Archives par mot-clé : Université

A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ?

b349Plus des deux tiers des diplômés de licence et master sortis de formation en 2010 ont bénéficié des aides à l’insertion proposées par les universités et globalement plus de 80% d’entre eux les ont trouvées utiles. A l’issue d’une licence générale ou d’un master, les étudiants ayant bénéficié d’un tel dispositif présentent une meilleure insertion que les autres. Les jeunes dont les deux parents ne sont pas diplômés du supérieur accèdent ou recourent moins aux aides et débouchent sur de plus faibles niveaux d’emploi.

Lire le Bref en ligne

Philippe Lemistre, Boris Ménard,  A qui profitent les aides à l’insertion de l’université ? in Bref n° 349 (décembre 2016). – 4 p.

Évaluer les universités

Évaluer les universités. Analyse critique des indicateurs d’établissements et méthodologie des enquêtes auprès des recruteurs. Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) Titre complet : Évaluer les universités. Analyse critique des indicateurs d’établissements et méthodologie des enquêtes auprès des recruteurs : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES).

Le GTES est un groupe de travail du Céreq, animé conjointement par le Céreq, un observatoire universitaire et depuis peu un observatoire régional emploi-formation. Les travaux rassemblés ici émanent de chargés d’études des observatoires universitaires et régionaux, de chercheurs et d’enseignants chercheurs du Céreq et de ses centres associés. Le GTES, rassemble aujourd’hui près de 40 membres, qui ont travaillé sur trois thèmes différents : le développement et l’usage des indicateurs d’insertion dans l’enseignement supérieur, la méthodologie des enquêtes en entreprise et enfin la diversité des parcours de formation au niveau des masters.

Si ces productions font aujourd’hui l’objet de deux publications distinctes, le GTES a maintenu son objectif de développer une réflexion d’ensemble sur l’enseignement supérieur, et pour cela a gardé une large place aux échanges entre tous ses membres sur les trois sujets. Dans cet ouvrage, figurent les travaux portant sur le développement et l’usage des indicateurs d’insertion dans l’enseignement supérieur et la méthodologie des enquêtes en entreprise.

Lire le document sur le site du Céreq

Julien Calmand, dir. ; Dominique Epiphane, dir. Évaluer les universités. Analyse critique des indicateurs d’établissements et méthodologie des enquêtes auprès des recruteurs : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES). – Marseille : Céreq, 2014. – 75 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 47)

Parcours de formation des étudiants de master

Parcours de formation des étudiants de master. Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES)Le Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) rassemble aujourd’hui près de 40 membres issus du Céreq et de ses centres associés. Les travaux présentés abordent trois thèmes différents : le développement et l’usage des indicateurs d’insertion dans l’enseignement supérieur, la méthodologie des enquêtes en entreprise et enfin la diversité des parcours de formation au niveau des masters. Si ces productions font aujourd’hui l’objet de deux publications distinctes, le GTES a maintenu son objectif de développer une réflexion d’ensemble sur l’enseignement supérieur, et pour cela a gardé une large place aux échanges entre tous ses membres sur les trois sujets.

Lire le Relief

Catherine Béduwé, Martine Cassette, Philippe Lemistre,  Parcours de formation des étudiants de master : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) – Marseille : Céreq, 2014. – 147 p.. – (Relief. Échanges du Céreq; 46)

La professionnalisation. Pour une université « utile » ?

Longtemps circonscrite à certaines filières, la « professionnalisation » des enseignements universitaires se diffuse dans l’ensemble de l’Université. Sur cette « professionnalisation », la communauté dis universitaires est partagée. Les uns n’ont pas attendu qu’on leur assigne cette mission pour l’accomplir, d’autres, plus récemment convertis, s’y engagent avec zèle, d’autres encore résistent, dénonçant une mise en péril des missions traditionnelles des universités et de l’identité professionnelle des universitaires. Nous nous proposons dans cet ouvrage de parcourir les différents aspects de cette « professionnalisation » sur la base d’études de terrain portant sur deux académies aux contextes contrastés : l’une, l’Académie de Lille, où l’environnement industriel ancien a marqué depuis longtemps les liens entre le monde socio-économique et l’Université, notamment dans les domaines scientifiques et techniques ; l’autre, l’Académie de Bretagne, où la « professionnalisation » de l’Université est plus récente.
Nous verrons que si la « professionnalisation » n’est pas sans effets pervers, donnant souvent naissance à des formations trop étroitement adaptées à des besoins professionnels à court terme, elle peut, quand elle est bien menée, redonner à l’Université l’initiative dans la définition même des besoins professionnels, l’Université retrouvant ainsi certaines de ses missions traditionnelles : s’emparer sans cesse de domaines professionnels pour en faire l’objet d’une connaissance rationnelle, inventer constamment de nouveaux domaines de l’activité humaine.

 

 Agulhon, Catherine; Convert, Bernard; Gugenheim, Francis; Jakubowski, Sébastien. La professionnalisation : Pour une université « utile » ?- Paris : L’Harmattan, 2012. – 264 p.. – (Savoir et Formation) .

Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur

Les éditions de Boeck lancent l’ouvrage  « Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur » sous la direction de Marc Romainville et Christophe Michaut.

Depuis son fort développement dans le dernier tiers du XXe siècle, l’enseignement supérieur est confronté à des taux d’échec et d’abandon élevés qui sont régulièrement dénoncés comme autant de gaspillages sociaux, humains et financiers. De surcroît, il lui est demandé d’élever le niveau de formation des jeunes tout en faisant preuve d’une plus grande justice sociale. Face à ces impératifs, les établissements sont incités à lutter contre l’échec et les étudiants contraints à réussir leurs études. Mais que signifie « réussir des études » ? Accéder à la formation et à l’établissement désirés, atteindre un certain niveau d’études, acquérir des compétences utiles sur le marché du travail ou seulement obtenir le diplôme ? …

Lire la suite sur le site de l’éditeur.

 

Marc Romainville, Christophe Michaut, Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur, De Boeck, 2012. – 295 p.

La réussite à l’université : du tutorat au plan licence

Les éditions de Boeck proposent cet ouvrage sur la démocratisation à l’université pour l’accès aux études supérieures comme pour la formation des étudiants, intitulé « La réussite à l’université : du tutorat au plan licence » d’Emmanuelle Annoot.

La réussite des étudiants à l’université ou, plus précisément, la lutte contre l’échec en premier cycle est un axe majeur des politiques de l’enseignement supérieur français lors de cette dernière décennie. De plus, cette période a été marquée par de profonds bouleversements avec la participation des établissements au processus de Bologne et la proclamation de la loi du 10 août sur les libertés et responsabilités des universités. Aujourd’hui, les enseignants du supérieur vivent ces changements dans leurs pratiques quotidiennes. Que signifie faire réussir les étudiants dans l’université du XXIe siècle ? Quelles politiques et pratiques pédagogiques ont été mises en œuvre ? …

Lire la suite sur  le site de l’éditeur.

Annoot, Emmanuelle, La réussite à l’université : du tutorat au plan licence, De Boeck, 2012. – 168 p.