Archives par mot-clé : Sociologie

Formation emploi, n° 153, 2021/1 : Le Mexique, une relation formation-emploi à l’épreuve des frontières professionnelles

Présentation du Formation Emploi n° 153 sur le site du Céreq

Les textes de ce dossier soulignent, chacun à leur manière, la prégnance de la dimension internationale pour l’économie mexicaine. C’est l’occasion de s’intéresser aux mouvements transfrontaliers, au multilinguisme et, dans une certaine mesure, aux migrations. En France, le statut et les normes sont des enjeux majeurs. Au Mexique, l’informel est omniprésent, tout comme la relativité des normes et des statuts. Au final, le Mexique est un cas d’études stimulant, et un miroir inspirant pour mieux décrypter la situation française.

Formation emploi, n° 153, 2021/1 : Le Mexique, une relation formation-emploi à l’épreuve des frontières professionnelles

Formation emploi, n° 130, avril-juin 2015 : L’essor des compétences non académiques

L'essor des compétences non académiquesDans ce numéro, on explore la distinction entre compétences académiques et non académiques.
Cette notion de compétences non académiques est elle aussi en débat ; selon les approches et les disciplines, elle peut se décliner en compétences non cognitives, comportementales, sociales, émotionnelles, relationnelles, positionnelles, voire esthétiques…
Ce numéro vise donc à poser des premiers jalons dans l’exploration de cette notion.

Voir le sommaire sur le site du Céreq

Formation emploi, n° 130, avril-juin 2015, 120 p.

L’artiste en action : vers une sociologie de la pratique artistique

Comment travaillent les artistes ? Comment produisent-ils des oeuvres ? Ce livre donne à voir une enquête à caractère ethnographique menée auprès d’artistes plasticiens contemporains. On découvre huit univers artistiques intimes pendant la création des oeuvres. L’ouvrage présente des photographies et de longs entretiens avec des créateurs. L’auteur observe des artistes « en action » : Philippe Domergue, Michel Fourquet, Serge Fauchier, Claude Massé, Gilbert Desclaux, Georges Ayats, Patrick Loste et Claude Muchir. L’enquête suit au plus près les séquences de créations, dans leur rythme, leur protocole et leurs processus. La pratique artistique est une pensée en actes et parfois une esquive de la trop grande maîtrise technique et culturelle. Le « faire » corps de l’artiste, sa sensibilité, modifient apparemment toujours le projet. L’activité de production est un travail rationnel dans un champ qui ne l’est plus (il n’y a plus d’Académie qui édicte des règles de l’art). Dans l’art aujourd’hui, les artistes s’orientent sans boussole. Cette grande liberté implique un doute permanent. On poursuivra dans cette enquête le projet d’une « science du faire », cette poïetique, inventée par Paul Valéry. L’auteur s’appuie notamment sur les travaux des sociologues Bourdieu, Becker, Esquenazi et Péquignot et des philosophes Chateau, Davidson, Neuberg et R. Passeron. La motivation de ce livre a sa source dans l’ennui que l’on peut ressentir face aux oeuvres des musées et des galeries. La pratique correspond à ce que Mallarmé nomme le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui : fugace, instable, multiple, privée, routinière et cachée. Elle reste le plus souvent hors de portée du chercheur en sciences sociales. Quelles sont les interactions possibles dans l’isolement de la fabrication ? Comment se mêlent les déterminismes et les libertés dans l’art ? On observe dans la pratique, parfois, une autonomisation du faire grâce à un événement conjoncturel, un enchaînement de faits poïetiques imprévus. Le champ artistique est un premier cercle d’autonomisation, la pratique artistique devient parfois un second cercle d’autonomie. C’est ce que l’auteur appelle la contingence de la pratique. Ce livre essaye de rendre compte de cette imprévisibilité.

Eric Villagordo,  L’artiste en question : vers une sociologie de la pratique artistique,   – Paris : L’Harmattan, 2012. – (Logiques sociales. Série sociologie des arts) .