loriol, Marc; Delfolie, David , Splendeurs et misère du travail des diplomates. – Paris : Hermann, 2013. – 552 p. – (Société et pensées) .

Travailler en crèche, un métier ?

Alors même que la demande de modes de garde collectifs constitue à l’heure actuelle une exigence sociale légitime, on sait peu de chose sur les activités quotidiennes des professionnelles dans les lieux d’accueil, sur la façon dont elles assument leurs tâches et même sur ce qui est attendu d’elles. Ces professionnelles peinent à mettre en mots la spécificité de leur activité qui consiste à prendre soin et éduquer de jeunes enfants en collectivité, renvoyant une partie de leurs compétences à des qualités féminines ” naturelles ” ou à des pratiques instinctives et spontanées. Partant de ce constat, l’auteure a tenté de comprendre comment elles construisent au jour le jour leur activité dans le cadre de la mission qui leur est socialement confiée. Elle pose la question de la non – reconnaissance du travail effectué et de son invisibilité qui concourt à masquer la nécessaire professionnalisation d’une fonction complexe pourtant banalisée, les privant des ressources d’un métier collectivement construit. Confrontées à une logique gestionnaire de plus en plus prégnante (optimisation de l’offre de garde) qui ne vise qu’à répondre à la demande de garde des parents, elles ne peuvent faire reconnaître la richesse de l’expérience unique qu’elles partagent avec les enfants et les parents qui nécessite la mobilisation d’une créativité collective permanente.
Marchand Montanaro, Ghyslaine, Travailler en crèche, un métier ? – Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2013. – 268 p.. – (Politiques et interventions sociales) .

Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution

À la fin des années 2000, la sociologue Marlène Benquet a mené pendant trois ans une enquête dans une des principales entreprises françaises de grande distribution : d’abord devenue caissière, elle a ensuite fait un stage au siège du groupe et un autre au sein de l’organisation syndicale majoritaire. C’est le résultat de cette enquête hors norme qu’elle restitue dans ce livre, assez stupéfiant par ce qu’il révèle sur les « dessous » de la grande distribution.
L’identité des fondateurs (« des épiciers ») a été bouleversée par l’arrivée de nouveaux actionnaires financiers : le management par la promotion a largement disparu, et l’ensemble des salariés accepte mal ce qu’ils vivent comme une perte d’autonomie et une insécurité grandissante. Dès lors, pourquoi acceptent-ils d’« encaisser » ces réorganisations fragilisantes ?
Pour mieux comprendre, il fallait vivre leur vie : « Je voulais savoir ce que cela faisait d’être caissière pour comprendre pourquoi elles ne se révoltaient pas ou, en tout cas, moins que dans d’autres secteurs professionnels. » Au sein du siège, le cloisonnement est de règle : les badges ne donnent accès qu’à l’étage où est situé son propre bureau, impossible de se déplacer dans d’autres services sans une bonne raison, les informations circulent peu et mal. Quant à l’organisation syndicale majoritaire, comment a-t-elle réussi à s’implanter ? Comment contribue-t-elle à la paix sociale ?
Ni l’« adhésion » ni la répression ne suffisent à expliquer pourquoi les salariés s’investissent dans leur travail malgré un environnement oppressant et des rémunérations peu motivantes. Plus proche de la technique d’un joueur de go que d’un amateur d’échec, les stratégies patronales neutralisent les salariés, mais ne les soumettent pas.

Benquet, Marlène, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, – Paris : La Découverte, 2013, 333 p.

 

L’intermittence au travail : une sociologie des marchés de la pige et de l’art dramatique

Le travail se précarise et l’emploi s’émiette. De contrats aidés en intérim, de temps partiel en CDD, les dispositifs et les statuts se sont multipliés pour alimenter un mouvement qui amène un nombre toujours plus grand de travailleurs à un univers d’embauches raccourcies. Sur le modèle des mondes de l’art, on leur donne parfois le nom d’intermittent : aux intermittents du spectacle s’ajoutent ainsi les intermittents de la recherche, de l’écriture, de l’enseignement, de la restauration, du journalisme… Tous sont confrontés à l’incertitude quant à leurs rémunérations, leur temps de travail, voire la possibilité de demeurer présents sur le marché du travail ou de concilier vies personnelle et professionnelle. Apparaissent finalement des turbulences dans les carrières : comment construire une trajectoire longue à partir d’engagements brefs ? L’étude conjointe des comédiens intermittents et des journalistes pigistes y apporte une réponse. Elle montre ce que l’intermittence fait au travail, et comment elle travaille les destins individuels. S’éclairent ainsi les principes d’organisation des parcours marqués par la discontinuité. Les marchés des comédiens et des pigistes ne se révèlent ainsi anarchiques qu’en apparence. La domestication des mondes de l’intermittence demeure possible, même si elle ne prend pas partout la même forme.

