Archives par mot-clé : Travail non qualifié

A l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?

Lire le Working Paper n° 23 sur le site du Céreq

Cette publication du Céreq est tirée des travaux effectués dans le cadre du projet SQUAPIN (« Salarié·es en emploi peu QUAlifié : quelles Perspectives face à l’INjonction de devenir acteur de leur parcours professionnel ? »), financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche). Ce projet vise à comprendre en quoi et comment les un peu plus de cinq millions de salarié·es qui occupent les emplois réputés « non qualifiés » en France sont aujourd’hui plus que jamais invités à être acteurs, actrices et responsables de leur vie professionnelle.

Plusieurs échelles d’analyse sont distinguées et articulées : institutionnelle – à travers la prise en compte des institutions qui encadrent le travail et la formation aux niveaux européen, national et sectoriel ; organisationnelle – à travers l’analyse des configurations et des pratiques d’entreprise ; individuelle – à travers l’examen des expériences, des parcours et des modes de perception des différents appels à l’autonomie, la prise d’initiatives et la responsabilité portés par les politiques publiques et d’entreprise.

Alexandra D’Agostino, Jean-Paul  Cadet, À l’heure de la valorisation des déchets, la branche du recyclage crée-t-elle aussi de la valeur pour la population ouvrière qui les trie ?  – Marseille : Céreq, 2024. – 68 p. – (Working Paper; 23)

L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 47 sur le site du Céreq

Le projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness) est un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. Il s’agit d’un projet mis en œuvre, depuis 2020, par un consortium de partenaires italiens et français, dont le chef de file est l’INAPP (Institut national d’analyse des politiques publiques – Italie). Il s’intéresse aux parcours personnalisés de développement et de reconnaissance des compétences numériques de base, pour les salarié-e-s les moins qualifiés, et en particulier les plus âgés d’entre eux / elles. Il vise ainsi, côté italien, à concevoir puis expérimenter, dans plusieurs régions et avec des entreprises volontaires, un dispositif de formation et certification des compétences numériques de base et transversales afin de favoriser l’adaptation des ressources humaines les plus en difficultés, aux évolutions engendrées par la transition numérique dans le champ professionnel. Côté français, le projet a mobilisé le Céreq pour, dans un premier temps, mettre en exergue la problématique du développement des compétences et le rapport au numérique des salariés les moins qualifiés à partir des données de l’enquête Défis, et dans un second temps, apporter des éclairages à l’expérimentation italienne notamment au travers d’une enquête de terrain focalisée sur les retours d’expériences des parties prenantes de dispositifs, existants dans le système français, de repérage, développement et reconnaissance des compétences numériques de base, et en particulier de la certification Cléa numérique.

Anaïs Chatagnon , Matteo Sgarzi , L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN. – Marseille : Céreq, 2023. – 18 p. – (Céreq Etudes; 47) .

Le développement des compétences des salariés peu qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 46 sur le site du Céreq

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness), un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. L’objectif ici est de dresser un panorama des travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans en France, de leurs relations avec la formation continue et plus particulièrement avec les compétences numériques. Le document est organisé en trois parties distinctes. La première examine tout d’abord les différentes définitions possibles d’un travailleur peu qualifié, exercice nécessaire pour pouvoir mener une analyse statistique de cette population spécifique. La faible qualification n’implique pas nécessairement l’absence de qualité : un individu sans qualifications formelles n’est pas sans compétences, de même que tout emploi requiert nécessairement un minimum de savoir-faire et de connaissances.

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le développement des compétences des salariés peu qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN.  – Marseille : Céreq, 2023. – 42 p. – (Céreq Etudes; 46) .

Retraining is hard work! A survey of unskilled workers

Lire le Training and employment n° 156 sur le site du Céreq

The question of retraining lies at the heart of current employment policy issues. However, wanting to change occupation is no guarantee of completing a retraining programme, even less of finding a job. While low-skilled blue- and white-collar workers are the ones most likely to seek a change, they are also the ones who benefit least from a retraining programme. Workers’ desires to retrain are also driven by different motivations depending on their socio-occupational category: it may be an enforced reaction to the ups and downs of working life, a rejection of downgrading and deteriorating working and employment conditions or a search for meaning.

Camille Stephanus, Josiane Vero, Retraining is hard work! A survey of unskilled workers in Training and employment n° 156 (2022). – 4 p.

Se reconvertir, c’est du boulot ! Enquête sur les travailleurs non qualifiés

Lire le Bref n° 418 sur le site du Céreq

La question des reconversions professionnelles est au cœur des enjeux actuels. Mais vouloir changer de métier ne garantit pas de réaliser une reconversion, encore moins de retrouver un emploi. Si ouvriers et employés peu qualifiés sont les plus demandeurs de changement, ce sont aussi eux qui tirent le moins de bénéfices d’un parcours de reconversion. Aussi, la volonté de se reconvertir obéit à des logiques différentes selon la catégorie socioprofessionnelle des salariés : une réaction forcée par les aléas de la vie professionnelle, un refus du déclassement et des conditions d’emploi dégradées ou une quête de sens.

Camille Stephanus, Josiane Vero, Se reconvertir, c’est du boulot ! Enquête sur les travailleurs non qualifiés in Céreq Bref n° 418 (2022). – 4 p.