 
Pilmis, Olivier, L’intermittence au travail : une sociologie des marchés de la pige et de l’art dramatique  . – Paris : Economica, 2013. – 193 p.. – (Etudes sociologiques) .

Au risque d’enseigner

À la suite de son ouvrage “Les enseignants entre plaisir et souffrance”, Claudine Blanchard-Laville nous plonge ici dans des situations de classe « ordinaires » rendues « extraordinaires » par les élaborations que les enseignants ont conduites en groupe d’analyse clinique de leur pratique. Ainsi, nous vivrons au rythme d’Adrien, Stéphanie, Mireille, et de tous les autres enseignants qui, par leur courage d’affronter ce que ces situations ont réveillé au plus profond d’eux-mêmes, nous font éprouver la manière dont ce métier met le soi-enseignant à rude épreuve.
Ces « histoires » créent chez le lecteur une expérience émotionnelle qui le sensibilise à la manière dont un enseignant peut revitaliser sa pratique au sein d’un espace groupal où la rencontre avec d’autres enseignants « pareils » et si « différents » s’avère régénératrice et requalifiante.

 

Blanchard-Laville  Claudine, Au risque d’enseigner : pour une clinique du travail enseignant,  – Paris : Presses universitaires de France, 2013. – 222 p.

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au coeur de l’entreprise

Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

 

Orientation : repères pour situer et orienter sa pratique

Les pratiques en orientation se sont beaucoup développées depuis les années 90, qu’il s’agisse de l’orientation des publics scolarisés ou non scolarisés. De quelque nature que soient ces pratiques en orientation, le travail et la possibilité de le choisir y sont considérés le plus souvent comme occupant une place centrale pour le sujet et son inscription parmi les autres dans la société. Cet ouvrage se donne comme objectifs de contribuer à éclairer les différentes facettes de ce qu’est l’orientation, de faire une lecture des pratiques dispensées dans le champ de l’orientation aujourd’hui, et de formuler une proposition en réponse aux impasses rencontrées par ces derniers dans l’exercice de leur fonction.

 
Montagnier, Stéphane, Orientation : repères pour situer et orienter sa pratique  – Paris : Editions Qui plus est, 2013. – 98 p.

Accompagnateur en RH : les quatre dimensions de l’accompagnement professionnel

page couv.Ce livre, programme pour apprendre l’accompagnement, propose un ensemble de repères pour agir en tant que professionnel responsable, réflexif et autonome et devenir un accompagnateur en ressources humaines qui saura développer son style personnel à partir de ces quatre dimensions : faire travailler l’accompagné sur ses enjeux, contenir le cheminement de l’accompagné, questionner pour problématiser, favoriser la construction de réponses propres à l’accompagné.
Ce référentiel d’activités est issu d’analyses de pratiques en situation d’accompagnement de coaching en individuel, de coaching d’équipe, de missions de consultant et de médiateur.

Vial, Michel; Mamy-Rahaga, Armand; Tellini, Annie. Accompagnateur en RH : les quatre dimensions de l’accompagnement professionnel,. – Bruxelles : De Boeck Supérieur, 2013. – 121 p.- (manager RH) .

Les métiers et les hommes : les oubliés du management

Quel est le grand absent du management et de la gestion des ressources humaines ? Quelle est cette évidence qui a été enfouie sous les théories managériales ? Quelle est cette amputation qui fait cruellement souffrir les salariés ? Dominique Massoni et Jean-Hubert de Roux, à travers une rétrospective lumineuse éclairent ce que nous ne savons plus voir : les métiers ont disparu dans la prise en compte de l’homme au travail.
Les managers et les politiques RH ne reconnaissent plus ou trop peu les savoir-faire acquis par l’expérience. L’expertise et l’apprentissage sont les grands oubliés des parcours de carrière. La tyrannie des savoir- être, l’obligation de la mobilité pour la mobilité, les transformations dans l’urgence, ont remplacé ce qui constituait l’identité du salarié dans l’entreprise : le métier ! Par delà ce constat, les auteurs nous proposent les instruments d’un nouveau modèle de management fondé sur une politique RH qui retrouve ses “fondamentaux”.
A l’heure où la compétitivité et l’internationalisation deviennent un enjeu économique et politique majeur, les dirigeants qui gèrent les hommes au travail doivent retrouver cette vérité première : les métiers sont la première richesse de l’entreprise et des hommes qui la composent.

 

Massoni, Dominique; Roux, Jean-Hubert de, Les métiers et les hommes : les oubliés du management Puteaux : Editea, 2012. – 109 p. – (D’autres regards sur le management) .

L’artiste en action : vers une sociologie de la pratique artistique

Comment travaillent les artistes ? Comment produisent-ils des oeuvres ? Ce livre donne à voir une enquête à caractère ethnographique menée auprès d’artistes plasticiens contemporains. On découvre huit univers artistiques intimes pendant la création des oeuvres. L’ouvrage présente des photographies et de longs entretiens avec des créateurs. L’auteur observe des artistes « en action » : Philippe Domergue, Michel Fourquet, Serge Fauchier, Claude Massé, Gilbert Desclaux, Georges Ayats, Patrick Loste et Claude Muchir. L’enquête suit au plus près les séquences de créations, dans leur rythme, leur protocole et leurs processus. La pratique artistique est une pensée en actes et parfois une esquive de la trop grande maîtrise technique et culturelle. Le “faire” corps de l’artiste, sa sensibilité, modifient apparemment toujours le projet. L’activité de production est un travail rationnel dans un champ qui ne l’est plus (il n’y a plus d’Académie qui édicte des règles de l’art). Dans l’art aujourd’hui, les artistes s’orientent sans boussole. Cette grande liberté implique un doute permanent. On poursuivra dans cette enquête le projet d’une “science du faire”, cette poïetique, inventée par Paul Valéry. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux des sociologues Bourdieu, Becker, Esquenazi et Péquignot et des philosophes Chateau, Davidson, Neuberg et R. Passeron. La motivation de ce livre a sa source dans l’ennui que l’on peut ressentir face aux oeuvres des musées et des galeries. La pratique correspond à ce que Mallarmé nomme le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui : fugace, instable, multiple, privée, routinière et cachée. Elle reste le plus souvent hors de portée du chercheur en sciences sociales. Quelles sont les interactions possibles dans l’isolement de la fabrication ? Comment se mêlent les déterminismes et les libertés dans l’art ? On observe dans la pratique, parfois, une autonomisation du faire grâce à un événement conjoncturel, un enchaînement de faits poïetiques imprévus. Le champ artistique est un premier cercle d’autonomisation, la pratique artistique devient parfois un second cercle d’autonomie. C’est ce que l’auteur appelle la contingence de la pratique. Ce livre essaye de rendre compte de cette imprévisibilité.

Eric Villagordo,  L’artiste en question : vers une sociologie de la pratique artistique,   – Paris : L’Harmattan, 2012. – (Logiques sociales. Série sociologie des arts) .

Travail et automatisation des services: la fin des caissières ?


Que ce soit dans les banques, la restauration rapide, les cinémas, les transports en commun, les services postaux ou bien encore la grande distribution, nous assistons ces dernières années à un déploiement sans précédent du libre-service, se traduisant notamment par une multiplication des dispositifs automatiques.
Cet ouvrage se propose d’étudier ce phénomène sous l’angle du travail. Il repose sur une immersion d’une dizaine d’années dans le secteur de la grande distribution, s’appuyant sur le cas emblématique des caisses automatiques. Allant à l’encontre de l’idée selon laquelle les clients accompliraient dorénavant le travail à la place des salariés, il montre que l’automatisation induit une nouvelle répartition des tâches. Le travail ne disparaît pas, il se trouve profondément transformé, intervenant « en coulisses » et « à l’insu » des clients. Et quand travailler consiste pour nombre de salariés à être « au service d’autrui », quand les clients constituent la principale source de reconnaissance, alors le sens même du travail qui se trouve requestionné.
A l’intersection de la sociologie du travail industriel et de la sociologie des services, Sophie Bernard livre ainsi un travail d’investigation et d’analyse qui invite à repenser le travail dans les services.

En savoir plus

 Sophie Bernard, Gilbert de Terssac, préf..Travail et automatisation des services : La fin des caissières – Toulouse : Octarès, 2012. – 192 p. – (Travail et activité humaine) .

Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail

Quels seront les métiers porteurs dans dix ans ? Le développement durable peut-il vraiment créer des emplois ? La concurrence chinoise a-t-elle un impact sur le chômage en France ? Est-il vrai que, désormais, nous devrons changer cinq fois de travail dans notre vie ? Sommes-nous tous condamnés à la précarité ? Autant de questions, parmi bien d’autres sur l’emploi et les métiers, auxquelles répond de façon claire et concrète un journaliste économique, en se fondant sur les travaux des meilleurs spécialistes.
Il décortique les idées reçues (l’emploi industriel serait condamné par la mondialisation, les Français ne seraient pas entrepreneurs…) et pointe les vraies évolutions (l’écologie transformera les emplois déjà existants plus qu’elle n’en créera) comme les incertitudes (les services aux personnes vont se professionnaliser, mais avec quelle qualité d’emploi ?). Insertion, métiers, emploi : un tour d’horizon sans angélisme ni catastrophisme pour mieux comprendre le monde du travail d’aujourd’hui et se préparer à celui de demain.

 

 

Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail   –  Alternatives économiques ; Paris : Les petits matins, 2012. – 153 p.

Les métamorphoses de la Poste : Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

La financiarisation postale a été amorcée bien avant que des changements de statuts de l’administration ne soient envisagés dans les années 1990 : l’insertion dans le marché s’articule depuis longtemps avec l’impératif de maintien du service public qui passe par la préservation de sa présence sur l’ensemble du territoire et d’une accessibilité bancaire pour les populations les plus vulnérables. L’inscription de cet ouvrage dans le temps permet de comprendre que marché et service public se sont côtoyés davantage qu’ils ne se sont succédés.
Grâce à cette genèse apparaît une professionnalisation qui n’a pas été mise en place par le groupe professionnel lui-même mais par l’employeur. L’organisation postale tente ainsi de négocier au mieux cette période intermédiaire de changements de statut, de renouveau des salariés (de fonctionnaires à contractuels, de non diplômés à qualifiés, etc.) en dotant le groupe professionnel des conseillers financiers des attributs d’une profession.
La démonstration articule des méthodes archivistiques, qualitatives et quantitatives, et déploie des analyses situées à différents niveaux pour penser les multiples dimensions de la marchandisation d’un service public comme la Poste.

 

Nadège Vezinat, Les métamorphoses de la Poste : professionnalisation des conseillers financiers, – Paris : Presses universitaires de France, 2012. – 422 p. – (Le lien social) .
 

en savoir plus

Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans des métiers d’hommes

“Un père et son fils ont un grave accident de voiture. Le père meurt. Le fils est entre la vie et la mort. On l’amène aux urgences et le chirurgien qui le voit dit : “Je ne peux pas l’opérer car c’est mon fils. “Comment cela se fait-il ?” La réponse à la devinette (le chirurgien est la mère de l’accidenté) ne vient généralement pas à l’esprit tant il est solidement établi que le chirurgien doit être un homme.

 

En savoir plus sur le site de l’éditeur

 

Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes,  Presses Universitaires de Rennes, 2012. – 293 p.. – (Le sens social) .

Métiers et compétences pour une nouvelle croissance

pagecouvS’interroger sur les métiers de demain… La question s’impose alors que l’économie française bascule rapidement de l’ancienne à la nouvelle économie. Plus qu’un recensement de ces métiers, ce numéro des Cahiers de Friedland « Métiers et compétences pour une nouvelle croissance » identifie les compétences que tout collaborateur devra demain déployer quelque soit son métier ou son secteur d’activité.

Professionnels de la formation, chefs d’entreprise de la nouvelle économie… viennent ici esquisser les profils de demain dans plusieurs domaines d’activité :

 

 

  • métiers du management et de l’encadrement ;
  • métiers du design et de l’innovation ;
  • métiers du commerce et de la relation-client ;
  • métiers de l’industrie.

Consulter le sommaire :

 

Les cahiers de Friedland, n° 8, 2ème semestre 2011